La visite

il y a
1 min
654
lectures
47
Finaliste
Jury

Je n'ai qu'une source d'inspiration : le souffle de vie, et je chante du matin au soir le cantique du coeur qui bat ! Je crois en la sainte trinité : la matière, le mouvement et l'amour qui les  [+]

Ils sont l'une face à l'autre. Les yeux dans la peau, immobiles et muets, indifférents à tout ce qui n'est pas leurs chairs.

Lui tout en muscles tatoués. Même s'il est grand et puissant, son uniforme gris paraît bien trop large. Sur son visage demeure cet étonnant soupçon de jeunesse, ce rare privilège qui ne disparait jamais.

Elle, fausse blonde, en robe légère taillée dans un lin blanc. Une toile si fine qu'elle aurait pu gagner un concours de transparence. Mais qui lui colle à la peau partout où le vent ocre de juillet la fait transpirer.

Lui, les cheveux rasés mais une barbe vieille de trois jours d'attente, d'impatience et d'excitation.

Un brin de dentelle noire déborde de son sac-à-main. Avant d'entrer, discrètement, elle a fait sauter son soutien-gorge vite caché dans son sac. Pas question qu'un autre que lui puisse imaginer...

Lui imite les bodybuilders professionnels. Même si l'on aperçoit seulement ses bras et un large cou solide, on devine que tout son corps est décoré d'une huile essentielle. S'il était nu, il brillerait comme une statue de marbre un soir d'orage quand l'éclair tombe tout près.

Elle sait le soyeux de sa peau, imagine déjà les premiers échanges de liquides qui vont avec les jeux de l'amour : la sueur et la cyprine, la salive et la préjute, la salive et la sueur, la salive et la cyprine. Les larmes aussi dont la salive goûte le sel, le goût âpre du sang quand la morsure de l'amour enflamme le corps tout entier.

Lui se souvient des soubresauts qui l'agitent dès qu'il appose ses larges mains sur l'immensité de sa peau, de son chant de jouissance, un peu comme un rire d'enfant. Depuis bientôt 7 années et six mois, il se souvient.

Une fois par mois, ils sont l'un face à l'autre, assis de part et d'autre d'une vitre blindée. Lui a posé sa main droite sur la vitre, elle a posé sa main gauche au même endroit. Là où le verre incassable semble fondre.

S'il existe un être qui peut voir la flamme de l'amour, il crierait à l'incendie, évoquerait un volcan en fusion, parlerait du soleil des premiers jours.

Tant que dure la visite, ils restent ainsi, les yeux dans la peau, immobiles et muets, indifférents à tout ce qui n'est pas leur chair.

47
47

Un petit mot pour l'auteur ? 30 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Arnaud-Christ EKONE
Arnaud-Christ EKONE · il y a
Tu es un véritable artiste.
Pas mal.
Sincèrement, j'ai aimé.
Il y'a une certaine subtilité et mignonne imagination artistique digeste dans tes écrits.
Merci et bravo.

Je t'invite en surcroît à me lire dans «Les cieux, la cime et la prairie» et de me donner ton avis. Si jamais tu voyage dans le monde légendaire de cette fable, n'hésite pas de laisser des voix

