Le jeu de la vie

il y a
8 min
0
lecture
0
L’amour est un sentiment bien complexe, on pourrait se donner toute une vie qu'on ne le comprendrait pas. Il nous prend sans qu'on ne sache ni le lieu, ni le moment. C'est ce qui fut arrivé à Christal, jeune étudiante de 23ans en droit à l'université d’Oxford. Elle avait toujours rêvé être avocate car dans son enfance, elle considérait les avocats comme des supers héros. Sa vie allait pour le mieux, elle avait tout ce dont rêvaient les filles de son âge: l'argent car étant une fille de bonne famille elle ne manquait de rien; la renommée car certes étant tout de même encore étudiante ces talents d’avocat n'avaient pas échappé aux regards du monde; et sans oublier un petit copain parfait, Kayve, jeune ingénieur en informatique, de bonne famille, et dont la renommée informatique est connu de tous. Christal et Kayve vivaient un amour plus que parfait mais tout bascula le jour où Christal reçu un appel de la mère de Kayve de l'hôpital.
-Bonjour madame Armstrong, qui y-a-t-il pour que vous m'appeliez à cette heure si? Dit Christal.
-Kayve est à l’hôpital, il a eu un accident; dit la mère de Kayve au bout du file.
-Quoi? J'arrive tout de suite; dit Christal affolé.
Après quelques heures de route Christal fut arrivée à l’hôpital où l'avait indiqué la mère de Kayve.
-Où est-il? Que lui est-il arrivé? Je veux le voir; dit Christal affolé.
-Calme toi Christal, il est au bloc opératoire; dit la mère de Kayve en essayant de la rassurer.
-Au bloc opératoire? Que s'est-il passé? Demanda Christal en essayant de se calmer.
-Il a eu un accident de voiture et l'autre chauffeur c’est enfui; dit-elle.
À ce même moment arriva le meilleur ami de Kayve, Brodonne avec ces parents et ceux de Christal. Brodonne et Kayve étaient des amis d'enfance, ils avaient fait tous leur cursus scolaire ensemble et ne s’étaient jamais séparés.
-Comment va-t-il? Demanda Brodonne inquiet.
-On ne sait pas encore; dit le père de Kayve.
-Oh ma chérie nous sommes arrivés aussi vite qu'on a peu; dit la mère de Christal à sa fille.
-Maman, je ne peux pas vivre sans lui; dit-elle en pleurant à sa mère.
Après une attente interminable le docteur arriva.
-Alors docteur comment va-t-il? Demanda la mère de Kayve.
-Nous avons fait tout notre possible mais nous sommes désolés, il est mort; dit le docteur d'un ton désolant.
-Non; cria Christal en pleurant.
-Non se n’est pas vrai docteur, mon fils unique, non se n'est pas possible; dit la mère de Kayve effondré.
-Nous sommes vraiment désolés; dit le docteur d'un ton désolant.
Deux mois s’écoula après l'enterrement de Kayve, que Christal n'aspirait qu’à mourir pour retrouver son amour perdu. Malgré les thérapies et les conseils, la vie de Christal n'avait plus aucun sens sans Kayve disait-elle à tout le monde. Mais un jour à sa grande surprise Christal revu Kayve en allant à une séance, du moins c’est ce qu'elle croyait.
-Kayve c’est toi? Dit Christal remplit de joie en se jetant sur lui.
-Pardon es ce qu’on se connait? dit le jeune homme pour qui elle l'avait pris.
-Mais c'est toi Kayve; dit Christal surprise.
-Je ne suis pas Kayve désolé, vous faites erreur mon nom est Alexander et non Kayve; dit le jeune homme intrigué.
Effectivement la confusion était à l’ordre car cet Alexander ressemblait trait portrait à Kayve, on aurait dit son jumeau; ce qui ne pouvait être possible vu que Kayve était fils unique et cela ne pouvait encore moins être Kayve car tout le monde avait vu son corps deux mois auparavant à son enterrement. Alors qui pouvait bien être ce jeune homme qui lui ressemblait?
