5
min
Image de RAC

RAC

1283 lectures

998

FINALISTE
Sélection Public

Ça y est, ça y est, je l’ai eu, je l’ai enfin eu ce fichu rendez-vous avec l’homme : l’homme que j’attends bien entendu ! Il m’attendait avec petit bouquet de fleurs tout petit et tout rond... pas cet accablant bouquet d’immenses roses rouges des dragueurs sans scrupules... Je l’adore ! J’ai enfin trouvé un véritable complice avec qui partager les joies et les peines mais aussi des moments de fantaisie. Un homme simple, autonome mais pas indépendant, un homme qui me laissera être moi-même et qui ne voudra pas me changer ; un homme formidable dont je vais tomber amoureuse et qui m’aimera en retour d’un amour sincère et sans détours. Ça y est, je vais enfin pouvoir m’appuyer sur un mec solide qui saura m’écouter et me comprendre pour me soutenir dans les moments difficiles. Je le sens, je le sais, ce coup-ci (enfin si l’on peut dire), ce sera le bon !

C’est un peu dans cet état d’esprit que je me trouvais vers 17h00 dans mon petit appart de banlieue, venant de reposer mon téléphone d’un geste malhabile sur le rebord du meuble des toilettes avant la chute fatale. Bref, avant que le portable tombe dans la cuvette des toilettes. MERDE ALORS ! Pas le temps de réfléchir, je mets la main dedans (c’est le cas de le dire) et j’en ressors le gadget indispensable à mon avenir. Je vais dans la salle de bains, le pose dans l’évier, prends du savon liquide et le nettoie, mes mains aussi bien sûr, machinalement, sans réfléchir, puis j’attrape la première serviette à ma portée pour l’essuyer et le sécher. Le téléphone s’est éteint. L’écran est un peu ébréché, tout noir. J’appuie en insistant sur la petite touche qui convient pour le rallumer : rien ne s’affiche. Je file chercher un trombone, des ciseaux, un tournevis et que sais-je encore comme outils de survie puis parviens à ouvrir le modèle asiatique. Je sors tous les éléments que j’y trouve et les dépose sur la serviette puis me munis du sèche-cheveux en mode pas trop brûlant et tente de sécher tout ça. Environ dix minutes après, je remonte le lego mais le téléphone refuse toujours de fonctionner. Impatiente, je renouvelle l’opération trois ou quatre fois puis me résigne à le re-démonter une dernière fois et à laisser toutes les pièces sécher sur la serviette, sur la machine à laver, devant le radiateur. Si seulement j’avais noté son numéro de téléphone sur un papier comme je le fais toujours depuis que je suis adolescente et quotidiennement au bureau pour chaque client... Si seulement je savais comment le joindre autrement que via son 06... Je ne vais pas débarquer au magasin où il travaille et débouler comme une collégienne avec mon plus beau sourire ? De toute façon il sera fermé avant que j’y arrive. Si seulement on avait convenu d’un endroit et d’une heure pour se retrouver...Si seulement il n’était pas prévu de se rappeler pour se mettre d’accord CE soir vers 20h00... Il faut juste que je trouve un autre téléphone portable de rechange et que j’y insère ma puce actuelle qui aura eu le temps de sécher et le tour sera joué mais il est déjà 18h00.

J’enfile mes bottes, m’emmitoufle dans mon manteau puis file au centre commercial le plus proche directement au magasin de téléphonie. Après avoir passé l’étape de la file d’attente puis la seconde étape des explications, le vendeur me dit « désolé m’dame mais j’ai pas de téléphone de rechange correspondant à votre forfait en stock, faudra rev’nir lundi. »
Lundi ? Mais on est vendredi soir !

Vue la moue que je fais et restant sans voix mais sans m’énerver, le vendeur me propose de lui ramener le téléphone pour « voir ce qu’il peut faire » ! Super, merci ! Je file à la maison lui rapporter mais là, grosse déception. Il n’est plus sur la serviette. La serviette a également disparue... enfin, elle est par terre.
— Chaton ? Où es-tu ? qu’as-tu fait de mon téléphone ? C’est pas à toi ça, toi tu as TES jouets !

L’animal espiègle s’est réfugié en haut de l’armoire et me regarde chercher sous la machine à laver... Il vient m’aider. J’ai retrouvé la coque, la batterie... Mais où est la puce de ce fichu téléphone ? Que vais-je faire, le punir ? C’est plus ma faute que la sienne. Prise par le temps j’ai été plus que négligente. Et il est si petit et si mignon.

