5
min

Le mariage de Lucky Luke (hors concours)

Image de Sauvagere

Sauvagere

166 lectures

40

- Grand-père, raconte-nous encore le mariage de Lucky Luke !

- Par chance, ce jour-là toute notre famille paparazzi-vautours est à pied d’oeuvre : Papa devant les Pompes Funèbres, mon frère Bare Neck et moi, Long Neck, sur nos poteaux télégraphiques. Même notre petit frère, Short Neck, celui que Maman a eu avec un hibou (une erreur par une nuit sans lune), a tenu à nous accompagner, bien qu’il ait tendance à dormir le jour.
Quand le train arrive à Nothing Gulch à l’heure exacte, nous comprenons que c’est un jour spécial. Le chef de gare, qui était dans son jardin, arrive en courant et jurant. Devant la gare, attend le corbillard, recouvert de draps blancs et décoré de guirlandes de roses en papier. C’est le seul véhicule dont on dispose ici. Les chevaux somnolent sous leurs housses blanches.
Le conducteur du corbillard, en frac, chemise blanche et nœud papillon, fait les cent pas sur le quai. Cling, cling ! Des bottes avec éperons ? Une mèche brune qui s’échappe sous le haut-de-forme ? et le brin d’herbe entre les lèvres...

- Lucky Luke ? Mais que fait-il dans cette tenue ?

- Ma Dalton et les dames patronnesses ont décidé de le marier. Un beau célibataire dans un village, ce n’est pas bon pour la paix des ménages. Par lassitude et désœuvrement, le cow-boy a accepté car il ne se passe plus grand chose à Nothing Gulch depuis la réinsertion de la famille Dalton qui veille désormais sur les destinées des habitants.

- Les Dalton ?

- Oui, Ma dirige le saloon, avec Averell au comptoir et à la cuisine ; Joe, trop petit pour être derrière le comptoir, gère la banque, juché sur son tabouret ; William tient le salon de coiffure pour dames et toilettage pour chiens, aidé par Rantanplan qui sert de modèle pour ses créations ; Jack a repris l’épicerie-droguerie, après avoir épousé la fille de la maison.
Ce pauvre Lucky Luke, nommé shérif par intérim, s’ennuie à mourir, à surveiller une prison désespérément vide. Alors, pourquoi pas une petite femme qui lui préparerait des pommes de terre au lard ?

- Bon, alors le train arrive...

- Minute ! Une foule de voyageurs endimanchés descendent et envahissent le quai : les cousins Dalton, Jessie James, le petit Billy, Pat Poker, Bad Ticket, des Mexicains sous sombreros, Joss Jamon, Phil Depher, le docteur Doxey, les fermiers Felps, une délégation Cheyenne menée par Chien Jaune, de belles dames en robes à tournure, et bien d’autres encore...

- Toutes les vieilles connaissances, invitées à la noce de Luke !
- Invitées par les Dalton, c’est bizarre, non ?

- Tous saluent Luke sans le reconnaître dans cette tenue. Il invite les dames à s’asseoir dans le corbillard, les messieurs suivront derrière. C’est au pas lent d’un cortège funèbre qu’ils quittent la gare pour se diriger vers le centre de la petite ville où ils seront logés au saloon et chez l’habitant.
Rantanplan, bouclé de frais, les accueille en montrant les dents.

- Et Jolly Jumper ? Où est-il ?

- Il boude derrière le hangar du maréchal-ferrant. Ce mariage ne lui plaît pas du tout. Fini, les virées à travers déserts et canyons, les bivouacs au clair de lune, les poursuites échevelées, les parties d’échecs ! Rangé, l’harmonica !

- Enterrée, la vie de garçons ! Et la fiancée ?

- Cette future épouse, qui doit arriver par la diligence avec les notables demain (c’est qu’on n’attendait pas le train si tôt), qui est-elle ? On ne l’a jamais vue, c’est Ma Dalton qui a choisi la fille de Calamity Jane, une éclaireuse mythomane qui a tourné un moment autour de Luke ! Elle va vouloir mener son homme au fouet et aux éperons, et le pauvre cheval n’aura droit qu’à l’écurie... Des larmes coulent des yeux de Jolly Jumper.

- Ça pleure, un cheval, grand-père?

- Parfois. Bon, le soir, tout le monde est casé, après un gros souper revigorant préparé par Averell (ragoût de serpent aux pousses de cactus) et un spectacle de danseuses un peu dévêtues qui ont défilé comme des Horseguards sous les ordres beuglés par le major Joe Dalton, tandis que Ma, à sa caisse, tricotait de la layette rose pour le futur bébé de Jack.

- Tout va bien, donc !

- Non, pas pour tout le monde. La suite, c’est notre demi-frère Short, qui travaille de nuit, qui nous l’a racontée. Papa, Bare et moi, étions allés nous coucher..
Donc, sur son bat-flanc, dans la prison, Luke ne peut pas dormir. Et si Jean, la fille de Calamity, ressemblait à sa mère ? Si c’était une virago excentrique ? Il finit par enfiler ses vêtements de cow-boy et va marcher sous la lune pour se calmer un peu. Dans la grange, Jolly Jumper recule quand il veut le caresser, prêt à ruer. Luke erre, triste et seul, dans les rues désertes. En passant à l’arrière du saloon, il voit de la lumière allumée dans la cuisine, malgré l’heure tardive, et entend une discussion animée. Il pose une oreille contre les planches et reconnaît les voix des Dalton :

