LE REGARD DU CORBEAU

il y a
5 min
551
lectures
30

Nous avons tous deux vies. La deuxième commence quand nous prenons conscience que nous n'en avons qu'une  [+]

L'ambulance avance lentement jusqu'à l'entrée d'une petite maison d'un hameau du Forez.
C'est l'arrière saison et les feuilles qui ne sont pas encore tombées enflamment presque le paysage.

L'ambulance s'arrête prés de la porte et deux hommes en descendent.
Le premier ouvre la porte tandis que l'autre accompagne la descente du passager.
—Vous y êtes M'sieur, ça va aller?
—Oui..faudra bien!
—Ok, vous voulez qu'on vous pose vôtre bagage quelque part?
—Non, laissez faire, je vais avoir le temps de m'en occuper...
Après un salut les deux hommes reprennent la route viroleuse à bord de leur ambulance.

L'homme de la maison défait son bagage et se sert un café. Il vaut tout de même mieux être chez soit pense-t' il.

Son regard est celui de la fatigue. Encore un séjour pour ce truc qui le mange de l'intérieur.
La nuit tombe vite et après un morceau de fromage avalé comme ça, il va se coucher...


Il fait jour quand il est réveillé par un "toc toc"... Il se léve et la démarche hésitante, se rend vers la porte d'entrée. Il ouvre et ne voit personne.
—J'ai halluciné...je devais rêver...


Ses yeux se portent sur la pendule, il est déjà dix heures. Il se dirige vers la cafetière, la met en marche et ouvre les volets tandis que l'odeur du café arrive doucement à ses narines.
Il ouvre la fenêtre au dessus de l'évier pour profiter du soleil et des derniers moments de beaux jours. Le champ, le ruisseau en contrebas, les arbres... Il soupire en se servant sa tasse, regarde la photo sur le coté du frigo, touche du bout des doigts le visage de la femme... ses yeux débordent...


Un bruit inhabituel et une forme qu'il ne distingue que du coin de l'oeil le font sursauter. Il regarde la fenêtre qu'il vient d'ouvrir, un corbeau est sur le bassoir. Ce n'est pas un Chouca mais un vrai corbeau Freux et ce dernier le fixe sans bouger.


L'homme pose doucement sa tasse, le Freux ne bouge pas. Il fait alors un pas, l'oiseau ne fuit toujours pas...Un deuxième pas, le Freux tourne la tête et décolle... L'homme s'approche alors de la fenêtre et regarde dehors. Après quelques secondes, il voit le corbeau posé sur une branche d'un des arbres bordant le ruisseau, mais il n'est pas seul, un deuxième est à coté.


La journée se passe, radieuse et douce pour la saison. L'homme regarde son voisin travailler dans son champ l'après-midi de l'autre coté du ruisseau. Après un repas très vite fait, sans même regarder la télé, il va se coucher.


"Toc Toc"...ce coup-ci c'est certain, c'est bien quelqu'un qui a frappé à la porte ce matin pense-t' il.
Il se lève et va jusqu'à la porte d'entrée et ouvre... personne...
"Toc Toc" dans son dos. Il n'a pas fermé les volets de la fenêtre au dessus de l'évier avant de se coucher.


C'est le Freux qui est là et qui cogne la vitre avec son bec puissant.

L'homme s'approche,le corbeau ne bouge pas... Il ouvre la fenêtre mais l'oiseau ne s'envole pas et le fixe du regard.

L'homme lève la main droite au niveau de la fenêtre et l'approche doucement vers ce visiteur peu farouche. Le Freux le fixe toujours et la main arrive vers le bec,la tête... et le contact avec les plumes, la caresse de l'homme...

Un temps tout relatif s'écoule, trente secondes ou une minute et comme il est arrivé le corbeau s'envole. L'homme le suit du regard et le voit rejoindre la même branche sur laquelle un autre l'attend, comme la veille.


L'homme reste un long moment pensif.


—C'est pas commun un comportement pareil, il a du être élevé par des gens et il s'est tiré! pense-t'il tout haut.
La journée se déroule comme celle de la veille.

Le lendemain la même scène matinale se reproduit et au fil des jours les caresses sont plus longues et le Freux pénètre même chez l'homme.

Mais toujours sans raisons apparentes ce dernier s'envole pour retourner sur la même branche ou le deuxiéme l'attend.

