Image de Dranem

Dranem

100 lectures

25

Je revenais d'une de ces tournées interminables auprès des Chirurgiens-Dentistes à livrer fraises, tire-nerfs, pâtes à empreinte et tout un tas de produits. Certains cabinets dentaires s'étaient installés dans les écarts de l’île : Pour s'y rendre, il fallait emprunter des petites routes sinueuses surplombant des ravines vertigineuses et impraticables en cas de pluie. Le point de vue des hauts était imprenable sur l'immensité de l'océan indien. Il m'arrivait de m'arrêter uniquement pour la beauté du panorama avant de retrouver d'autres clients implantés sur le littoral.
Bien souvent je rentrais chez moi à la nuit tombée, passant par la route des plaines pour rejoindre le sud de l'île. J'avais pour habitude de prendre cette route qui traverse l'île par le col de Bellevue à mille six cents mètres d'altitude.

Sortant de Saint-Benoît, la route nationale m'emmenait jusqu'au village de la Plaine des Palmistes. C'était la seule route de l'île bordée de platanes obéissants aux lois naturelles des quatre saisons ce qui fait qu'à la fin de l'été australe les feuilles des arbres changeaient de couleur et se tachaient de rouille : Nous étions en automne.
La route des plaines – passé le village – offrait tout son mystère, elle serpentait comme une route de montagne dans un décor de forêt primitive et de fougères arborescentes. Parfois au détour d'un virage, une brume s'élevait enveloppant d'abord la forêt pour aller s'épandre sur la route. Le virage suivant, la brume pouvait se transformer en quelque chose d'opaque et laiteux que les phares de la Cherokee n'arrivaient que difficilement à percer. Il arrivait cependant que le brouillard se dissipe soudainement, qu'il disparaisse laissant toute sa luminosité au chemin avant de surprendre l'automobiliste et le piéger deux cent mètres plus loin.

Il fallait toujours faire preuve d'une vigilance particulière et se méfier du croisement avec d'autres véhicules. Vers vingt heures sous une pluie fine j'arrivais enfin au col de Bellevue.

La route devenait soudainement rectiligne comme une longue piste d'aviation traversant un ancien terrain militaire bordé de fils de fer barbelés. Ce qui avait dû être autrefois une ferme d'élevage n'était plus qu'un sinistre bâtiment envahi par les herbes sauvages. De vieilles tôles rouillées s'accrochaient encore toutes tordues par les cyclones sur ce qui pouvait rester de toiture.
J'étais assez inquiet de traverser ce no man's land entre l'est et le sud de l'île. J'écoutais une musique de blues à la radio et la pluie continuait de tomber sur la route déserte. J'arrivais devant la soucoupe volante toujours fermée en semaine. Il n’y avait personne, pas âme qui vive! Le dancing me semblait bien plus inquiétant que la ferme, sans doute à cause de la forêt à proximité et de cette lune haute et pleine juste au dessus d’un parking vide et défoncé par les bus le dimanche. Les hautes branches des cryptomerias surveillaient comme des sentinelles fantasmagoriques l'entrée du dancing la soucoupe volante – vieille histoire des années soixante – où paraît-il on avait vu dans le secteur des extra-terrestres. Le décor s'y prête : maigres pâturages et lande de genêts sur un sol volcanique sans aucune habitation à plusieurs lieues à la ronde.

Une peur soudaine de tomber en panne me traversa l'esprit. La radio de bord s'était tue, sans doute le décrochage de l'émetteur.
J’entendis gronder anormalement le moteur de la Cherokee.
Les instruments de bord scintillaient anormalement comme si tout allait s'éteindre et puis le moteur retrouva le bon régime.
La station de radio émettait à nouveau un programme de jazz ; la musique de Claude Bolling me rassura un instant.

Une pluie très fine, presque imperceptible, rendait inutile le balayage des essuie-glaces. Je venais de traverser une perturbation magnétique : C'était la seule explication que je pouvais donner à toutes ces anomalies électriques. En tout cas c'est ce que je pensais. J'avais le souvenir de récits ou le magnétisme terrestre pouvait être différent sous l'influence de phénomènes inexplicables bousculant toutes les lois universelles.
Fatigué d'une longue tournée, mon cerveau allait chercher toutes sortes d'explications bizarres. J'avais hâte de rentrer chez moi et je luttais contre une forme d’épuisement mental. « Que se passe-t-il ?... »Mon imagination me jouait de bien curieuses partitions...

La station de radio diffusait Angie des Stones quand je vis la silhouette d’une femme dans le faisceau des phares. Il me vint en mémoire l'histoire de la dame blanche. Je n'allais quand même pas croire à toutes ces histoires à dormir debout qu'on raconte pour effrayer les âmes sensibles !
Cette vision allait s’évanouir comme un mirage , j'en étais persuadé  !... J'accélérais en direction de Bourg-Murat en dépassant cette femme qui me faisait signe de m'arrêter. Malgré l'obscurité l’éclair de ses yeux accrocha les miens en une fraction de seconde. Poursuivre ma route et tout serait fini, cette apparition retournerait au néant !

