Le Bruiteur Fou

il y a
4 min
587
lectures
15
Qualifié

Je suis passionné de littérature, d'internet et d'art, et j'ai une sensibilité particulière pour les sujets comme la folie, l'ésotérique, et l'illusion. https://www.youtube.com/user/maximejrichard

Image de Grand Prix - Hiver 2022
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

ARTICLE PARU DANS UN QUOTIDIEN FRANÇAIS LE 27/09/1983

Philippe Tiquetouque a été retrouvé mort chez lui il y a une semaine. Il s'est ôté les yeux des orbites avec une cuillère, et est décédé des suites de cette opération. Ses ongles et ses cheveux n'avaient pas été coupés depuis deux ans. Son appartement était rempli de diverses graines, de verres de formes et de tailles différentes, de nombreuses coques de fruits, de la totalité des instruments d'un orchestre symphonique, et d'une foule d'objets dans une multitude de matériaux. Le pauvre homme était bruiteur pour le cinéma. Si ce métier, difficile et ingrat par nature, nécessite un caractère de pierre et un moral inébranlable, il est évident que chez une personne fragile psychologiquement, il peut s'avérer très dangereux.

Philipe Tiquetouque, 45 ans, célibataire, a eu pour témoin de sa déchéance Pierre-Louis Denemont, monteur, qui a bien voulu nous raconter son histoire. Ce qui suit est son témoignage.

« Je connaissais Philippe depuis tout petit, et nous avions fait nos études ensemble. Il a toujours été très appliqué dans son travail, parce qu'il savait qu'il avait une réputation à tenir. Son grand-père a écrit la bible du Bruiteur, l'encyclopédie de tous les objets et de tous les sons imaginables. Le livre date de 1941, mais même les bruiteurs d'aujourd'hui paieraient une fortune pour avoir un exemplaire de l'unique édition qu'il y a eu de ce livre. Philippe l'avait, en héritage de Charles, son père.

Il y a deux ans, quand Charles est mort, il a récupéré toute sa bibliothèque. Il s'est mis à lire son journal, et c'est là qu'il a commencé à dériver. Son père n'avait pas eu le temps de mettre en page sa propre bible, mais elle était entièrement rédigée sur des centaines de petits carnets orange. Philippe s'est mis en tête de s'en occuper, et je dois avouer qu'au début, c'était très bénéfique pour lui. Son père avait une théorie qui permettait d'associer tous les sentiments humains à des notes de musique. Puis il faisait une correspondance de ces mêmes notes avec un "clavier d'objets", reproduisant la gamme des émotions. Ce nouveau concept, que Philippe a mis en pratique de façon officielle, était plutôt efficace. En alignant quinze feuilles de différentes épaisseurs et de différentes matières, on peut les faire correspondre aux notes de musique. Ensuite, on voit quel sentiment doit être exprimé par quel bruit de feuille qui se déchire. Une lettre d'amour que l'on veut voir disparaitre, une facture qui nous énerve, ou une publicité que l'on jette peuvent exprimer l'état d'esprit d'un personnage. Le système était génial, mais tellement dense... Son père avait imaginé tous les bruits possibles, en s'aidant bien sûr de la bible de son propre père, et les avait tous conjugués avec sa table des sentiments qui comprenait beaucoup d'entrées.

Philippe arrêta de voir sa petite amie parce qu'il était trop occupé le soir. Il ne venait plus aux soirées de fin de tournage ni aux premières diffusions. Six mois après la mort de son père, on ne le voyait plus que pendant le montage. Il ne venait plus sur aucun décor et envoyait systématiquement une équipe faire le travail de plateau. Je suis allé le voir, et sa maison était remplie de cartons, tous débordant de petits carnets de notes gribouillés. Il se tenait en tailleur au centre de son salon, avec des centaines de feuilles en piles autour de lui, et tapait sur sa machine à écrire en consultant de temps en temps un carnet. Ses cheveux tombaient sur ses épaules, et ses ongles noirs faisaient déjà quelques centimètres. Nous avons échangé quelques mots et j'ai eu sa promesse qu'une fois ce travail titanesque terminé, il reprendrait une vie normale.