-Je suis désolée je vous ai pris pour un autre; dit Christal déçu.
-Ça ne fait rien. Vous avez l’ère bien triste; dit Alexander.
-C'est le cas mais je ne souhaite pas vous importuner; dit Christal déçu.
-Mais je te connais, tu es Christal Summer la brillante étudiante en droit; dit Alexander.
-Oui c’est exacte; dit Christal très triste.
-Mes condoléances pour votre copain, je comprends votre intrigue à mon égard car je lui ressemble asse mais je ne suis malheureusement pas lui; dit le Alexander très compatissant.
-Je l'ai compris, excusé moi pour le dérangement; dit Christal triste.
Soudain arriva Brodonne. Brodonne accompagnait Christal à toute ces séances pour l'aider à traverser cette étape difficile disait-il. Mais Bethany, la meilleure amie de Christal pensait que c’était juste un moyen de la séduire car elle avait toujours penser qu'il avait des vues sur elle malgré sa relation avec Kayve.
-Kayve; s'exclama Brodonne surpris.
-Je vois que la confusion est ta l’heure; dit Alexander gêné.
-Non se n’est pas Kayve, allons y; dit Christal toujours aussi déçu.
-J'espère pouvoir vous revoir dans d'autres circonstances; dit Alexander gêné.
Christal hocha la tête et Brodonne l'amena pour sa thérapie. Deux semaines plus tard Christal reçu une visite inattendue chez elle.
-Qu’est-ce-que vous faites ici? Et comment êtes vous arrivé ici? Dit Christal très surprise.
-Je suis venu vous voir; dit la personne à la porte.
-Qu’est-ce-que vous voulez? Dit Christal très froide.
-Je vous ai apporté un bouquet de fleurs; dit la personne à la porte.
-Ah; soupira Christal. Entrez; dit Christal.
La personne entra et s'asseya.
-Je suis venu voir comment vous alliez. Je me doute bien que ma rencontre avec vous, vous ai troublé et je m’inquiètais pour vous; dit-il.
-Merci beaucoup mais je vais bien. Et honnêtement ma rencontre avec vous m’a fait énormément de bien, j'ai compris que Kayve n'aurait certainement pas voulu que je me laisse aller, dit-elle en mettant les fleurs dans un vase.
-J'en suis ravie. À votre place je me serais aussi senti intrigué. Je vous direz bien que si je n'avais pas été chez moi ce soir là je penses que j'aurai été aussi troublé; dit-il.
-Comment ça? Dit-elle Intrigué.
-Quand j'ai vu l’annonce du décès de votre copain, j'ai vraiment été intrigué par la ressemblance; dit-il.
-Ah! Je comprends. Sinon que faites vous? répondit-elle un peu triste.
-Je suis médecin; dit-il.
En effet Alexander avait toujours rêvait être médecin depuis tout petit, selon lui les médecins étaient un peu comme des dieux car avait la vie des gens entre leurs mains.
-Vraiment différents des rêves de Kayve; dit-elle en soupirant.
-Vous auriez vraiment aimé que je sois lui; dit-il.
-Oui; répondit-elle triste.
-Je crois que je vais m'en aller; dit-il.
-Non ne partait pas. Je suis désolée... il l'a coupa.
-... c’est normal que vous pensiez à lui en me regardant, je lui ressemble très portrait or mis que nos passions soient bien différente; dit-il.
-Alors apprenons à nous connaître; dit-elle d'un ère encourageant.
-Je ne veux pas... elle le coupa.
-... Je ne souhaites en aucun cas me servir de vous pour oublier Kayve, je veux vraiment vous connaitre; dit-elle.
-Et si on s'y mettait alors; dit-il en souriant.
-Okay; répondit-elle en souriant.
Après cela Alexander et Christal passèrent de plus en plus de temps ensemble, et plus ils apprenaient à se connaître et plus Christal se rendit compte de combien Alexander était différent de Kayve, et qu'il ne pouvait pas être lui. Mais tout changea lorsque la mère de Kayve venu un jour voir Christal et les trouva ensemble.
