3
min

L'année où j'ai perdu Décembre - Chapitre 8

Image de Thom Burnet

Thom Burnet

197 lectures

18

Quelque part en France, un 24 décembre 2017

Un silence. Un silence interminable, comme une suspension du temps.

Mathieu n’aurait pas su dire combien de temps ils s’étaient tus, chacun tenant son portable à l’oreille.

C’est Julien qui le brisa :

« Tu te fous de moi ? »

La panique dans sa voix avait monté d’un cran.

« C’est vraiment pas le jour pour faire des blagues, je te jure que ça le fait pas ! »

Mathieu s’emporta : « Je suis pas en train de faire de blague, je te dis que je ne sais pas qui est Esther !
- Putain ! Tu t’y mets toi aussi ! Esther ! Ça fait plus de deux semaines qu’on sort ensemble. J’avais réparé son PC. On s’était vu dans un bar tous les trois... » Il laissa un temps. « Non ?
- Toujours pas.
- Merde arrête de faire chier Mathieu ! Ce matin, elle a failli appeler les flics parce qu’elle croyait que je l’avais violé ou je sais pas quoi. Elle a tout oublié, elle croit qu’on est le 2 décembre ! »

Un immense soulagement envahit soudainement Mathieu. Il comprit qu’il ne valait mieux pas partager ce sentiment avec son ami.

« Mais moi aussi ! » dit-il en essayant de contenir sa joie de ne pas être seul.

« Comment ça toi aussi ?
- Moi aussi je crois qu’on est le 2 décembre ! Moi aussi je me suis réveillé à côté d’une fille que je ne connais pas, une certaine Méléna, que j’ai croisé hier soir chez toi et qui me dit que ça fait une semaine qu’on est ensemble. » Il se tut une seconde avant d’ajouter : « Et je ne connais pas ton Esther non plus ! »

Le silence s’éleva de nouveau. Chacun de leur côté, les deux amis réfléchissaient.

« Tu es encore chez elle ? » demanda Julien.
« Non, je suis rentré chez moi et j’essaie de savoir ce que j’ai fait pendant trois semaines.
- Il faut qu’on se voie !
- Ce serait bien oui. Esther est encore là ?
- Oui, elle est choquée mais elle est encore là. On essaie de refaire son emploi du temps mais c’est compliqué, sur son téléphone tout ce qui concerne décembre a été effacé.
- Moi aussi !
- C’est impossible ! Vous vous êtes vus deux fois à tout casser ! Qu’est-ce qu’y a pu vous arriver ?!
- Je sais pas, je la connais pas je te dis » s’énerva Mathieu. Il réfléchit un instant. « J’arrive » lâcha-t-il avant de raccrocher.

S’ils étaient dans la même situation, ça ne pouvait pas être un hasard. Pourquoi étaient-ils ainsi ? Y’en avait-il d’autres comme eux ? Et qui avait fait ça ? Il prit son manteau et sortit de chez lui.

Lorsqu’il poussa la lourde porte qui donnait sur la rue, il retrouva les trois lutins qui se retournèrent de concert pour voir qui sortait de l’immeuble.

Le plus jeune, Enaël, lui sauta dessus : « Alors ? Tu l’as vu ? Tu viens nous dir...
- Stop ! » l’arrêta Mathieu. « J’ai vraiment pas le temps pour ça ! Alors allez emmerder quelqu’un d’autre et lâchez moi ! » Il se mit à crier : « JE N’AI VU NI LE PERE NOËL, NI LA MERE NOËL, NI LES SEPT NAINS ! ». Les lutins lui faisaient signe de se taire. Il leur répondit par un doigt d’honneur et ajouta : « ET VOUS ME FAITES BIEN CHIER ! »

Il partit en direction de l’arrêt de bus.

Quelques minutes plus tard, alors qu’il attendait près de l’abribus, un garçon qui avait tout juste la vingtaine lui tendit un prospectus.

« Pour un Noël plus équitable avec moins de lumières et plus de gens aux chaud... »

Les mains dans les poches, Mathieu regarda rapidement la feuille. Il reconnut immédiatement le logo « Déluminons Noël », le groupe de fanatiques anti-Noël dont Katie faisait partie.

« Parce qu’il est pas normal qu’on coupe l’électricité à des gens pour pouvoir éclairer des sapins et des guirl... »

Mathieu l’interrompit : « Mon ex faisait partie de votre groupe, je connais le discours. J’ai d’autres emmerdes là ! Alors ce serait bien que tu ailles prêcher la bonne parole ailleurs. »

Le jeune homme, surpris, remit son prospectus sur sa pile et dit avant de s’éloigner vers une autre personne : « N’oubliez pas de regarder les infos ce soir ».

Sa mère lui avait aussi dit de regarder les infos. Elle faisait partie des Délumineurs maintenant ? Et depuis quand ? Qu’est-ce qu’ils préparaient encore ? Ce groupe de Robin des bois de l’électricité prenait de l’ampleur et de la hardiesse. L’année précédente, ils avaient provoqué quelques coupures de courant dans des magasins de décorations de Noël. Katie avait même passé une nuit en détention pour acte de vandalisme. Depuis, son comportement avait changé, elle avait fait pression auprès des autres membres pour passer à des actions plus musclées. C’était une des raisons de leur rupture : elle s’était agacée puis lassée de voir que Mathieu ne souhaitait pas s’engager dans ce combat. Il n’aimait pas vraiment Noël, mais de là à tout saccager...

Le bus arriva. En cherchant un siège, le jeune homme tomba sur Adrien, un de ses collègues graphistes. Un type un peu balourd mais gentil.

« Salut Mathieu ! Alors, le patron, il t’a viré ou pas ? »

Plus balourd que gentil.

Le lien vers le chapitre 9 est rappelé dans les commentaires ci-dessous.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/lannee-chapitre-9

Thèmes

Image de Nouvelles
18

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Poum poum poum je file au 9 .....
·
Image de Thom Burnet
Thom Burnet · il y a
Image de Sapho des landes
Sapho des landes · il y a
Bon J'espère que vous n'allez pas nous tenir en haleine jusqu'au 24 ? Je ne suis pas très patiente
·
Image de Thom Burnet
Thom Burnet · il y a
C'est un peu le but quand même... ;-) Sinon, vous n'auriez pas envie de revenir lire le lendemain...
Mais à la mi-avent, il y aura des révélations !!!

·
Image de Sapho des landes
Sapho des landes · il y a
Vous rigolez ? Nous sommes le 9 !! Comment je fais moi pour attendre en toute sérénité ? Et puis j'ai lu les 8 chapitres en une fois.
·