Image de PENIN Jacques

PENIN Jacques

406 lectures

120 voix

En compétition

— Moi, je te dis qu’elle est folle, cette Mamie !

— Je ne suis pas d’accord avec toi, Georgette. Je crois qu’elle est tout simplement heureuse.

— Heureuse ? Mon cul ! disait-elle, en toute délicatesse. Dans cette « résidence », même une blatte aurait le cafard. C’est sombre, ça caille, ça sent le moisi, la bouffe est dégueu… À te foutre le blues, comme un journal de 20 heures sur TF1. Comment pourrait-on être heureuse ici, au milieu de ces vieux grincheux décatis ?

— Tu oublies qu’elle est aussi âgée qu’eux.

— Raison de plus, je te dis, elle est zinzin !

— Moi, je crois qu’elle a un secret !

— Balivernes ! concluait Georgette, péremptoire.

Combien de fois avions-nous eu cette conversation, Georgette et moi, tout en faisant le ménage de la Résidence ? Il faut dire que Madame Sourire, comme nous l’avions surnommée, était une véritable énigme. Elle ne recevait ni visite, ni appel téléphonique. De son passé, jamais évoqué, nulle trace… Comme un oubli. Le seul lien de Madame Sourire, avec le monde extérieur, était un journal à sensation, d’un niveau intellectuel affligeant, qui tranchait singulièrement avec sa personnalité.
Madame Sourire avait gardé de sa jeunesse une abondante chevelure, maintenant couleur de cendre, et de grands yeux limpides, aquarelle d’un cœur sans nuages.
L’esprit restait vif, mais son vieux corps n’était plus que souffrance, douleur contenue, qu’entre pudeur et fierté elle essayait de dissimuler, mais que son sourire, crispé, trahissait de plus en plus souvent. Elle allait à petits pas, aidée de ses béquilles, qu’elle égarait si souvent dans les coins les plus inattendus, que je me demandais, parfois, si ce n’était pas par jeu. La seule chose qu’elle n’égarait jamais était un vieux sac à main, scotché à sa poitrine comme un nouveau-né, un trésor inestimable. Le soir, elle s’endormait avec, souriante, serrant son doudou dans ses bras.
Madame sourire était à demi-aveugle, presque sourde. Chaque après-midi, ou presque, après sa sieste, je lui faisais, et refaisais, la lecture de ces journaux à scandales, qui parlent de la vie dissolue des grands de ce monde. Il y avait là un beau Prince du sud, dont elle me demandait souvent des nouvelles, mais dont je lui dissimulais le destin tragique. Après la lecture, je l’aidais à rejoindre la salle à manger où elle retrouvait les autres pensionnaires. Là, elle parvenait encore, à force de volonté, à écouter, à entendre, à comprendre. À conserver ce précieux lien qui vous unit aux autres. Puisait-elle, dans cette relation, la force de ce sourire, et de ces paroles d’espérance qui réchauffaient les cœurs autour d’elle ? Je ne crois pas. Il y avait autre chose.
Qui était vraiment cette femme sans passé ? L’ancienne maîtresse d’un homme politique connu ? Une espionne à la retraite ? Une milliardaire discrète ? Une criminelle en fuite ayant trouvé là une planque idéale ?
Impossible ! Pas elle ! Alors ?
Alors, un jour qu’elle prenait sa douche, seule, par fierté, même si je me tenais là, prête à intervenir, n’y tenant plus, j’avais ouvert ce vieux sac élimé.
À l’exception d’une enveloppe anonyme, soigneusement cachetée, il était rigoureusement vide. J’étais déçue, mais bien plus encore, honteuse et triste pour ce que je venais de faire.
Dans cette période douloureuse où je cessais peu à peu d’être femme, où les enfants sortis de mon ventre allaient, une fois encore, en d’autres lieux, jeter l’ancre, j’avais trahi une amie, une Mamie qui m’aimait… Une seconde mère qui avait de l’amour pour tous les enfants du monde, petits et grands !

