7
min

Le Lasso de Hestia ou le Lasso de Vérité de Superwoman

Image de Sendy Adjih

Sendy Adjih

39 lectures

7

-Toute histoire commence un jour, quelque part. Ce n'est pas juste une légende. On dit bien qu'il n'y a pas de fumée sans feu et bien voilà... Mais attendez... Un vrai lasso?
Elle rit de bon cœur.
- ‘Vous êtes tombés dans le panneau ? Un lasso vraiment ?’
Devant moi, se tenait cette vieille femme dont je ne pouvais deviner l’âge, mais dès que j'ai vu les cheveux si gris, j'ai commencé à douter de la biographie que j'avais lu la veille. Cette femme ne pouvait pas avoir plus de 80 ans, c'était impossible. Elle ne faisait guère son âge. Je la regardai, complètement confuse, ses yeux brillaient d’amusement à mon affirmation, mais c'était une vérité de base, Superwoman avait un lasso qu'elle utilisait pour contraindre les Hommes à dire la vérité'.
-‘ Oh, alors elle ne l'utilise que sur les hommes ?’ réussit-elle à articuler entre deux rires
J’hésitai, ne comprenant pas où elle voulait en venir.
‘Eh bien, les hommes avec grand H, je crois ou selon les termes de la rectitude politique, ‘l'humanité' fut ma réponse.
Elle roula ses yeux et répéta en imitant ma voix 'rectitude politique'. Elle me servi gracieusement une boisson chaude pendant qu'elle me laissait baigner dans le suspense. J'étais si confuse par l'idée que cette vérité imaginaire puisse être contestée que je ne bronchai pas quand elle me tendit la tasse. Elle dû gentiment la mettre dans ma main. L'odeur n'était pas dérangeante et pourtant ce n'était pas quelque chose que je reconnaissais, mais le regard de la dame était si rassurant que je décidai de boire le contenu quand même. Après la première gorgée, j'étais convaincue qu'il y avait quelque chose d'absolument spécial chez cette femme, sinon comment aurait-elle pu deviner mes goûts en matière de thé ? Je tournai vers elle un visage agréablement surpris, la femme me sourit savamment et m’expliqua.
-’C'est une boisson Magla. Elle prend le goût de vos intentions, maintenant je sais que votre cœur est pur et qu'aucun mal ne vous amène ici. Si c'était le cas, la boisson aurait été la plus amère que vous ayez jamais connu’ .
Mon esprit criait 'Magie, Magie, Magie, c'est une sorcière, lève-toi et pars' ; mais rien dans son regard n'était menaçant et avant que je ne puisse articuler la question qui trottinait dans ma tête, elle continua.
‘-Parlons de ce qui vous emmène ici très chère’.
Elle s'assit en face de moi, dans un fauteuil confortable qui semblait destiné à raconter des histoires et à donner des conseils. Le fauteuil avait le même aspect velouté vert chaud des moisissures dans les forêts, ce vert réconfortant de mère nature. Elle s'y enfonça avant de commencer à parler.
‘Très chère, le seul lasso qui était en la possession de Superwoman était le triangle du plaisir et toutes les femmes en ont un. Je sais que beaucoup de gens pensent que cette histoire n'est rien de plus qu'une illusion, un autre mythe issu de l'imagination fertile d'un esprit humain, mais c'est plus que cela’.
J'ouvris grand les yeux pour la regarder, mais cela n'arrêta pas le cours de sa narration.
‘L'histoire de superwoman est une vraie légende, mais laissez-moi clarifier les choses pour vous. Le Lasso de Hestia ou de Vérité est la partie génitale féminine'. Je crachai le thé que j'avais en bouche, je n'étais pas prête pour l’entendre celle-là, c'était si crûment dit, je ne m’attendais pas à ce qu’une femme de son âge puisse utiliser un langage aussi dénudé d’élégance et de discrétion. Un langage si mondain, si...
-Oui, le vagin est le lasso de Hestia', confirma-t-elle lentement. ‘Appelons un chat un chat, voulez-vous ? Nous sommes toutes adultes ici, n'est-ce pas ?
Une île pleine de femmes et vous pensez qu'elles n'ont pas fait autre chose que d'apprendre à se battre, comme des hommes ? Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'elles étaient une société. Elles avaient un conseil des anciennes qui détenait le secret du Lasso et le transmettait aux combattantes à chaque nouvelle lune. Le triangle de plaisir entre nos jambes regorge de tant de secrets. Nous femmes contrôlons le monde, la terre est à nous. Le mythe d’un Dieu masculin ne peut être autre que dérisoire, la création elle-même montre que seules les femmes peuvent créer et porter la vie et nous sommes ainsi les déesses de cette terre. A qui appartient le pouvoir, sinon au donneur de vie ?’
Elle s'arrêta pour prendre une gorgée de sa tasse et soupira.
‘Mais les femmes sont trop dispersées pour comprendre cette vérité fondamentale, elles veulent être reconnues pour des choses qui n'ont pas d'importance et oublient ce qui compte. Il y a longtemps, un groupe de femmes, détentrices de la vérité sur les " femmes " ont été persécutées et chassées sur l'île où Superwoman a grandi. Ces femmes ont découvert la vie éternelle cachée dans la femme et ont utilisé leur science et leur magie secrète pour équilibrer le monde et les influences qui l'entourent.’
-’Pendant des décennies, elles ont vécu sur une île sans hommes, comment croyez-vous qu'elles aient survécu ? Comment pensez-vous qu'elles se soient multipliées? Par parthénogenèse. Nous connaissons tous la vérité biologique selon laquelle, pour procréer, il faut une fécondation de l’ovule. Sans contester aucunement ce fait, je dois cependant ajouter que l'erreur commune est de penser que c'est la seule façon de créer la vie.’
- ‘Parthénogenèse ? Je répétai dépitée, je n'en ai jamais entendu parler’.
Elle énonça alors le mot pour que je puisse mieux l’entendre.
- ‘P-a-r-t-h-é-n-o-g-e-n-è-s-e. C'est du grec Parthénos qui signifie vierge et Genèse qui signifie création’.
Mon visage s'illumina aussitôt et avant que je ne puisse exprimer mon idée, elle hocha la tête en souriant.
- ‘Oui, l’Immaculée Conception. Jésus est l'exemple le plus proche qui pourrait illustrer ce processus, mais dans la plupart des livres de biologie, vous lirez que seules quelques espèces de plantes et d'animaux peuvent se multiplier en utilisant cette technique. La plupart des gens préfèrent un mensonge confortable à une vérité difficile donc personne ne questionne quoi que ce soit.
Mais en vérité, les femmes n'ont pas besoin des hommes pour créer la vie, elles peuvent invoquer la vie si elles le veulent. A condition mais qu'elles suivent un certain style de vie, tout comme les femmes de l'île. Vivre dans la vraie connaissance de qui elles sont et créer un équilibre entre les différentes influences de ce monde. Les femmes de l'île ont influencé tant de grandes dirigeantes et enseignantes de ce monde, mais rien que vous puissiez connaître, parce que le monde ne diffuse pas de telles choses. Les sujets qui parlent de sauver l'humanité avec d'autres points de vue que ceux du monde n'intéressent personne’.

-Mais... Je l’interrompis, le monde est tellement petit maintenant et nous savons presque tout sur tout le monde.

- Et que saviez-vous de moi? Aviez-vous entendu parler de moi dans les journaux ou même de parthénogenèse ?

-Je ne dis rien et secouai la tête tout en tenant ma tasse assez haut pour couvrir mon nez, comme un enfant embarrassé. Je ne savais rien des choses dont elle parlait et pourtant j'avais l'impression d'être une personne assez éduquée. Un rat de bibliothèque pour être précis, une personne qui pourrait dépenser tout son argent en livres, et toujours excitée à l'idée de lire. Je passerais tout mon temps à lire si je le pouvais, mais toute ma vie est pavée de livres recommandés par mes amis, ma famille, mes proches, mes parents... Jamais il ne m'est venu à l'esprit de faire mes propres recherches sur d'autres sujets défiant la normalité. Cette femme a peut-être raison, les gens cherchent des mensonges réconfortants.

- ‘Tu m'écoutes?’
Demanda t-elle en me ramenant à ma réalité.
Elle enchaîna sans attendre:
-’ Comme je l'ai déjà dit, l'île avait un conseil, mais aussi une lignée de porteuses de vie qu’on appelait les porteuses de lumière et enfin les combattantes. Parce que les porteuses de lumière devaient avoir un certain style de vie, elles vivaient dans l'isolement dans un environnement pur où aucun mal n'était dit ou fait; la nourriture consommée est seulement produite sur leurs terres sacrées. Personne n'avait le droit de fouler leurs terres. Seule leur prêtresse qui est la plus vieille porteuse de lumière pouvait sortir du territoire pour des réunions et des conseils. Quand elle était prête à mourir, elle pouvait décider de préparer sa prochaine protégée à la tâche et lui donner tous les pouvoirs qu'elle a acquis et dompter ou alors elle peut décider d'emporter avec elle tout son savoir si aucune protégée n'est réellement prête. Dans ce cas l’évocation simple de son nom conduira à une action immédiate et à la réalisation du souhait. Ceci est valable jusqu'à ce que l'une d'entre les protégées murissent pour prendre les rennes.
Les combattantes étaient le groupe le plus organisé parmi ces femmes, elles étaient séparées en plusieurs groupes et étaient responsables de l'entretien de l’île. Elles avaient aussi un régime alimentaire particulier pour rester fortes, belles et intelligentes dans le monde visible et invisible. Le monde invisible est si vaste et pourtant si enrichissant et c'est là que réside leur véritable force. Parmi les guerrières, il y avait des chercheurs, des sorcières, des muses, des nymphes. Elles ne se préparaient pas uniquement pour les combats physiques, ainsi donc les techniques de combat étaient enseignées, mais elles préféraient utiliser leurs attributs féminins. Certains pourraient trouver cela boiteux, mais le but de la guerre est de gagner et les femmes ont toujours été la plus grande faiblesse des hommes. Toujours....’

