6
min

Laurent

41 lectures

1



-----------------------------------------------------------------------

"Bon sang, mais qu'est-ce qu'il fait chaud !"
Laurent sort une énième bière de la glacière posée à ses pieds. Avant de l'ouvrir, il se la passe sur le front, puis l'engloutit d'une traite, en quelques gorgées.
Il pose la canette vide qui claque sur la table de jardin, s'ajoutant à la vingtaine déjà présentes.
"Les bières, ça s'boit par deux. Une pour la soif, une autre pour le plaisir."
Il pèche ensuite une autre bière qui flotte au milieu des glaçons, se la passe sur le front, et l'ouvre en soupirant.
"C'est ce putain de climat ! Tout déréglé !"
"Ho, La Mère ! Qu'est-ce tu fais ??"
"J'fais du rangement, gros tas d'lard !"
La mère a Alzheimer. Plus toute sa tête, quoi. Dès fois elle dit des trucs marrants. Des fois pas.
Il rit doucement. Il est déjà bien beurré. Il prend son bouquin sur le calcul stochastique et les statistiques avancées, mais ça ne lui dit rien. Il n'a rien envie de faire. Juste boire des bières dans cette chaleur suffocante, en attendant un peu de fraîcheur qui ne vient pas.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Laurent a toujours été en marge. En marge de la société. En marge de l'école.
On s'est toujours foutu de sa gueule. Un gros. Un p'tit gros en plus. Même pas balèze. Même pas capable de se défendre.
Aussi loin qu'il s'en souvienne, il a toujours été gros. Il a cherché dans l'album des photos de lui petit, pour voir s'il avait été mince un jour, mais non. C'était déjà un gros bébé. Il était né gros, et il mourrait gros.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
En dehors de boire des bières dans son jardin, Laurent a deux passions : les mathématiques, et les filles.
Pour les maths, pas de problèmes, il lui suffit d'ouvrir un livre, et les équations chantent pour lui. Les intégrales lui sourient, les espaces vectoriels l'appellent.. Ce monde lui parle. Il est chez lui.
Pour les filles, c'est un peu plus compliqué. A 25 ans, Laurent n'a quasiment jamais parlé à une fille. Ca le rend malade. Il est tellement gros. et moche. avec son bide énorme, son triple menton, ses grosses lunettes et son crâne dégarni. En plus, il transpire tout le temps. Sans raison. Qu'il fasse froid, chaud, ou même tiède, il transpire. Et sa transpiration a cette odeur aigre des gens qui ont peur.
Faut dire qu'il y a des raisons d'avoir peur ! Avec au moins mille astéroïdes de plus d'un kilomètre de long menaçant la terre. Sans compter tous ceux qu'on ne connaît pas. Comment trouver le sommeil ? Et si une étoile explosait pas loin de notre système solaire et libérait un torrent de rayons gamma ?? Et si le champ magnétique terrestre s'inversait ?
Laurent sait lire depuis qu'il a 3 ans. Il délaisse vite les livres pour enfants pour s'adonner à quelque chose de plus "scientifique". L'astronomie, la géologie, la paléontologie, la biologie, toutes ces sciences le passionnent.
Laurent est un grand angoissé doublé d'un insomniaque.
Enfin pour en revenir aux filles, même si Laurent n'en a jamais approché une, il a déjà été amoureux. Oh ça oui ! Des dizaines de fois ! Tellement amoureux qu'il aurait voulu mettre ça en équations.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Personne ne comprend Laurent. Personne ne le comprend plus. Même sa mère, sa vieille mère, ne comprend pas ce gros bonhomme taiseux.
Avec le Père, c'était diffèrent. Le Père, il avait compris que Laurent, Il n'était pas comme tout le monde. Alors il cédait souvent à ses caprices. Le petit chimiste (interdit aux moins de 12 ans), offert à ses 5 ans, le microscope de laboratoire, pour ses 6 ans, et surtout, le télescope et sa tour dans le jardin pour ses 7 ans. Le Père avait fabriqué un observatoire en bois, où il avait installé le télescope. Laurent y avait passé des nuits entières, abrité sous une couverture, à regarder les étoiles.