Ce matin-là, comme chaque matin, Madame Sourire m’attendait, bien calée dans les coussins de son lit. Le soleil, ce vieux complice qui ne visitait plus qu’elle, se délectant de ses légers atours, illuminait la chambre. De son corsage dépassait la fameuse lettre, soigneusement cachetée, celle-là même, qui, depuis si longtemps, recelait le secret de cette femme.
Sur son visage, détendu et reposé, il y avait ce jour-là plus que de la beauté, un bonheur absolu.
Madame Sourire nous avait quittés.
Je savais que cela arriverait un jour, je m’y étais préparée, j’espérais être prête.
On ne l’est jamais.
Le monde avait basculé. Je m’étais effondrée, en larmes, la tête sur ses genoux. J’étais restée longtemps, seule avec elle, dans la fraîcheur du petit matin. Je lui parlais. Elle m’écoutait, toujours souriante, sûre de m’avoir joué un bon tour. Au contact de son corps, encore chaud, comme s’il m’avait attendu, mon corps s’emplissait d’essentielles insignifiances.
Madame Sourire déversait en moi, jusqu’à m’en faire rire, son ultime cadeau.
Le bonheur en héritage.

J’avais emporté avec moi cette enveloppe sur laquelle une main tremblante avait écrit mon prénom avant de refermer la porte sur sa vie. Il m’avait fallu longtemps avant d’oser l’ouvrir, par peur, peut-être, de ce que je pourrais y découvrir.

« Madame,

Puisant à l’encre de mes sentiments pour vous, ma main, sans effort, vous écrit.
Vous n’êtes pas là, et pourtant nous sommes ensemble. Avant vous, Madame, ma vie s’écoulait en noir et blanc, se figeait lentement. L’hiver s’installait. Puis j’ai croisé votre sourire, et mon cœur, de nouveau, s’est éveillé à la vie, conquis, bouleversé, ravivant un désir que je croyais à jamais disparu. Par votre grâce, Madame, et pour mon plus grand bonheur, mes nuits s’enivrent à nouveau de délicieux tourments.
Comment, dès lors, ne pas vous aimer, vous espérer ?
Je sais, Madame, votre grand âge, le temps qui met les voiles, votre corps qui craque comme un vieux gréement, mais je devine aussi que votre cœur, à lui seul, pourrait contenir les océans.
Je partage votre peine pour cette peau qui se ride, elle, jadis, tendue comme un tambour ; mais que serait l’océan, sans ses rides sculptées par le vent ? Un lac, une eau morte.
Peut-être pensez-vous, Madame, que je suis fou ? Qu’il est trop tard ? Non, Madame, à vos yeux qui portent encore, sur la vie, le regard du cœur, je sais qu’il est toujours temps pour vous d’aimer, d’être aimée.
Vous me dites encore que la vieillesse est un désert.
Je vous le concède, Madame… Vous en avez la beauté sans limites. Au pays où chantent les dunes, vous êtes, pour moi, cette immensité pleine de promesses, ce lieu propice à l’égarement, sauvage comme l’amour, où nul ne sait plus qui, du vent ou des dunes, caresse et façonne l’autre.
Je vous imagine là, infiniment belle, étendue, dénudée, offerte.
Comme les vagues de sable, vous serez longue à émouvoir… Alors, pour vous, je serai l’Harmattan à la patience légendaire, le Zéphire effleurant les chaudes crêtes, la douceur et la tempête. Vous serez les dunes frémissantes, les vals gémissants. Je serai le grognement sourd, profond ; vous serez le ventre de la terre délivrant son âme, et dans cet hymne à la vie, avec vous, et en vous, je me perdrai Madame.
Folie ?
Mon désir pour vous est-il si déraisonnable ?
Mais qui donc a décidé que l’âge a moins droit au bonheur que le sable ?
Quel odieux tribunal a déclaré la vieillesse coupable ?
Coupable ! Mais de quoi ? Oubliez, Madame, ce mot désiricide.
Désobéissez, révoltez-vous, échappez-vous. Invitez-vous à la fête, avant qu’elle ne vous oublie.
De l’amour doux-amer, miel et vinaigre, ne gardez que le sucre, la douceur, le murmure, le parfum, la chaleur, l’émotion… L’instant.
Sans couleurs et sans rêves, Madame, la vie n’est que nuit.
Souvenez-vous de ces longs baisers qui vous laissaient sans souffle.
Risquez-vous à brûler aux feux de ces plaisirs oubliés, neufs de n’avoir point servi.
Ils ne sont à présent que la première page d’un livre qu’il nous reste à écrire.
Comme une fleur confiante, goûtez à la caresse intime du vent, à la chaleur pénétrante du premier rayon de soleil.

Entre le désir et la peur qui confinent au sublime,
Osez l’abandon.

