Le pensionnat

il y a
7 min
7
lectures
0
Un jeune homme ayant arrêter ses etudes apres l'obtention de son diplome en deuxième année, pour pouvoir les reprendre quelques années par la suite.
Arrivé en troisième année il se mis à la recherche d'une ecole dîtes prestigieuse et un pensionna, car ayant déjà fait l'expérience de la pension au lycée, il se rendit vite compte que cet atmosphere de travail etait plus propice à la réussite. Ce jeune homme de vingt-cinq années de sa propre initiative et donc d'aucunes influences de sa famille (celle-ci n'etait d'ailleurs même pas au courant de l'arret temporaire de ses études), et en toute discretion de ses amis (qu'il considère ne pas avoir forcément une bonne influence sur lui) sauf de sa petite ami qu'il adore. Décida de s'inscrire via l'internet, dans un pensionna situer dans une region du pays plus au nord sur une petite île isolée, appaté par la prestigieuse ecole, les jolies photos des bâtiments, les témoignages positifs et bienvaillants d'autres élèves sur le site, notre jeune homme dénommé Jahlil "Petit-Dieu/Petit-Jésus" (mais qui préférait mieux se faire surnommer Jon) originaire d'Afrique subsaharienne mais vivant en Ecosse, issu de bonne famille (ce qui le décida en fait à reprendre ses études car ne voulant pas dépendre de sa famille infiniment) decida de se lancer dans cet aventure académique. Tout se fit par internet, inscirption, paiement, et ce sans qu'il ne rencontra jamais personne, cela n'évoqua en lui aucun soupçon car dans ce monde contemporain tout est informatisé et ce parfois pour le mieux.

Le grand jour arriva Jon fit ses valises et embrassa sa copine avec qui il partageait son appartement. Le grand jour arriva lorsque Jon pris l'autocar, ensuite un bateau pour arriver sur l'île en question, il se rendit compte tout de suite, de l'atmosphere brumeuse, et du calme ambiant, ce n'etait pas pour lui déplaire. La distance entre le port et le campus universitaire n'etait que de quelques kilometres alors Jon se rendit à pied jusqu'a celui-ci valises en main il etait partit pour une semaine d'adaptation à ce nouvel environnement, Jon ne savait pas alors qu'il ne rentrerait peut etre jamais chez lui.

Au fur et à mesure qu'il se rapprochait de sa destination Jon eut à traverser une nationale (autoroure), il n'y avait que quelques voitures à ce moment, mais il pleuvait légèrement et celles-ci roulaient tellement vite que se fut vraiment difficile pour notre protagoniste de traverser la route, de l'autre coté de la route une personne qui avait l'air d'etre un étudiant, en tout cas de l'avis de Jon, marchait sur la bordure tout en regardant mathias essayant de traverser difficilement avec sa valise et son sac a dos, et a chaque fois qu'une voiture passait très près de Jon l'etudiant en question imitait en bruitant avec sa bouche comme le son d'une voiture qui frolait sa cible de justesse. Ce qui dérouta Jon car il etait de plus en plus déconcentré par cet individu qui semblait tout comme lui etre un étudiant et avec qui il pensait même déjà continuer le chemin jusqu'au pensionna.
Fractions de secondes après a cause de cette minute d'inattention, une voiture ralentie brusquement, les pneus crissent, notre protagoniste Jon se trouve dans la distance de freinage et se fait percuter, le choc etait tout de même assez impressionnant pour faire passer mathias au dessus de la voiture, l'atterissage sur le béton arrosé d'eau de pluie était plus douloureux que le contact avec la voiture en lui-même. Au fur et à mesure que le conducteur frenait, celui-ci sorti sa tete par la fenetre côté conducteur. Jon allongé par terre l'aperçu, le chauffard redémarra lentement puis continua sa route en accelérant comme si rien ne s'etait passé.
Jon choqué de ce qui venait de lui arriver, et conscient immediatement qu'il n'avait rien et donc avait e de la chance, etait impressioné et à la fois désorienté, allongé il se redressa, puis se mis sur ses genoux avant de se relever, chercha pour celui qu'il prit plus tôt pour un étudiant, mais celui aussi qu'il voulait accuser de l'avoir harcelé et d'avoir causé son accident... Mais rien! Plus une trace de cet autre jeune homme comme si celui ci n'avait jamais été là.

