LE CADEAU (2/2)

il y a
12 min
64
lectures
8

Ancien joli bébé (voir preuve), j'écris des nouvelles à la coloration un peu fantastique, des fantaisies littéraires, des courts romans, des essais, des livres de marketing. Pour du pas sérieux  [+]

...

6
Rob

Incroyable ! Ce vieux m'a épaté. J'en ai oublié de donner les instructions de retour à la bulle, qui m'a demandé si tout se passait bien. Un objet en bois chez un citoyen ! Et un citoyen de sixième classe, au niveau D !
- Wendy ! Branches-moi sur la biblio. Je veux tout savoir sur les antiquités en bois. En vocal, s'il te plaît.
Pendant toute la durée du voyage de retour, j'écoute Wendy me faire un historique succinct des objets anciens en bois véritable. C'est bien ce que je pensais. Tous ces objets ont été réquisitionnés par la Ville il y a plus de cent quatre-vingts ans, et leur possession à titre privé est totalement illégale et sévèrement réprimée. Dans la foulée, Wendy me confirme l'article B-7 de la Loi de la Ville. Tout citoyen qui a connaissance d'une action illégale ou d'un projet d'action illégale doit en informer immédiatement les autorités de la Ville. A défaut, la sanction pour complicité est la même que celle appliquée au criminel. Pour faire bonne mesure, Wendy ajoute l'article concernant la récompense attribuée à tout citoyen dénonçant un acte illégal. Intéressant, très intéressant...
Encore une fois, la bulle me demande si tout va bien. Ça fait près de cinq minutes que nous sommes revenus à l'entrepôt, et je ne m'en étais même pas rendu compte.
- Oui chérie, tout va pour le mieux. Déconnexion !

7
Mo

Voilà, le test a eu lieu. Il ne reste plus qu'à attendre le résultat. Avec les deux précédents, ça n'a pas été long. Peu de temps après leur départ, les miliciens faisaient irruption et découvraient une boite en tous points semblable à celle qui avait ému mes visiteurs. A ceci près que ce qu'ils trouvaient n'était qu'une parfaite copie en céramide-hyperpolyuréthane, réalisée il y a bien longtemps. Juste après l'interdiction totale, le propriétaire de la véritable boite n'avait gardé celle-ci qu'à titre de souvenir. Elle contenait, paraît-il, des objets appelés cigares, une sorte de drogue légale également interdite depuis très longtemps. Puis elle a servi pour le test. J'ai menti à Rob, comme aux autres candidats involontaires. Cette boite ne me vient pas de l'un de mes ancêtres. Elle m'a été donnée par mon prédécesseur lorsqu'à mon tour, il y a presque quarante ans, j'ai été choisi. Après avoir réussi le test.
Cela fait maintenant plus de quatre heures que le tech est reparti, et il ne s'est rien passé. Je commence à espérer. Sera-t-il le bon ? Sera-t-il le prochain ? Il y a bien longtemps que je n'ai plus fréquenté l'Eglise Universelle du Saint Hérésiarque. Je ne connais plus avec précision les incantations officielles, mais j'improvise une imploration de requête.
- Grand Architecte de l'Univers Connu et Inconnu, je t'en prie, fais que celui-ci réussisse le test. Je ne suis pas certain de trouver avant la Cérémonie de la Délivrance, si ce tech n'est pas le bon. Je t'en pr...
Le vibreur du visio m'a fait sursauter. Mon cœur bat subitement un peu plus fort dans ma poitrine.
- Appel de Rob, technicien de la Ville. Dois-je le connecter ?
- Connexion acceptée. Holo 3-D, s'il te plaît.
Je m'assieds pour tenter de me calmer un peu, tandis que le visage de Rob se matérialise au centre de la pièce.