-Kayve, mon fils; dit la mère de Kayve surprise.
-Non madame désolé mais je ne suis pas votre fils; dit Alexander gêné.
-Si; dit-elle intriguée.
-Non madame Armstrong se n’est pas le cas; dit Christal triste.
-Une mère reconnaît toujours son enfant; dit madame Armstrong intriguée.
-Mon nom est Alexander pas Kayve madame et j'ai déjà des parents; dit Alexander gêné.
-Mais... il l'a coupa.
-... Je crois que je vais vous laisser; dit-il.
Et à ces mots Alexander s'en alla, laissant ainsi Christal avec la mère de Kayve.
-Moi aussi j’ai eu un choc en le voyant; dit Christal en tendant un café à Madame Armstrong.
-Merci; dit-elle en le buvant.
-Mais se n’est pas lui; dit Christal triste.
-Et moi je suis sûre du contraire, vous pourrez dire que je suis folle mais c’est lui, j’ai reconnu ces yeux; dit-elle sûr d'elle.
-Madame Armstrong... elle l'a coupa.
-A-t-il une cicatrice? demanda-t-elle mélancolique.
-Une cicatrice? Reprit Christal surprise.
-Oui Kayve en avait une au dos; dit madame Armstrong en terminant son café.
-Mais je ne l'ai jamais remarqué pourtant nous étions très intime; dit Christal surprise.
-Cela aurait peu vous échapper pendant vos instants de frénésie sexuelle ne le croyez vous pas? Rétorqua madame Armstrong.
-Certes; dit Christal gênée.
-Vérifié qu'il n'ai pas de cicatrice et la je vous donnerai entière raison; dit madame Armstrong en s'en alla.
Christal resta des heures à se demanda si se n’est pas la dépression qui faisait dire cela à Madame Armstrong où si elle n’avait pas vu ce qui aurait échappé aux yeux de tous. Ne sachant pas quoi penser Christal décida de vérifier tout de même ce qu'avait dit la mère de Kayve; seulement elle ne savait pas comment le faire sans donner penser à des pensées déplacées. Après une semaine à réfléchir comment le faire, elle finit par trouver une solution.
-Tu es sérieuse là; dit Alexander un peu inquiet.
Christal venait de lui proposer de jouer au jeu de carte: tu gagnes ou tu enlèves tes habits. Un jeu que Alexander trouvait fort déplaisant.
-Oui; dit Christal en souriant pour le rassurer.
-Christal, je ne.... Elle le coupa.
-... Ne te méprend pas sur mes intentions. Tu m'as dit que tu es doué aux cartes j’aimerai donc le voir; dit Christal d'un ton de défi.
-Ok! Mais faudras pas venir pleurer après; dit Alexander sûr de lui.
Ce que Alexander ne savait pas, c'est que Christal était une championne des jeux de cartes, tellement que même Kayve n'avait jamais réussi à la battre, pourtant lui aussi très doué. Après une heure de jeu Alexander se retrouva seulement avec son bermuda tandis qu'elle toujours entièrement habillé.
-Et bien visiblement c’est moi qui ai gagné; dit Christal.
-Je dois reconnaître que tu es douée, heureusement que nous sommes chez moi, je me serais senti honteux sinon; dit Alexander en se rhabillant.
Pendant qu’il se rhabillait Christal chercha la cicatrice dont lui avait parlé la mère de Kayve car elle était sûre que la mère de Kayve se trompait car Alexander était bien trop différents de Kayve pour être lui. Alexander, était un brillant médecin, Kayve un brillant informaticien, Alexander d’une famille modeste et Kayve d'une famille aisée... et si c’était lui pourquoi ne s’était-il pas rappelé de Christal et sa vie. Mais Christal fut surprise et dévastée par ce qu’elle vu sur le dos de Alexander qu’elle partit en courant de chez lui sans donner d'explication. Christal effondré déambula dans les routes pendant des heures et rentra chez elle où elle trouva Alexander. En effet, étant partit en courant sans explication Alexander fût très inquiet.
