La véritable histoire de la mère Michel

il y a
5 min
165
lectures
25
Qualifié

Je suis né dans un encrier. L'encre était violette et la plume du sergent-major se prenait pour un capitaine au long cours. Alors nous avons navigué, "mon beau navire Ô ma mémoire". J'écris des ... [+]

Image de Grand Prix - Été 2022
Image de Nouvelles

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

« Qui c'est qui lui rendra ? Qui c'est qui lui rendra ?... »

— Elle décanille complètement, la vieille, elle déboîte du ciboulot, elle s'en va de la cafetière ! 
— Un peu de respect, môme, c'est une vieille guimbarde la mère, elle fait de l'huile, qu'esse tu veux ! Y'a ben longtemps qu'on n'a plus les pièces de rechange. Et pis elle perdu son chat ! 
— Encore ? Ça fait trois fois ! 
— Mets-toi à sa place, ç'te pauv' bête, qu'est-ce que tu ferais ? 

Deux jours qu'elle beugle à sa fenêtre, la mère Michel, matin, midi et soir, deux jours qu'elle sonnait l'Angélus comme une grosse cloche. Elle ouvre ses deux battants, plante les coudes dans les géraniums et hurle à la mort : « Minou-minou-minou Petit Minou Minou-minou ! » Ou bien elle s'effondre en larmes en inondant les géraniums d'eau salée, elle sanglotait : « Qui c'est qui lui rendra ?! »

Ben, qu'esse tu ferais à sa place ? Il ferait rien Gavroche, il y serait pas, à la place du chat. Une sale bête de sale caractère, il a été élevé comme ça. Faut le comprendre. Toute la journée elle lui gueule dessus : « fais pas ci, fais pas ça, viens ici, mets-toi là ». On entend les torgnoles qui s'abattent sur les coussins du canapé, il est encore assez leste pour esquiver les coups de battoirs, il filoche, il rue dans les casseroles. « Attends que je t'attrape ! » Il doit se planquer sous les meubles, au-dessus des armoires, dans des boîtes à chaussures. Mais c'est tout petit, chez la vioque, elle finit toujours par mettre la main dessus. On se demande qui est la plus sale bête des deux. 

D'autres fois, c'est pire elle dégouline d'affection, elle lui fait des mamours, des gouzi-gouzi, des gratouilles, des « qui c'est mon gros matou ? » Mais trouve-toi un mec, nom-d'un-chien-de-nom-d'un-chat ! Il déteste ça. Sans compter ce nom ridicule qu'elle lui a collé dessus : Mistigri ! Elle le prend pour un chat de gouttière ? Un british shorthair de noble extraction, élevé pour les plus aristocratiques demeures, les moquettes profondes, les coussins de soie et les rideaux de velours, un chat délicat qui marche avec distinction du bout des coussinets... « Mistigri » ? Quand elle ne lui donne pas du « mon gros pépère » ! En plus, elle pue la soupe aux poireaux et la vieille sardine ! Alors, il se sauve. À chaque fois qu'il peut. Et elle pleure qu'elle est malheureuse et que personne ne l'aime. Ce qui est vrai.

— Eh la mère, faut pas vous mettre dans des états pareils, c'est pas bon pour les géraniums, il va revenir, si ça se trouve. 
— C'est une sale bête, père Lustucru !
— Justement. Il va revenir !

Le père Lustucru, c'est le marchand de pâtes du coin de la rue. Pâtes, œufs et fromages. Il ne s'appelle pas vraiment Lustucru, son vrai nom c'est Eugène Lampoule, mais il préfère qu'on lui donne son nom de pâtes. « Lampoule », ça prête le flanc aux quolibets. Il se tient souvent devant sa boutique, avec son gros tablier bleu qui lui barre le ventre et un crayon rouge sur l'oreille, pour faire genre. Quand on rentre chez lui, il y a une clochette qui fait « ding » et sa grosse voix bourrue qui fait « Bien l'bonjour » comme on dit « V'nez pas m'faire chier ! » Il connaît bien le matou. À chaque fois qu'il s'échappe, il vient traîner vers la boutique pour voir s'il n'y aurait pas quelque chose à chaparder. Il faut le chasser à coups de manche à balai, mais le griffon se rebiffe, alors c'est la bataille. De là à imaginer que c'est lui qui lui a filé un mauvais coup de crosse...

