Le cri d'une femme kabyle

il y a
4 min
0
lecture
0

Je suis née fille mais cela était anodin pour moi puisque je pensais que je n'étais qu'un enfant. un être humain c'est tout. pour moi, il n'y avait aucune différence entre moi et mes frères si ce n'est la manière du faire pipi. je m'habillais comme eux, je marchais comme eux et je coupais mes cheveux. Cela ne me dérangeais pas de porter de temps à autre une robe, bien qu'elle me dérangeait un peu puisque je ne pouvais pas m'assoire librement. Même lorsque je laissais mes cheveux grandir, pour moi c'était pas si dramatique aussi. Enfin, pour moi il ne pouvait y avoir de déférence.
Pourquoi les garçons n'acceptent pas de porter des jupes ? j'ai vu les indiens et les anglais les porter pourtant ! Voila comment je pensais... Puis j'ai grandi !.
J'ai grandi et j'ai constaté que ma société est pleine de tabous appuyés par des textes de lois dont la logique m'échappe.
- " l'homme a le droit de faire tout ce qu'il veut mais pas la femme. "
Ma première réaction était de refuser l'ordre établi mais j'avais vite compris que ça allait me créer des problèmes au sein de ma famille et de ma société. J'avais essayé la religion en lisant les textes sacrés et ça a failli me coûter ma stabilité psychologiques...je commencais à détester mon corps.
Pourquoi dieu ( si dieu venait à exister) qui est sensé aimer tous les êtres déciderait il de faire de l'homme un être supérieur à la femme ?
Il n'y a aucune différence entre nous pourtant, sauf un petit organe entre nous cuisses qui n'a rien avoir avec la pensée et le savoir....
j'aime le Savoir puisque il m'aide beaucoup à comprendre cette existance. la lecture et l'expérience m'ont appris beaucoup de choses.
J'ai appris à ne pas accepter la vérité narrée par une seule source et que l'être humain est une série des circonstances... que tout le monde mérite le bonheur.
Mon cœur ne m'a jamais laissé faire du mal à quelqu'un, même à un ennemi. Mes lectures et mon cœur m'ont convaincu que la théorie du saint Augustin qui disait que la nature de l'être humain est méchanceté n'est pas vraiment juste. Désormais, ma nature qui me pousse à aimer la vérité et la sincérité n'est vraiment pas la bienvenue dans ma société.
Un jour cette société m'avait dit que le rêve de toutes les filles est le mariage, ce n'est pas mon cas. J'avais compris après que la société dessine nos rêves et nous oblige à ne penser que ainsi.
Il faut dire qu'on nous nous a pas appris à revêr d'autres choses.
Je veux étudier, travailler et avoir une maison à moi. Je refuse l'idée qu'une fille n'a droit que à la maison de son père et de son mari.
-Je veux être une artiste.
-Non ! Une artiste ? Tu es folle ou quoi ? L'art est un péché pour une fille.
-Je veux devenir pilote.
-Non ! Voler est un métier d'hommes, la femme doit avoir les pieds sur terre.
-Je veux être une militaire.
- tu es vraiment folle, dira la société.
- Je veux étudier à l'étranger... J'aime la politique... Je veux faire du sport...
- non ! ça c'est pour les garçons
La société ferme toutes les portes des rêves pour la femme sauf celle de la cuisine.
On la laisse étudier et être belle un peu mais voilée. Il faut plaire aux hommes pour qu'ils viennent demander ta main au mariage, n'oublie jamais ça m'a fille. Quel drame !
Etre différent de la société c'est un crime et je l'ai toujours été. cette différence que peu de gens peuvent comprendre aujourd'hui, un jour, ils la comprendront mais ça sera trop tard peut-être...... je me sens seul entre une logique que je trouve dans les livres des grands philosophes et grands écrivains et entre une réalité qui m'empêche d'exister et d'être moi même.
j'ai rencontré des gens qui m'ont conseillé d'être comme tous le monde, d'autres me l'ont exigé... Ce monde vacille vraiment.
Peut-on changer la société ? Mais attendez ! c'est quoi la société ? N'est ce pas l'ensemble de chacun de nous ? Si c'est le cas alors c'est à chacun de nous de changer. il faut deja intégrer cela dans notre pansée et refuser radicalement que nous ne sommes qu'une série de circonstances et d' idées imposées.
j'ai pris l'étendard du militantisme dans ma vie personnelle et j'ai compris que la soumission n'est pas une qualité mais plutôt un signe de lâcheté alors j'ai mené mon combat sur le terrain. Ma plume, ma parole haute et mon comportement sont mes armes désormais .
Rares sont les gens qui vont comprendre cela et personne ne cherche à faire quelque chose. Pire, personne n'a l'audace de débattre hormis les quelques militants comme moi qui sont mes amis et que j'aime beaucoup.
Chacun voit les choses à sa façon. il est normal et pas étonnant pour quelqu'un qui cherche la vérité d'avoir des convictions aujourd'hui et les abattre pour d'autres demain comme le cas de tous les grands hommes et femmes de l'histoire : sainte Augustin, Albert einstein,...et même le cas des civilisations. Ne dit-on pas qu'il n' y a que les cons qui ne changent pas d'avis ? alors où est le problème si j'étais... un jour musulmane pratiquante convaincue et que je ne le suis plus aujourd'hui ?
Où est le problème si je cache pas mes réalités et que je défend mes idées malgré tout, en respectant les autres même mes adversaires ?
Où est le problème si je déteste l'hypocrisie ? où est le problème si j'ai un esprit ouvert ? je n'ai aucun problème à m'assoire avec une fille ou un garçon, où est le problème ? si je veux être une femme independante avec mes idées que je partage avec vous, où est le problème ? si je suis une femme kabyle féministe et anarchiste, où est le problème ? si j'aime porter ma robe kabyle, au lieu d'essayer de porter des vêtements d'ailleurs pour plaire à tous le monde, oui où est le problème ?
dans mes actes, dans mes recherches et dans mes cheveux... Je ne suis pas obligé d'être comme tout le monde, en quoi cela vous dérange ? J'ai l'habitude d'entendre cette voix qui m'a puni depuis mon enfance. Une voix qui n'arrête pas de me demander de rester immobile. moi j'ai toujours été une chercheuse. oui j'ai fait beaucoup de choses dans ma vie et je vais continuer à en faire puisque il faut agir pour ne pas subir.
cette loi qui lègue la terre aux hommes, moi je ne l' accepte pas. je dis que la terre est pour tous les êtres vivants.
La première femme qui a quitté la terre pour la lune n'avait pas besoin d'un Mahram.
Mon honneur ce n'est pas un torchon sur la tête mais c'est plutôt mon combat pour mes idées.
mon honneur ce n'est pas de me cacher mais d'être fière de moi même car je me refuse à être qualifiée d'opprobre.
Mon honneur ce n'est pas ma soumission pour un homme mais dans mon combat pour la libération de toute l'humanité, en commençant par mon peuple. C'est surtout la libération des femmes.
Mon rêve est limpide, je vois clair, un jour cette égalité se réalisera. je sais aussi que je ne survivrais peut être pas à cette grande chose. mais je serai au devant de ce combat et qu'après ma mort j'aurai l'honneur d'être parmi celles qui ont contribué à ce mémorable changement.
Je suis née libre et je refuserai toujours d'être un agneau parmi les moutons de panurge, c'est cela mon honneur.

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,