Pourquoi j’ai fait marche arrière dans cette nuit australe ? Je l’ignore. Cette femme n'avait rien d'un fantôme et semblait tout à fait réelle habillée d'un jean et d'un chemisier blanc. Elle paraissait jeune, peut être dans les vingt-cinq ans et il émanait de sa personne une grâce et une élégance indéfinissable. En ouvrant la portière, le plafonnier éclaira son visage très pâle qu’encadraient de longs cheveux bruns. Elle s'installa sans dire un mot avant que la Cherokee n’atteigne le rond point de Bourg- Murat. Après la route du volcan, et le Twist-Pavillon l’ancienne discothèque du Tampon, elle me demanda si je pouvais la déposer chez elle à Trois Mares. Elle parlait d'une voix grave et profonde qui contrastait avec son apparence diaphane et fragile. Ses yeux d'un vert émeraude brillaient dans l'habitacle de la Jeep. Pourquoi cette femme sur cette route déserte ?... d'où venait-elle ?... Je n’osais poser aucune question... J'étais sous le charme de cette rencontre insolite aux apparences si réelles en souhaitant que ce voyage ne finisse jamais ! Un troublant et inoubliable parfum envahissait l'intérieur de la voiture.
Retenir ce rêve, il fallait retenir ce rêve éveillé avant qu'il ne disparaisse...
Nous étions déjà au centre ville du Tampon sur la route de Trois Mares.

A proximité du gymnase elle me demanda de tourner dans une rue puis d'emprunter une impasse. « Arrêtez-vous ! J’habite ici, ma case est au fond... ». La Jeep s'arrêta devant un rideau de bambous et nous restâmes un long moment sans rien dire avec pour seul bruit le ronronnement du moteur. Je revis une dernière fois son visage quand elle ouvrit la porte pour sortir. J'aurais voulu connaître son nom, lui demander de la revoir mais aucun son ne sortait de ma bouche. Avant de disparaître dans la nuit, elle posa sur mes lèvres son index comme pour préserver le mystère de cette rencontre.
Le lendemain, je trouvais sur le siège du passager une toute petite boucle d'oreille en or.

La Cherokee resta imprégnée de sa présence, de son odeur, de son parfum. Longtemps j’ai cherché dans le quartier Trois Mares cette impasse qui n’a jamais existé et quand j'emprunte la route des plaines pour franchir le Col de Bellevue, j'espère toujours la revoir...

C'est elle quelque part...
Elle m’attend mais je ne la vois pas...
25

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Chloe_Love_of_Books
Chloe_Love_of_Books · il y a
Jolie nouvelle très mystérieuse ! j'aime et je vous invite à passer faire un tour à Central Park : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/plaisir-11
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci Chloe d'être passé sur la route du mystère...
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Joli récit d'une jolie rencontre… :)
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci Joëlle... j'ai toujours une petite pointe d'appréhension en arrivant au Col de Bellevue...
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
une fois de plus un récit étrange en suspense fantastique!
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci d'être venu lire cette histoire... elle s'inspire d'une très courte nouvelle : "la veste " l'histoire d'une inconnue qui oublie une veste sur la banquette arrière d'un taxi...
·
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Rêve ou réalité. Mystère, mystère ! En tout cas , un joli voyage.
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
La vie n'est-elle pas le rêve d'un rêve ? ( Rainer Maria Rilke )
·
Image de Fabienne Liarsou
Fabienne Liarsou · il y a
Bizarre...comme c’est bizarre....:-)
Une histoire spectrale et magique. Belle journée !

·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci Fabienne d'être passée sur cette route... belle journée à vous aussi !
·
Image de Odile Nedjaaï
Odile Nedjaaï · il y a
J'aime bien voyager avec vous dans votre île lointaine comme cette passagère éphémère.
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci Odile... j'espère vous emmener pour d'autres voyages !
·
Image de Aristide
Aristide · il y a
je ne savais pas que tu naviguais dans la dentisterie, car quand un dentiste rie... dans la dentisterie, tous les dentistes rient... etc...
Revenons sérieux : Salut à toi aussi Dranem... comme je viens de le dire à Arno... j'ai de nouveaux projets plein ma musette, dont je souhaite te parler en privé. Merci

·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Quand je suis arrivé dans l'île dans les années 86, j'étais représentant en fournitures dentaires... je sillonnais toute l'île... depuis j'ai posé ma valise de fraises pour reprendre ma plume... je sais que tu a toujours des projets innovants et audacieux... tu peux m'en faire part en MP sur le site et je crois que tu mon mail... à bientôt Aristide !
·
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Très agréable à lire, surtout lorsque l'on visualise parfaitement cette route des hauts ;) Quant à cette mystérieuse femme, si jamais je la croise par une nuit de brouillard et de "fré", si typiques des Plaines, je vous ferai signe, Dranem...
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
J'aimerais bien avoir votre témoignage... quand vous croiserez un soir cette apparition .... l'île est pleine de mystères Marie....
·
Image de alberto
alberto · il y a
Merci Dranem: belle histoire mystérieuse jouée dans votre inoubliable et adorable Éden.. Encore bravo!
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
l’île mystérieuse .... merci de votre lecture alberto !
·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Tout est là pour nous faire rêver et entretenir le mystère
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
J'ai cette chance de résider dans une île mystérieuse Loodmer... et j'aime explorer l'inconnu !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Cette vieille case toute brinquebalante qu’entourait une clôture faite de grillage rouillé semblait défier par son anachronisme les nouveaux lotissements et les immeubles résidentiels ...

Du même thème

NOUVELLES

Je suis un passeur, et la frontière que j’aide à faire passer est celle de l’au-delà. Je dis cela sans prétention, je n’en tire aucune gloire.On ne choisit pas de devenir passeur comme ...