Il est 19h47.

Après avoir déplacé la machine à laver, soulevé le meuble vasque, regardé dans tous les coins de la salle de bain, j’ai cherché dans le couloir, puis dans les autres pièces. Je me dis toujours que mon appartement est petit mais là, subitement, il me paraît immense. Impossible de retrouver cette petite puce, symbole de mon bonheur perdu. Je me résous à abandonner mes recherches tout en inspectant le panier du chat, ses espaces de jeu préférés, mon lit, mes étagères, n’importe où il aurait pu l’envoyer en jouant d’un rapide coup de patte, jusqu’à sa litière. J’attrape le chaton qui ronronne en se tortillant dans mes bras, lui ouvre la gueule pour la lui faire régurgiter au cas où il l’aurait avalée – mais en vain – je le retourne dans tous les sens pour vérifier que tout va bien dans ce petit corps agité car malgré tout je suis inquiète au vu de la taille du préjudice qu’il aurait pu introduire dans sa petite gueule jusqu’à son petit ventre de glouton mais il a vraiment l’air en pleine forme lui !

Lundi matin au bureau, il est 9h00, je décroche le téléphone en maugréant, mon café à la main. J’espère que ce n’est pas déjà un emmerdeur à peine la journée commencée.
— Bonjour, Mademoiselle T. ?
— Oui bonjour, que puis-je faire pour vous ?
— C’est moi ! tu n’as pas reconnu le joli son de ma voix ?

Ça alors, c’est lui, l’homme de ma vie !

— Ça alors, c’est toi ? Quelle bonne surprise ! Mais comment as-tu fait pour avoir ce numéro ? Tu as passé un bon week-end ?
— Eh bien figure-toi que je n’avais pas encaissé ton chèque au magasin quand on s’est rencontrés... J’avais ton adresse mais je ne me voyais pas passer chez toi sans y avoir été invité et pas moyen d’obtenir ton numéro de portable même avec ton nom et ton adresse, alors avec internet et les réseaux sociaux, j’ai fini par trouver une société qui avait une responsable clientèle avec le même nom et j’ai tenté ! Je suis bien heureux de t’avoir retrouvée si vite car comme un idiot, je n’avais même pas noté ton numéro sur un post-it ; on n’y pense jamais avec les nouvelles technologies !
— Eh bien je suis ravi de constater que tu es un homme plein de ressources !

Oh, mince mais pourquoi j’ai dit ça ?

— Tu ne m’en veux pas alors de ne pas t’avoir rappelée ?

Quoi ? Il ne m’a pas rappelée à 20h00 comme convenu vendredi soir ? Mais c’est génial !!!

— Euh non bien sûr, je me suis dit que tu devais sans doute avoir mieux à faire ou que tu étais occupé.
— Ouf ! J’ai craint tout le week-end que tu m’en veuilles et que tu ne me le pardonnes jamais. Si je te dis que j’ai eu un problème avec mon téléphone portable, tu me croiras ?

Non, pas possible, lui aussi ? Et si c’était une excuse bidon de commercial sans vergogne qui essaie de se rattraper aux branches après une gamelle qu’il a prise le week-end passé à jouer les tombeurs avec toutes les filles qui se pointent dans son magasin ? Je vais le laisser débiter sa plaidoirie pour voir. Faudrait voir à pas m’embrouiller mec parce que c’est décidé, je ne veux plus me faire avoir par les beaux-parleurs.

— Tu m’en as trop dit ou pas assez. Vas-y, improvise une excuse, on verra bien si c’est crédible.
— Je te jure que c’est vrai, je suis si maladroit que... surtout ne te moque pas s’il te plaît et promets-moi de ne pas rire... que je l’ai fait tomber dans l’égout en sortant de ma voiture en rentrant du boulot. Je me suis garé le long du trottoir, j’ai ouvert la portière, me suis penché pour remettre la ceinture de sécurité qui pendouillait dehors derrière le siège et paf, il est tombé de ma poche de veste. Et comme il pleuvait pas mal, les feuilles et l’eau ont fait le reste et l’ont directement conduit dans le caniveau en un temps record. Je n’ai rien pu faire. En plus, avec leurs conneries de grilles de protection anti-canettes et anti-mioches, j’ai tenté de bricoler un outil de cleptomane avec un vieux cintre que j’avais dans le coffre mais à part revenir trempé et tout dégoulinant chez moi, je n’ai pas réussi à récupérer le téléphone !
— Vraiment ? Non mais tu plaisantes ? C’est un sketch que tu viens d’inventer pour me faire sourire ?
— Mais non je te jure que c’est vrai. Du coup j’ai repris la voiture, j’ai foncé au centre commercial et suis tombé sur un vendeur en téléphonie super sympa qui m’a dit ne pas pouvoir récupérer les données de ma puce ni me donner un nouveau téléphone car il n’en avait plus en stock et qu’il me fallait revenir lundi. Voyant ma mine déconfite, il m’a conseillé pour récupérer mes numéros, d’éditer mes factures détaillées et de tous les recomposer, sauf que ça prend du temps et que je n’ai pas d’imprimante ni chez moi ni au magasin. Il a même voulu me faire rire : il a prétendu qu’il avait eu une cliente peu de temps avant moi qui avait fait tomber son téléphone dans les WC. Tu imagines ?

