7
min

Le jour où je suis devenu aussi important que Potter ! Par Drago.

Image de Cécile Rivard

Cécile Rivard

7 lectures

0

Le mardi 1er septembre 1992, nous nous sommes tous retrouvés sur le quai voie 9 ¾. J’avais horreur de ce jour-là ! La gare était pleine, sur tous les autres quais, de Moldus vaquant à leurs occupations minables, de beaucoup trop de sorciers venant amener leurs enfants au départ du Poudlard Express, ce qui rendait les déplacement difficiles et surtout, je haïssais ce jour-là parce qu’il y avait des Sang de bourbe en trop grand nombre, à mon goût, à proximité !

Je cherchais des yeux mes camarades de classe, bien que pour moi ils représentent plus des gardes du corps / serviteurs dévoués, que de vrais amis, enfin, pour certains d’entre eux. Je voulais absolument leur monter mes nouvelles affaires pour cette deuxième année scolaire, ma magnifique cape grise argentée avec un col de fourrure d’Hermine, l’énorme réserve de sucreries déjà dans ma valise, et surtout l’objet qu’en ce moment je chérissais le plus au monde. Une fois installé dans le train qui bringuebalait déjà, je hélais mes camarades de classe.

« - Crabbe, Goyle, venez voir un peu ça ! », dis-je par-dessus mon épaule à mes deux fidèles comparses.
« - On arrive Drago ! », répondirent-ils d’une seule voix de l’autre côté du compartiment.

Nous étions confortablement installés à bord du Poudlard Express, lors du voyage pour regagner Poudlard pour cette nouvelle rentrée scolaire. Nous avions un compartiment pour nous seuls Serpentard, pas tous du même niveau scolaire, mais l’élite des Sang-pur ! Millicent était accoudée à la fenêtre et regardait le paysage tout en discutant vivement avec Daphnée qui était assise en face d’elle, elles devaient sûrement se raconter leurs vacances d’été, ou parler de leurs nouvelles tenues et fanfreluches qu’elles venaient de se faire offrir. Blaise faisait une partie de bataille explosive avec Marcus Flint sous les yeux de Nott, qui semblait plus préoccupé par une boîte qu’il tenait entre les mains, d’où s’échappait parfois un drôle de grattement, que par la partie elle-même et Crabbe et Goyle s’esclaffaient de rire sur leur banquette après avoir raconté une bonne blague.
Le temps qu’ils se rapprochent de moi, en dandinant lentement tout en se tenant toujours les côtes à cause de leurs fou-rires, je terminais de déballer mon magnifique Nimbus 2001 que je mourrais d’impatience de leur faire admirer !

« - Regardez ce que mon père m’a offert cet été pour me récompenser d’avoir réussi mes examens de fin d’année ! », dis-je fièrement !
« - Whaou, il est magnifique Drago ! » s’exclamèrent-ils.

Ils le regardèrent pendant au moins dix minutes, en s’extasiant de plus en plus fortement, afin que les occupants des compartiments voisins puissent bien discerner le sujet de la discussion, sur la beauté du balais et en louant la chance de m’avoir, moi Drago Malefoy parmi leurs proches amis, car ils espéraient sans doute ainsi que je leur prêterais mon magnifique balai !
Ils me connaissaient bien mal !

« - Je peux le voir ? » demanda Marcus dans mon dos.
« - Oui, bien sûr Flint. » répondis-je, d’un air trop gentil pour être sincère.

Enfin le moment que j’avais imaginé arrivé. Mon plan fonctionnait comme prévu !
Il le prit délicatement entre ses mains et le fit tourner lentement, pour le regarder sous toutes les faces. Ses yeux brillaient, car il retenait ses larmes d’émerveillement, mais aussi d’envie et de convoitise. Je jubilais intérieurement !
Au bout de cinq longues minutes silencieuses, je repris le balai de ses mains et je le faisais passer aux filles pour qu’elles continuent les gloussements interrompus de Crabbe et de Goyle. J’aime beaucoup ça quand, moi ou quelque chose qui m’appartient, est au centre de l’attention générale. Et surtout ce que j’adore, c’est lorsque je ressens l’envie et le désir suscités chez les autres.

