Le bébé d'or

il y a
5 min
221
lectures
33
Qualifié

J'écris pour oublier la tristesse, car les larmes sont plus jolies quand elles ont la couleur de l'encre...

Image de Grand Prix - Édition spéciale
Image de Nouvelles

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Il aurait dû fêter ses deux ans vendredi, mais depuis déjà presque trois semaines, le bébé d'or a disparu. Au départ, personne n'a cru qu'il pouvait lui être arrivé quelque chose, vu le nombre de sites web qui affirmaient qu'enfin, après avoir presque passé l'intégralité de sa courte vie à courir les plateaux de télévision pour prêcher si joliment la bienveillance et le vivre-ensemble, il avait eu le droit à quelques jours de vacances.
Mais, en début de semaine, la réalité a brutalement rattrapé tout le monde, quand la presse a fait ses choux gras de ces photos montrant sa propre mère en train de lui enfoncer un tournevis dans le dos. Depuis, la colère gronde à travers tout le pays et l'arrestation, il y a quelques heures, de la présumée infanticide n'y a rien changé. Heureusement, il y a un homme qui a su garder la tête froide face à toute cette agitation. Cet homme, c'est Dani Le Guen, le policier désigné par le ministre de la Justice pour enquêter sur ce dossier. Au fond de lui, il est parfaitement conscient qu'être nommé sur un cas d'une telle envergure est une vraie marque de confiance, mais c'est même assurément un cadeau dont il serait bien passé, alors qu'il n'est désormais plus qu'à quelques trimestres d'une retraite bien méritée, qui l'emmènera loin du tumulte et de l'agitation de cette vie moderne qu'il cerne de moins en moins ! 
Cette histoire de bébé d'or est d'ailleurs un bon exemple pour illustrer le fossé qui, au fil des années, s'est creusé entre lui et le restant du monde... Sans trop savoir pourquoi, le policier qu'il est n'a jamais rien pu voir d'autre en ce bébé star des réseaux sociaux qu'un pseudo jeune gourou en couche-culotte forcément manipulé par son entourage, là où tous ses amis et même son épouse semblent pour leur part convaincus d'avoir trouvé en ce nourrisson parlant à la peau couleur or, celui qui va sauver l'humanité de son inéluctable déchéance.
Quoiqu'il en soit, il compte bien boucler ce dossier et c'est pour cela que tôt ce matin, il a demandé à ses hommes d'aller cueillir Tiana K., la mère de ce gosse doré, afin de pouvoir discuter avec elle. Il l'a depuis laissé poireauter en salle d'interrogatoire pour pouvoir l'observer. Maintenant que c'est chose faite, il sait qu'il est temps d'aller lui parler.
— Bonjour Tiana. Je m'appelle Dani Leguen. J'imagine que vous demandez pourquoi vous êtes ici ?
— À deviner, je dirais que c'est à cause de ces photos qu'on fait ces pseudos journalistes et qui me vaut d'être devenue l'ennemie publique numéro un, depuis que ces génies ont eu la bonne idée d'en faire leur première page !
— On va en effet parler, mais avant toute chose, commençons par le plus important : comment s'appelle-t-il ?
— Qui ça ?
— Votre bébé ! De qui d'autre pourrais-je vous demander le prénom ? 
— En fait, c'est un peu gênant... Mais, c'est juste le « bébé d'or »... Je n'avais jamais pris le temps de réfléchir à un prénom avant sa première télé et comme juste après, tout s'est emballé très vite, je suis restée là-dessus  : le « bébé d'or »...
— Soit ! Pas de prénom, donc... Essayons autre chose ! Pouvez-vous me dire où se trouve actuellement votre bébé ?
— Je l'ai rangé à la cave, dans ma vieille malle, en attendant que toute cette histoire se tasse.
En entendant avec quel détachement Tiana vient de dire cela, Dani se décompose, mais il n'a pas le temps de parler que déjà celle-ci l'apostrophe : 
— Oh mon dieu ! Vous verriez votre tête ! C'est pas la peine de se mettre dans des états pareils : le bébé d'or est tout au plus déchargé ! 
Dani se mord la langue pour ne pas jurer, mais finit quand même par s'énerver.
— Vous n'êtes pas sérieuse, j'espère ! On parle d'un enfant et pas d'un smartphone en panne de batterie !
— En êtes-vous si sûr ?
— Que voulez-vous dire ?
— Simplement la vérité, même si vous ne semblez pas prêt à l'entendre !
— Comment ça ?
Pour la première fois, ce n'est plus l'enquêteur qui donne le tempo, mais bien celle qu'il interroge. Elle semble d'ailleurs en avoir conscience.
— Il se trouve, monsieur Leguen, que je suis dans une impasse, puisqu'on veut me lyncher pour un crime odieux dont je suis innocente, mais qu'en même temps, personne ne me croira si je dis toute la vérité. Que feriez-vous en pareille position ?
— J'opterais à coup sûr pour la vérité ! 
— Bien, mais dans ce cas, il vous faudra garder l'esprit ouvert et accepter que votre vision du monde et des lois qui le régissent est un peu trop étroite pour « votre affaire » d'aujourd'hui ! Êtes-vous prêt à faire cet effort ?
Le policier hésite, mais finit par acquiescer de la tête.
— Je vais être directe : je suis une sorcière ! Il y a environ deux ans, j'ai traversé une période un peu dure, alors que j'approchais de mon centième anniversaire. Pour me changer les idées, des amis m'ont donc inscrite au jeu télé le plus en vogue du monde magique : « Incroyable sorcier ». Pour vous la faire courte : je me suis tellement amusée lors des étapes de sélection, que j'ai vite gagné ma place en finale et c'est là l'histoire du bébé d'or a commencé...
— Je vous écoute, même si j'avoue que j'ai le plus grand mal à avaler tout ça !
— Figurez-vous que pour gagner, chacun des concurrents devait créer des sorts qui, je cite : « devraient captiver les humains par leur brillance sans pareille ». L'autre finaliste a fait quelque chose de magnifique en créant plusieurs pluies d'étoiles en plein jour, mais l'aura de sa magie n'a duré que le temps nécessaire aux humains pour partager des photos de l'événement sur leur fil d'actualités. Quand est venu mon tour, j'ai donc tablé sur quelque chose de certes moins majestueux, mais qui allait à coup sûr susciter des tonnes de commentaires ! Après l'avoir bombé à la peinture or, j'ai décidé d'ensorceler un vieux poupon, que l'une de mes nourrices humaines m'avait offert quand j'étais petite, pour en faire un bébé qui semblerait aussi vivant que n'importe quel autre. Quand il a commencé à bouger, j'ai su que je tenais quelque chose, mais j'étais convaincu qu'il lui manquait encore un petit quelque chose pour le rendre vraiment unique...
— La parole ?
— Exactement ! Et quitte à le faire parler, j'ai fait en sorte qu'il ait des choses à dire : d'un coup de baguette, je lui ai donc rempli le cerveau des pensées des plus grands philosophes ! La suite de l'histoire, vous la connaissez : le bébé d'or a envoûté les foules, dès sa première apparition !
— Tout ça ne me dit toujours pas pourquoi vous avez enfoncé un tournevis dans le dos de votre « création » !
— Les piles ! Quand les photographes m'ont surprise, j'étais en train de mettre des piles neuves au bébé d'or, car si mon sort lui a donné l'illusion de la vie, il ne l'a pas doté d'une énergie infinie : il reste avant tout un vieux jouet, qui fonctionne sur piles !
Un silence assez long s'installe, le temps pour Dani d'assimiler tout ce que Tiana vient de lui raconter. Il finit par reprendre la parole :
— J'aimerais beaucoup vous croire, mais sans preuve, votre témoignage n'est rien d'autre qu'un joli conte de fées !
— Si je disparaissais à l'instant même, comme ça, rien qu'en claquant des doigts, est-ce que cela m'aiderez à vous convaincre ?
— Si vous réussissez un tel tour de force, je promets même de ne plus jamais vous embêter !
En prononçant ces mots, le policier ne s'imagine pas un instant que Tiana va s'exécuter et pourtant, elle fait claquer ses doigts et aussitôt, il se retrouve seul dans la pièce ! Enfin, pas pour longtemps, car son chef, le commissaire Niloum, qui observait la scène caché derrière le miroir sans teint, débarque complètement paniqué :
— C'est une catastrophe ! Que va-t-on faire et surtout, que va-t-on raconter au ministre ?
— Pour le coup, ce n'est pas très sorcier : on va lui dire la vérité ! Libre à lui après d'expliquer à ses administrés, qu'ils sont tombés en extase devant une poupée ensorcelée et qu'à idolâtrer n'importe qui, ils ont finit par croire vraiment en n'importe quoi ! 
33

