5
min

Le solex de Mamie Nad'

Image de Josselyne Davy

Josselyne Davy

48 lectures

3

Floriane est effondrée. Recroquevillée sur le pas de la porte de son thérapeute, elle pleure, pleure, le corps secoué par le flot ininterrompu de sanglots nés au plus profond de son être. Ses yeux noyés de larmes ne voient que le vide laissé par le vol du solex, cadeau oh combien précieux de Mamie Nad'.Jamais cette dernière ne lui pardonnera de ne pas avoir été capable de le garder. Pourtant quand la jeune femme avait parlé d'acheter un antivol, la grand -mère était partie d'un grand éclat de rire. " Ma chérie, pas besoin d'antivol, tout le monde ici connait mon solex, d'ailleurs, c'est le seul dans le coin. Si quelqu'un s'avisait de le piquer, il serait vite repéré. Les antivols, c'est pour la ville, pas pour chez nous." Floriane s'en veut, s'en veut d'avoir écouté Mamie Nad', s'en veut d'avoir laissé le solex bien en évidence sur le trottoir dans une rue déserte, s'en veut d'écouter toujours les autres, s'en veut de ne pas savoir se prendre en main. S'en veut de tout, c'est d'ailleurs pour ça qu'elle consulte régulièrement. Une béquille, voila ce dont elle a constamment besoin, une béquille pour marcher depuis son accident de voiture, une béquille pour avancer dans la vie, elle qui est née sous une mauvaise étoile. ça, elle ne craint pas de l'oublier, sa mère n'arrête pas de le lui répéter. Sauf que Floriane n'y croit plus. Elle a tout compris depuis longtemps. Ce n'est sous une mauvaise étoile qu'elle a vu le jour mais sous une étoile filante, juste une toute petite mais vraiment petite poussière perdue dans une trainée lumineuse qui s'est vite évanouie dans la pénombre céleste. Dans ces conditions, elle ne pouvait être qu'une "mal née", une mal menée par la vie, celle qui échoue là où l'autre, même le plus minable réussit. Elle s'est fait une raison depuis longtemps, elle, le petit grain de poussière qui s'accroche malgré les coups de chiffon ou de balai. Tout le contraire de son prénom que sa mère avait choisi pour son étymologie. Pauvre Maman! Elle avait rêvé d'avoir une fille courageuse, ambitieuse, énergique et à son grand désarroi, elle avait du se contenter d'une larve, une larve de hanneton qui ravage tout sur son passage. "Mais qu'est ce que j'ai fait au Bon Dieu pour avoir une fille pareille?" se lamentait-elle tandis que l'enfant la regardait avec des yeux aussi limpides que l'eau du robinet. Toute la famille espérait qu'à l'adolescence, la petite larve se métamorphoserait en nymphe mais Floriane, la mal née était restée la même. Seule sa grand-mère la comprenait, l'aimait comme elle était, peut être parce qu'elle était son miroir. Enfant, Mamie Nad' était la rebelle, celle qui n'en faisait qu'à sa tête, qui imposait ses idées et son mode de vie. Au grand désespoir de son père, jamais elle n'avait voulu passer son permis de conduire, préférant circuler sur son solex, celui qu’il lui avait offert pour ses quatorze ans. C'était la tradition dans la famille. Aux filles, un solex, aux garçons une mobylette jusqu'à ce qu'ils et elles soient en âge de passer le permis de conduire. Pour cet homme qui trimait dur "pour donner une bonne situation à ses enfants", ce bout de papier rose était le symbole d'une bonne conduite mais aussi celui d’une ascension sociale, ce dont se moquait Mamie Nad', préférant son petit deux roues pétaradant. Même son mari d’une douceur mêlée de fermeté n'avait pas réussi à la faire changer d'avis, pas plus que de lui faire quitter le village où elle se contentait de petits boulots. Il avait vite capitulé devant le caractère bien trempé de son épouse et la laissait vivre ses extravagances. Pour les Anciens comme les plus jeunes elle était devenue une légende dans la bourgade, celle qui circulait sur un solex qu'elle avait appris à décalaminer et plus tard à réparer car rien ne la rebutait. Quand la fabrication s'était arrêtée en 1988, elle aurait pu changer de moyen de locomotion mais pour elle ce n’était pas envisageable. Avec acharnement, elle avait recherché et trouvé des passionnés et même fondé un club de collectionneurs...juste pour avoir les pièces détachées. Les yeux presque fermés, elle était capable de démonter et remonter le moteur en un temps record et avait fini par se forger une réputation bien au-delà des frontières du village, ce dont elle n'était pas peu fière.
