3
min

Lap dance

Image de Léa Green

Léa Green

23 lectures

0

Mon chéri a été tellement gentil avec moi, ces derniers temps que j’ai décidé de lui faire une surprise. J’adore danser, onduler mon corps, mais surtout être sexy. Je veux lui faire une petite performance en déployant mes charmes pour son plus grand plaisir. Je transforme notre chambre pour cette occasion, une chaise qui se veut bien solide placé en face du miroir, je veux qu’il voie mon show sous tous les angles, un éclairage rouge, de la musique choisit spécialement pour cet instant. Je veux pouvoir laisser libre court à mes déhanchements que la coquine qui est en moi puisse se libérer et emporter mon amant dans un monde de plaisir sans limite.
Lorsqu’il rentre dans la pièce, je vois d’abord la surprise sur son visage, mais quand il comprend ce qu’il lui arrive, il m’attire vers lui pour m’enlacer tendrement, mais je sens vite la température monter. Une bosse se forme déjà contre mon bas-ventre qu’il presse contre moi pour me faire sentir son désir grandissant. Mon beau est toujours prêt pour moi...
Qu’est-ce que j’aime être dans ses bras, j’aime quand il met sa main sur mon visage, je ressens sa caresse jusqu’à mon intimité. Je commence à enlever sa ceinture, je veux le libérer. Je veux voir sa bite bien droite pour moi, j’aime la caresser, de haut en bas, sentir son gland chaud. Dès que je le prends en main son souffle se coupe, ferme les yeux et il apprécie la pression sur sa verge. Ça m’excite terriblement. J’ai envie de lui là maintenant. Je passe en mode prédatrice, je lui attache les mains derrière la chaise. Je veux qu’il se soit à ma merci, disposer de son corps comme bon me semble. Son regard est brûlant, mon beau impuissant, lui qui prend souvent plaisir à me dominer à mon tour maintenant. Je ferme les yeux pour ressentir la musique et je commence à passer les mains sur mon corps, je l’enlève légèrement le bas de robe pour lui dévoiler ma lingerie, un body en dentelles transparent ses yeux me crie enlève tout ! Mais je veux prendre mon temps, je veux le rendre dingue. Je prends énormément de plaisir à le voir attaché nu sur la chaise les mains entravées, mais surtout la bite bien droite. J’ondule mon corps au rythme de la musique douce fait glisser ma robe le long de mes hanches, mes cuisses, jusqu’à mes chevilles, je passe mes mains sur son torse, danse devant lui. Je sais exactement ce que je fais, je me colle bien à lui en me déhanchant, je frotte mes fesses contre sa queue bien dur. Il aime ça, je peux voir la folie le gagner et c’est justement ce que je voulais. J’approche mes fesses de son visage, il les lèche, les mordille. Hum ce que c’est bon...
Assez jouer passons aux choses sérieuses. À califourchon sur lui, je m’empale délicatement sur sa bite bien dure, je suis tellement mouillée que ça rentre tout seul, cette sensation me procure un bien fou, je rentre sa bite en moi, entièrement, pour la ressortir et recommencer à l’introduire en moi. Sûr lui, je le baisse comme je veux, il ne peut plus rien faire. J’ai le contrôle. Je commence doucement et continue en le rentrant plus profondément en moi maintenant, je le sens entier en moi j’aime tellement ça il m’excite avec ses grognements il me donne envie d’aller encore plus vite plus intensément je m’agrippe à son dos je sens la chaleur entre nous la transpiration qui aide nos corps à glisser l’un contre l’autre. Ma poitrine est au niveau de sa bouche, avec sa langue, il titille mes tétons, les prend entre les dents avec un regard de défi avant de tirer dessus. Je laisse sortir un long gémissement même attaché mon beau sait me faire du bien. Le rythme augmente encore je suis maintenant à bout de souffle ma respiration est forte et pleine de plaisir, ma voix par dans les aigus. Je le sens fort, sa verge tape en moi et j’aime ça ; tellement qu’un orgasme me déchire, je n’ai plus conscience de rien autour de moi, je le sens me rejoindre dans ma transe. J’aime tellement cette sensation qu’il me remplit de frissons, de plaisir, qui m’emmène dans une dimension ou plus rien ne compte. Je le sens venir en moi tendu sur la chaise qui le retient prisonnier. Cet orgasme nous coupe du monde jusqu’à en inventer un nouveau. Il est dans mes bras, je suis sur lui et je ne pense plus à rien je me sens loin de tout mais proche de lui. J’aimerais que ce moment ne s’arrête jamais. Je lui détache les mains, il me serre fort contre lui. Nos regards s’attachent autant que nos corps le sont, nos respirations se font plus régulières, je reste lové dans ces bras au chaud, en sécurité sans plus vouloir bouger.

Thèmes

Image de Nouvelles
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,