Le vieil homme et la petite fille

il y a
3 min
1 543
lectures
329
Finaliste
Jury

Le vieil homme s’en alla faire sa promenade journalière. Il prit sa canne fétiche comme à son habitude et rabattit son chapeau bien profond sur son front. Il avait vraiment une mine patibulaire, avec ses longs cheveux grisonnants à l’aspect sale et sa moustache taillée de façon à paraître plus sévère. Il était vêtu de sa redingote qui datait de sa jeunesse, à l’époque où c’était à la mode, et portait de lourdes bottes militaires.

Il habitait ce village depuis presque une décennie et pourtant, personne ne semblait connaître ne serait-ce que son nom. Les plus jeunes se raillaient de lui lorsqu’ils le croisaient et les plus anciens racontaient des chimères à son sujet lorsqu’il était hors de portée. Il le savait, cela ne l’affectait guère. Une vie marginale, voilà sa doctrine.

Cependant, une personne portait de l’intérêt à ce loup solitaire : la jeune fille habitant la maison avec jardin qui faisait l’angle de la mairie. Le vieil homme passait devant tous les jours avant de prendre la direction des champs afin de continuer son excursion et, à chaque fois, l’enfant l’attendait. Assise sur sa balançoire en attendant patiemment l’heure du diner, elle le saluait d’un grand sourire en secouant la main avec vigueur. Malgré les remontrances quotidiennes de sa mère sur le fait de ne pas adresser la parole à des inconnus, la petite persistait. Elle répondait que ce n’était pas un étranger, mais le monsieur triste de la rue d’en face. L’ermite ignora la petite fille au début, elle le perturbait dans son introspection. Puis il s’attendrit à son égard petit à petit ; il en venait même à lever timidement la main en retour à son appel.

Ce jour-là, un élément vint perturber sa routinière balade. Une chaise violette en plastique destinée aux enfants était placée au dehors du grillage du jardin de la jeune fille et une bouteille d’eau était soigneusement posée à côté. Cette dernière était adossée à ce même grillage et lorsqu’elle remarqua le vieil homme, elle se mit à l’appeler en faisant des petits signes de bras, tentant d’être discrète. Elle ne l’était pas pour autant. L’ainé, peu habitué à perturber sa routine, s’approcha pourtant d’un pas hésitant. Une fois à portée décente pour discuter, la petite dit à l’homme de s’assoir et de boire. Ce dernier s’exécuta, tout en faisant attention à ne pas casser la chaise, et bien que n’ayant pas soif, il ouvrit la bouteille neuve et but une lampée d’eau afin de ne pas vexer son interlocutrice.

Le vieil homme demanda ensuite à la petite fille pourquoi elle faisait cela. Cette dernière répondit qu’elle avait peur que le vieil homme soit fatigué à force de tant marcher et qu’il fallait souvent penser à boire, sa maman le lui rappelait souvent. L’ancien rétorqua à la petite qu’elle devrait aller rejoindre sa mère ; il la remercia, mais ne voulait pas lui causer du tort. La petite dit alors que sa maman était partie faire des courses et qu’il ne faudrait surtout pas lui dire ce qu’il venait de se passer. Le vieil homme acquiesça.

L’ainé s’apprêtait à partir lorsque la petite fille lui posa une question. Elle lui demanda pourquoi il était laid. Il resta sans voix quelques secondes et répondit que c’était pour ne pas se faire approcher. Il continua en racontant qu’il avait vécu trop de choses pour avoir la force de ressentir de nouveau une émotion. L’enfant l’écoutait à sa façon, tantôt en arrachant de l’herbe, tantôt en se mettant les doigts dans la bouche. À la fin du discours, la petite fille demanda alors comment le vieil homme faisait pour rire. Devant l’air stoïque de l’homme, elle fut soudain prise d’un fou rire effréné. Tel un virus contagieux, elle communiqua au vieil homme sa joie ; il commença à sourire avant de rejoindre la jeune fille dans une folie hilare. Après quelques minutes, la petite fille rentra chez elle pour regarder la télévision. Le vieil homme repartit donc finir sa promenade, il avait encore mal aux côtes tant il avait ri et avait donc du mal à avancer. Mais pour la première fois depuis longtemps, il avait hâte d’être demain !

329

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Voir la pluie venir

Renise Charles

Si un arc-en-ciel se posait à mes pieds, je pense que je grimperais dessus et que je partirais. Loin. J'ai trente-huit ans aujourd'hui et personne ne m'a souhaité mon anniversaire. C'est comme ça ... [+]

Nouvelles

Double single

Michèle Menesclou

Je suis entré en contact avec elle à la suite d'une petite annonce sibylline parue dans le journal local : « Cherche colocataire homme/femme travaillant de nuit. Prix très modique. Week-ends ... [+]