« -- Ça ne m’arrange pas d’aller braquer la banque cette nuit, avec tout le travail qui m’attend pour le repas de noces, dit Averell.
" -- On ne peut pas laisser les cousins faire ça tout seuls, répond Joe. Et nous avons un rang à tenir devant Jessie James, Phil Depher, Billy et les autres...
" -- Allons, les enfants, intervient Ma, vous n’allez pas vous dégonfler. Qu’en penserait votre père ?
" -- Tu as bien les clefs, Joe ? interroge William.
" -- Bon, dit Jack, on y va à minuit, comme convenu. Tu ouvres la porte aux copains, on vide les caisses, on referme ni vu ni connu, et demain matin, dès qu’arrive la diligence, on saute dedans et on file.
" -- Je n’ai pas très bien compris pourquoi nous allons voler notre propre argent déposé dans les coffres. Explique-moi, Joe, demande Averell.
Il y a un silence gêné.
" -- C’est vrai, ça, mon tout petit, réplique Ma. Mais au fait, il y a de belles récompenses pour la capture de tous ces hors-la-loi, morts ou vifs, non ?
" -- Plutôt vifs que morts ! Nous les faisons entrer, nous les arrêtons, les livrons et touchons les primes. Ils seront emprisonnés, alors nous les ferons évader, puis nous les arrêterons, les livrerons et toucherons à nouveau les primes. Bonne affaire ! »

- Ils sont malins, quand même, ces Dalton !

- Oui et non. Sans faire de bruit, Lucky Luke se glisse dans la grange et explique à son cheval qu’ils vont pouvoir s’amuser. Jolly Jumper piaffe déjà d’impatience.
A minuit, des ombres se glissent silencieusement dans les rues de Nothing Gulch. Short les suit discrètement, en se retenant de hululer
.
- Hou, hou...
- Chut !

- Haut les mains ! crient les quatre Dalton d’une même voix quand tout le monde est entré dans la banque.
- Plus personne ne bouge ! s’écrie alors Lucky Luke, arrivé dans leur dos, pistolet en main. Mais il laisse sortir les frères Dalton avant de refermer la porte à clef sur les voleurs.

- Bien fait !

- J'en ai encore les plumes du dos tout hérissées ! Le lendemain, quand arrive la diligence menée à grands coups de fouet et de jurons par le cocher Hank Bully, le Juge Roy Bean, aidé du capitaine Barrow, n’a plus qu’à prendre livraison des bandits. Pour tout ce petit monde, le maréchal-ferrant a fabriqué en vitesse des menottes à partir de vieux fers à cheval.

- Et le mariage, alors ?

- Avec tout ça, on avait complètement oublié la mariée. Surprise ! Une grande fille timide sort de la diligence et adresse un sourire ébloui à Averell qu’elle prend pour son fiancé.
Le shérif, de retour de sa cure de désintoxication, se lance alors dans un discours :
« Je tiens à saluer le dévouement de la famille Dalton qui nous a permis d’arrêter les pires bandits de l’Ouest. Mais avant tout, je dois remercier mon camarade Lucky Luke qui a rempli mes lourdes fonctions pendant mon absence... »

- Quelle belle fin, marié et médaillé le même jour...

- Mais attendez donc ! Lucky Luke et Jolly Jumper ont déjà disparu derrière la colline ! Papa, mes frères et moi, nous les suivons quelque temps. On entend dans le vent :
« I am a poor lonesome cow-boy, far away from home... »
40

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Histoire un peu déjantée, avec les héros de mon enfance, j'adore !
·
Image de Clémence Gnintedem
Clémence Gnintedem · il y a
Titre accrocheur, texte très divertissant. Et Grand-père, tel un griot, c'est parfaitement conter les histoires. Merci💚
Je vous invite, s'il vous plait, à découvrir ma nouvelle en compétition
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/amour-ou-raison

·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
C'était au temps du concours Lucky Luke ? Ils y sont tous pour notre bonheur
·
Image de Sauvagere
Sauvagere · il y a
Merci pour cette visite. Oui, c'était au temps où… mais je ne voulais pas participer aux concours afin de rester maîtresse de mes écrits.
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un très bon moment de lecture, je vous remercie. A l'occasion je vous invite à pousser les portes de mon univers.
·
Image de Chantane
Chantane · il y a
bon moment de lecture
·
Image de Guilhaine Chambon
Guilhaine Chambon · il y a
J'ai passé un bon moment en vous lisant. Je vous invite à découvrir Au fait qui est finale. Et si le cœur vois en dit de visiter ma page. Belle soirée
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Eh bien, un mariage très original ! Bravo, Sauvagere, de nous avoir fait revivre Lucky Luke et tous les seconds rôles qui l'ont épaulé durant 70 ans ! Vous avez mon vote.
Mon sonnet Tarak que vous avez apprécié est en finale. Lui apporterez-vous un nouveau soutien ? http://short-edition.com/oeuvre/poetik/tarak Merci d'avance.

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle histoire pour notre cher Lucky qui mérite le Bonheur ! Mon vote ! Mon œuvre,“Kidnapping”, est en Finale pour le Prix Court et Noir 2017.
Je vous invite à venir la lire et la soutenir si le cœur vous en dit.
Merci d’avance et bonne journée !

·
Image de Pierre Priet
Pierre Priet · il y a
Bravo! Mon vote évidement ! Je vous invite, si vous trouvez le temps a lire ma nouvelle " blizzard" en finale :)
·
Image de Alain Adam
Alain Adam · il y a
Sacré Luc! Mon vote...
·