-Christal, je t’attendais. Je me suis inquiété; dit Alexander.
-Kayve, que s'est-il passé? Dit-elle en pleurant.
Car effectivement il s'agissait de Kayve. Pendant que Alexander se rhabillait Christal perçu clairement la cicatrice dont avait parlé la mère de Kayve. Cela ne pouvait dont faire aucun doute qu’il s’agissait de Kayve, mais si c’était lui qui avait-on enterré il y a deux mois, Alexander? Se posait-elle toutes ces questions.
-Que t'arrive-t-il? Je ne suis pas Kayve; dit-il gêné et inquiet.
-C'est ce que je croyais jusqu’à aujourd’hui; dit-elle toujours en pleurant.
-Comment ça? Demanda-t-il.
Elle lui expliqua tout mais Alexander bien évidemment ne l'a cru pas et s'en alla. Christal resta pleurer car elle-même ne comprenait rien. Le lendemain Christal était bien déterminée à comprendre ce qui s’était passé alors elle alla voir les parents de Alexander.
-C'est ce que vous pensez. Que Alexander n'est pas mon fils mais Kayve votre copain mort il y a deux mois; dit la mère de Alexander furieuse.
-Oui j’en suis sûre; dit Christal sûre d'elle.
-Vous faites erreur, je pense que vous souffrez de déni; dit-elle furieuse.
-Votre fils a-t-il une cicatrice? Demanda Christal.
-Non; rétorqua la mère de Alexander.
-Kayve lui en avait une au dos; dit Christal.
-Et? Demanda la mère de Alexander toujours furieuse.
-Celui que vous croyais votre fils en a une identique au dos; dit Christal.
-Oh ! Je ne voulais pas y croire; dit la mère de Alexander effondré.
-C'est-à-dire? Demanda Christal.
-C'est effectivement Kayve, mais je ne l'ai su que dernièrement lorsque vous êtes venu le voir; dit-elle.
-Comment ça? Rétorqua-t-elle.
-Il vous a regardé comme il n'avait jamais regardé aucun femme, c’est à ce moment là que j'ai compris qu’il n’était pas mon fils car mon Alexander aimait les hommes; dit-elle.
-Oh! Je comprends. Mais ce que je comprends pas c'est comment vous avez fait pour croire que c’est votre fils et comment il est arrivé ici; dit Christal surprise.
La mère de Alexander lui expliqua que le soir de l'accident un homme avait ramené Kayve chez eux leurs disant que c’était leur fils et qu'il avait eu un accident mais qu’il ne devait en aucun cas en parler sinon il irait en prison car s’était avec le fils de la famille Armstrong. Et qu'il pourrait ne pas se souvenir de qui il est pour un bon bout de temps à cause de l’accident. Et qu'elle paniqua lorsqu’on annonça le décès de Kayve à la télévision et que son fils lui ne se souvenait toujours de rien. Malheureusement, contre tout attente Alexander, qui était enfaite Kayve avait tout entendu.
-Kayve, en fin Alexander; dit Christal gêné.
-J'ai tout entendu; dit-il.
Dans ce genre de situation on s'attendrai à ce que Kayve s'en va se demandant qui il est vraiment et ce qui s’était passé ce soir là. Mais se ne fut pas le cas de Kayve, au contraire il se jeta dans les bras de Christal et l'embrassa. Après des mois d'investigations et de thérapies Kayve finit par se rappeler de tout sauf des détails clairs de l’accident car elle lui avait causé des séquelles qui lui avait fait perdre la mémoire. Puis quelques années plus tard lorsqu’il peut tous passer le cap sur ce qui s’était passé, Kayve et Christal finirent par se marier. Les parents de Alexander déménagèrent dans une autre ville pour s’éloigner de tout ça.
Mais toutefois vous ne vous demandez pas comme moi qui était cette personne qui avait emmené Kayve chez la famille de Alexander croyant que c’était lui et comment Kayve avait fait pour assimiler si vite le passé de Alexander? Si oui, d’après vous que s'est-il donc passé?.
Fin.... ???
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,