Le sixième sens

il y a
4 min
103
lectures
32

Toute ma vie a été bercée par la littérature, la poésie, et le théâtre. J'ai pris la plume très tôt, et bien que légère elle donna du poids à mes mots, qui devinrent des récits, des  [+]

— Docteur aidez-moi, je vous en supplie, je vais mourir !
— Calmez-vous Lucie, détendez-vous, vous ne risquez rien ici. Expliquez-moi tout.
— Docteur Sigmund, tous les soirs je fais le même cauchemar, c'est horrible, je suis terrorisée !
— Racontez-moi, Lucie, que voyez-vous dans ce cauchemar ?
— Je rentre chez moi, paisiblement, tranquillement, et, sitôt arrivée à l'entrée de mon village, c'est le silence, un silence total, lourd, écrasant... oh docteur, c'est horrible... mon Dieu si vous saviez !
— Continuez Lucie, n'ayez crainte, vous ne risquez rien, nous sommes dans mon cabinet, vous êtes en sécurité.
— Ah oui, il y a comme une odeur de mort, comme si le village était mort lui aussi !
puis soudain, alors que je m'engage dans une petite ruelle très étroite, un homme surgit... oh docteur c'est horrible... docteur, aidez-moi, je vous en prie !!!
— Que fait cet homme Lucie, poursuivez...
— Il... il sort un pistolet, me le colle sur la tête, et il tire !!! Il tire docteur, et ma tête explose !!! Il y a du sang partout !!! Je vois ma vie défiler, j'entends des cris horribles, je baigne dans mon sang, docteur, j'ai peur, aidez-moi !
— Calmez-vous, Lucie, ce n'est qu'un cauchemar, je vais vous prescrire un traitement, vous irez mieux.
— Non docteur, je ne veux pas de médicaments, j'en ai marre de tous ces médocs qu'on me fait avaler ! Ils me font grossir et je déprime !
— Lucie, il faut mettre fin à ces cauchemars qui vous empoisonnent la vie.
— Ce ne sont pas des cauchemars, docteur, c'est une prémonition, un signe, un signe que mon heure arrive, un signe que je vais mourir !
— Et depuis quand avez-vous ces... prémonitions Lucie ?
— Depuis que j'ai perdu mon travail docteur !
— Quel était votre travail, Lucie ?
— Agricultrice, j'étais agricultrice.
— Je comprends Lucie, c'est un secteur très dur, touché par la crise, cela explique votre déprime et vos cauchemars. Vous perdez votre boulot, vous avez l'impression de n'être plus bonne à rien, que le monde s'écroule autour de vous...
— Mais docteur, je suis sûre que c'est une prémonition !
— Comment pouvez-vous en être si sûre, Lucie ?
— J'ai un sixième sens, docteur !
Un sixième sens ? tiens donc, c'est intéressant, comment se manifeste ce sixième sens Lucie ?
— Tout ce que sais, c'est qu'à chaque fois que je rêve de mort, cela se produit !
— Donc, ce n'est pas la première fois...
— C'est la première fois que je rêve de ma propre mort, docteur !
— De quoi rêviez-vous avant ?
— De la mort de mes proches et de mes amis.
— Et qu'est-il arrivé à vos proches et à vos amis Lucie ?
— Ils sont tous morts, docteur, tous, aussi vrai que je vais mourir !
— Qui sont vos amis dont vous avez rêvés la mort ?
— Mon pote Gaston. Il faisait lui aussi des rêves étranges. Il m'a confié qu'il se voyait en train de picoler comme un trou. Lui qui n'a jamais bu une goutte d'alcool de toute sa vie ! Alors un soir j'ai rêvé qu'il était à table avec une femme, devant une bonne bouteille de vin, et qu'il s'effondrait et...
— Et ?
— Et depuis ce jour, il a disparu !
— Il a disparu, vous voulez dire qu'il est mort ?
— Je n'en sais rien, personne ne l'a revu depuis, mais mon sixième sens me dit qu'il est mort !
— Ce n'est que votre interprétation, Lucie. Il m'est arrivé une fois de ne plus voir ma femme pendant une semaine, elle n'était pas morte pour autant, elle était avec son amant, bref... aucun sixième sens ne m'a alerté que j'étais cocu.
— Mais moi je suis sûre que mon pote Gaston est mort !
— Avez-vous fait d'autres rêves... prémonitoires ?
— Vous commencez à me croire docteur, n'est-ce pas ?
— Bien sûr Lucie, racontez-moi ce que vous avez vu d'autres ?
— Un ami très proche, un sportif. Il s'entraînait d'arrache-pied au 400 mètres, il gagnait toutes les courses. Un jour, je l'ai vu se blesser en rêve, puis je ne l'ai jamais revu !
— Mais ça ne veut pas dire qu'il est mort, Lucie !
— Oui mais après j'ai rêvé qu'une amie, Véronique, s'est arrêtée de tricoter, et elle a disparu elle aussi, et j'ai aussi rêvé que mon colocataire André a commencé à bouffer n'importe quoi, à se gaver de cochonneries, à devenir obèse, puis plus de nouvelles...
— Prenez le traitement que je vous ai prescris, Lucie, et revenez me voir dans une semaine, vous verrez qu'il y aura du changement, vous irez beaucoup mieux.
— Il n'y aura pas de semaine prochaine, docteur Sigmund.
— Allons Lucie, tout ira bien il y aura une semaine prochaine, vous verrez.
— Non docteur, j'ai fait un autre rêve, et ça vous concerne.
— Dites-moi quel est ce rêve que vous avez fait et qui me concerne Lucie.
— Il y a des militaires sur un champ de bataille. Vous êtes en train de vous promener paisiblement, sans vous rendre compte que c'est la guerre et qu'autour de vous il y a un véritable carnage. Puis, un soldat armé d'une carabine épaule, vise, et vous tire une balle en plein cœur...
— Ne vous inquiétez pas Lucie, faites-moi confiance, prenez bien vos médicaments et revenez me voir dans ne semaine, Lundi, ça vous va ? Au revoir Lucie, bon courage, détendez-vous un peu, lâchez prise avec vos prémonitions. Vous savez, dans toute ma carrière, je n'ai jamais rencontré de véritables cas de sixième sens. Rentrez bien, Lucie, au revoir, à la semaine prochaine...

