2
min
Image de Ode Colin

Ode Colin

64 lectures

19

Une aube glacée se lève sur la ville touristique. Au loin, on peut entendre le bruit des bateaux qui sortent du port. Les mouettes, de leurs cris perçants, accueillent le soleil qui hésite à envahir le ciel. Il fait froid. Un petit air marin sentant bon les embruns salés se perd dans Lorient.
Paul, debout près du funérarium, s’avance et dépasse la boîte aux lettres sans se retourner. Ses beaux cheveux ont retrouvé leur couleur d’ébène et son corps si changé par la maladie a retrouvé sa beauté.
Lentement, presque avec appréhension, l’homme remonte la longue allée. Les graviers crissent sous ses pieds. Paul s’arrête net à l’entrée de son ancien garage ; il sent une boule lui obstruer la gorge et serrer son cœur. Enlevées les carcasses de voitures, de morceaux de fer... il s’éloigne avec difficulté, et longe le chemin bordé de pins, sans prendre garde à la balançoire qui, tristement se balance au gré du vent.
Arrivé devant la maison aux murs ternis par le temps, il fait une pause et sort de la poche de son jean délavé un vieux paquet de Gauloises. S’allumant une cigarette, il ferme les yeux, encore surpris d’être là, vivant.
De la forêt de mimosas, Paul entend des cris d’enfants. Pas besoin d’y descendre, il sait que ce sont ses neveux qui s’amusent. Il sourit, regrettant de ne pas pouvoir rester. Il le veut de tout son cœur pourtant.
L’oncle rentre dans la maison, marche dans le couloir, se sentant chez lui. Dans la cuisine, celle de son enfance, une odeur de viande en train de cuire parvient à ses narines.
Il passe dans le salon. Sur la table en bois, une bouteille de pastis est entourée de verres. Sur le canapé aux coussins ornés de paysages de chasse, son père se repose. Pour Paul qui plonge ses yeux dans le regard bleu du vieil homme, c’est brutal, comme un coup dans le ventre l’empêchant de respirer. Des larmes coulent sur sa moustache.
Faisant demi-tour il se met à courir. L’écho de ses pas résonne dans l’antique bâtisse. Paul ne s’arrête pas et fuit à perdre haleine jusqu’à la balançoire. Là, il s’immobilise. Une petite fille aux boucles brunes le regarde fixement. Elle a l’air surpris, mais heureux.
« Tu ne devrais pas être là, lui dit-elle tendant la main vers son visage. L’enfant semble avide de le toucher.
- Je sais. Je ne comprends pas ce que je fais ici.
- Tu es mort.
- Oui. Et toi tu devrais avoir 24 ans.
- Je sais. Mais ici c’est pas vrai... c’est pour de faux. »
Paul pleure, Eva s’approche de lui. La fillette, bouleversée, cherche une dernière fois son odeur, sa peau. Autour d’eux le vent se lève, la balançoire se détache et s’envole dans le ciel devenu gris tandis que les arbres se soulèvent de terre. Au loin, les murs de la maison se fissurent. Eva plante son regard dans celui de l’homme.
« Adieu tonton Paul ».

Thèmes

Image de Nouvelles
19

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
J'apprécie beaucoup le côté visuel olfactif et sonore de votre texte, on s'y croirait vraiment et tous nos sens sont en éveil.
·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
je suis contente que vous ayez apprécié mon texte car celui-ci est très important pour moi :-)
·
Image de Isabelle
Isabelle · il y a
Tu me fais voyager à la lecture de tes mots et tu décris tellement biens les faits que lorsque tu dépeins une odeur je la sens, lorsque tu détailles un paysage je le vois....j'ai lu avec avidité tout ton texte pour en savourer le sens, bravo !!!!
·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
Je suis bien contente que vous ayez apprécié ce texte car j'y tiens particulièrement. Encore merci de votre lecture :-)
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Une atmosphère dont j'apprécie la tristesse... et le mystère.
·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
Merci beaucoup de votre lecture :-)
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
La rencontre de deux âmes dans un monde parallèle ??? en tout cas j'ai été embarquée.
·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
Merci beaucoup de votre lecture :-)
·
Image de Françoise Grand'Homme
Françoise Grand'Homme · il y a
J'ai d'abord été attirée par le cri des mouettes, puis l'histoire m'a embarquée par surprise, sur la balançoire...
·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
Je suis ravie que vous ayez était embarquée :-)
·
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Lorient, ça me parle, forcément ! Bravo pour ce texte rempli d'émotions Ode.
·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
Ah un fan de ce cher coin de Bretagne :-) Merci beaucoup de votre lecture et commentaire !
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Etrangement émouvant !
Apprécierez-vous "Un scoop" TTC écrit pour le Prix Imaginarius ?

·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
Je vais y participer aussi, je serais donc ravie de lire votre texte :-)
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bravo, Ode, pour ce sens du fantastique ! Mon vote ! ***Mon récit, “Croisière”, est en lice pour le Prix 2017 Imaginarius. Une invitation à faire le voyage si vous ne craignez pas la brume épaisse en mer. Merci d’avance !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
Je vais concourir moi aussi :-) je vais lire votre texte avec beaucoup d'attentions ;-)
·
Image de Teddy Soton
Teddy Soton · il y a
J’aime le mélange des genres, super.
Avez vous lu ma Frénésie ?

·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
Merci de votre passage, et non je n'ai pas lu Frénésie je vais le lire avec plaisir :-)
·
Image de Stéphane Sogsine
Stéphane Sogsine · il y a
plus poétique que fantastique ou plus fantastique que poétique... Je ne sais pas mais j'ai aimé
·
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
Comme c'est gentil, merci beaucoup de votre lecture ainsi que pour le commentaire !
·