Le nombre d'or

il y a
2 min
210
lectures
49
Qualifié

" L’écriture, pas moyen de l’empêcher d’aller là où elle veut." Jacques Serena / "L'acrobate"

Image de Grand Prix - Printemps 2022
Image de Nouvelles

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Au milieu de mon adolescence, je m'envolai brusquement dans le bleu des mathématiques. Je ne m'y attendais pas : j'avais jusque-là suivi les cours d'une oreille éteinte en griffonnant des dessins et des poèmes. L'univers mathématique me semblait glacé, sec, presque carcéral. Sur mes feuilles, un petit peuple grec guerroyait au milieu de mes pattes de mouche : alpha voulait être premier et traitait bêta de ce qu'il était. Bêta disait que sans lui, etc., epsilon ne la ramenait pas beaucoup, il était voué au petit rien qui embêtait tout le monde, il savait que quand les choses se compliqueraient, il deviendrait indispensable, delta roulait des mécaniques, thêta était inexistant, quant à oméga... Mais j'y reviendrai. Rien d'exaltant, donc, surtout que pour le moment tout se réglait en bas de page, chacun prenait une valeur ou disparaissait, bon vent.

Et puis, dans ce cours austère, on se mit à me parler d'infini... L'infini, c'est ça qui m'envola ! Bien sûr, la rêveuse, poétesse en herbe et philosophe ingénue que j'étais en avait déjà cherché les inaccessibles contours, mais voilà qu'on me demandait de m'en approcher avec un rien de réalité. Alors, je me mis à tracer en rouge désir les asymptotes que mes courbes racoleuses frôlaient de plus en plus près sans jamais les atteindre. Un délice... Puis, surgirent du néant les nombres imaginaires, ces nombres dont le carré pouvait être négatif. Des carrés négatifs ? Toutes mes certitudes furent d'un coup anéanties. J'en restai un moment abasourdie. Peter Pan pouvait aller se rhabiller : dans la vraie vie des vrais gens, il y avait donc des nombres imaginaires... Bien sûr que non, mauvais raisonnement, pas dans la vraie vie ! Et c'est là que je compris que tout cela n'était en fait qu'un jeu.

Malgré tout, on ne s'amusait pas toujours dans ce monde devenu flou : avec i (tiens, et pourquoi pas iota ? Mystère...), le premier des imaginaires, débarqua thêta, et sinus et cosinus, déjà passablement pénibles avec leurs foutues formules, mirent encore la barre un peu plus haut. Mais plus rien ne me faisait peur, j'étais excitée comme une puce dans l'attente de la suite. C'est là que par hasard je tombai irrémédiablement amoureuse d'oméga bien qu'on ne m'en ait jamais parlé. La poésie n'y était pas pour rien : « Tu seras de ma vie l'alpha et l'oméga », avait écrit un humain qui, en plus, s'appelait Lhomme. Où était-il ? me demandai-je, tandis qu'alpha reprenait des couleurs. Je levai un œil torve sur les garçons qui m'entouraient. Il y en avait beaucoup plus que de filles, lesdites filles étant parties étudier les langues ou la littérature, comme j'aurais dû le faire. Les garçons étaient intéressés : j'étais une pièce de choix dans un univers vide. Mais pas moi : à tous manquait l'éclair de joie que je ressentais en me baladant sur un ruban de Möbius, en descendant en luge le velours d'une courbe de Gauss ou en prenant le supersonique de l'exponentielle. Les mathématiques, certes ils les aimaient, mais pas comme il aurait fallu. Ils ne s'amusaient pas, ils travaillaient !