8
Rob

Qu'est-ce qui me prend ? Je dois être un peu dingue. J'aurais dû appeler la milice immédiatement. Et la récompense, bon sang ! Elle me permettrait une cure complète, avec des implants tout neufs. Ce n'est pas tous les jours qu'on tombe sur une occasion pareille...
La communication est acceptée. Le visage du vieux flotte au-dessus de ma console. Il a l'air un peu nerveux. Normal.
- Wendy, cryptage !
Je ne sais pas jusqu'à quel point l'intimité des communications est préservée par une demande de crypt, mais je préfère être prudent.
- Bonjour, grand-père. J'aimerais bien jeter un nouveau coup d'oeil à... votre clim'.
- Bien sûr, Rob. Venez quand vous voulez.
Le vieux a l'air un peu soulagé. J'espère que je ne fais pas la bêtise de ma carrière.

9
Mo

Ça fait maintenant cinq semaines que Rob vient régulièrement me rendre visite. Au début, il ne pouvait s'empêcher de caresser la boite pendant toute la durée de sa visite. Progressivement il a commencé à m'interroger sur ma vie, mes activités passées et tout le reste. J'ai l'impression qu'il me prend en affection. Je dois l'intriguer, aussi. Il sait que je ne suis qu'à quelques mois de la Délivrance, et ça a l'air de l'ennuyer. Il a commencé à me parler de lui, aussi. Et il ne jette plus que quelques regards vers l'antiquité interdite, de temps en temps. Une seule fois, il m'a demandé si j'avais d'autres objets comme celui-ci.
- D'autres objets anciens, des antiquités ? Euh... non, pas précisément.
Il a eu l'air soulagé.
Avant-hier, alors qu'il me racontait des épisodes de sa vie de tech, je l'ai brutalement interrompu.
- Rob, vous savez que je n'en ai plus pour longtemps ?
Il s'est tortillé nerveusement sur son siège en regardant intensément le reste du cocktail vert fluo au fond de son verre.
- Oui, Mo. Et ça me fait de la peine, vous vous en doutez. Cette foutue loi des 70, je n'y avais pas bien réfléchi jusqu'à maintenant. Il devrait y avoir des exceptions...
- Ne vous inquiétez pas, Rob. Il me semble que je peux partir tranquille, maintenant. Les médics se chargent de faire disparaître le stress, vous le savez. Non, je voulais vous demander quelque chose. Vous savez que je n'ai pas d'enfant, personne à qui transmettre ce que je possède.
Il a jeté un coup d’œil rapide à la boite.
- Non, je ne peux pas accept...
- Attendez, il ne s'agit pas de ça. Enfin, pas exactement. Avez-vous déjà été à l'extérieur, Rob ?
- A l'extérieur ? Vous voulez dire... hors de la Ville ?
Il m'a regardé éberlué. J'ai lu dans son regard l'éclat fugitif du doute. Les médics avaient certainement mal dosé les tranquillisants et je commençais à perdre les pédales. Puis il s'est rendu compte que j'étais parfaitement calme et que je semblais avoir toute ma tête.
- Mo, vous savez bien que c'est impossible. Je ne suis qu'un tech ordinaire, et je n'ai pas d'accréditation pour accéder aux niveaux supérieurs. Alors l'extérieur... Je n'ai même jamais rencontré quelqu'un qui prétende y avoir été. Et d'ailleurs, il n'y a rien hors de la ville, non ?
- Non, il n'y a rien. Enfin, il n'y a plus rien. Plus rien de vivant, en tous cas. Il n'y a plus que cette Ville et ses milliers de niveaux, ses milliards de conapts, ses réseaux neuronaux, ses citoyens encapsulés, ses forums virtuels de discussion, ses soleils artificiels, ses puits de transport vertigineux, son organisation automatique,... et ses techniciens pour maintenir le tout en état de marche.
- Je sais tout ça, Mo, mais pourquoi cette question ?
- Revenez bientôt, Rob. Votre prochaine journée de repos. Une journée complète ne sera pas de trop. J'ai un cadeau à vous faire, avant de partir.
Le moment est venu. En tous cas, je ne peux plus reculer. Ce sera lui ou personne. Mon bracelet vibre. Je me rends compte que mes mains tremblent et qu'elles sont moites.

