2
min
Image de SONAN Silué

SONAN Silué

3 lectures

1

Que m'importe si ce monde affamé ne m'importe! Diantre! Mais c'est quoi ce bruit-là... Mais on ne s'entend plus làaaaaaaa! Ô Ciel, ce sont mes écouteurs. Pfff... Allons, mais... Ouh là! Attends... Oh, comment vais-je me séparer de ce putain de téléphone qui ne fait que me causer des ennuis. Aaha, mais comment m'en débarasser? Impossible d'ailleurs, le téléphone est une partie de mon corps. On a tué Dieu et on l'a remplacé par la machine. Maintenant Dieu ne nous sauve plus, c'est le robot. Que la vie est si belle. Ouh! Que diable, quand la vie est belle, elle est dévorante. Qui parmi vous peut faire une heure sans son téléphone? Difficile hein, n'est-ce pas? On est tout le temps sur Facebook, Instagram, What'Aps, Tweeter, Messenger et quoi encore? On s'y drague, on s'y chamaille pour un oui ou pour un non. On expose le corps humain comme bon nous semble. Ce monde là ne finira pas surprendre. Le sexe est devenu une religion, l'argent est devenu Dieu. N'est-ce pas mes amis? Vous ne croyez pas peut-être! Ô croyez-moi. Si l'on venait à organiser des élections où Dieu et l'argent seraient candidats, Dieu lui-même comprendrait ce jour-là qu'il n'est plus maître de ce monde; tant il serait lamentablement battu à plate couture par l'argent. Pour bénéficier de la prière du prêtre ou de l'Imam, si tu n'as rien mais adieu la prière sincère... Si tu meurs pauvre, on t'enterre comme un chien. Si tu meurs riche, on t'enterre comme un roi. L'argent rend roi. Aaah, oh attends! Mais, où ai-je mis ma pièce d'or? N'est-ce pas toi qui l'as volé? Oui, toi qui m'écoutes? Sale voleur... Ne m'ecoute pas, ferme ce livre et casse toi si tu veux... Nul n'est obligé de m'écouter... Ô humanité, Ô prison à ciel ouvert! On y entre par une petite porte située dans l'entre-jambe d'une femme, on en sort en se faisant avaler par la terre. Pouf!!! On maltraite la terre jusqu'à ce qu'elle finisse par nous manger... Ahahahahahaa!!! Oooh, ironie du sort... Bon Dieu! Non, tu n'existes pas mon vieux! Sinon, tu laisses les honnêtes souffrir et mourir comme des chiens, pendant que ces débauchés, ces vicieux, ces malhonnêtes et hypocrites vivent dans des conditions seigneuriales dans un monde où toi-même tu ne t'es jamais manifesté en ma présence. Montre-toi! Attends que je regarde dans ce ciel étoilé... Mais je ne te vois pas. T'es où là? Silence radio. Je savais que t'allais rien dire. Tu n'as jamais rien dit d'ailleurs. Voici moi, pauvre fripouille... Je marche depuis des heures avec un ventre vide, respirant l'air pollué d'une modernité fatale, tout étant payant, je ne sais où manger. Quand je vais voler de la nourriture, ce sont tes prétendus représentants qui diront que j'ai péché... Ahahahahaha! Vois-tu? Des gens abusent de toi et toi, tu ne dis rien... Rien... Rien du tout! Mais quel est ce pauvre type appelé Dieu qui reste aussi silencieux?
Bon, c'est bon... Je continue mon chemin sans plus rien dire, parce que sinon, toi et moi, nous risquons de nous battre et je risque de te casser la sale figure........................ Eh toi!...... Mais tout le monde me regarde comme une poule moillée. La raison a rongé le coeur de l'homme, il n'a plus de sentiment. Il est désormais calculateur... À quoi sert d'être orgueilleux si un jour chacun mourra? Dans cette vie, quelle que soit votre situation ou classe sociale, soyez humble. Le monde est un territoire glissant, un faux pas et vous vous retrouvez du mauvais côté... Pffff, ces humains là... Hummm! Regarde ces filles-là, elles se baladent en slip. Diantre! Mais... L'intimité n'est plus intime et ce qu'elles font là est un indicateur de mauvaise indication. Dois-je être menteur pour que le peuple m'accorde crédit? Plus vous mentez gentillement, mieux le peuple vous fait confiance poliment. Le peuple est comme un enfant, l'enfant est comme la femme, la femme est comme? Je ne dis plus rien. Dévinez vous-même...
Bon, j'suis épuisé... On se voit la prochaine fois, mon petit. Ou alors, t'es une jeune fille?
1

Vous aimerez aussi !

Du même thème

NOUVELLES

La rentrée Je m’appelle Poly et j’ai huit ans. C’est la première fois que Papa m’accompagne pour la rentrée. Nous marchons main dans la main le long de la grille qui entoure la cour de ...

Du même thème