Même si le Père ne comprenait rien aux équations de Laurent, le Père était rudement intelligent pour un charpentier. Tellement intelligent, qu'avec toutes les assurances-vie qu'il avait, la Mère devint millionnaire quand il tomba du toit d'une église. L'enquête avait montré que la société qui l'employait n'avait pas respecté toutes les normes de sécurité.
Laurent a 8 ans. Il cesse d'aller à l'école, s'enferme dans sa chambre et passe presque 6 mois sans se laver, sans changer de vêtements, à lire des bouquins de mathématiques. La Mère lui passe à manger trois fois par jour. Il ne sort que pour aller aux toilettes, laissant derrière lui une odeur nauséabonde.
Au bout de six mois, un lundi matin, La Mère voit Laurent sortir de sa chambre avec un grand sourire.
"Le Père est mort, mais j'ai réussi à démontrer l'hypothèse de Riemann ! Cela mérite bien une douche !"
Il s'habille ensuite, prend son cartable, et part à l'école.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
A l'école Laurent s'ennuie.
Certains cours sont pour lui une vraie torture.
Il a une saine horreur du sport et de la gymnastique. Certains exercices semblent n'être faits que pour le ridiculiser auprès de ses camarades. Le professeur est sans pitié. Laurent a vu 'Full Metal Jacket" à la télévision, et il comprend qu'il est "Grosse Baleine".
Même le cours de mathématiques... Les élèves ne comprennent rien. Tout va si lentement.
Laurent s'est aperçu qu'en faisant l'imbécile, il arrivait à attirer l'attention sur lui. Il chahute. Il joue avec sa règle et son compas. Il sifflote.
Il n'a pas remarqué le silence soudain dans la salle de classe. La professeure de mathématiques le regarde. Fixement.
Soudain le brouhaha ! Les élèves hurlent, scandent : "Le Gros ! Le Gros !"
"Silence !!!!"
La prof est blême.
"Stéphane, au tableau. Laurent, tu viendras me voir après le cours."
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- "Laurent, j'ai ta dernière copie dans les mains. Qu'est-ce que c'est que ça ? Tu as utilisé une intégrale pour résoudre le problème, c'est très bien. Mais tu es en 6eme, tu n'es pas censé apprendre ça avant 5 ou 6 ans !"
"Et cette écriture ! C'est illisible ! Fait un effort, j'ai mis trois heures pour te déchiffrer !"
Laurent devient écarlate et transpire encore plus.
"Et là, j'ai même du mal à comprendre ta démonstration. Pourquoi utilise-tu les nombres complexes ? Où as-tu appris çà ?"
Laurent se met à pleurer. Il se prend la tête dans les mains.
"J'ai triché, Mme Morin, j'ai triché !"
Il tombe à genoux. "J'ai triché !".
"Allons, allons, relève-toi. C'est bon, pour cette fois, je passe l'éponge."
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
La matière la plus difficile, c'est le français. Ils parlent, ils parlent. Mais pour dire quoi ?
Laurent ne comprend pas cette débauche de mots. elle l'engloutit, le submerge. Pourtant, Descartes a l'air si intéressant. Et Voltaire. Et Rousseau.
Mais il y a trop de mots pour Laurent. Il essaye de convertir tout ça en équations, mais c'est trop dur.
Alors Il quitte l'école.
Il a dix ans.
Il s'enferme à nouveau dans sa chambre. Ne se lave plus. Ne voit plus personne.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Laurent ! Laurent ! Ouvre, c'est La Mère !"
"Je m'inquiète pour toi ! Ouvre-moi !"
La porte s'ouvre doucement en grinçant.
"Mais Laurent qu'est-ce que tu fais ?Tu me fais peur."
"Cela tombe vraiment bien que tu frappes ce matin, La Mère, parce que j'allais sortir."
"Je viens de résoudre les équations de Navier-Stokes, alors c'est cool. Je vais prendre une douche."
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Votre fils ne peut pas réintégrer l'école comme ça, Mme LeGros. Il vient de manquer six mois de cours !"
"Je sais, mais comprenez qu'il a été très affecté par la mort de son père."
"Oui, oui. Sachez que c'est uniquement pour ça que nous faisons une exception. D'autant plus que ses résultats laissent pour le moins à désirer."