10
Rob

Depuis que je visite le vieux Mo régulièrement, je ne l'ai jamais vu dans cet état. En ouvrant le sas de son conapt – manuellement ! - il a regardé derrière moi, comme s'il vérifiait que j'étais bien seul. Il s'est enfilé deux Blue Cosmo coup sur coup avant de penser à m'en offrir un. Son bracelet-médic est posé sur une étagère, déconnecté. Heureusement, sinon il sonnerait l'alerte générale ! Pauvre vieux. L'approche de l'échéance doit le perturber plus que je ne le pensais.
- Mo, s'il y a quelque chose que je puisse faire pour vous aider...
Il lève les yeux sur moi, et semble prendre seulement conscience de ma présence.
- M'aider ? Oh, ne vous inquiétez pas pour ça, Rob. Ce n'est pas ce que vous croyez. Mais,... oui, vous pouvez m'aider. En acceptant ce que je vais vous offrir.
Je ne peux m'empêcher de jeter un rapide coup d’œil à la boite que Mo a posé entre nous.
- Non, non, il ne s'agit pas de ça, je vous l'ai dit la dernière fois. Enfin pas exactement. Pas seulement.
Il hésite et semble chercher ses mots.
- Vous savez qu'il n'y a plus rien à l'extérieur de la Ville, Rob. Enfin plus rien de vivant, de naturel. L'air est irrespirable, les lacs, les rivières et les océans ont disparu. Toute vie animale également. Plus de végétaux non plus, plus de forêts, plus de prés, plus de champs. A ma connaissance, plus personne ne met les pieds en dehors de la Ville. Pour y faire quoi, d'ailleurs ? Mort et désolation...
- Oui, je sais tout ça, mais quel rapport...
- Ça n'a pas toujours été comme ça. Que savez-vous de ce qu'était notre planète avant la Ville, avant ce carcan de fer qui enserre notre globe ? Rien ou presque, j'en suis certain. Venez, je vais vous montrer quelque chose.
Il se lève et se dirige vers le fond de sa pièce à vivre. Il s'arrête devant un placard qui recouvre un pan de mur, et se retourne.
- Allez, venez, que je vous donne mon cadeau.
Je le rejoins en hésitant un peu. Je me trouve un peu bête, devant cette porte de placard. A-t-il caché quelque chose derrière ? Un cadeau... Et pour quelle raison, d'ailleurs ? Il a dû effleurer quelque commutateur sensitif caché, car la porte s'efface soudain. Je reçois un coup à l'estomac. Derrière cette banale fermeture de placard, je découvre une autre porte qui semble faite entièrement de bois, comme la boite. J'avance la main en hésitant. Ce bois est beaucoup plus ancien. Plus détérioré aussi, il me semble. Il est gris clair, comme s'il avait été lavé et relavé un nombre infini de fois. Impensable ! La boite me semble maintenant une broutille, à coté de cette vénérable relique. Deux plaques métalliques qui paraissent articulées la maintiennent au mur, et un anneau en fer est fixé en plein milieu. J'effleure l'anneau, je caresse la surface irrégulière de la porte. On distingue nettement les veines - c'est le terme que j'ai entendu au musée - du bois. En