— Faut faire quéqu'chose, Vieux, on peut pas la laisser gueuler comme ça, elle m'écorche les oreilles ! 

On ne savait pas que le môme était sensible à ce point. Gavroche, on l'appelle. Une petite crevette, un moustique. On a l'impression qu'il ne grandit pas. En tout cas pas assez pour rattraper sa culotte et sa veste qui restent toujours trop grandes. Comme sa casquette et ses croquenots. Mais ça ne l'empêche pas de gambiller. Et de balancer des torgnoles au passage aux grands qui lui ont fait des misères et qui ne s'y attendent pas, il a la rancune tenace et le geste impulsif. Il attaque les rats à coups de pierres. Pourvu qu'il n'ait pas estourbi le chat de la mère Michel en le prenant pour un surmulot, un accident est si vite arrivé, après on regrette, mais trop tard. C'est un gosse de la rue. Il n'a pas connu son père et ça vaut mieux. Sa mère fait des ménages, elle ne peut pas garder un œil sur lui. Alors il va où il veut. Et où il veut, c'est souvent chez le papy des pâtes. Il rend des services, il range les rayons. On ne voit pas bien la différence entre avant et après, mais puisqu'il dit qu'il l'a fait, c'est qu'il l'a fait.

— T'as raison, gosse. Bon, la mère Michel, vous avez une photo de votre chat ? 

On a évité le pire. C'est bien une photo de son chat. En gros plan et à moitié flou, avec la mégère en fond d'écran qui fait un sourire de dents concassées. On fera avec. Les deux compères filent chez Copy 2000 tirer deux cents tracts avec la photo et ce message énigmatique : « Wanted. Chat Perdu. Forte récompense de fromages ». On se donne rendez-vous le lendemain, on va faire une battue. Dès potron-minet, of course. La mère Michel est descendue de sa fenêtre. De près, c'est encore plus impressionnant. Une Panzer-walkyrie ! Avec ses grosses paluches de lavandière et son tablier qui ressemble à une toile de tente, on a l'impression de s'embarquer pour une croisière à marée basse. Mais au moins, elle ne chiale plus. 

Lustucru prend les choses en main. On va quadriller le quartier, avec des numéros pour chaque rue « Comme à New York ! », « Si tu veux, môme. » Deux par rangée et on avance ensemble sans jamais se perdre de vue. La mère Michel houspille tout le monde en criant « Qui c'est qui lui rendra ? Qui c'est qui lui rendra ? » Mais elle ne marche pas vite, alors les autres l'esquivent. « Restez dans votre rangée, la mère ! » tonna Lustucru « sinon on va le rater ». On regarde partout, on interroge les témoins, on pose des affichettes. « Pas de gaspillage, on colle seulement aux carrefours et dans les endroits très visibles, les boulangeries, les pharmacies, les bistrots. » 

Tiens, les bistrots. À midi, on n'a rien trouvé et il commence à faire soif. Alors on décide d'en coller une dernière Chez Marcel et d'en profiter pour débriefer. Il règne une douce odeur de civet de lapin qui met en appétit. « pourvu que ce ne soit pas du chat ! » fait un gros malin qui se croit drôle. Et la mère s'effondre sur le zinc : « Minou-minou-minou Petit Minou mon minou... » 
— Buvez un truc, la mère Michel, ça vous remontera. 
— Un viandox ». 
— Je ne sais pas ce que vous voulez remonter avec un viandox, buvez un vrai truc – Alors un triple sec.
Trois fois triple-sec, ça mouille un peu la meule, surtout quand on les boit cul sec. Il a fallu se mettre à quatre pour remonter la mère dans son réduit, en tenant bien la barre, un peu comme si on voulait déménager une armoire normande en pleine tempête.