Et, enfin, est arrivé le jour de mon oméga. Je l'ai vu venir de loin, tranquille, en retard comme il le serait toujours, avec son pull rayé improbable. Mais : yeux bleus, boucles noires, sourire taquin, charmeur... Il m'a joué du piano, m'a écrit des poèmes. J'ai tout raconté – le velours de Gauss, le ruban de Möbius, le supersonique – en guettant l'éclair dans ses yeux et, bon sang, il y était ! Et, un soir, tandis qu'il mesurait du pouce mon visage pour vérifier s'il respectait la divine proportion, celle de phi, le nombre d'or, il a attiré mon menton vers le sien et j'ai tout oublié des mathématiques.
49

Un petit mot pour l'auteur ? 89 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
il n'y a pas que les maths dans la vie, et puis moi, ça me donne mal au crâne :-)
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
Ah mais ai-je dit qu'il n'y avait que les maths ? N'ai-je pas aussi parlé d'amour ? ;-)
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Moi je n'ai rien oublié des mathématiques vu que je n'y ai rien compris. Vraiment, en la matière, j'étais échec et maths ;ce n'était pas ma thématique. Mais j'aurais bien aimé faire comme la narratrice, y trouver du plaisir. Je me serais moins ennuyé. Ironie du sort, pendant qu'elle étudiait les sciences dures moi je me délectais des sciences humaines. Ce qui me permet d'apprécier aujourd'hui à sa juste valeur ce récit poétique, fin et charmant. Incidemment, sachez que ça s'est terminé pour moi un peu comme pour la narratrice, j'ai épousé une prof de... svt !
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
En fait, je n'ai pas tout oublié définitivement non plus ;-)
Les sciences humaines, je crois que j'aurais adoré ! Il m'est arrivé ce qui arrive à beaucoup de "matheux" : l'informatique ! Et ça, c'est du dur de dur et pas vraiment poétique. Vive les sciences "molles" !

Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Avez vous déjà essayé de mettre en volume le ruban de Moebius ? Un exercice sur mesure pour les amoureux des maths. (je peux vous en envoyer une photo.)
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
Oui, je sais faire un ruban de Moebius avec une bande de papier. Merci d'être passée par là, Mireille.
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Non, non, je parle d'une vraie mise en relief. ça a énormément amusé mon mari ingénieur.
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Moi aussi j'ai oublié les mathématiques, pour d'autres raisons, semblables. Les mathématiques c'est pas automatique. Et pourtant, approcher l'infini c'est vertige de l'amour. Un bain de jouvence dans cet univers au vocabulaire si particulier. Humour et amour s'accordent ici dans une belle équation où deux inconnus vont inventer leur univers.
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
Vertige de l'amour, oui, oui, je suis d'accord ! Merci pour ce joli commentaire !
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Très romantique ces mathématiques
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
Absolument ! Merci Fleur.
Image de Mireille d agostino
Mireille d agostino · il y a
Je sens que je vais me mettre aux mathématiques...
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
Quelle bonne idée ! Mais il ne faudrait pas que ça empiète sur votre temps d'écriture, ce serait dommage...
Image de Zou zou
Zou zou · il y a
Rendre sympathique les maths c'est de.... l'art !
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
un talent que certains enseignants possèdent et d'autres non. merci Zou zou.
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Faut juste espérer qu'il ne prenne pas la tangente, mais ça c'est tomber dans un cercle vicieux !
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
;-) Merci Michel
Image de Dominique Gil-Coste
Dominique Gil-Coste · il y a
Un très joli texte ! Bravo !
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
Merci !
Image de Célyne Bouchentouf
Célyne Bouchentouf · il y a
Bravo pour ce texte !
Je retiens que l'Amour est plus fort que tout, plus fort que les mathématiques.
En maths, on compte. Mais en amour, on compte aussi. On compte pour l'autre. On compte sur l'autre.
Tout est finalement mathématiques !
Je compte sur vous pour nous faire découvrir, très bientôt, d'aussi beaux contes...

Image de Pierre-Yves Poindron
Pierre-Yves Poindron · il y a
Ou, en amour, on ne compte pas... sa peine, son temps, son argent, son énergie, ses sentiments, etc etc... Mais peut-être que je me raconte un conte.
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
Joli commentaire, Célyne. Mais ne comptez pas trop sur moi, quand même : mes textes sont plutôt tristes d'habitude (je parle des nouvelles)

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Lettre à Claire

Céline Laurent

Très Chère Claire,
Je connais déjà tant de vous, et pourtant, je ne vous ai pour ainsi dire jamais vue. Depuis maintenant six mois, je vous frôle, je vous devine ... [+]