fait, la porte est manifestement faite de lamelles assez larges, maintenues ensemble par un dispositif que je ne vois pas. Une soudure à infra-sons ? De l'hyper-colle moléculaire ? Non, c'est impossible. Cette porte a été fabriquée il y a une éternité, avant la mise au point de ces techniques. Et ces parties en fer ! Rugueuses, inégales, imparfaites... Aucun automate de production ne fabriquerait des objets aussi grossiers.
- Ce n'est pas fini, Rob. Préparez-vous à un choc.
Le vieillard réfléchit et semble hésiter quelques instants. Puis il actionne l'anneau métallique. Bruit incongru de métal contre métal. Il pousse la porte et s'efface sur le coté.
- Votre cadeau, mon ami.
J'expulse d'un coup tout l'air contenu dans mes poumons, et il me semble que mon cœur oublie de battre pendant d'interminables secondes. Mes mains se mettent à trembler et je sens que mes jambes ne pourront plus me porter dans quelques instants. La stupeur me tétanise. L'effroi, aussi. Une sueur glacée coule sur mes tempes et mes oreilles se mettent à bourdonner. Au prix d'un formidable effort, je réussis à faire un pas en arrière pour retrouver la sécurité relative de l'intérieur du placard. Ce qui n'efface pas l'impensable vision. Là, en face de moi, derrière cette porte vieille comme l'univers, l'extérieur ! Une étendue sans fin ! Un impensable espace infini. Un terrible vertige me glace les entrailles. L'horreur absolue...
- Heu... vous me faites mal, Rob.
Je me tourne vers Mo et constate que ma main est crispée sur son bras, telle la pince bloquée d'un robot détraqué.
- Excusez-moi, Mo. Mais que... Qu'est-ce que c'est que ce... cette.... que ça ? Ce n'est pas possible, n'est-ce pas ? C'est une monstrueuse reconstitution ou quoi ? Comment avez-vous...
- Attendez, attendez... Essayez de vous calmer. Je vous donnerai toutes les explications dans un instant. Comment vous sentez-vous ? Un remontant vous ferait peut-être du bien.
Je ne peux que secouer la tête. Comment une telle réalisation est-elle possible ? Où sont les mega-projecteurs holographiques 3-D ? Et l'énergie nécessaire, d'où vient-elle ? Quel est le but de ce monstrueux spectacle ?
- Non, Rob... Je sais ce que vous pensez. J'ai eu la même réaction il y a une quarantaine d'années, lorsque mon prédécesseur a ouvert pour moi cette même porte. Ce que vous avez devant vous est la réalité... Une impossible, une inexplicable, une invraisemblable réalité.
- Mais... nous sommes à l'intérieur d'un appartement, à un niveau inférieur de la Ville ! Il y a des centaines de niveaux au-dessus de nous, des dizaines en-dessous, des millions de conapts autour de celui-ci... Vous disiez vous-même qu'il n'y a plus rien à l'extérieur. Alors, qu'est-ce que c'est ? Une hyper-illusion ?
- Approchez, que je vous présente cette... illusion.
Il passe le seuil de la porte et se retourne pour m'attendre.