Et pendant ce temps-là pas bien loin, le plus heureux des chats a pris ses aises dans une petite chambre de bonne, envahie de coussins multicolores. Il avait gratté à la porte et on lui avait ouvert. « On », c'est Abigail, une étudiante londonienne de 22 ans. Elle lui laisse faire ce qu'il voulait : dormir. Elle l'a appelé Winston. Elle lui chante des chansons. Elle lui parle anglais. 
 
25

Un petit mot pour l'auteur ? 37 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Très bien revisité cette histoire
Image de Charles Valois
Charles Valois · il y a
Merci Fleur
Image de Jean-Louis Blanguerin
Jean-Louis Blanguerin · il y a
J'ai pas aimé... j'ai adoré ! Bravo ! J'espère que ça fera a minima un macaron (pas plus car il faut que je gagne, quand même, ahah)
Image de Charles Valois
Charles Valois · il y a
Merci Jean-Louis
Image de Vincent Spatari
Vincent Spatari · il y a
Bravo Charles! J'aurais fait le même choix que le chat...
Image de Charles Valois
Charles Valois · il y a
On a tous besoin de faire des progrès en anglais...
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Les chats aussi préférèrent les jolies femmes...
Image de Charles Valois
Charles Valois · il y a
Ils aiment bien les mamies aussi, mais pas celles qui ressemblent à la mère Michel.
Image de Charles Valois
Charles Valois · il y a
Erratum(s)
Mille excuses à tous, pour les bugs grammaticaux. A la dernière minute, j'ai voulu mettre toute l'histoire au présent. Mais quelques verbes ont échappé à ma vigilance et sont restés au passé. Comme on dit : "nos lecteurs auront rectifié d'eux-mêmes".

Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
Trop drôle, cette Mère Michel relookée ! Tous les personnages sont hauts en couleurs. J'aime vraiment beaucoup !
Image de Charles Valois
Charles Valois · il y a
Merci Brigitte
Image de loup blanc
loup blanc · il y a
Epatante , cette jeune Abigail !! Elle sait trés bien s'occuper des chats de race !!
le nouveau nom est trés classe "Winston" !! Mistigri , c'était pour une autre époque , d'avant la seconde guerre mondiale !!
je ne savais pas non plus que la mère Michelle ,c'était une Panzer- Walkyrie ,trés âgée ,certes , depuis le temps !!!!!!!!!Elle a dû en croiser des Allemands pendant l'Occup'!!!
excellent la chute de cette nouvelle !!!
Les propriétaires de ces petits chats anglais vont être heureux,en lisant votre texte !!!!
grand merci à vous !!

Image de Charles Valois
Charles Valois · il y a
Merci Loup blanc
Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
Bourré d'humour comme toujours, pour l'occasion un tantinet so british, cette mère Michel revisitée, ou brodée à la gouaille du Paris de gavroche, nous comble les mirettes d'images désopilantes. Encore bravo Charles.
Image de Charles Valois
Charles Valois · il y a
Merci Pat
Image de Vivi pioupiou
Vivi pioupiou · il y a
Tres drole ! pauvre mère Michèle qui ne retrouvera jamais son chat. Bravo j'ai adoré
Image de Charles Valois
Charles Valois · il y a
Merci Viviane. Elle a perdu son chat mais elle a découvert le triple-sec, ça ne va pas arranger les choses....
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Travaillé avec beaucoup d'humour , une lecture surprenante , pleine d'originalité .
Image de Charles Valois
Charles Valois · il y a
Merci Ginette

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Guerrier

Càêl Page

Face contre terre. Je suis au sol. N’importe qui peut m’atteindre, mais ils me croient mort. Ceci est loin d’être le cas, je n’ai jamais été aussi vivant qu’en cet instant. L’odeur du ... [+]