LE JOUR OU LE DARK WEB TRANSFORMA MA VIE EN UN VERITABLE CAUCHEMAR

il y a
2 min
1
lecture
1
Prologue

Le Commencement De La Fin

C'est l'histoire de la disparition mystérieuse de ma petite amie et du début de mon cauchemar

C'était un jour d'hiver, le 25 décembre pour être exact, moi et ma copine avions décidé comme à notre accoutumé d'aller au cinéma voire un film d'horreur. Bizarre! me diriez-vous, pour un film passé le 25 décembre, mais comprenez là que ce n'était pas un cinéma ordinaire . Ce cinéma, aussi anodin semblait-t'il ne passait que des films d'horreurs, mais pas n'importe lesquels c'étaient des chefs d'oeuvre les uns comme les autres, et ces films avaient étrangement l'air tout aussi horrifiants que réalistes, et vous comprendrez pourquoi je dis ça après avoir lu mon histoire.

Ce cinéma avait été surnommé "vol de mort" (qui est un nom tiré de la célèbre saga Harry potter), pourquoi une telle appellation me diriez-vous, eh bien c'est parce que d'étranges rumeurs circulaient à son sujet, des rumeurs selon lesquels des personnes y disparaissaient mystérieusement et ne revenaient jamais,pff balivernes me suis-je dit, que des rumeurs bon marché pour diminuer la concurrence, enfin bref c’était là quelques expressions de mes états d’âme sur le sujet, revenons à notre récit.

Une fois arrivée, nous nous installâmes et nous entamâmes le film.Tout se passait bien, l'humeur était propice et la gaieté était au rendez-vous, en gros tout les ingrédients d'une soirée épique et mémorable. Je m'apprêtais à passer chaleureusement le bras autour du coup de ma copine lorsque soudain elle s'écria d'une voix apeurée et tremblotante,et d'un ton qui semblait de plus en plus exacerbé à chaque tierce qui passait : «LAISSEZ MOI TRANQUILLE.....» et elle se ressaisit, toute la salle fut brusquement saisi de stupeur, mais quelques minutes plus tard tout redevint normal, sauf ma copine qui était devenu très silencieuse avec le regard livide et fuyant, que lui arrivait t'il me demandais-je, mais je n'osai lui poser la question,me disant comme pour me rassurer intérieurement "ça va passer t'inquiète après tout ce n'était qu'une fille, rien d'étrange à ce qu'elle soit parfois apeurée par des scènes d'horreurs" et je continuai à regarder sans lui poser de question histoire de la laisser reprendre ses esprits, mais 20 minutes plus-tard je me rendis compte que les choses ne s'amélioraient pas, elle avait toujours l'air aussi désemparée, "pourquoi était t'elle ci triste, ce n'était pourtant pas la première fois que nous regardions un film d'horreur" lui ai-je demandé avec empathie, mais elle ne me répondit pas, le regard toujours aussi livide et qui exprimait un profond chagrin, "mais qu'avait t'elle donc pu voir ou apercevoir à ce moment là, était-ce le film qui était à l'origine d'une telle mélancolie ou y avait t'il autre chose que j'ignorais ?" me questionnais-je de façon intermittente et d'un air ahuri et complètement désorienté, mais je n'insistai pas plus. Et ce fut là ma plus grave erreur, celle là même qui nous coûta notre avenir à jamais, car c'est de cette décision, aussi laxiste et anodine semble t'elle, que naquit notre cauchemar à tout les deux....


FIN DU PROLOGUE
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,