L'académicienne

il y a
3 min
899
lectures
343
Finaliste
Jury

Beaucoup beaucoup beaucoup de mots qui se bousculent. Les miens et ceux des autres. Ceux dont on ne veut plus. Ceux qui vous classent. Ceux qui vous tuent. Ceux qui vous sauvent. Au nom de tous ces  [+]

Image de Printemps 2018
Mes mains sont moites. C’est terriblement désagréable. J’ai le sentiment que tout le monde le sait. Alors j’hésite à les tendre, je les essuie le plus discrètement possible dans les plis de la robe rouge qu’ils me font porter par-dessus mes vêtements. « C’est la vôtre » m’a rappelé la gentille dame très sèche aux cheveux gris, secrétaire perpétuelle d’une discipline dont j’ai oublié le nom. Il fait si chaud. L’étoffe est lourde et rêche. Je me suis peu vêtue, une simple robe noire ajustée en coton, mais de petites rigoles de sueur ont creusé leur lit dans le bas de mon dos. Par instants, un frisson me parcourt.

J’ai souri au photographe, le plus simplement possible, je lui ai demandé de ne pas me montrer le cliché, je lui fais confiance, je souhaite que tout se termine rapidement. Il m’a rassurée. Il a tant photographié de jeunes et moins jeunes talents qu’il ne se formalise plus des regards qui le fuient et des respirations saccadées de ses modèles. Il comprend que ce portrait les fige, les fixe à jamais dans cette tenue exceptionnelle et éphémère mais il ne volera ni mon âme ni mon savoir, il s’en garde bien volontiers. Et puis, de sa longue main décharnée, il m’indique en l’accompagnant de la tête le lieu dans lequel je dois me tenir.

Depuis j’attends seule dans cette pièce lambrissée. Toutes ces sculptures si fines et ciselées sur le bois sombre. Je suis dans un château majestueux et derrière la grande porte aux ventaux monumentaux qui me fait face j’entends le murmure d’une foule, un léger brouhaha de gens importants, dont le timbre des voix est doux, feutré, respectueux de l’interlocuteur et devant lesquels je devrai me présenter tout à l’heure. Le bois et le prestige assourdissent tout. Ici il n’y a pas de bruit. Pas de temps non plus. Je suis suspendue.

Je suis debout, quelques pas, puis je m’assois sur le coussin de velours bleu de la banquette en chêne. Mon souffle est court. Je reprends ma marche. Le parquet sent la cire, ses chevrons craquent. Je ne veux pas déranger les autres dans cette pièce contiguë à la mienne. Je ne veux plus qu’on sache que j’existe, qu’on me retrouve. Ils sont entre eux. Dès qu’ils seront prêts je devrai les rejoindre, tous.

J’ai peur.

La petite zibeline qui orne ma robe de tergal rouge est douce sous mes doigts. Elle est silencieuse, elle est morte pour moi, on l’a sacrifiée parce que je suis une personne importante aujourd’hui. Et à jamais. Comme une reine j’ai ma fourrure, ma parure de poils blancs. C’est déconcertant : je fais payer ma gloire à un petit mammifère qui ne sait pas qui je suis.

Le fauteuil de chêne massif qui m’attend de l’autre côté de cette porte est vide. C’est parce que celui qu’il portait, qu’il faisait trôner près de ses pairs l’a quitté qu’ils ont pensé à m’y asseoir. « La place est vide... vacante... comprends-tu que cela veut dire ? » m’avait alors annoncé la Présidente de la faculté qui m’avait toujours soutenue. « Elle est pour toi, fonce ! ». Il fallait que je me réjouisse du décès de celui qui l’occupait avant moi et prendre sa place sans émoi autre que celui d’apprécier cet honneur qui m’était rendu. Ce fauteuil parmi tant d’autres aussi beaux et prestigieux que lui, avait été déserté, presque abandonné par celui qui lui devait tout. Comment pardonner à celui qui l’avait occupé d’avoir quitté la communauté des grands du siècle, sans bruit aucun, bien au contraire son absence leur rappelait la leur, prochaine, inéluctable et silencieuse. Tous ses propriétaires l’avaient patiné en le frictionnant de leurs paumes sur ses accoudoirs, l’avaient poli par leur mots et leur dos, mais par-dessus tout l’avaient rempli. Il était inconcevable qu’un fauteuil demeure vacant, cela déséquilibrait cette table ronde des gens indispensables qui tournait à présent dans ma tête comme une horloge. Un fauteuil vacant, en vacance d’éternité, un oxymore. Comment l’éternité, infinie, pourrait-elle être en vacance d’elle-même ?