Image de Sophie Dolleans
Sophie Dolleans · il y a
Depuis, une petite demi-heure, je lis vos commentaires, passant d'une oeuvre à l'autre... Et du coup, sur la votre. En fait... J'adore vos critiques, je les trouve justes et j'aime la façon dont vous les distribuer... Vous donnez un peu d'élan au site, sans le vouloir ou en le voulant... La visite : Je crois que j'ai vécu la frustration des deux amoureux et celle-ci est retombée quand j'ai compris pourquoi. Une belle idée ! Voté bien sûr.
Image de Pierre Gravagna
Pierre Gravagna · il y a
Merci Sophie, je pense en effet que se critiquer les un les autres ne peut être que bénéfique pour tout le monde, mais souvent les auteurs ne supportent pas les critiques, comme s'ils étaient édités chez gallimard en poésie ou à La pléiade en oeuvre entière. Bon parfois, je me moque un peu mais c'est aussi parce quand je critique j'essaie également de faire de la littérature, j'essaie (modestement) d'être brillant de déconner un peu aussi. Je reconnais cependant que parfois g pu être vexant, alors je me suis un peu calmé mais merci encore pour le vote et la compréhension de ma démarche littéraire et intellectuelle et déconarde.Byz
Image de Nicolas Juliam
Nicolas Juliam · il y a
un vote de plus, pour l'aspect filmique de la scène, pour l'idée qui fonctionne et pour "les yeux dans la peau", très bon ( et vous invite sur Revolver en TTC)
Image de Arnaud-Christ EKONE
Arnaud-Christ EKONE · il y a
Ah oui.
Image de Pierre Gravagna
Pierre Gravagna · il y a
Merci pour ton commentaire Red...
Image de Redcode
Redcode · il y a
Je n'aime pas (à ta différence) aboyer sous les textes que je n'aime pas......donc je me tais...mais honnêtement il n'est pas marquant je n'en retiens rien de bien érotique...rien de vibrant... voilà je mettrai sous silence le reste parce que je ne me sens pas à faire les correctifs que vous m'imposez....et "tendue" non...c'est plutôt mon texte qui "tend"....en tt cas il fonctionne malgré tout ce que vous pouvez en dire...salutations et maintenant silence SVP ....je suis au repos à l'hosto arrêtez de venir me fatiguer...Merci
Image de Redcode
Redcode · il y a
j'ai lu.....
Image de Pierre Gravagna
Pierre Gravagna · il y a
Ma chère Croc, je ne sais pas si on se connaît, mais je te remercie pour ton gentil commentaire et je t'imagine déjà avec au pied ces étranges chaussures qui sont paraît-il si confortables.Tu as si bien compris mon texte d'après ce que tu en dis dans la première partie de ton commentaire que je m'étonne de ta remarque de la seconde partie. Il s'agissait pour moi de donner la plus grande spiritualité à cette relation, la plus grande innocence donc la comparaison avec un rire d'enfant. Je ne sais pas si c clair mais les deux personnages ne sont pas des intellos mais des gens simples que cette relation et ce désir dans la frustration élèvent en spiritualité...Merci encore.
Image de Croc
Croc · il y a
Sans équivoque je vote pour cette visite si particulière. Pas tant dans le souci du détail ou même l'abstinence soigneuse de toute vulgarité mais par l'ambiance qui s'en dégage. Un je ne sais quoi qui sans savoir pourquoi nous emporte vers d'autres contrées.Un bémol toutefois pour : "de son chant de jouissance, un peu comme un rire d'enfant" qui me semble être inopportun dans un texte érotique mais peut être que c'est mon cœur de maman qui me rattrape...
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Vous m'aviez invité à vous lire et ce fût une lecture bien agréable. Une très beau texte sur le souvenir du désir dans la tension de la réalité. La frustration des amants est palpable. J'aime beaucoup. Je vote bien entendu ! Passeriez-vous lire Des mains expertes pour me donner votre avis ?
Image de Pierre Gravagna
Pierre Gravagna · il y a
Bien sûr Sylvie,avec plaisir, j'y cours
Image de Søkswen
Søkswen · il y a
La chute est bonne et on y est. Bien écrit, un peu lent, pas de lourdeur. Une seule phrase m'a arrêté, elle me semble en trop : "le goût âpre du sang quand la morsure de l'amour enflamme le corps tout entier.". Je vote.
Image de Pierre Gravagna
Pierre Gravagna · il y a
Merci à tous pour vos commentaires élogieux, depuis j'ai les chevilles qui enflent, faut dire que les moustiques tigres s'en font un festin...

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Du beau bois lisse

Pierre Gravagna

C’est du beau bois, du beau bois lisse verni avec des poignées de cuivre. Même à quatre, il paraît lourd. Il nous écrase, nous fait transpirer. Devant moi les épaules larges du cousin.
Il... [+]


Nouvelles

La Bretagne

Wynn

15 août 1606, Combrit, Bretagne, dans un champ de blé
La terre est lourde, le soleil cogne contre sa nuque. Encore et toujours, inlassablement, dans cet immense champ. C’est... [+]