LE PÈRE (1883) d'après Maupassant

il y a
1 min
20
lectures
6

Charles Dubruel grand-père, passionné de littérature et particulièrement de Maupassant  [+]

Un jour, dans l’omnibus de Suresnes
François Valette
Avait dévisagé Irène,
Une jolie brunette.
Il eut envie d’entamer la conversation.
Mais elle ne lui prêta pas attention

Le lendemain, il rêva
De la serrer dans ses bras.

Le surlendemain,
Elle lui serra timidement la main.

À la fin de l’année,
Elle a diné
Chez François
Mais elle lui avait toutefois
Demandé de rester convenable.
Pourtant, juste avant de se mettre à table,
François osa la câliner

Le lundi suivant, Louise devait se donner.
Mardi, elle lui lança d’un ton fier :
-Après ce qui s’est passé hier
Je ne veux plus vous voir, François.
Il insista : -« Épousez-moi. »
Elle refusa
Et le chassa.

Pendant trois mois, ils ne se revirent pas.
Puis, un soir, Louise vint trouver François :
-J’attends un bébé, mais tu ne le verras pas

-------------------

Cinq années s’étaient écoulées, quand François,
Un dimanche, se promenant au Bois,
Croisa, allée de Longchamp,
Une femme tenant par la main un enfant.
Il reconnut Louise. Il l’aborda.
Et elle lui avoua :
-Oui, cette enfant est votre fille.
Je l’ai appelée Bertille.
Mais ne cherchez jamais à la revoir.
Embrassez-la et partez. Au revoir.
6

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Majeure !

Francine Lambert

À l’aube de sa dix-huitième année Maryam était inquiète : « majeure » ! Quelle émotion et, en même temps, quelle angoisse ! Pourquoi fallait-il que la vie soit si... [+]