L'homme guette la venue du Freux chaque matin maintenant depuis une semaine, le contact du corbeau le fait aller mieux pense- t'il. Et chaque jour la magie se renouvelle, le Freux reste parfois de longs moments à regarder la photo de la femme sur le coté du frigo et l'homme lui parle et lui raconte...

Le soleil a fait place à la pluie ce matin-là.
L'homme est devant la fenêtre et guette l'arrivée du Freux.


Il le voit en l'air au dessus du champ et ce dernier plonge comme à son habitude en direction de la fenêtre.


Mais la magie aérienne du corbeau ce matin-là sera différente.


En plein vol pour aller rejoindre la fenêtre de l'homme, une détonation retentit.

Le vol du freux devient désordonné, et c'est une masse noire désailée qui s'écrase au sol le long de la clôture du champ.


L'homme ne peut pas bouger, stupéfait, choqué...


Ses yeux cherchent l'oiseau dans les herbes, ses oreilles entendent le cri qui vient de l'autre côté du ruisseau. Son regard croise celui de son voisin armé d'un fusil , le sourire aux lévres.


—C'est de la saloperie ces bêtes! Celui-ci me fera plus chier! C'est des nuisibles sur la commune!


L'homme sort de chez lui, tremblant sous la pluie et passe la clôture , s'approche de l'être qui le visitait chaque jour. Sa démarche mal assurée, il se baisse en pleurant et ramasse le corps mutilé du Freux.


Il ne voit plus que lui, n'entend pas les gloussements du rougeaud au fusil, il est "ailleurs"...


Colére, haine, incompréhension de ce qui s'est produit... Ses mains sont maculées du sang du Freux, il voudrait tuer à coups de poings le rougeaud qui s'éloigne vers sa ferme de l'autre côté du ruisseau mais il ne peut pas... Marcher est déjà une douleur insoutenable et il ne sait même pas comment il a pu repasser la clôture du champ, comment il a fait le trou pour enterrer le Freux, comment il a pu dormir et s'il a dormi...

Le lendemain matin, pas de "Toc Toc".... Mais l'homme est là, sa fenêtre ouverte malgré la pluie et ses yeux cherchent l'oiseau...


Son regard s'arrête sur la branche et l'autre corbeau est là qui le fixe. Jamais celui-ci ne s'est approché, mais l'homme sent le regard du Freux sur lui....


La journée grise se passe et pas de repas pour l'homme le soir,il s'endort comme une masse.

Le lendemain, alors qu'il se sert un café, il entend un chant spécial et très prenant, un bruit qui vient de partout en fait.

L' homme regarde par la fenêtre et voit l'autre corbeau sur la branche. Ses yeux se dirigent vers l'origine du bruit qui emplit l'atmosphère à un tel point que le gargoullis du ruisseau devient presque inaudible.
Le ciel au dessus du champ est remplit de corbeaux criants et volants en cercle.


Mais le Freux sur la branche ne crie pas, il fixe l'homme.


La scène dure longtemps et quand l'homme se détache du regard du corbeau, il n'y a plus de bruit ni d'oiseaux dans le ciel ou sur la branche. C'est le milieu de l'après-midi et l'homme s'aperçoit qu'il est resté comme ça, debout, plus de six heures.
Le rougeaud est dans son champ, il ne l'a même pas vu arriver ni travailler.


La nuit tombe vite et l'homme reste interdit comme un robot jusqu'au soir.

Le lendemain matin il n'y a aucun bruit hormis celui du ruisseau.


L'homme se verse un café et scrute du regard la branche, le Freux est là.


Mais il n'est pas seul, l'arbre entier est recouvert de corbeaux et tous silencieux.


Le Freux fixe l'homme, immobile.


Un bruit se fait entendre et qui vient de la route.


Une camionnette de Gendarmerie déboule à vive allure suivie d'un véhicule de pompier toutes sirénes hurlantes. Ils passent devant la maison de l'homme et bifurquent pour rentrer dans le champ du rougeaud jusqu'à la grange ou ils s'immobilisent et descendent en courant.


L'homme regarde la scène et revient sur la branche ou le Freux le fixe toujours.


L'homme entend des cris et quand les pompiers sortent un corps sur le brancard, il reconnait le rougeaud mais il ne comprend pas tout de suite...


Le regard de l'homme se porte à nouveau sur le Freux et à ce moment précis ce dernier s'envole et se dirige vers la fenêtre...

L'homme ne peut pas bouger tellement la scéne est surréaliste...


