Le paresseux

il y a
1 min
331
lectures
25
Qualifié

Contemplatif qui aime la mer et les ressacs.

Image de Très très courts
Le paresseux interrompu dans sa sieste par une circonstance parasite, au demeurant occupé à épouser de son corps les aspérités d’un hamac acquis de haute lutte dans le marché local déserté, se dira victime d’une malédiction contrariant sa vocation à ne rien faire de son existence que subir tranquillement une gravitation l’ayant pris en grippe.
Se maintenir en vie, immobile, lui coûte, se mouvoir et s’investir le ruine...
Lui qui hier encore coulait des heures paisibles et jumelles, le voici désormais contraint de mettre ses aptitudes mirifiques au service de la collectivité. Cette fois-ci, nulle possibilité d’opposer une fin de non-recevoir, l’embuscade est redoutable, la communauté très bien armée...
Désormais partie prenante du tourbillon urbain alentour dont il se pensait exclu, il accélère la cadence en calquant ses pas engourdis sur ceux, alertes, de ses congénères occupés à s’occuper.
Des leurs, en apparence, il fait en ce jour partie. Le masque irrespirable et le mimétisme étudié confondent les plus avertis cependant que, déjà, s’annonce le retour de manivelle, cruel et lénifiant...
Le ralentissement du métabolisme le ramène à la réalité, l’odeur de l’effort dont il se sera parfumé à la dérobée, se transforme rapidement en remugle amer de la traîtrise ! Où est mon hamac, pense-t-il, que je l’acclame.

25

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !