3
min

Le rossignol et l'enfant

Image de Isdanitov

Isdanitov

852 lectures

216

Qualifié

L'oiseau laissé pour mort par quelque chat qui s'était amusé avec lui ne formait plus qu'une boule de plumes ébouriffées gisant au milieu du chemin. Un enfant qui passait par là s'en émut et le ramassa précautionneusement entre ses mains.

La vie n'avait pas quitté le petit animal et, aussi ténu fut-il, ce souffle divin justifiait les efforts du gamin à ne pas le laisser périr. Murmurant entre ses doigts ces mots que seule une mère dit à son enfant, il insuffla assez de souffle vital au petit oiseau que pour espérer l'entendre chanter à nouveau.

Les jours passaient et, tous au village, lui disaient qu'il était vain d'insister et que, hélas, le petit oiseau mourrait.

L'enfant s'entêta et, contre toute attente, ses bons soins eurent raison des morsures du chat.

Quand l'oiseau se redressa, prêt à s'envoler malgré sa grande faiblesse, l'enfant redoubla d'attentions et construisit une volière de bois afin de le protéger des dangers. Il la fit assez vaste que pour lui donner un sentiment de liberté et assez légère que pour pouvoir la transporter.

Partout où le gamin se rendait, l'oiseau dans sa volière l'accompagnait et, tandis que l'enfant déambulait dans le village portant sa volière à bout de bras, tous le félicitaient de tant d'abnégation et proposaient le peu qu'ils avaient à offrir afin de l'aider :

— Comment se porte ton oiseau aujourd'hui ? Veux-tu quelques grains pour le nourrir ? Prend ces chaumes pour lui construire un nid...

Certes, les temps étaient durs mais, jamais l'enfant ne se serait résigné à abandonner son compagnon et les villageois de s'unir pour le secourir.

Avec le temps l'oiseau prenait de l'embonpoint et tandis qu'il sautillait gaiement entre les barreaux de sa cage, il se sentait profondément reconnaissant envers l'enfant de lui avoir sauvé la vie. Ils devinrent inséparables et apprirent à s'apprécier autant que deux amis. Tous deux savaient pourtant que le jour viendrait où l'enfant ouvrirait la volière pour permettre à l'oiseau de s'envoler mais, se sachant redevable de tant de bontés, le rossignol conçut l'idée de lui apprendre à chanter.

Par un beau matin ensoleillé, alors que l'herbe était encore toute imprégnée de rosée, le rossignol perça l'air d'une trille d'une inconcevable beauté. L'enfant surpris regarda son ami et tandis que celui-ci hochait et inclinait la tête de gauche et de droite pour mieux observer l'enfant d'un œil unique, il redoubla sa trille pour bien le convaincre que ce chant venait de lui.

Timidement, l'enfant sifflota entre ses dents, tentant de reproduire les quelques notes magnifiques. A chaque fois l'oiseau répondait, emmenant l'enfant de plus en plus haut sur chacun des échelons de la pureté. De ce jour, l'enfant et l'oiseau n'eurent de cesse de dialoguer. A chaque fois que le rossignol chantait, l'enfant sifflait et à deux ils composaient le plus charmant des hymnes à l'amitié. L'apprentissage prenait du temps mais l'oiseau s'y consacra pleinement.

— Mi-mi-mi-mi-mi-sol, chantait-il

Et l'enfant lui répondait

— La-si-mi-mi-mi !

Avant que d'échanger d'autres pensées au travers des notes de la portée.

Un jour qu'ils s'en revenaient tous deux de la récolte, la terrible nouvelle tomba ; l'un des villageois avait succombé aux champs, mordu par un serpent.

L'horreur de la nouvelle secoua le village, on pleura le disparu, on aida la famille.

Comment feraient-ils pour récolter le fruit de leur travail ? Le risque était grand de fréquenter les champs.

Des battues furent organisées pour capturer le redoutable reptile mais le serpent était d'une espèce particulièrement malfaisante. Petit et agile, il possédait un venin foudroyant. Vif, il se faufila hors de portée de ses poursuivants.