Le Freux se pose sur le rebord de la fenêtre de l'homme. Il a dans son bec une forme un peu ronde et suintante. Il la dépose sur le bassoir et décolle aussitôt.


Le temps que l'homme réalise et qu'il s'approche, tous les corbeaux sur l'arbre avaient pris leur envol dans un vacarme tel que gendarmes et pompiers furent stoppés net dans leur évacuation du corps du rougeaud.

Les gendarmes se rendirent chez l'homme pour le questionner au sujet du rougeaud.


Ils dirent à l'homme que celui-ci avait été découvert au matin par un de ses amis dans sa grange, les yeux arrachés et un bras entièrement sectionné et en partie mangé par les rats durant la nuit.


L'homme répondit qu'il n'avait rien entendu, ce qui était vrai. Les gendarmes lui ont laissé un numéro de téléphone au cas ou il se souviendrait.

Mais l'homme savait...
Le Freux sur la branche lui avait déposé un oeil du rougeaud quand il était venu jusqu'à sa fenêtre.

Il avait déposé cet oeil car il avait vu le regard du rougeaud quand celui ci avait tiré.


Et les pleurs de l'homme, le soir, quand celui-ci avait enterré sa compagne désailée.

30

Un petit mot pour l'auteur ? 116 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Une fable si proche de la réalité.
J'ai lu que des corbeaux tombés du nid, recueillis et soignés avaient qq temps après offert à leurs sauveteurs des brindilles enfilées dans des anneaux de canettes de bière

Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Bonsoir Loodmer.
Merci pour votre lecture.
Effectivement, les corbeaux, dans leur ensemble sont doués de facultés cognitives .
Je ne perçois toutefois l'exemple que vous évoquez
Fouillez donc. Dans ce vieux texte , il demeure sûrement une vidéo liée à votre intérêt.

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
C'est un article de la revue Fabiosa. Ce n'est pas tout à fait ce que je relate, mais pas loin : fabiosa.fr/lbmkt-ctani-rseln-austm-pbmvn-un-homme-nourrit-des-corbeaux-pe
Hélas le lien n'est pas actif.

Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Bonsoir Loodmer.
Desolé pour le retard de ma réponse.
J'ai tenté aussi de retrouver le lien que j ' évoquais précédemment et qui était une expérience filmée dans un parc de Londres et qui mettait en avant le fait indiscutable que ces oiseaux ont la faculté de reconnaître un faciès autrefous connu. C ' était très bien expliqué et je creuse toujours pour retrouver ce lien qie j ' avais mis en ligne moi -même à l ' epoque !
Je vous souhaite une bonne soirée !
Je passerai bientôt sur votre page, je ne connais pas vos écrits ( de memoire), et je suis présent ici en pointillés.
Merci en tous cas pour votre attention !

Image de Nihal R.
Nihal R. · il y a
C'est très beau ! J'ai adoré votre nouvelle, vraiment !
Je vous invite à visiter mon Ailleurs, à moins que vous ne préfèreriez tenir compagnie à mon Homme !
Encore un grand bravo pour ce texte de qualité !

Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Bonsoir,
Je croyais avoir commenté ce texte lu après "Des Murmures et des Cris" qui m'avait fortement impressionné.
Venant de le relire, j'en ressors avec l'idée que, sans égaler de grands écrivains comme Jim Harrison, il possède tout de même une force vitale, essentielle, dans la relation du rapport qu'entretiennent les hommes avec les autres espèces qui luttent pour continuer à vivre en utilisant les moyens que la nature leur a donnés. Et quand on sait (merci Harrison) que le corbeau est au sommet de la pyramide des passereaux, qu'il constitue et cache ses réserves de nourritures en plusieurs endroits et qu'il est capable de retrouver ses caches, on se dit qu'il ne serait pas étonnant qu'il se souvienne aussi d'un individu qui lui aurait causé un préjudice. Je n'en sais pas plus mais je trouve votre nouvelle fort attachante et, je le pense aussi, très crédible. Elle avance lentement mais sûrement, avec force détails dans ses séquences, et ça me convient bien quand je lis quelque chose de bien écrit.
Compliments.

Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Bonsoir Zutalor!
Effectivement ,ce sont de troublants personnages magnifiés au fil des temps.
:-)
Tout ce que vous décrivez est exact, ils ont la capacité de voir ce qui va arriver, ils planquent des nourritures au cas ou!
:-)
Il demeure une expérience concernant leur capacité à reconnaître une personne et je fouille car, pour moi c'est naturel, mais je me souviens d'un reportage en Angleterre, dans un parc...