Jon apres avoir ramassé ses effets personnels, valise et sac à dos, continnua sa route vers le dit pensiona, car l'ayant localisé auparavant grâce à l'application Map sur son iPhone, Jon ne voulait traverser la route la national que pour faire raccourcit. Arrivé sur les lieux Jon vit en effet quelques etudiants éparpillés sur le campus, quelques étudiants par ci, et d'autres par là. Disposant aussi de la carte du pensionna sur son iPhone il su directement ou se rendre croisa quelques individus sur sa route, en leurs demandants s'ils etaient ancien élèves et si c'etait bien le bâtiment réservé aux pensionnaires de troisième année comme lui, mais hélas ceux-ci ne lui répondirent pas, aucun regard, tout le monde agissait comme si Jon était invisible, inaudible. Soudain un autre individu interpela Jon, Jon surpris se retourna pour écouter avec plus d'attention, un autre jeune homme, à vu d'oeil une ou deux années plus jeune que lui, lui dit que le batiment de ceux de troisieme année etait bien celui se trouvant sous ses yeux, et que lui même venait d'arriver, était nouveau aussi et avait déjà laissé ses affaires dans une chambre, il proposa même à Jon de l'aider à monter les siennes.

Arrivé dans l'entrée l'état chique des batiments vu de l'exterieur (ambiance ancienne maison en brique, comme un ranch de l'epoque ayant été reconverti en pensionna), ne collait pas avec l'état délabré des lieux du point de vu intérieur, Jon ayant déjà eu des problemes de respirations avaient une énième application sur son iPhone lui rendant compte du niveau d'humidité, et celui de ces lieux était très élevé, et dangereux pour ses poumons fragiles, dailleurs les notifications de son téléphone n'arrêtait pas de l'alerter, Jon qui en eut pris compte les ignora pour le moment, histoire de faire la connaissance de son nouveau camarade avec qui il decida de partager une même chambre. Il se nomme Redouane, un étudiant étranger d'origine turc, venu lui aussi a la conquete d'un diplome presstigieux pour ensuite se precipiter dans le monde du travail, n'ayant jamais vraiment aimé l'ecole Jon et Redouane se trouvait un point commun.

Les deux etudiants se confesserent n'avoir jamais vu un pensionna aussi délabré et insalubre, Jon fit même part a Redouane du taux d'humidité extrêmement élevé, ses craintes de plus en plus appuyées lorsqu'il se rendit compte des taches de moisisures sous le papier peint decollé et pendouyant. Jon & Redouane decidèrent alors de se séparer afin de visiter le batiment et aller à la rencontre d'autres etudiants de troisieme année comme eux.
Lors de sa visite individuel notre Joon tomba sur un petit garçon habillé avec des vêtements d'enfants qui n'etait pas de son age et qui semblait être d'une toute autre époque ce petit garçon avait dans ses mains une poupée, sans vêtements et à qui il manquait un oeil, et dont l'autre etaient d'un rouge très vif. Cette poupée semblait déjà bien usée. Jon demanda à l'enfant qui se tenait debout a quelques mètres devant lui au fond d'un couloir mal eclairé, s'il allait bien, l'enfant lui fit signe de la tete que oui et s'en alla ensuite sans que Jon puisse voir où, car il n'avait de totue façon lui-même aucunement envie de le savoir. Jon interrogé par cette scene inattendue se demanda alors immediatement où etait Redouane pour lui comter l'evenement venait de se produire.