PRIX

Image de Hiver 2019
998

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dranem
Dranem · il y a
J'ai relu cette histoire avec plaisir; mes voix pour cette finale !
·
Image de RAC
RAC · il y a
Meri c'est sympa ! A+++
·
Image de Osi
Osi · il y a
C'est marrant comme histoire. Ça m'a bien fait sourire. Qu'ils sont maladroits !
Voilà de bonnes excuses pour poser des lapins, si besoin.

·
Image de RAC
RAC · il y a
Merci d'être venu me lire OSI et à bientôt chez vous... (et revenez chez moi quand vous voulez !)
·
Image de Vinvin
Vinvin · il y a
Le monde est petit et le chat encore là !.
·
Image de RAC
RAC · il y a
Hihihi ! Il apporte sa "patte" à mes récits ! (si vous aimez mon chat, vous le retrouverez dans d'autres tit' Z'histoires comme TILT ou MIFASOL...et vous pouvez même faire connaissance avec "MON CHEVAL" et d'autres bêtes dans "BETE A GOBER LES MOUCHES"...). A bientôt chez vous !
·
Image de Claire Bouchet
Claire Bouchet · il y a
Ces deux-là étaient décidément faits pour se rencontrer ! C'est très drôle ! Bravo RAC.
·
Image de RAC
RAC · il y a
Merci Claire & soyez la bienvenue quand vous voulez chez moi et mes tit'z'histoires !
·
Image de Clé des songes
Clé des songes · il y a
C esr cela la nouvelle technologie ! avec humour !
·
Image de RAC
RAC · il y a
Merci beaucoup pour votre visite ! A+++
·
Image de TeufTeuf
TeufTeuf · il y a
J'ai bien ri ! Résultat : deux maladroits ensembles... ça peut fonctionner ! En tous cas, effectivement ce n'est pas la faute du chat (qui lui a toujours raison...). Mais peut-être l'un des deux raconte-t-il une craque ? Dans ce cas il est doué, il a raté sa vocation de scénariste de films comiques !
·
Image de RAC
RAC · il y a
Merci d'être passée chez moi en en parlant de "cracs", peut-être aimerez-vous "CRAC" une de mes dernières z'histoires ?! A bientôt chez l'une ou l'autre...
·
Image de Parfumsdemots
Parfumsdemots · il y a
Génial!(je pense que c’est le genre de scénario improbable qui aurait pû m’arriver!
Remarquez que ,non en fait ,ça m’est déjà arrivée dans un resto hyper huppé mais ma vie n’en dépendait pas .
Je compatis pour le séchage car j’ai fais la même chose ...et ça a remarché (comme quoi faut pas acheter chinois 😊)

·
Image de RAC
RAC · il y a
Merci d'être passé, c'est très sympa. A+++
·
Image de Joss Blot
Joss Blot · il y a
J'ai pas tout compris avec les votes je vais tâcher de voter pour une autre petite histoire
·
Image de Elodie Torrente
Elodie Torrente · il y a
Allo, quoi ! :-) En matière de rencontre, on le sait bien. Plus dure sera la chute. Merci pour ce bon moment (eh non, promis, je ne m’appelle pas Valerie. 😉😊).
·
Image de RAC
RAC · il y a
Hihi ! J'adore votre humour ! Soyez la bienvenue quand vous voulez ! A bientôt, bonne semaine !
·
Image de Alain de La Roche
Alain de La Roche · il y a
Bravo, d'une angoissante drôlerie.
Mon vote.

·
Image de RAC
RAC · il y a
J'aime bien votre formule, il faut que je la retienne ! Merci d'être passé & à bientôt j'espère...Bon dimanche !
·