Je défaille. Une vilaine boule a durci ma gorge. Comment l’en déloger. J’ai tant répété mon texte. Je n’aime pas les lire. Ceux que j’écris je les possède tous. J’aurais pu être comédienne. Je le suis à ma façon depuis quinze ans. J’ai tant exposé, expliqué, partagé mon savoir et mes recherches. C’est pour cela qu’ils m’ont appelée. Parce que j’ai changé le monde des idées. Des idées, seulement. J’ai conscience de mon apport mais je sais aussi qu’il est fugace, comme un carreau d’arbalète, il est puissant, il retombe en cloche sur les esprits qu’il atteint. Et puis un autre trait, d’un archer plus brillant que moi, pénètrera à son tour l’intelligence de ceux qu’il sidérera.

C’est pour ceux-là, tous ceux qui frappent par leur fulgurance et leur étonnante acuité que cette Académie existe. Pour ne pas les oublier. Parce que l’homme sait qu’une idée est volatile mais que ceux qui s’en sont saisi méritent qu’on leur rende hommage.

L’homme doit rendre hommage à l’homme ; il l’a tant rendu aux dieux qui sont sourds, alors l’homme a commis le plus terrible des pêchés, il s’est voulu éternel, à l’égal de ses dieux, non pour les provoquer mais pour se rendre justice.

Aujourd’hui je suis éternelle. On me reconnaîtra comme telle. Éternelle, éternellement.

Ce mot-là, je l’ai prononcé pour la dernière fois à mon père, lorsqu’il mourrait sur son lit d’hôpital, dans cette chambre verte qui puait l’alcool. Lorsque ses yeux révulsés, inquiets et si bleus cherchaient une réponse à cette stupide souffrance, cette stupide mort. Je lui ai murmuré que je l’aimais, éternellement, depuis toujours et au-delà de tous les temps. Qu’il serait mon éternel papa. Cela avait du sens. Cela avait du sens de l’aimer éternellement.

Je suis éternelle parce que les autres ont décidé que mes idées étaient essentielles, je suis éternelle non parce qu’ils m’aiment mais parce que je suis ce que je produis et que ce produit vaut la fourrure d’une zibeline, un siège en chêne gravé à mon nom et tous les sourires bienveillants d’Éternels qui ne veulent pas mourir.

J’entends des pas. On se rapproche. La lourde porte grince et s’entrebâille.

J’y suis. J’y vais. J’inspire.

fffffffffffff......

343

Un petit mot pour l'auteur ? 113 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Oups ...! J'ai failli rater le deuxième tour ...
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Très belle écriture, bravo à vous !
Image de Anne-Marie Menras
Anne-Marie Menras · il y a
Vous donnez réellement l'impression d'avoir été reçue à l'Académie française...Je n'y ai vu que du feu, tant votre récit est bien construit et documenté !!! Je vous invite à lire l'histoire d'une randonnée en Oisans, le Lac de la Muzelle, en lice pour le prix Short Paysages,
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lac-de-la-muzelle

Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
J'avais apprécié votre académicienne et vous remercie de soutenir Putain de nuit. Bonne soirée.M.Jhttps://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/putain-de-nuit
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Et moi le vôtre! Déjà voté cher Jarrie :)
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Bonne finale Florence !
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Très joli, ce trac d'une grande dame.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un texte très étonnant, unique en son genre, j’ai adoré cette introspection très poussée d’une personne honorée pour son savoir. Dans ce contexte brillant une erreur surprend. En effet « mourait » ne prend qu’un r à l’imparfait.
Mon maximum de voix pour votre nouvelle, + 5

Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
C'est gentil à vous, en effet vilain r de trop;) merci de vos encouragements, alors peut-être vais-je continuer.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Florence avec un tel style et de telles idées ce serait un crime contre la littérature si vous ne continuiez pas à écrire. Et surtout écrivez où vous voulez mais n'oubliez pas les pages de Short Edition pour nous régaler ! Et je n'ai pas l'habitude de donner dans la flatterie, c'est donc très sincère ( d'ailleurs vous avez une nouvelle et un ttc finalistes du jury, c'est un signe de qualité reconnue)
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Je ne sais quoi répondre, je ne sais même s'il le faut. Je suis trop consciente de mes lacunes pour accepter un tel éloge. C'est si gentil. Je soumettrai un nouveau texte passé cette finale, je dois encore le travailler et le bonifier, j'espère.
Image de Marie
Marie · il y a
j'aime beaucoup votre texte. Je vote
Si vous souhaitez découvrir l'un de mes textes https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/loin-des-yeux-loin-du-coeur

Image de Didier Lemoine
Didier Lemoine · il y a
Bravo et bonne suite
Image de Charlette
Charlette · il y a
Le trac, le stress, l'attente... rendus avec style. Joli texte.
Image de Nihal R.
Nihal R. · il y a
Un style toujours aussi sublime ! J'adore votre manière d'écrire ! Bravo !
Image de Zurglub
Zurglub · il y a
Très bon texte ! Tout mon soutien. Bravo !
Image de Isabelle Is'Angel
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Félicitations et vote renouvelé.
Image de Manita
Manita · il y a
Bravo pour cette finale :) Je vous invite à découvrir un autre monde avec " Faut-il vous faire un dessein ? "
Image de Adriana
Adriana · il y a
En finale , c ' est bien mérité
Image de Didier Caille
Didier Caille · il y a
Une bien belle écriture :) et je vous invite à découvrir mon univers http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/les-plumes-du-plaisir
Image de Plombier1765
Plombier1765 · il y a
agréable lecture
Image de Guy Richart
Guy Richart · il y a
La question du mérite est clairement posée dans cette histoire. Mes voix.
Image de Geoffroy
Geoffroy · il y a
Allez Florence
Image de Bernard Bobin
Bernard Bobin · il y a
Très belle écriture.
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Mon vote pour cette idée originale et la profondeur des sentiments exprimés !
Je suis aussi en finale avec un TTC, Pair et impair et une nouvelle, Un dimanche en forêt...

Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Une belle idée et une écriture jumelle. Bravo !
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Mon soutien à nouveau
Image de Serge Di Credico
Serge Di Credico · il y a
Toutes les voix du monde ne pourront combler cette solitude abyssale. Bravo Florence, et bonne réussite.
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Solitair mais tant d'amour attendu par tous ces pauvres hères.
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
J avais mal lu :) vos mots pourraient concerner johanna que je vous invite à lire.
Image de Jean-Baptiste van Dyck
Jean-Baptiste van Dyck · il y a
Mes 5 voix renouvelées ! Bonne chance chère Florence ! Je vous invite à soutenir "You Hanoï Me part 2 " qui est en lice également pour le grand prix poésie ! Bon week-end ! Amitiés JB
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Vous nous invitez à continuer le voyage. Gageons que nous entreprendrons un tour du monde
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Mon soutien renouvelé avec un grand plaisir !
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Je me suis assise sur votre banc et j'ai pleuré
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Non !
La feuille morte va ressusciter au printemps.
Merci pour votre soutien !

Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Mes votes renouvelés pour votre nouvelle très agréable à lire, Florence.
Image de Florence Bourbon
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Florence.
Vous avez soutenu Mumba et je vous en remercie. Soutiendrez-vous tout autant ma chienne Ianna en finale automne ? : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/me-chienne-ianna-dans-les-dunes Bonne journée à vous.