« - Tu sais Marcus, je suis sûr que mon père pourrait en offrir un à tous les joueurs de Quidditch de l’équipe de Serpentard.» ajoutais-je au bout de deux minutes.
« - Ah bon, vraiment ?» répondit-il perplexe. « - Tu en es sûr ? J’imagine que c’est un pur hasard si tu nous montres cette merveille maintenant. Tu n’aurais pas appris, je ne sais comment d’ailleurs, que c’était moi le nouveau capitaine de l’équipe ? Et ce cadeau serait gratuit bien entendu ?» demanda t’il ironiquement.
« - Il se trouve que si, je le savais. Mon père est toujours informé de ce qui se passe à Poudlard, même durant les vacances. Il voit souvent Fudge en privé. Il m’a dit que Dumbledore t’avait nommé capitaine après le départ d’Urquhart ! Pour le cadeau, non, pas vraiment, tu t’en doutes. Mon père ne fait de cadeau que si cela peut lui permettre d’obtenir quelque-chose en retour. Et dans ce cas-là, ce ne serait pas grand-chose, ne t’en fais pas. Terence Higgs a fini ses étude et a quitté l’école, donc la place d’attrapeur dans l’équipe est libre. Tout ce que nous voulons, mon père et moi, en échange de ces Nimbus, ce serait que tu me nommes attrapeur dès cette année ! Tu vois, ce n’est pas grand-chose ! De plus, comme tu le sais déjà, je sais bien me débrouiller sur un balai ! L’équipe y gagnerait beaucoup avec ce petit arrangement ! Tu ne crois pas ?» répondis-je en lui faisant un clin d’œil très appuyé.

« - Tu sais Drago, je ne vais pas tourner autour du flacon de potion et je pense que cela pourrait être, en effet, une bonne idée ! Des balais d’un tel niveau, cela ne se refuse pas ! Normalement ça devait être Harper l’attrapeur cette année, après le départ de Terence, mais je peux encore le garder comme attrapeur de réserve. Tu penses que l’on pourra avoir les Nimbus 2001 rapidement, afin d’officialiser sous peu ton entrée, complètement justifiée, dans l’équipe et de voir quel est réellement ton niveau en vol  ?» répondit-il sarcastiquement.
« - Oui, bien sûr, je vais envoyer un hibou sur le champ à mon père. Et je pense que nous aurons sa réponse dès demain, ainsi que les balais, quitte à ce qu’il nous les apporte en personne au château. Etant membre du conseil d’administration de l’école, il peut venir quand bon lui semble.» répondis-je du ton le plus hautain possible pour lui faire bien entendre que son ton ne m’avait pas échappé !

Je pris une plume et écrivit hâtivement une petite lettre à mon père. Je l’attachais solidement à la patte de mon magnifique et robuste hibou grand-duc et lui fit prendre son envol en tendant mon bras tendu par la fenêtre.

Au bout de 5 minutes, j’entrepris de poser de nouvelles questions à Flint sur la composition de l’équipe de Quidditch de notre maison. Je voulais savoir quelle serait la constitution de Mon équipe car, vu que mon père allait offrir les Nimbus 2001 à tous ses membres, il me semblait juste d’en savoir le plus possible avant de l’intégrer et aussi de bien faire comprendre à Flint et aux autres, qu’un tel cadeau impliquait que je sois tenu au courant de tous les tenants et les aboutissants mis en jeu !

« - Pucey étant parti lui aussi, qui vois-tu comme poursuiveur avec toi et Montague cette année ?» demandais-je à Flint.
« - Je pensais faire jouer Warrington. Il est rapide et assez adroit quand il tire. Je l’ai vu aux essais l’année dernière. Le reste de l’équipe reste la même », poursuivit-il, comme s’il savait que j’allais lui poser la question.
«  - Bletchley reste gardien. Bole et Derrick sont encore les batteurs, Warrington, Montague et moi nous serons les poursuiveurs, et Moi je suis également le capitaine, ne l’oublies pas, et enfin toi, tu seras donc notre nouvel attrapeur.» déclara t’il d’un ton monocorde.

Le voyage à bord du Poudlard Express se poursuivit sans incident. Etonnamment je n’avais pas vu Potter ni Weasmoche dans le train. J’avais juste aperçu, du coin de l’œil, la Sang-de-bourbe et la fille Weasley qui étaient en compagnie de cet idiot de Londubat au moment où le chariot de friandises passait devant chaque compartiment. Dommage, car j’aurais aimé leur faire entendre négligemment, que j’avais un Nimbus 2001, et que je serais bientôt l’attrapeur de l’équipe.

Ma dernière rencontre avec Potter m’a laissé un souvenir amer. Elle a eu lieu à la moitié de l’été, lorsque nous nous sommes croisés chez Fleury et Bott pour acheter nos nouveaux livres de Défense Contre les Forces du mal, le mercredi 19 août. Ce jour-là, un idiot pompeux du nom de Gilderoy Lockhart faisait des dédicaces de ses ouvrages et avait annoncé à la cantonade que ce serait lui notre nouveau professeur dans cette matière. Potter avait été pris en photo avec cet homme et cela m’avait énervé au plus haut point. Il ne pouvait donc jamais aller nulle part sans faire la une des journaux ?
Cet événement m’avait contrarié et énervé pour le restant des vacances. Heureusement que sur le chemin du retour, après avoir quittés la librairie, moi et mon père nous étions passés devant le magasin de balais. Une idée germa en moi aussitôt.