Un petit mot pour l'auteur ? 23 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Bien construit, bon rythme, prenant ♫
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un polar "sorcier' plein d'humour.
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Entre Gourou et Vaudou, un tour de vice ...
Image de Mireille d agostino
Mireille d agostino · il y a
On finit par idolâtrer n'importe qui, n'importe quoi. Bonne idée qui donne à réfléchir.
Image de Mary Benoist
Mary Benoist · il y a
Voilà une histoire qui, sous forme d'humour, fait réfléchir ! Serions-nouds ensorcelés nous aussi ? J'ai bien peur que "oui" !
Image de Laurence Guillemin
Laurence Guillemin · il y a
Finement écrit, rondement mené avec une chute qui interpelle. Excellent !
Image de CATHERINE NUGNES
CATHERINE NUGNES · il y a
J'aime beaucoup la façon dont vous avez mené cette enquête . Inhabituel et intéressant. Bonne finale.
Image de Florent Valley
Florent Valley · il y a
Cette histoire est un enchantement, un vrai conte moderne. Bravo.
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Excellent
Image de Béatrice hagolle
Béatrice hagolle · il y a
Une histoire vraiment bien menée et qui sort du lot. J'adore la conclusion tellement actuelle ...

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La battue

Patrick Ferrer

— Mais enfin, Gaston, on ne tire pas à la chevrotine sur tout ce qui bouge dans les bois ! Cinq fois de suite, en plus !
L'homme me regarda, l'air penaud, en triturant sa casquette. Il portait ... [+]