Image de Kiki
Kiki · il y a
mes voix. Bonne chance
Image de Zou zou
Zou zou · il y a
Re - mes 5 voix !
si vous l'aimez à nouveau , " les soldats imposent " en finale Printemps Poésie

Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
merci pour votre poésie.
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
J'avais déjà aimé au premier tour, alors me revoici pour le deuxième passage ! et si vous l'aimez encore, "Arrête de pleurer Madeleine" est aussi en finale!
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Comment ne pas aimer Madeleine ? tant de jolis mots... vivement mon break dominical pour vous relire.
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
mon soutien renouvelé (vous avez vraiment une épée ? :-)) )
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Juste un sabre... pour le champagne ;)
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Bonne entrée sous la coupole'' Short . Félicitations.
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
A quand de nouvelles aventures de vos héros du terroir ?
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations, Florence, pour cette finale du jury ! Mes votes et une invitation à soutenir “Ses lèvres rougissent” qui est aussi en Finale. Merci d’avance !
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
un afflux sanguin non maîtrisé ? j'adore ,)
Image de Antoine Finck
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
J'irai du côté de vos pages... j'ai vu que vous y aviez déposé des nouveautés...
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
L'habit vert à Florence ! Les Bourbon à Versailles !
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Merci Grand Gil
Image de Th. de Saint-Val
Th. de Saint-Val · il y a
A nouveau mon vote.
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Alors elle vous plait vraiment ;)
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Merci beaucoup de votre soutien.
Image de Kiki
Kiki · il y a
on vous suit en haleine jusqu'au bout. BRAVO. Mes voix pour ce joli texte.

Je vous invite à aller lire dans la série Poème "les cuves de Sassenage". Merci d'avance

Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
J'irai m'y noyer :) merci
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
On est complètement dans la peau de votre personnage. De belles émotions en vous lisant.
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Alors je continue! Merci beaucoup.
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Excellent ! Un(e) académicien(ne) n'aurait pas fait mieux ! (Mais peut-être faites vous déjà partie de la noble institution ? Je lis assez peu les journaux vous savez...) Toutes mes voix .
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
C'est gentil à vous de m'encourager, je suis très touchée ; j'ai appris d'un ami comment l'intronisation avait lieu et j'ai laissé vagabonder mon imagination si j'avais été Celle...
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Très bien
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Comment, au moment de la récompense suprême l'élue redevient collégienne ! Bravo, Florence ! Vous avez mes cinq votes.
Je vous invite à lire mon sonnet Mumba sur le tragique destin d'un migrant http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba

Image de Y. Hadbi
Y. Hadbi · il y a
Le personnage nous promène au gré de ses paragraphes qui reviennent pour d'autres scènes à la 1er personne du singulier.
Une fin très touchante.
Mes voix florence.
Je vous invite à une "Rencontre insolite"
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/rencontre-insolite-6

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
La marche vers le supplice. Le supplice est-il celui du rituel de la cérémonie sans âme ou bien celui d'une consécration qui signe la mort de l'auteur (des recherches dont il s'agit) qui a atteint le point limite au delà duquel point d'autre déploiement ne lui est permis, momifié dans l'assemblée des Académiciens.
Le thème de la transmission, celui de la mort (du désir) de la lauréate, reflet de la mort de son prédécesseur, de celle de l'hermine et de celle de son père sont très bien évoqués. Et le style d'écriture est en phase avec le contexte

Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Probablement a t elle conscience bien plus que ses pairs de la cristallisation, désormais, de ce qu'elle est. Elle sera bientôt fauteuil, un noeud de plus dans le bois. Un grand merci pour ce regard et le prisme par lequel vous abordez mon texte.
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
+5 Récit tellement réel que l'on est dans la tête de cette jeune dame fraiche émoulue à l'Académie...
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Merci beaucoup Elisabeth. Je tente de m'approcher au plus près du réel des situations pour mieux me concentrer sur le ressenti du personnage.
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un récit plein d'émotion. J'ai bien aimé.
Je suis en finale du Prix de la St Valentin avec un sonnet que je vous invite à découvrir. Merci.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/au-bout-de-la-nuit-1

Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
"Un académicien, c'est un homme qui, à sa mort, se change en fauteuil" disait Cocteau. Cette citation m'est venue à l'esprit à la lecture du titre de votre texte, texte que j'ai trouvé bien écrit, sensible et réfléchi. Mon vote
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Je ne connaissais pas cette citation, elle semble si vraie. C'est Gautama sous son arbre. Un académicien dans son fauteuil. Toujours emprunter l'éternité. Merci.
Image de Zou zou
Zou zou · il y a
...un jour , on y sera tous confrontés , mes voix!
Si vous aimez , mon TTC en finale Valentin et quelques haïkus Printemps...

Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Merci beaucoup, je vais donc de ce pas emprunter la voie du printemps.
Image de Sabrina Ouznani
Sabrina Ouznani · il y a
Je suis ce que je produis...
A la lecture, on devient elle jusqu'à ressentir ce stress en poussant la porte.
Merci

Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Merci poyr ce partage. Et merci pour cette petite mamie dont les chevaux sentent si bons. Papa sentait bon aussi avant de partir.
Image de Sabrina Ouznani
Sabrina Ouznani · il y a
Ils sentent bon, et l'âge n'enleve rien à leur beauté.
Le miens aussi sentait bon.
A trew bientot pour d'autres decouvertes.je reviendrai:)

Image de Grenelle
Grenelle · il y a
C'est très bien, c'est très supérieur à ce qu'on trouve généralement sur le site et je vous donne mes cinq voix. Mais il manque un petit quelque chose je ne sais pas quoi qui ferait qu'on accroche vraiment. (j'ai lu les commentaires tous disent une belle écriture aucun ne parle du personnage qui est le sujet de votre texte parce que finalement cette femme elle ne se livre pas).
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Vous avez raison. J'ai peu parlé d'elle. Elle se raconte peu. Elle est perdue et s'oublie. Elle devient le moyeux d'un système nouveau pour elle. Je vais travailler davantage le personnage. Je vous remercie de votre appréciation élogieuse. Elle m'encourage et me soutient.
Image de Frédéric Nox
Frédéric Nox · il y a
Ouffff.... belle émotion. Une réflexion intéressante sur la notion d'éternité. Magnifiquement écrit de surcroit. Bravo et toutes mes voix. Nouveau sur le site, je n'ai que mon premier texte Monitta à proposer pour l'instant.
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Merci beaucoup. C'est très stimulant d'être lue et appréciée. Une vraie respiration.
Image de Survivance citoyenne du monde
Survivance citoyenne du monde · il y a
On comprend que l'oeuvre est particulière que sous le regard de ceux qui l'admire.
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Bonjour, pardonnez moi mais je n'ai pas bien compris ce que vous vouliez exprimer mais merci de m avoir lue.
Image de Alixone
Alixone · il y a
Une belle découverte sur votre page, j'aime beaucoup votre style et l'idée très originale de ce TTC.
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
C'est gentil. Elle est un peu perdue. Elle nous ressemble à tous je crois.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
L'attente juste avant l'Eternité : de belles réflexions juste avant le discours, un parcours qui paraît très crédible jusqu'à l'ouverture de la grande porte...
On vous croirait presque, mais vous paraissez bien jeune pour une académicienne.
(Moi aussi je suis académicien, à l'Académie de la Bière Belge, une institution un peu moins prestigieuse.)

Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Aucun prétention à le devenir ;) juste me trouver. Peut être. Un jour.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je n'en doutais pas ! Votre texte est très vraisemblable, c'est pourquoi je me suis permis de vous taquiner à ce sujet...
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Taquinez ! J'adore votre plume. Vous avez beaucoup écrit, je vais me régaler ;)
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une approche sensible et pertinente des petits hommes verts ...
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
J'ai lu votre texte avec attention . L'idée en soit , très originale, et la qualité de l'écrit, tout pour impressionner l'écrivaillon du dimanche que je suis. Merci.
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Non. Décidemment. Vous n êtes pas un ecrivaillon. Merci pour le banquet des pauvres;)
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Il y a du coeur dans tout çà, là est l'important. Continuons l'aventure !
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Une belle écriture qui ouvre le passage de l'âme.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un sacré regard sur une sacro sainte institution. Bien vu et écrit. +4. Si vous voulez un bon bol d'air glacé, mon rocher de Bellevarde est en lice en très court dans short paysages Isérois.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une très belle écriture, bravo...
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Merci Maxime. Au plaisir de vous lire bientôt ;)
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Si vous aimez l'académicienne, alors vous aimerez Rachel que je vous livre dans sa nudité et sa fragilité.
Image de Jean-Baptiste van Dyck
Jean-Baptiste van Dyck · il y a
On accroche dès la première ligne, c'est le signe d'une écriture affirmée, fluide et agréable. J'ai bien aimé votre nouvelle. Voici mes 5 voix ! Bonne chance. Dans un autre genre, je vous invite au Vietnam le temps d’un songe si cela vous tente, Florence ! http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/you-hanoi-me-part-2
Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Merci beaucoup, je m'y rendrai ce samedi, en jonque probablement ;)
Image de Jean-Baptiste van Dyck
Jean-Baptiste van Dyck · il y a
Génial à samedi alors ! Attention aux bourrasques et gardez bien le cap jusqu'à Halong Bay ! Bien à vous ;)
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Très belle et agréable écriture. J'aime bien le fait de quasiment tout ignorer de la narratrice. Mes votes.
J'en profite pour vous inviter à découvrir un texte dans un genre TOTALEMENT différent : http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/une-tres-breve-histoire-de-la-creation-1

Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Une genèse décapante;)
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Texte très bien écrit du point de vue de cette académicienne !
Aussi "Entre les persiennes" en finale du prix Saint-Valentin vous séduira-t-il ?

Image de Florence Bourbon
Florence Bourbon · il y a
Merci à tous, je suis très sincèrement touchée par vos réflexions très agréables et bienveillantes qui m'invitent aussi à réfléchir au ressenti du lecteur, essentiel.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une écriture élégante, un texte intelligent et ayant du sens, un sujet original. On voit ça bien trop rarement, cela mérite d'être salué.
Image de Eliza
Eliza · il y a
Emouvant de simplicité pour une future académicienne ! J'ai adoré les réflexions sur la zibeline mais aussi le thème de l'éternité conjugué sous le signe du père mourant puis du désir des immortels ! Belle analyse et plume affutée. Toutes les voix dont je dispose.
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle œuvre bien écrite qui se prête à la réflexion ! Mes votes ! Une invitation à lire et soutenir “Mon Amour” qui est en FINALE pour le Prix Saint-Valentin 2018. Merci d’avance et bonne journée!
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mon-amour-36

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Pas mal. Je ne sais pas ce que j'en pense en réalité. J'ai eu du mal à situer le contexte de l'histoire. Cela reste bien écrit, fluide et agréable. Je ne suis pas forcément d'accord avec le raisonnement du narrateur. Trois voix.
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
J'ai aimé, donc mes votes :-)
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Tout comme Doria, j'ai apprécié la construction de ce cheminement introspectif, ce personnage qui ne porte pas de nom, mais qui pourrait en porter tant, face à lui même et bientôt face aux autres, cette réussite qui fait ressortir des souvenirs jamais enfouis. Mes votes. Je vous invite avec plaisir à lire "L'héroïne" ou "Tata Marcelle" si vous en avez l'envie.
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
J'ouvre volontiers le bal des voix et commentaires pour ce très beau récit introspectif sur la place de la création et l'importance de la littérature. Bien construite et bien menée cette histoire est fluide et riche et l'on accompagne volontiers ce personnage jusqu'au pas de l'événement qui sert de cadre au fond de cette histoire. Voici mes voix.

Vous aimerez aussi !