... Vivement le week-end... allo ? Mon amour, tu fais quoi Samedi ? Ça te dirait de faire un pique nique au bois de Fontainebleau ! Il va faire un temps magnifique !.. hein... ok à Samedi ! Un je pique, après je te nique ! Ah ah, ouais je sais qu'elle est drôle, faut bien que je rigole un peu, je bosse comme un dingue au milieu des tarés, allez, à plus baby, ciao, je t'embrasse !

— Sigmund ?
— Oui mon cœur.
— Tu sais, Lucie, ta patiente ?
— Oui, et bien ?
— Elle est morte ?
— Ah, et comment ?
— Ils l'ont amené à l'abattoir, la pauvre vache, ça m'a brisé le cœur ! Et son ami Gaston, il a fini à la casserole, il paraît que c'était le meilleur coq au vin de toute la région. Et Lulu, il était deuxième au grand derby de Larquande, et juste avant de franchir la ligne d'arrivée, il a chuté, son cavalier s'est blessé, et lui s'est brisé les deux pattes. Ils l'ont conduit à l'abattoir aussi, il est maintenant dépecé et suspendu à la boucherie chevaline du quartier. Quand à Véronique, son compagnon André disait d'elle que c'était une grosse cochonne, maintenant c'est un sacré jambon qui se balance au-dessus d'un tas de côtelettes !
— Pure coïncidence ma chérie, j'y crois pas à toutes ces conneries de prémonition et de 6ème sens. C'est surtout une pathologie qu'on attribue aux chats, ils se croient capables de ressentir des dérèglements climatiques et ils pensent aussi être doués de télépathie ! Si tu savais le nombre de tarés qu'il y a chez les animaux ! Les humains, c'est de la rigolade à côté ! Tiens, goûte-moi voir ces glands comme ils sont délicieux, ma petite laie d'amour !

— Sigmund, les chiens, j'entends les chiens !!! Tu es sûr que la saison de la chasse ne commence que la semaine prochaine ???
32
32

Un petit mot pour l'auteur ? 52 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Felix Culpa
Felix Culpa  Commentaire de l'auteur · il y a
Ce n'est pas vous qui le possédez. C'est lui qui vous possède. Le sixième sens, pas un de plus.
Image de Georges Marguin
Georges Marguin · il y a
En voilà une qui n'était pas en panne des sens !
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Joli ! Très bien trouvé ! Merci Georges !
Image de LaNif
LaNif · il y a
Je reviens une deuxième fois. votre texte est "génial", j'avais cherché la solution de l'histoire lors de ma première lecture. Eh bien, jusqu'à la fin je me suis interogée. j'aime toujours autant à la deuxième lecture.; Bravo !
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Je vous remercie LaNif pour l'intérêt que vous portez à cette histoire. C'est ce qui ma motive à écrire des nouvelles. Merci de me donner cette confiance et cette énergie par le biais de votre lecture et de vos encouragements !
Image de Bisabelle
Bisabelle · il y a
Bien vu
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci Bisabelle ! Les animaux en folie ! ;-)
Image de Hellogoodbye
Hellogoodbye · il y a
drôoooooooooooole ! quelle chute ! je peux dormir tranquille !
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Les animaux aussi ont des troubles psychologiques ! Merci Hellogoodbye pour votre lecture et votre commentaire enthousiaste ! ;-)
Image de RichardTri
RichardTri · il y a
Bien trouvée cette idée
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci Richard ! Les animaux sont toujours une belle source d'inspiration !
Image de Aëlle
Aëlle · il y a
C'est vraiment génial ! Je ne m'attendais pas du tout à la seconde partie, qui explique toute la première ! De belles trouvailles !
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci Aëlle ! La psychologie des animaux est bien étrange ! ;-)
Image de Randolph
Randolph · il y a
Un texte dingue, dong !
Doc Félix, je SAIS que je vais mourir...un jour. C'est grave ?
Autant mourir de rire en te lisant !

Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci Randolph ! Comme dirait le docteur Sigmund de cette histoire, plus on est de fous plus on lit ! ;-)
Image de Sam Delazzi
Sam Delazzi · il y a
Une pointe d'humour ne fait jamais de mal... je m'attendais a une chute différente du genre, c'etait lui le meurtrier... mais j'ai bien aimé cette chute décalé, bravos !
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci Sam, je vouais écrire une histoire sérieuse puis ma nature comique a pris le dessus !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Qu'est-ce qu'il faut pas entendre (euh : lire) !!! ;) ;) ;)
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci Joëlle ! Ce docteur Sigmund est une vraie tête de cochon ! ;-)))

Vous aimerez aussi !