Image de J.D.Flyman
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
les corbeaux et les rats..deux espèces qui fascinent et inquiètent! ( je n'y connais rien en corbeaux, mais j'ai déjà eu des rats.. )
Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Bonsoir Cheyenne Tala.
Si le rat pesait dix kilos de plus, il serait le maître en ce monde.
Il ne demeure pas d'écrits sur votre page.
Peut-être que cela viendra...

Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Vous êtes venu me lire et je vous rends la pareille... et je vais revenir... j'ai beaucoup aimé... ici, où j'habite, ds les Alpes, nous avons des chocards, en colonies... Nous avons aussi des corbeaux. Votre récit ne m'étonne pas, bien qu'un peu enjolivé. Le corbeau s'apprivoise très bien, parait-il... et j'ai vécu une chose véridique... la chatte de mon patron avait attrapé et tué un oiseau, un petit corbeau... Les adultes ont tué la chatte... A bientôt...
Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Merci pour votre visite.
Et... Ce ne sont pas des "Chocards" mais CHOUCAS, race de corvidé vivant autant en milieu rural qu'urbain.

Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Un pote qui s'y connait en oiseaux m'a bien dit des "chocards" et j'ai contrôlé sur internet, c'est bien juste... "wikipédia . En montagne, le chocard est appelé à tort chouca"... en fait, par ici, nous avons les deux, certains ont le bec jaune, d'autres, le bec noir, et des pies aussi... Bien amicalement.
Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Peut-être une appellation suivant celui qui vous conseille liée à la région.
Un Chouca ou Chocard , c 'est un petit corbeau très facilement visible, il est subtilement "accessible" ... C'est un ... super copain... Sa curiosité est égale à son intelligence...
Pensez à ce petit être que sont les Mésanges...
https://www.youtube.com/watch?v=uRkrVfBg6s0

Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Vidéo super... Je nourris les oiseaux en saison hivernale... il y a des mésanges, des mésanges huppées, des merles et, mes préférés, les petits prolétaires, les moineaux, et quelques autres... le spectacle offert vaut bien quelques graines... Par contre, je ne supporte aucun oiseau en cage. Bonne journée...
Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Un oiseau reste libre.
Si vous l'enfermez en cage, vous n'aurez q'un prisonnier.
L'avatar qui est sur mon profil se nomme Eclaan. C'est un Callopsitte mâle.
Il vit en liberté, pas au dehors pour l'instant mais il n'est pas enfermé ou contraint.
https://www.youtube.com/watch?v=wkBqpzOYQWU

Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Très jolie petite vidéo... Au village, il y avait une dame amoureuse des oiseaux... elle avait, dans son jardin, une grande cabane consacré aux oiseaux. Il y avait des callopsitte comme le tien et des inséparables. Beaucoup d'espace et toute une face de la cabane - en bois - était un grillage très serré afin que les oiseaux aient air et lumière, et un grand avant-toit pour les protéger s'il pleuvait, par exemple. Cette dame était intarissable sur sa passion... on apprend bcq avec les gens passionnés. Bonne soirée...
Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Ce n'est pas ce que je fais...
Mais je connais cette école...

:-)

Image de Sabrina Ouznani
Sabrina Ouznani · il y a
Merci pour ce texte ! Merci. Votre personnage aurait pu être mon père :).
Enfant, dans notre petit appartement, nous avons vu défiler :3 singes Magot,1 fennec, 1 aigle royal qu'on a du amputer d'une patte, quand il déployait ses ailes il restait coincé dans notre étroit couloir. on était de corvée de mou et d'abats chez le boucher du quartier. La bêtise humaine doublée d'une cruauté.Dans un pays ou déjà l’être humain a si peu de valeur, alors de là à considérer que les animaux ont une conscience...l'enfant trouvait que c’était génial d'accueillir ces animaux, et nos KIKI 1 KIKI 2 KIKI 3 faisaient partie de la famille, puis finissaient au seul zoo du pays, ces stupides chasseurs considérant mon père comme un original un loufoque , nous ramenaient leurs trophées" car voyez vous, à la maison ma femme ne voudra pas ! vous, vous aimez les animaux hein?".
Loin de mesurer que cette ménagerie n’était que le reflet d'une société sadique !
Donc merci pour vos deux textes que je découvre ce soir, par hasard et grâce à Deddy Khan

Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Bonsoir El bathoul.
Je constate avec plaisir que vous avez eu des relations avec des êtres sauvages , ce sont des expériences extrêmement marquantes quand on est enfant.
Je ne sais pas si c'est l’émerveillement dut à l' âge qui permet un rapport différent avec les animaux ou alors si c'est eux qui arrivent à distinguer plus facilement notre état d'esprit à ces périodes là.
Peut-être que nous perdons parfois un sens quand on rentre dans l'âge adulte.... Enfin peut-être pas tout le monde...
Depuis que je suis enfant, je vis au contact des animaux et je crois que jusqu'à la fin je ne pourrai pas m'empêcher de lever un caillou pour voir s'il n'y a pas un lézard ou un serpent en dessous...
:-)

Dans une vie antérieure (il y a dix huit années même un peu plus) ; nous vivions avec quatre iguanes en semi liberté l'été.
Oching , le plus vieux, 1m 30, 4 kgs au mieux.
Igor, récupéré dans un aquarium avec six doigts cassés et baignant dans ses excréments, 1m 57, 7kgs 5. Balèze le type!
Moise, attrapé sur un mur , échappé d'un terrarium... Personne est jamais venu le réclamer.
Rexanne, c'était soit je la récupérai, soit elle y passai... Elle a connu des jours heureux, comme eux... Les autres qui vivaient en évoluant auprès d'eux et de nous:
Mario et Léa (deux Callopsittes)
Tessy (Tess), une perruche de Pennant. Grande perruche d' Australie (comme les Callos)
Willy, petit clown Agapornis (Inséparable de Fisher)
Et aussi
:-)
Kya, mamie Pinsher, récupérée à la SPA.

Et le plus bel être, j'ai vécu tant de choses avec elle... Ma Tosca, une chienne croisée.
Elle m'a suivi sur les montagnes de ma région, pluie, vent, neige, parfois les trois...
Quand tout est partie en éclats, quand je me levais avant le jour pour marcher... Durant deux années et demi, j'ai marché par ces montagnes, celles de ma région, une moyenne de vingt kms/ jour. Avec Elle. Faites le calcul. Je travaille en horaires décalés, fin de semaine (soit 05/17 ou 17/05).

Image de Sabrina Ouznani
Sabrina Ouznani · il y a
Exceptionnel ...entre deux patients pas pu m'empêcher de vous lire....a plus tard pour un échange:)...
Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Exceptionnel...
Vous me mettez dans une position à répondre de façon dont je ne pense pas demeurer exclusif.
Mais j’adhère.

Image de Sabrina Ouznani
Sabrina Ouznani · il y a
Oh ce n'était pas une obligation.peut être que le terme échange n'est pas approprié et oblige en effet à une réponse. Donc je reprend, je trouve exceptionnel ces histoires de vie avec les animaux. Ils nous apprennent sur eux et encore plus sur nous.l' âge n'a pas altéré ( pour moi) cette façon d'entrer en relation avec eux. Voilà ce que je voulais répondre:).
Bonne soirée

Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Non, le terme "échange" est ce qui est primordial! Je me suis mal exprimé, pardon! :-)
Image de Sabrina Ouznani
Sabrina Ouznani · il y a
L'inconfort de lire rapidement et de mal interpréter!!
Ahahah je vais me concentrer sur nos semblables et revenir plus "entièrement " à nos chèr semblables à plumes et a poils voire écailles....:)

Image de J.D.Flyman
J.D.Flyman · il y a
Bonsoir JACB.
Effectivement, les corbeaux sont extrêmement intelligents et possèdent une sensibilité très développée.
J' ai vu moi aussi les épouvantails sinistres dont vous faites état ainsi que des cadavres de moineaux tirés à la carabine à plomd et accrochés au pics des grillages... Je ne comprendrai jamais le pourquoi d'un tel acharnement... Il n'y a que l’espèce humaine pour faire ça...
Je vous remercie pour votre passage et votre lecture!
Bonne fin de soirée à vous!

Image de JAC B
JAC B · il y a
Les corbeaux sont très sensibles et très intelligents. Je suis toujours triste lorsque je vois parfois dans les champs leurs pauvres carcasses ailées bringuebalées par le vent pour effrayer les étourneaux ou tout autres oiseaux. Des mœurs rustres car chaque être a sa place dans notre monde. C'est une très belle histoire pleine de tendresse et d'émotion contenue Flyman. D'autant que je la visualise fort bien dans la campagne creusoise.

Vous aimerez aussi !