"Oui, oui, je sais, merci beaucoup monsieur le directeur."
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ca sent la fumée.
"Qu'est -ce tu fais, La Mère ?"
"Du ménage, j'te dis, gros lard, j'brûle des vieux trucs."
"Mets pas le feu à la baraque !"
Il prend une autre bière dans la glacière, la passe sur son front, soupire.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour une fois, la prof de physique-chimie arrive à intéresser Laurent. Il ne regrette pas la place qu'il a choisie. Premier rang complètement à gauche . D'ici, il a une vue imprenable.
Quand elle s'assied sur son bureau, il arrive à voir sa culotte.
Il a envie de lui faire plaisir. Alors pour la première interrogation, il donne tout ce qu'il a.
Les équations coulent à verse. Les intégrales, les déterminants, les carrés, les cubes, les dimensions, les vecteurs, tout son monde s'épand sous sa plume. Il se fait plaisir, abandonne les démonstrations trop faciles, jongle avec les signes mathématiques.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- "Qu'est-ce que c'est que ce truc ? Tu te fous de ma gueule ?"
D'où il est il n'arrive pas à voir sa culotte. En tout cas pas bien.
Elle est en rogne on dirait, très en rogne.
"Tu crois m'impressionner avec ce charabia  ?"
"En plus c'est illisible ! Qui crois-tu tromper avec çà "
"Personne, M'dame"
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Laurent a 16 ans. Il vient de s'apercevoir qu'il a lu absolument tous les livres des sections mathématiques, physique et chimie de la bibliothèque.
En rendant son livre, un traité sur la physique nucléaire et la physique des particules, il ose interroger la bibliothécaire.
"Voyez-vous un autre rayon qui pourrait m'intéresser ?"
"Voyons... Et pourquoi pas l'astronautique ?"
"L'astronautique...."
Laurent découvre "L'Exploration de l'espace cosmique par des engins à réaction" de Constanton Tsiolsovsky.
C'est une révélation.. Il comprend que l'avenir de l'homme est dans l'espace. Il a 16 ans.
Il quitte à nouveau l'école, cette fois pour de bon.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"La Mère, ça sent vraiment le brulé ! Tu fais quoi, là; exactement ?"
La mère sort de la maison, hirsute, maquillée comme un clown"
"Si j'étais pas là qui c'est qui rangerait ton bordel  ?"
"C'est bon, La Mère, c'est bon, fais ton truc, mais fous pas le feu à la baraque !"
Laurent se lève pour aller pisser entre deux hortensias, et se ressert une bière.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pourquoi quittes-tu l'école ? Tu as encore tant à apprendre !"
La Mère est fâchée. Elle est toute rouge sous son maquillage.
"Et le Père, qu'est-ce qu'il dirait ?"
"Le Père, il me comprenait !"
Laurent marche de long en large. La graisse ondule sur son corps. Ses trois mentons s'indignent.
Il s'enferme dans sa chambre.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Ho La Mère qu'est ce qui se passe !?"
Une fumée noire sort par la porte de la cuisine. La Mère en émerge en toussant.
"C'est des papiers ! C'est des papiers qu'ont pris feu !"
Laurent arrive en courant, il prend sa mère dans ses bras et l'éloigne des flammes qui commencent à gronder.
La maison entière est en feu maintenant. Des voisins ont prévenu. Les pompiers arrivent.
Laurent pleure. Des années de travail. de recherche. Toutes ces équations... en fumée....
Laurent est ivre. Il titube dans la fumée.
Il essaye d'expliquer aux pompiers. Ses cahiers. Ses recherches. L'observatoire.
Mais les pompiers l'écartent, lui mettent une couverture sur le dos, et le conduisent dans un camion.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le journaliste agite son micro :
"Alors, Messieurs les pompiers, que se passe-t-il ?"
"Rien de grave, juste un faible d'esprit alcoolique qui a mis le feu à sa maison."

Thèmes

Image de Nouvelles
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,