******************************************
Madame Larafale ferma le manuscrit et leva la tête. Qu'est ce qu’elle venait de lire? Confuse, elle enleva ses lunettes, elle voulait relire le manuscrit pour être sûre du sentiment qu'il créait en elle. Le même nombre de pages et elle n'en revenait toujours pas. Elle entendit cogner à la porte et compris que son rendez-vous de 15h était là.
-Entrez! Lança t-elle de sa voix velouté.
Il y eut un mouvement de poignée et bientôt devant elle une jeune fille, une vingtaine d'années, l'air plutôt intimidé se tint.
-Bonjour Madame, vous avez demandé à me voir?
-Oui asseyez vous donc.
Elle lui laissa un moment pour s'installer.
-Vous êtes bien mademoiselle Mé-dé-wa.
-Oui Madame
-Bien. Je tiens en mains votre devoir pour la littérature libre sur le sujet de la féminité.
-C'est bien votre histoire, Le Lasso de vérité n'est ce pas?
-Oui Madame, ça vous a plu?
-Et bien...c'est tout un manuscrit que vous avez écrit là. Je n'ai même pas fait la moitié.
-Je me suis un peu emportée, je le reconnais.
-Bon, je vais passé le style d'écriture morose le manque de décor apparent et ce dialogue interminable entre ces deux personnages pour parler du thème de fond. Où voulez vous en venir avec cette histoire?
-Pardon? J'ai pas bien compris la question
-Quelle est le fond de votre histoire? On comprend que vous soyez partie de l'histoire de Superwoman mais pourquoi réécrire l'histoire?
-Vous n'avez pas tout lu, si?
-Pas encore en effet. Je dois avouer que le langage utilisé n'a pas été attrayant. Un mélange de style qui donne une impersonnalité complète à votre histoire. Les personnages manquent de personnalité. Le temps de la narration c’est le passé simple ou l'imparfait? Comment décidez vous? Et ces fautes? Et comme je l'ai mentionné ce long dialogue nous fige dans un semblant de suspens très mal formé, une description du lieu où se tient cette conversation aurait peut-être donné plus de contexte à votre histoire. Mais le fond reste intriguant. Pourquoi?
-Vous auriez compris si vous aviez fini. Je voulais réinventer la féminité, le féminisme et toutes les considérations modernes qu'on incubent à la femme. Et si c’était différent?
-Vous estimez que le blasphème sur l'Immaculée Conception est à prendre à la légère?
-Ah ça... ce n'était qu'un élément illustratif je ne voulais offenser personne. Mais si vous aviez fini le manuscrit vous auriez découvert que je parle des femmes souches depuis la création. La femme africaine et ses soeurs des autres continents.
-Tout ça pour nous dire que la femme moderne se trompe à vouloir l’égalité dans un monde d'hommes n'est ce pas?
-Exactement madame.
-Mais vous ne trouvez pas vos idées primitives et inadéquates aux besoins de notre temps? Les femmes ne peuvent pas être faites que pour la lessive et la vaisselle voyons!!! Toutes ces années de combat pour que des jeunes comme vous nous ramènent dans l'antiquité? L'éducation qui vous a permis d'écrire cette histoire est un luxe pour lequel d'autres avant vous ont combattu. Un luxe que beaucoup n'ont pas encore et désireraient avoir.
-Madame le monde a peut être évolué mais les besoins humains sont restés les mêmes. La vaisselle, la lessive et le ménage, il faut en tout cas quelqu'un pour la faire. Et on n'aurait même pas ce problème si on ne considérait pas ces tâches insignifiantes. Si on accordait de la valeur à ce qu’est la femme, elle n'aurait pas à faire tout ce qu'elle peut pour prouver qu'elle a de l'importance. Elle serait tout simplement... Finissez l'histoire madame, je vous assure que vous retiendrez une chose ou deux. Ma note m'importe peu et vu les commentaires que j'ai entendu, il y a peu de chance que j’obtienne un A.

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Nouvelles
7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jérôme Jims
Jérôme Jims · il y a
Punaise un truc de fou!
·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Une talentueuse écrivaine qui nous livre un merveilleux récit ! Mes trois voix pour vous et une invitation à voter pour mes trois textes en concours !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-droits-de-lame
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/apparition-disparition
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-braquage-poetique

·
Image de Fabregas Agblemagnon
Fabregas Agblemagnon · il y a
les femmes d'abord.
vous pouvez découvrir et soutenir ma nouvelle si vous aimez. mon lien (https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/amour-impossible-12)

·