Je voulais montrer à tout le monde comme nous étions riches et puissants, le nom des Malefoy en imposait et il fallait que cela continu comme cela ! Mon père, encore sous le coup de l’énervement à la suite de son altercation avec le père Weasley, n’avait pas mis plus de deux minutes à accepter ma demande d’avoir mon propre balai, et bien entendu nous choisîmes le meilleur des balais du moment, à savoir le tout nouveau Nimbus 2001 qui était sorti quelques jours plus tôt et il m’avait écouté attentivement quand je lui avais proposé de «gagner» ma place dans l’équipe de Serpentard de l’école, en échange de quelques balais supplémentaires ! Avec notre immense fortune, nous pouvions nous le permettre. Ainsi, Potter ne serait plus le plus jeune attrapeur de l’école et son super balai passerait pour démoder devant ceux des Serpentard.


Vu qu’il s’entrainait tous les jours à montrer à la société magique un visage respectable, pour en tirer un bénéfice ou un avantage quelconque, Lucius était un manipulateur et un charmeur hors-pair, vis-à-vis des gens importants, bien qu’il n’ait nullement renoncé à l’utilisation des anciennes pratiques, mais Drago, lui, pouvait bien faire de lui tout ce dont il voulait. Il suffisait de lui faire entrevoir le bénéfice qu’ils pouvaient en attendre, pour que son père cède à tous ses caprices. Ce fut comme cela qu’il réussit à obtenir son balai et sa place dans l’équipe. Quand il voulait quelque chose, Drago parvenait toujours à ses fins.


A l’arrivée du train, toujours pas trace du binoclard ni de son idiot de copain. Décidément, c’était bizarre. Drago espéra un instant qu’ils ne seraient pas présents cette année, qu’il leur était arrivé quelque chose de grave durant les semaines écoulées entre leur différend à la librairie et le jour de la rentrée. Mais voyant la fille Weasley inquiète de ne pas voir son frère ni Potter, mais pas plus inquiète que cela, il se demanda où ils étaient passés et quand il pourrait se vanter devant eux de son nouveau balai et de son entrée dans l’équipe de Quidditch de l’école !?


L’occasion lui fut donnée dès le samedi suivant. Le matin du 5 septembre, Flint le réveilla d’assez bonne heure, pour un jour de week-end, en lui disant que l’équipe allait faire quelques entraînements pour essayer les balais que son père leur avait bien apporté en personne dès le lendemain de la rentrée. Flint réunis tous les joueurs dans leur salle commune et leur exposa ses tactiques de jeu pendant une bonne heure. Puis ils allèrent se changer rapidement, déjeuner tout aussi rapidement et ils se retrouvèrent devant l’entrée pour se rendre au terrain de Quidditch moins d’une demi-heure après. Lorsqu’ils y arrivèrent, ils virent l’équipe de Gryffondor qui s’entraînait déjà. Flint souriait étrangement en voyant Dubois, le capitaine de l’équipe adverse, s’approcher rapidement d’eux en faisant un piqué, suivit des jumeaux Weasley et de Potter.

Enfin Potter ! Il allait enfin pouvoir laisser éclater sa supériorité devant lui et ses amis ! Cela faisait presque une semaine qu’il attendait ce moment.

« - Flint ! Le terrain nous est entièrement réservé, ce matin ! On s’est levés à l’aube exprès pour ça ! Alors, tu t’en vas, maintenant ! »* Rugit Dubois en atterrissant devant Flint plus rapidement qu’il ne l’avait résolu.
« - Il y a suffisamment de place pour tout le monde »,* répondit Marcus calmement.
« - Mais j’ai réservé le terrain ! protesta Dubois. Je l’ai réservé ! »*
« - Ah bon ? dit Flint. Pourtant j’ai un mot du professeur Rogue. Regarde »* :
« Je, soussigné, professeur Rogue, donne à l’équipe de Serpentard l’autorisation de s’entraîner aujourd’hui sur le terrain de Quidditch afin de former leur nouvel attrapeur. »
« - Vous avez un nouvel attrapeur ? Où ça ?» dit Dubois.*

A ce moment-là, je m’avançais de derrière mes six coéquipiers, et je me plaçais bien en évidence devant eux, un énorme sourire goguenard sur mon visage !
Un des jumeaux Weasley me reconnu, et me demanda si j’étais bien le fils de mon père ? En entendant parler de mon père, toute l’équipe sourie de plus belle, en exhibant fièrement nos Nimbus 2001 tout neufs !

Voyant la tête ébahie des joueurs de Gryffondor, et surtout celle de Potter, maintenant, je me sentais aussi important que lui !

FIN

* : citations extraites de HP 2.
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème