3
min

L'année où j'ai perdu Décembre - Chapitre 19

Image de Thom Burnet

Thom Burnet

177 lectures

17

Quelque part en France, un 24 décembre 2017

De prime abord, parler à une branche de sapin peut sembler étrange mais la qualité de son était telle que Mathieu s’y fit rapidement.

« Ils sont bien plus organisés que nous ne le pensions : Katie a fait circuler ma photo et le militant qu’on a vu a photographié Méléna.
- Ceux qu’on a rencontrés étaient super méfiants. » ajouta Esther. « Chacun nous a invité à une réunion publique le 26 décembre, mais impossible de savoir précisément ce qu’ils comptent faire aujourd’hui.
- Ce sera moche. » reprit Mathieu l’air grave. « Ils parlent de faire exploser, de bruler... »
Le Père Noël réfléchit un instant avant de répondre : « Les lutins ont du mal à enquêter, ils sont déstabilisés par le discours contre Noël. Deux d’entre eux ont croisé un délumineur avant d’avoir changé de tenue, ils ont réussi à s’échapper grâce à l’intervention de passants et sont revenus à l’appartement, mais ils sont dans un sale état. Ça me fait mal pour mes chers amis. Ils vont persévérer mais ça m’étonnerait qu’on arrive à quelque chose... »

Ils gardèrent le silence un long moment.

« Et si... » commença Méléna «...et si on contactait la police ? Ou la gendarmerie ? Peu importe en fait. Si on contactait les autorités pour les prévenir que quelque chose va se produire ?
- En te basant sur quoi ? » demanda Julien. « On va aller les voir en disant qu’avec nos copains les lutins et le Père Noël, on sait qu’il va se passer quelque chose ce soir. Vraiment ?
- Malheureusement Julien a raison. » confirma le Père Noël. « Je ne vois pas ce qu’on peut faire... »

De nouveau, le silence se fit pendant quelques instants.

« Alors Noël va bruler... » finit par se résigner le Père Noël dans un souffle.

Cette sentence lourde vint alourdir le cœur de chacun.

Mathieu rangea la branche de sapin dans sa poche. Ils baissèrent la tête et attendirent.

« On fait quoi là du coup ? » demanda Méléna. « On cherche d’autres délumineurs ?
- A quoi bon ? » répondit Julien d’un ton sec. « On en a déjà vu cinq et on n’arrive pas à leur arracher une info ! »

La jeune femme haussa les épaules avec dépit.

« C’est la merde quoi ! » constata Esther.

« Et ma mère va finir en taule... » conclut Mathieu.

Le silence se posa sur le petit groupe.


« MATHIEU ! MATHIEU ! »

Après quelques minutes, la voix du Père Noël s’éleva de la poche du jeune homme qui sortit la branche de sapin.

« Oui, Père Noël ? » demanda-t-il avec inquiétude.

« Il faut que vous reveniez au plus vite : Maël et Babel se sont fait prendre leur branche de sapin par des militants particulièrement agressifs, j’ai peur pour eux. J’ai besoin que Kalel aille les aider !
- On arrive. » dit le jeune homme en faisant signe à ses amis de le suivre.

Le petit groupe fonça dans la galerie commerciale où les sapins ne manquaient pas. Ils en choisirent un moins exposé que les autres. Mathieu donna la main à Méléna qui prit celle d’Esther qui tenait fermement celle de Julien qui attrapa Kalel par les épaules. Le lutin prit une branche, et se concentra sur l’appartement du Père Noël. Une étrange sensation les envahit ; comme si le sol se dérobait soudainement sous leurs pieds et qu’ils partaient en chute libre. Le décor du centre commercial devint soudain très flou. Cela ne dura qu’une seconde mais qui parut comme une suspension du temps. Quand leur vue redevint nette, ils étaient au milieu du salon et le temps avait repris son rythme normal. Le Père Noël sembla soulagé de les voir arriver. Sur le canapé, deux lutins étaient allongés avec des pansements sur le visage.

« Je vais avec Kalel » affirma Julien. « On ne sera trop pas de deux et s’il faut en taper au passage, ça m’ira très bien.
- Merci Julien. C’est gentil de ta part. » répondit le Père Noël, soulagé.

« On passe par où ? » demanda Kalel.
« Deux sapins d’urgence ont déjà été utilisés. Je vais vous téléporter mais après il va falloir que je garde un peu d’énergie pour la suite. »

Avant que Julien ne vienne se placer près du lutin, Esther le retint par le bras. « Fais attention », lui dit-elle.

Le jeune homme rejoignit le lutin. Le Père Noël eut un geste et ils s’effacèrent d’un coup de la pièce.

Méléna et Esther s’approchèrent des lutins blessés pour essayer de les réconforter.

Mathieu s’approcha du Père Noël. Il fixa son regard terne et triste.

Quel gâchis ! Les Délumineurs étaient en train de gagner la partie.

« Je ne sais pas quoi faire Mathieu... »

Le jeune homme réfléchit avant de proposer : « vous ne pouvez pas leur faire comme pour nous ?
- Leur effacer la mémoire ? A tous ? Je ne sais même pas combien ils sont ! Et de toute façon... » Il laissa un temps avant de continuer : « A quoi ressemblerais-je si j’utilisais de telles méthodes ? Je ne peux pas faire ça...
- Même si des vies sont en jeu ?
- Ça ne règlerait pas le problème. Nous reculerions pour mieux sauter... Non, hors de question ! »

Ils se turent. Mathieu s’assit sur une chaise, las.

Soudain, Méléna se tourna vers eux.

« Je vais peut-être dire une connerie... »

« Vas-y quand même. » répondit Mathieu.

Le lien vers le chapitre 20 est rappelé dans les commentaires ci-dessous.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/lannee-chapitre-20




Thèmes

Image de Nouvelles
17

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Thom Burnet
Thom Burnet · il y a