11
Mo

Les explications ont été longues. Ou plutôt les descriptions. Mon ami technicien semblait ne pas comprendre la moitié de ce que je lui disais. Je devais donner des définitions, trouver des analogies.
- Incroyable, tout ce vert !
- La nature, Rob, la nature dans la plénitude de son infinie beauté, tout simplement...
- Ce bleu ?
- Le ciel immense, dans sa pureté d'origine...
- Et ces bruits, ces cris ? Ces odeurs ? Et ce souffle sur ma joue ?...
- L'air en mouvement, que l'on appelait le vent, le souffle du vent dans les arbres, et l'ondulation de l'herbe, et le murmure de l'eau libre...
- Libre ?
- Oui, mon ami, libre d'aller de sa source vers des destinations connues d'elle seule, par des chemins détournés et mystérieux. Il y a aussi les oiseaux, Rob, on ne sait rien de la nature si on n'a pas observé le ballet infini et impénétrable des oiseaux. Et les insectes, et toujours les arbres, Rob, avec toutes leurs nuances de vert et de marron, de gris quelquefois, les petits rabougris et tordus et les grands élancés, l'incroyable variété des arbres...
- Là-haut, ces masses blanches qui semblent flotter au-dessus de nos têtes ?
- On appelle ça des nuages, ils peuvent prendre d'eux-mêmes les formes les plus étranges et les plus cocasses...
- Cette lueur aveuglante ?
- Ce n'est rien d'autre que le soleil, mon ami, le soleil oublié, masqué, nié, tué par la Ville...
- Et ces taches de couleurs au loin, qui semblent vibrer ?
- Des fleurs, Rob, la création la plus futile et la plus indispensable du Grand Architecte, de simples fleurs...
Nous sommes assis sur le seuil de la porte, face à l'immensité verte et bleue, ocre, blanche et jaune. Mon compagnon est silencieux depuis quelques minutes. Tout à l'heure, des larmes ont coulé sur sa joue sans qu'il fasse quoi que ce soit pour les cacher.
- Alors, c'est ça, l'extérieur ?
- C'était ça...
Il me regarde sans comprendre. Il ouvre la bouche pour me poser les deux questions que des dizaines avant lui ont posées. Je ne lui en laisse pas le loisir.
- Je sais ce que vous allez me demander. Comment et pourquoi ? C'est bien ça ?
Son regard mouillé me répond silencieusement.
- Des générations m'ont précédé ici. Personne n'a jamais compris pourquoi cette vieille porte en bois existe - je devrais dire existe encore - ni pourquoi elle donne sur cet espace de nature préservée. Aucun de ceux qui ont ouvert cette porte avant moi n’a su comment un tel miracle était possible. Il y a ce que nous savons et ce que nous supposons. Mes prédécesseurs ont acquis la certitude que ce que nous avons devant nous est une portion d'espace de cette planète, tel qu'il était il y a des centaines, peut-être des milliers d'années. Avant la folie des hommes, avant la destruction, avant l'anéantissement, avant la Ville-prison. Ce paysage devait être celui que l'on découvrait en ouvrant la porte en bois, derrière nous. Je ne suis même pas certain que l'occupant des lieux l'appréciait alors à sa juste valeur... Et cette petite portion d'univers intact vit au même rythme que nous. Là aussi, les jours s'écoulent et les saisons passent. Les animaux et les végétaux naissent, vivent et meurent. Le soleil se lève, traverse le ciel et disparaît à l'horizon, laissant place à la lune. Oh, la lune Rob ! Vous n'avez pas idée de l'émotion que peuvent procurer les changements d'aspect de cette splendeur nocturne.
- Mais comment cette partie d'espace a-t-elle été préservée ?
- C'est là le mystère. On peut penser qu'une distorsion limitée de l'espace-temps a pu... comment dire... détourner ce paysage, d'une certaine manière. Un petit morceau d'un univers parallèle, une lucarne sur l'une des infinies variations possibles de notre planète. De tels phénomènes sont théoriquement possibles, d'après les physiciens. Le fait est que ce paysage est là. Ce que mes prédécesseurs ont supposé, c'est que tant que quelqu'un verra ce paysage et s'imprégnera de chaque élément, de chaque composante, il existera et continuera d'exister. Ce n'est peut-être qu'une croyance idiote, mais nous ne voulons pas prendre de risque. C'est pourquoi chacun d'entre nous a recherché à son tour quelqu'un susceptible de recevoir ce cadeau, d'en préserver le secret absolu, et de le transmettre à un autre de son choix. Ce paysage sera bientôt votre domaine et votre trésor, Rob. Si vous l'acceptez.
- Est-ce que nous pouvons... le parcourir, aller et venir, l'explorer, nous y perdre ?
- Hélas non. Vous verrez qu'en faisant quelques pas de plus, il s'estompera progressivement pour faire place à une sorte de brume cotonneuse, de plus en plus dense. Aucun de ceux qui m'ont précédé n'a jugé prudent d'insister et d'aller plus avant, au risque de se perdre à tout jamais. C'est un peu comme une immense et merveilleuse représentation, dont nous ne pouvons être que les spectateurs, éblouis mais impuissants.