Ce fut le cas, six mois plus tard, lorsque son encyclopédie familiale fut soumise aux éditeurs dans une version entièrement réécrite et mise à jour. L'impression des 10 000 exemplaires (La Bible Du Bruiteur, 11 000 pages, éditions Bioskop) n'est toujours pas finie à ce jour. Cela fait plus d'un an qu'on l'attend, et elle est prévue pour le mois prochain. Toujours est-il que Philippe avait réintégré les équipes de tournage. Onze mois étaient passés, et cette histoire était presque oubliée, tout le monde attendant avec impatience l'édition imminente de l'œuvre, lorsque Philippe eut une idée. Il nous expliqua que cette première encyclopédie n'était qu'un début. Il avait réécrit l'œuvre de son grand-père, mis en page celle de son père, mais il n'avait rien créé lui-même. Il avait une mission à remplir et il savait laquelle. Il devait ajouter un nouveau niveau d'interprétation du bruitage au cinéma. Il devait trouver des bruits qui pouvaient représenter les choses qui sont silencieuses, comme le blanc d'une conversation, une idée qui surgit, le temps qui passe ou l'absence de quelqu'un.

Alors il s'est mis au travail, et s'est enfermé chez lui avec tous ces objets et ces instruments. Il ne s'était toujours pas coupé les ongles ou les cheveux, parce qu'il attendait que le livre paraisse, et ressemblait de plus en plus à un diable sourd aux appels de la raison. Je suis allé le voir il y a une semaine et j'ai essayé de le raisonner, mais il cherchait quel son pourrait représenter un homme qui lit. Puis il a voulu m'expliquer l'importance de son projet, qui devait continuer celui de ses ancêtres. Il me passa des enregistrements pendant plusieurs heures. Je me souviens qu'il m'a fait écouter énormément de silences et de bruits de bandes magnétiques. Je suis parti, en ayant les idées floues, mais je ne pouvais pas l'oublier.

Quand je suis revenu le voir, il y a deux jours, je l'ai vu allongé sur un fauteuil de sa terrasse, exorbité, ses yeux pendant sur ses joues, encore reliés par les nerfs optiques à son crâne. Il était mort, couvert de sang caillé, et baigné des rayons du soleil. Sur la table basse, il y avait ses notes, avec inscrit :

"Trouver un moyen d'entendre la lumière..."
15

Un petit mot pour l'auteur ? 17 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dominique Claire Fabre
Dominique Claire Fabre · il y a
Rien ne dit qu'il n'ait pas trouvé réponse... au delà des limites
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Torturé mais concept sur les sens jusqueboutiste intéressant ♫
Image de Roll Sisyphus
Roll Sisyphus · il y a
Un bruiteur qui ressemble de plus en plus à un diable sourd...
Que doit on entendre par là ?
Incapable de donner à entendre la lumière et résistant aux assauts de Méphistophélès.
Aurait-il choisit alors de donner un son aux Ténèbres?
Merci, c'était bien sombre.

Image de J. Raynaud
J. Raynaud · il y a
c'est pas beau de recopier des articles de presse !
Image de Maxime J. Richard
Maxime J. Richard · il y a
Un article façon de GdM
Image de Viktor September
Viktor September · il y a
On pourrait ainsi jouer avec tous les sens. Bravo pour l'originalité de votre texte.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Une quête désespérée de la quintessence des choses ? Texte horrifique dont la fin fait vraiment peur, c’est bien écrit et efficace. J’💖
Image de JD Valentine
JD Valentine · il y a
Un bon texte vraiment. J'ai cru entendre le bruit de la lumière... Pas facile!
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un sujet qui rivalise avec son et lumière .
Une découverte .

Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un texte fort, fascinant !
Image de J. Raynaud
J. Raynaud · il y a
fort fascinant en somme
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Un texte puissant, bravo !

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Voilà, il est mouru

Robert Pastor

Voilà, il est mouru.
Écrasé par un camion, quel champion ! Un livreur trop pressé, le pied au plancher. L'autre traversait la rue, en courant, il poursuivait un ballon comme un couillon. Le ... [+]