1
min

LE PÈRE JUDAS (d'après la nouvelle de Maupassant)

Image de Charles Dubruel

Charles Dubruel

11 lectures

3

Après avoir longé un petit étang,
Nous arrivâmes à un mas délabré.
Sur un des murs, j’ai repéré
Une croix tracée avec du sang :
-Joseph, qu’est-ce que cela ?
-C’est la ferme de Judas.
-Judas ? Quel Judas ?

Mon compagnon de marche ajouta :
-Le Juif errant. Une curieuse histoire.
Un vieillard passant par là un soir,
Demanda le gîte à la misérable
Femme habitant cette chaumière.
-Asseyez-vous, grand-père,
A-t-elle dit au pauvre diable,
Ce qui est ici est à tout le monde
Car ça provient de tout le monde !

Le vieillard la remercia de son accueil,
Partagea le pain,
Le vin,
Et sa couche de feuilles.

Comme la pauvresse chétive
N’allait ni à la messe,
Ni à complies, ni à confesse,
On l’avait surnommée la Juive.
Quant à lui, on commença ici et là
À l’appeler Père Judas.

Un jour, un fermier généreux
Donna deux cochons à ces malheureux.
Peu après, la juive décédait.
Judas l’enterra sous un pommier.
Pour se nourrir, il dut mendier
Mais comme les villageois le méprisait,
Ils ne lui donnaient pas un fifrelin.

Il disparut lui aussi un beau matin.

Quand on ouvrit la porte de la masure,
Les porcs détalèrent à toute allure.
À l’intérieur, on retrouva, dit-on,
Judas en partie dévoré par les cochons

Je n’ai demandé à mon compagnon
Ni comment ces animaux affamés
Purent se nourrir de la chair d’un vagabond
Ni pourquoi
Les paysans du coin avaient tant fantasmé
Sur le sang d’une croix.

Thèmes

Image de Nouvelles
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
L'horreur de la situation, certes mais aussi des réactions des soi-disant honnêtes gens !
·