Jean,
Votre ami amant, votre ami aimant, ne vivant que de l’espoir de bientôt vous revoir. »

À la lecture de cette lettre, l’émotion m’avait prise à la gorge ; J’avais rêvé, j’avais vibré, j’avais rougi. Puis j’avais pleuré, par compassion pour cet homme à la plume tendre, attentionné ou viril qui parlait si bien d’amour, et portait loin au-dessus de lui, la femme qu’il aimait. Il existait encore un tel homme…
De cet inconnu, sensible et délicat, je m’étais éprise, comme l’on court après un rêve…
Aimer, un petit mot que j’avais oublié.

J’avais écrit à cet homme qui allait retrouver la solitude, l’hiver, et joindre ma peine à la sienne. Il m’avait répondu.

« Madame,

Votre lettre, tendre, chaleureuse et attentionnée, ne laisse aucun doute sur l’importance de l’amour dans votre vie. Cela nous rapproche déjà.

Les plus belles lettres d’amour, dit-on, sont celles qui n’attendent pas de réponse.

Être l’étincelle qui entretient le feu de la vie, apporter un peu de chaleur et de réconfort à ceux qui nous en font la demande,

Tel est le fondement même de notre entreprise.

Nous espérons, Madame, bientôt partager avec vous un peu de ce bonheur qui nous habite.

Monsieur Jean François Lamour, Responsable des éditions du Cœur

P.-S. Vous trouverez, ci-joint, les conditions et tarifs de nos prestations. »

PRIX

Image de Printemps 2020

En compétition

120 VOIX

CLASSEMENT Nouvelles

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de PENIN Jacques
PENIN Jacques · il y a
Merci à tous pour vos encouragements. Quelques soucis de santé m'ont éloigné de l'écriture et de la lecture. J'espère rattraper le temps perdu. Merci à tous.
Image de Gaelle Ghanem
Gaelle Ghanem · il y a
Bravo, j'adore votre style! Très beau, vous avez toutes mes voix!! Courage!
Je vous invite à découvrir mon oeuvre: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/noir-cest-noir-il-me-reste-lespoir

Image de Tarek Bou Omar
Tarek Bou Omar · il y a
Bonsoir, mes 5 voix :). Si vous avez un peu de temps, je vous invite à découvrir mon texte en compétition pour le Prix des jeunes écritures : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-soleil-s-eteint-sur-mon-destin-1?all-comments=1#fos_comment_comment_body_4242995.
Bonne chance :).

Image de Burak Bakkar
Burak Bakkar · il y a
Bravo Penin ! Belle plume ! Toutes mes voix !
Je t'invite à lire le mien https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/plus-noir-que-le-noir-2
Donnez moi votre avis !

Image de Fodé Camara
Fodé Camara · il y a
Vous avez mes 5 voix. J'ai adoré vous lire. Bravo !
Je vous invite à faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps 👇👇
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lerrance-spirituelle-1

Image de Boubacar Diallo
Boubacar Diallo · il y a
Un beau texte, vous avez une belle plume Penin. Toutes mes voix.
Je vous invite à lire mon histoire https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/de-l-amour-au-trepas-une-mere-morte-1
Et à voter pour me soutenir!!

Image de Stéphane Sogsine
Stéphane Sogsine · il y a
C'est excellent. Le portrait très bien tourné, puis la lettre joliment rédigée... et la chute enfin. Bravo
Image de Yanis Auteur
Yanis Auteur · il y a
Bonjour Penin
Mes 5 voix !
Félicitation pour vous et votre texte.
Je vous invite aussi à voter mon histoire pour le concours adolescent.
Voici le lien.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lhomme-10

Image de Oka N'guessan
Oka N'guessan · il y a
Très intéressant et imprévisible bravo, Belle plume, +2 voix je vous invite aussi a le voter https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-lumiere-10
Image de Pojar Alina-Mihaela
Pojar Alina-Mihaela · il y a
Bravo et bon chance à vous ! Je vous invite à lire mon texte sur https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/goffin🐌

Vous aimerez aussi !

Du même thème

NOUVELLES

Depuis ma fenêtre au-dessus de la ville, j’aperçois la porte d’entrée de la maison d’Izia. La façade est jaune comme un citron bien mûr. D’ici, je ne vois pas sa petite frimousse, mais je...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Je ne sais pas comment elle s’appelle, mais elle est drôlement belle. Elle traverse le camping sur son vélo sans jamais me regarder, avec ses frères, sa maman et son papa. Forcément, ils sont ...