Floriane depuis son enfance aimait passer du temps avec sa grand-mère, aimait la voir les mains dans le cambouis, triturant le moteur et surtout attendait avec impatience l'instant où elle l'entendait lui dire: "ferme les yeux et écoute moi ça!". Moment magique qu'elles savouraient ensemble, bercées par les "vroum vroum" réguliers. Pour cette fan du vélomoteur qui espérait en secret voir sa petite fille reprendre le flambeau, apprendre qu’elle passait le permis de conduire avait eu un goût de trahison, même si elle l'avait obtenu à la cinquième tentative. A chaque échec, Mamie Nad' se réjouissait espérant qu'elle finirait par se décourager et adopter son mode de transport. Floriane pas dupe des pensées de sa grand- mère et pour se faire pardonner décida dès l'achat de sa voiture de l'emmener au bord de la mer. Hélas, la jeune fille avait juste oublié que pour elle, rien ne se déroulait comme chez les gens dits normaux. Dans un virage en épingle à cheveux, perdue dans ses pensées, elle avait confondu la pédale de l'accélérateur avec celle du frein. L'impact contre un chêne centenaire fut terrible. Sérieusement amochée, elle passa de longs mois à l'hôpital puis en maison de repos...pas trop loin de chez sa grand-mère qui venait lui rendre visite à solex. Une expédition quand même pour cette dernière qui ne se lassait pas de lui vanter les avantages cachés de sa petite machine pétaradante et dont l'arrivée au centre de rééducation provoquait des attroupements. Floriane soupçonnait même sa grand-mère de venir aussi souvent uniquement pour savourer un moment de gloire somme toute justifié car elle était intarissable sur son engin. Dans le centre, on ne parlait plus que de Mamie Nad', de son solex et certains tout en échangeant des regards complices avec la mamie encourageaient Floriane à utiliser le même mode de locomotion, moins dangereux parait-il que la voiture. La jeune femme souriait laissant dire, jamais elle ne monterait sur un engin pareil, parole de scout! Et pourtant, cette idée jugée jusque là saugrenue commença à trotter dans sa tête, surtout depuis qu'elle avait appris qu'elle ne retrouverait jamais l'usage total de sa jambe droite. Plus question de conduire!
A sa sortie du centre, une surprise l'attendait chez Mamie Nad'. Prétextant son grand âge, elle avait acheté un solex à assistance électrique et proposait l'Ancien, son inséparable compagnon, à sa petite fille médusée mais néanmoins flattée.
-Tu verras, avec ça, tu iras partout, pas très vite, c'est certain, mais sans danger, s’enthousiasmait la vieille dame. Tu découvriras le monde d'un oeil différent assise sur ton engin et il t'ouvrira de nombreuses portes. T'as vu comme j'étais populaire au centre? En plus, avec ça, les gens ne te prennent pas au sérieux et s’imaginent que tu es une originale sans cervelle. De ça, tu t'en fiches. Allez, vas y, monte, tu ne crains rien. J'ai commencé à 14 ans et je suis toujours sur mes deux jambes, MOI!
Floriane était tentée mais elle hésitait, histoire de faire durer le suspens. Sa grand-mère la regardait, mimant tantôt l’enthousiasme, tantôt la tristesse quand ce n’était pas de l’impatience qui s’affichait sur son visage. C’est vrai qu’un solex, ça passe partout, certes pas trop vite, mais c’est mieux qu’un vélo, moins bien qu’une voiture. Une voiture ? Elle pouvait abandonner cette idée, il n’en était plus question.
- D’accord Mamie, je le prends à l’essai, quelques jours.
Toute à sa joie, Mamie Nad' prit des photos de sa petite fille à côté du solex, dessus, démarrant, roulant, un véritable mitraillage digne d'un grand reportage.
Les souvenirs défilent dans la tête de Floriane, toujours assise devant la porte de son thérapeute. Comment annoncer la triste nouvelle à Mamie Nad’ ? Soudain, le portable sonne. Effrayée, Floriane voit le nom de sa grand- mère s'afficher. Que lui dire? Elle renifle un bon coup avant de décrocher et entend:
- Dis donc Chipie, je t'avais bien dit de prendre soin de mon solex?
-......
- Alors, tu peux m'expliquer ce qu'il faisait devant la porte du club des Anciens? Je te croyais chez ton thérapeute, c'est pas dans le même coin. C'est Armand qui me l'a rapporté, croyant que je perdais la tête jusqu’à l’oublier. Il était tout content de faire un tour avec. Et toi, t'es où?
- J'arrive Mamie. Il est super ton solex. T'as raison, tout le monde le connait, pas besoin d'antivol.
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Drôle et émouvant à la fois avec des personnage bien sympas (j'adooooore mamie Nad' !) Un peu trop long, évidemment pour les "Vroummm" mais tu en as peut-être un plus court en préparation ?
·
Image de Josselyne Davy
Josselyne Davy · il y a
merci, pas eu le temps pour les "vroum".
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Dommage : vous avez une jolie plume ! D'un autre côté, ça me fait une rivale de moins ! ;) ;) ;) Bonne journée, Josselyne.
·