Son dépit est visible. Moi aussi, quatre décennies plus tôt, après avoir accepté l'incroyable, après avoir admis l'impensable, j'avais rêvé, l'espace de quelques instants, que cet espace préservé serait ma délivrance, mon passeport pour un autre monde, pour une vraie vie, pour une humanité retrouvée, réinventée.
- Ne soyez pas déçu, Rob. Ce que vous avez devant vous, personne au monde ne le possède. Cela n'existe plus, nulle part. Pour vous seul, et pour la première fois de votre vie, chaque jour sera réellement différent. Vous verrez passer les saisons - oui, les saisons, Rob, vous apprendrez à savoir ce que c'est -, vous apercevrez des animaux au loin, et vous essaierez de les reconnaître et de les comprendre, vous interpréterez le cri des oiseaux et la plainte du vent. Vous découvrirez la neige. Ah, la neige !.. Vous verrez l'eau du ciel - la pluie, c'est son nom - tomber et nourrir la terre avide. Vous sentirez la brûlure du soleil et celle du givre. Vous appellerez la brise pour qu'elle ébouriffe vos cheveux. Vous aimerez avoir froid. Vous apprécierez la sueur qui coulera dans votre dos, vous attendrez que le vent apporte à vos pieds une branche morte que vous caresserez pendant des heures. Le tonnerre vous effraiera et la foudre, si vous avez la chance d'assister à cette manifestation divine, vous émerveillera... Bienvenue dans votre royaume.
- Mais Mo, pourquoi moi ? Je ne peux pas accepter un pareil don ! Pourquoi ne pas en faire bénéficier le plus grand nombre ?
- Mon ami, la question s'est posée à chaque génération. Et elle a toujours été tranchée de la même manière. Nous avons tous, l'un après l'autre, pensé qu'un tel miracle, s'il venait à être connu, serait détourné, confisqué, et finalement détruit par la Ville. Elle ne peut pas montrer aux citoyens-habitants ce qu'elle leur a volé, ce qu'elle a détruit. Elle a eu trop de mal à nous faire oublier que ce qu'il y a derrière cette porte a existé. Le choix que tous ceux qui se sont succédé ici ont fait, et que je fais également aujourd'hui, c'est de transmettre ce miracle à une seule personne apte à l'apprécier. Je vous ai choisi, Rob. Ce faisant, je vous ai fait un cadeau un peu empoisonné. Il y a un prix à payer, d'une certaine manière. En vous donnant la clé de ce paradis, je vous condamne à la solitude. Ce secret est pour vous seul. Vous devrez passer votre vie sans compagne permanente. Elle - ou il... - pourrait mettre en péril l'existence même de ce miracle. Ami d'aujourd'hui, ennemi de demain... Je vous prive également de la joie du partage. Les sensations que vous allez découvrir, les émotions que vous ressentirez, ne sont que pour vous seul. Ce sera difficile, certains jours, mais la pérennité de ce merveilleux prodige est à ce prix. En final, vous pourrez, comme moi aujourd'hui, transformer la vie d'une personne de votre choix. Rendre une personne heureuse à chaque génération, c'est bien plus que ce que réalise la Ville, non ?
- Et comment allons-nous...
- Tout est prêt. Deux des seuls droits anciens que la Ville ne nous ait pas encore volés sont la propriété privée et le legs, la possibilité de désigner un héritier pour ses biens. Je vais partir dans quelques mois standard. Tous les documents sont prêts. Il n'y manque que votre empreinte pour signifier votre acceptation. Je vous laisse réfléchir seul devant ce spectacle. Prenez le temps qu'il faut. Lorsque vous aurez décidé, rejoignez-moi à l'intérieur.


Tard dans la soirée, il vient me retrouver dans le salon du conapt. Il s'assied en face de moi sans me regarder. Son attention est entièrement accaparée par une petite chose verte et marron, à la fois banale et merveilleuse, insignifiante et magique, quelques centimètres carrés de féerie. Je pousse vers lui le cube d'enregistrement officiel d'héritage. Il le regarde et semble hésiter. Pendant un bref instant, l'étau glacé du doute me bloque l'estomac. Puis, je souris en comprenant qu'il lui faut à ce moment accomplir son premier sacrifice. Pour signifier son accord officiel et accepter mon cadeau, il doit lâcher pendant quelques secondes cette feuille morte que le vent a déposée à ses pieds.
8

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Horizon

Félix Asika

Francis aimait contempler distraitement l’horizon. Si la plupart des New-yorkais n'avaient sous leurs yeux que des rangées d'immeubles aux vitres réfléchissantes, son bureau personnel faisait... [+]

Nouvelles

Approche

Yves Le Gouelan

L’approche s’avère délicate. Le bras d’arrimage est trop court. Le caisson droit vient cogner contre le quai. Le vaisseau rebondit et repart en arrière. Bon sang. J’enclenche le propulseu... [+]