2
min

Le cadavre exquis

Image de Naima Boukhari

Naima Boukhari

86 lectures

0

Il ne se passait jamais rien à Garec, petit village du Finistère. La carrière d’agent de police de Marc Graulet se déroulait calmement et sans encombre. Seules l’occupaient les petites contraventions routières pour excès de vitesse ou encore pour stationnement interdit. Une existence tout à fait paisible, somme toute. Jusqu’à ce jour de janvier 2017.

Depuis une semaine, le jeune huissier Maître Pierre Grondin avait complètement disparu de la circulation. Sa femme, ne le voyant pas rentrer après sa journée de travail, avait commencé à s’inquiéter. Son mari ne revenait jamais au-delà d’une certaine heure. Sinon, il appelait toujours afin de la prévenir. Elle lui faisait confiance. Il lui était sans doute arrivé quelque chose. Malgré des recherches approfondies, la police n’avait rien trouvé. Les affaires de Maître Grondin étaient toujours chez lui. Il n’était donc pas parti volontairement, sur un coup de tête. Il n’avait pas non plus emporté son ordinateur, qui trônait toujours sur le bureau de son cabinet.

La police avait mis la main sur l’appareil en question et remarqué que son planning indiquait pour le jour de sa disparition un rendez-vous avec Alain Surret, un vieil homme du village. Les agents avaient alors levé le sourcil. Ce dernier avait la réputation d’être étrange et déséquilibré, mais n’était pas connu de leurs services. C’est alors que le commissaire Boulin, régnant depuis plus de vingt ans sur la police de Garec, convoqua l’agent Graulet et son collègue le lieutenant Flavier afin de leur demander l’accomplissement d’une mission. Ils devaient tous les deux rendre visite à Alain Surret afin de l’interroger à propos de la disparition de l’huissier.


Les deux agents acceptèrent cette demande, malgré leur grande inquiétude. Tout le village évitait d’approcher cet individu bizarre et infréquentable. Comment allaient-ils se comporter avec lui ? Comment l’interroger de manière efficace, sachant qu’il n’était pas exactement comme tout le monde ? Les questions se bousculaient dans la tête des deux hommes.

Messieurs Graulet et Flavier parvinrent jusqu’à la porte de l’appartement d’Alain Surret. Une tension palpable les paralysait. Le lieutenant Flavier frappa à la porte. Le locataire du lieu vint rapidement leur ouvrir. L’homme en question devait être septuagénaire. Il était de petite taille et portait des vêtements sales et bien trop amples pour lui. Ses cheveux blancs étaient longs et emmêlés, comme s’il ne les avait pas peignés depuis plusieurs années. Sa bouche qu’il étirait dans un sourire niais était entièrement dépourvue de dents.

Après avoir fait entrer les deux hommes, Alain Surret ferma la porte à clé. Ce geste inquiéta les convives, mais ces derniers ne bronchèrent pas. Après tout, leur hôte était réputé n’être pas tout à fait normal. Un désordre sans nom régnait dans l’appartement, ce qui contrastait avec la délicieuse odeur de viande épicée qui flottait dans l’air humide.

La senteur était entêtante et parfumée. Marc Graulet mourait d’envie de savoir ce que le vieil homme préparait. Avant que les agents de police ne puissent l’interroger, leur hôte leur intima de s’assoir autour de la table. Soucieux de mettre l’interrogé à l’aise afin qu’il réponde au mieux à leurs questions, les deux hommes acceptèrent.

Alain Surret prépara trois assiettes, les remplit de sa préparation culinaire et les installa devant chacun. Une fois servi, l’agent Graulet commença :

« Comme vous devez le savoir, un huissier de Garec, Maître Grondin, a disparu depuis une semaine. Nous savons qu’il devait vous rendre visite afin de vous prévenir que votre appartement serait saisi si vous ne vous acquittiez pas de vos dettes. Savez-vous où est-ce qu’il peut bien se trouver ? »

Son interlocuteur adressa aux agents de police un sourire énigmatique.

« A votre avis, que vous apprêtez-vous à déguster ? »

Maître Grondin ne demeurerait plus pour longtemps le seul disparu de Garec.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,