De retour à sa chambre Jon retrouva Redouane qui lui y etait dejàà, il lui demanda comment sa petite escapade dans les locaux du batiment de troisieme annee s'était passée. Redouane lui répondit qu'ils etaient pour l'instant les deux seuls dans le batiment la rentrée académique étant le lendemain peut-etre qu'ils étaient venus tous deux un peu plus tot que les autres voilà tout.
Jon rassuré hesita a ce posé sur son lit, les draps etaient bien blanc mais ceux-ci avaient l'air d'avoir déjà bien servis, il se decida alors à les changer par ceux qu'il avait lui-même apporté, Redouane lui s'allongea sans probleme. Ils commencerent à discuter lorsque Jon fit part à Redouane de ses proccupations vis-a-vis de l'enfant rencontré plus tôt, Redouane quelque peu sceptique, changea d'avis lorsque de l'autre côté du couloir à travers la porte grande ouverte de leur chambre il pu apercevoir de ses propres yeux un petit garçon, avec une poupée nue et borgne, Redouane constata également que le style vestimentaire du garçonnet collait effectivement avec la desription que lui fit Jon. Vêtements couleur blanc-cassé trop, qui avait l'air issu d'une autre époque et bien trop court pour le garçon déjà très jeune qui les harborait. Redouane fit signe à son récent ami Jon qu'il a en ce moment même sous les yeux le garçonnet dont il lui parlait à peine; Jon se leva de son lit et pencha sa tête dans le cadre de la porte pour avoir ainsi un oeil sur le couloir, il vit lui aussi encore le jeune garçon agé d'environs six annees, le coeur de Jon palpita , il sentit tout de suite que quelques choses n'allaient pas avec cet enfant, et que la presence de ce petit garçon qui commençait à s'approcher de la porte de leur chambre avec une lenteur effrayante n'avait rien d'ordinaire.
Pour Redouane nul besoin d'avoir peur d'un petit garçon qui ne lui arrive que jusqu'aux genoux, celui-ci pris donc l'initiative de s'approcher du petit garçon, posa sa main sur la tête du petit gars et lui demanda comment il allait et s'il s'était perdu, à ce moment là! La bouche de la terrifiante poupée s'ouvra et un liquide blanc en sorti comme pour venir gifler avec violence le visage surpris d'horreur de Redouane, un liquide blanc comme lait, mais à la texture d'encre de Chine, Jon choqué par ce qui venait de se passer etait tétanisé et ne pouvais bouger ni pour venir en aide à son camarade ni pour fuir, Redouane quant à lui pris essaya tant bien que mal, tout en criant au diable, de prendre ses jambes à son coup, mais il avait l'air de suffoquer, s'écroula, pendant que son visage semblait fondre laissant place à la vision d'horreur de la façade osseuse démasqué de son visage calciné.

Jon continuait malgré lui à assister à la scène, le petit garçon qui se penchait vers le sol, et commença lécher la sorte de vomis blanchâtre qui était sortie de la bouche de la poupée, la poupée qui pointait du doigt la dépouille de Redouane, comme un maître qui ordonnait à un chien, le petit garçon ayant terminé son entrée se dirigea ensuite vers son plat de résistance. Quelle scene horrifiante et insensée, que se passait-il dans cet pension, ou etait-ce un ancien hopital psychiatrique pour enfants? Plusieurs pensées traversèrent la tête de Jon à ce moment là toute pensée sauf la capacité à s'échapper du danger imminent, Jon était comme pétrifié. Affolé d'angoisse mais pris d'une crainte paralysante, il continua à assister à cette scène de boucherie, la tête toujours penchée au recoin de sa porte, assistant le petit revenant, ce glouton cannibal au sol qui se régalait, Jon pu alors percevoir les bruits des sons très précis, ceux qui émanait du vorace hors qu'il léchait avec appéti et suçait les os de Redouane afin d'aspirer leur moelle après ça ce qu'il restait de Redouane? Plus rien qu'un tas d'os broyés!
L'insatiable se releva, assis sa poupée sur le sol, comme essayant de lui trouver une place aux premières loges. Il pris son départ et se mis à courrir vers Jon en criant d'une voix joviale:"Papa!". Jon alarmé par la mort imminente parvint à lui crier de le laisser en paix, Mais l'enfant souillé de sang n'en démordi pas, se frayant un chemin à travers le cadre de la porte de la chambre de Jon, il se lança dans ses bras, lumière brusquement éteinte, porte violement fermée, le scintillement d'un demi-regard écarlate, Jon ne rentra jamais chez lui.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,