Les jours passaient, la récolte s'en trouvait menacée. Tous devaient reprendre le travail et s'en remettre à leur destinée. Les villageois n'avaient d'autre choix.

Le lendemain, le serpent mordit à nouveau et un homme mourut encore. Il en alla ainsi durant plusieurs jours sans que l'on puisse se saisir de l'assassin. La récolte prenait du retard, on craignait le mauvais temps.

Les gens tremblaient mais courageusement, se rendaient aux champs.

L'enfant quant à lui, y travaillait avec l'insouciance de la jeunesse, posant la volière à même le sol et dialoguant tant et plus avec son oiseau. Alors qu'il s'était éloigné de quelques pas, le discours du rossignol s'emballa. Le chant de l'oiseau se fit pressant et l'enfant pensa qu'il s'agissait de quelque nouvel enseignement. Les trilles succédaient aux trilles et l'enfant y répondait tant et plus et fit du mieux qu'il put jusqu'à ce que l'oiseau se soit tut.

Intrigué par le silence de son ami, l'enfant s'approcha de la volière et y trouva le rossignol mort, tué par le serpent qui avait décidé d'en faire son repas. Lové dans la cage, la mâchoire distendue, le serpent s'y était introduit en se glissant au travers des barreaux et ne pouvait en ressortir, les mâchoires écartelées par la proie qu'il tentait d'avaler.

Rapidement on s'empara de la volière devenue prison et on brûla l'épouvantable reptile responsable de tant de malheurs. Et tandis que se consumaient la volière, le cadavre de l'oiseau et le serpent assassin au milieu d'un brasier gigantesque, tandis que l'enfant inconsolable pleurait la perte de son ami et que se réjouissaient les villageois de la disparition du danger, s'éleva d'entre les flammes du foyer, la réincarnation du rossignol prisonnier du corps du serpent.

La créature fabuleuse battait des ailes, volait entre les flammes, se contorsionnait de son corps de reptile avant que d'entonner un chant d'une si grande majesté que tous en furent subjugués. Et tandis que la créature multipliait les trilles, l'enfant traduisait ce qu'elle disait, annonçant aux hommes que jamais l'animal fabuleux ne les abandonnerait et que du haut des cieux, toujours, elle veillerait sur eux.

S'adressant ensuite à son ami, le rossignol ainsi réincarné l'assura de son amour éternel et en fit le dépositaire du langage des dragons, leur permettant de dialoguer entre eux par-delà la mort.

PRIX

Image de Printemps 2018
216

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de ZzGraceyzZ
ZzGraceyzZ · il y a
je ne suis pas un poète pour dire des mots compliqués mais j'ai aimée cette histoire, tout ce que je peux dire c'est que vous continuez votre beau travail
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
j'ai relu votre conte pour lequel je pensais avoir déjà voté. Et je suis toute aussi émue, merci pour cette histoire belle qui porte aussi une lueur d'espoir!
·
Image de Camille G
Camille G · il y a
très émouvant - belle histoire
·
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Joli conte. On est prêt à s'envoler avec l'oiseau dragon
·
Image de Topscher Nelly
Topscher Nelly · il y a
Très belle histoire
·
Image de Roxane73
Roxane73 · il y a
Quelle magnifique histoire ! Pleine d'humanité, de poésie, de magie, et l'éclaircissement d'un mythe ancestral : celui des dragons. Une très belle lecture !
·
Image de Laurence Massonnet
Laurence Massonnet · il y a
L'espoir réincarné:) Très délicat comme d'habitude. A bientôt
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
De mon côté, je suis en compétition pour Imaginarius 2017 (sujet : la brume) : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Didier Lemoine
Didier Lemoine · il y a
Bon texte. Mes votes pour vous. Si vous voulez visiter et pourquoi pas voter pour "la princesse Alexandra" qui lutte dans le prix IMAGINARIUS, c'est ici :http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-princesse-alexandra
·
Image de Jean-Claude Renault
Jean-Claude Renault · il y a
Le dernier chant du rossignol a sauvé l'enfant. Si lui-même ne l'avait pas soigné...
·