La trahison de Gai

il y a
4 min
121
lectures
10
Finaliste
Jury
Il ne s’y attendait pas ! Non pas lui, pas cette personne ! Pas ce maître qu’il chérissait tant ! Lee restait bouche bée devant l’aveu de son maître. Il n’en revenait pas. Gai, cet homme qui avait toujours été un modèle pour lui, était en fait un Zetsu blanc, un clone, une vulgaire invention du Zetsu original ! Tout était faux depuis le début ! Il se sentait comme si un monstre lui avait arraché une partie de sa personnalité.
Contrairement à Lee, Gai avait perdu toute trace d’humanité. Il était devenu complètement fou après être passé aux aveux. Le mal avait pris possession de lui. À cause de cette terrible réalité, Lee ne pouvait désormais plus passer à côté de la terrible bataille qui lui pendait au nez. La tension ne faisait même qu’être accentuée par ces affreux nuages noirs qui se formaient au-dessus de leur tête et par cette pluie fine qui se mélangeait aux larmes de Lee, totalement désespéré.
Gai, ou plutôt Zetsu, porta le premier coup, un coup si violent qu’après avoir transpercé la pluie, percuta de plein fouet la poitrine de Lee. Mais, malheureusement, la concentration du trahi était au plus bas. De douloureux souvenirs rongeaient son esprit et son âme. L’autre, sournois, en profitait justement pour lui assener de nouvelles rafales de coups. Il s’en donnait à cœur joie ! Plus rien ne l’arrêtait ! La puissance de ses attaques était telle que des vagues de puissance se dégageaient de son corps à chaque fois que Lee se prenait un violent coup. Une aura verte émanait de son corps.
Mais Lee, totalement abasourdi par la cruauté de ce monstre, était semblable à un animal sans défense. Il essayait tant bien que mal de raisonner ce qui était autre fois son maître. Seulement, tous ses effort étaient vains. Ils ne faisaient que tomber dans l’oreille d’un sourd, du diable !
Ce fut alors que Lee eut les paupières lourdes. Il fut à terre en quelques coups, les bras le long du corps. Il n’était pas au top de sa forme. Il ne sentait pas d’attaque, tout au contraire de Gai qui fit tomber une pluie de coups sur lui, au point qu’il en perde conscience.
Lee était à terre, inanimé tel un gibier fraichement abattu. Ce fut comblé de joie que Gai tourna les talons et partit, satisfait d’avoir tué son adversaire. Mais, soudainement, les muscles de Lee se mirent à bouger faiblement puis d’un seul coup, un effroyable bruit retentit à des kilomètre à la ronde. Gai se retrouva encastré dans un mur. Lee s’était réveillé, fou de rage.
Pendant son sommeil, il s’était remis en question. Gai était le pilier de cette grande guerre ninja, le créateur de toutes ces victimes, de tous ces villages détruits. Il ne pouvait accepter ça.
Lee avait retrouvé la totalité de sa force et de son courage. Il n’hésita pas à le montrer à ce traitre, à ce manipulateur en le repoussant violemment dans la forêt de Shiknito. Gai et Lee ouvrirent alors en même temps la « Kai Mon », la porte initiale, la première des huit portes célestes. Leur vitesse en fut décuplée. Le flux de chakra circulait rapidement dans leur corps, augmentant ainsi leur force et leur dextérité.
C’était un combat de titans.
Les arbres se faisaient détruire les un après les autres par les bulles d’air puissantes projetées par les bêtes, à chacun de leurs coups échangés. Le combat était digne des plus grands des ninjas. On ne voyait que des ombres.
Lee utilisa la fleur du lotus recto sur Gai : un trou béant naquit au milieu de la forêt. Les deux combattants étaient tous deux essoufflés mais Lee ne lâchait pas l’affaire. Une nouvelle fois, il n’hésita pas à ouvrir la deuxième porte céleste, la porte « Kyû Mon », celle de la guérison. Gai suivit le rythme et ouvrit aussi le porte de la guérison. Grâce à elle, toutes les blessures que Lee avait furent soignées. Les deux combattants étaient revenus au même niveau quand soudain une pluie noire de kunai obscurcit le ciel. Tenten ! Ça ne pouvait être qu’elle !
La satisfaction se lisait sur le regard de Lee et alors ils poussèrent un cri de victoire ! Seulement, ce sentiment heureux fut arrêter net par Gai qui était passé à l’étape supérieure en ouvrant « Kei Mon », la sixième porte céleste, la porte de la contemplation. Tenten avait du mal à s’en remettre. Elle était aussi attristée en voyant Gai dans cette état-là. Elle partit devant et utilisa la technique des jumeaux dragons, une de ces techniques préférées. Elle créa alors un dragon en parchemin qui vola dans la direction de l’ennemi. Gai esquiva facilement mais Lee, qui avait échappé au regard de Gai, lui porta un coup tel qu’il écrasa le traitre à même le sol.
Si seulement j’avais été là pour les aider, le combat alors aurait été achevé à la vitesse de l’éclair. Malheureusement, je ne pouvais que tristement admirer ce combat.
La progression de Lee sur Gai augmentait au fur à mesure. Tenen apportait son aide en utilisant ses projectiles et ces kunai meurtriers.
Les deux guerriers en étaient à la huitième porte céleste, la porte de la mort. Le soutien de Tenten n’avait alors plus aucun effet. Le combat et les coups meurtriers du maître et de l’élève résonnaient sur tout le champ de bataille.
Pantalons et vestes de Junin arrachés, les combattants étaient au bord de l’inconscience mais au bout de plusieurs heures de lutte, une personne tomba à terre. Je ne vis pas de suite. Mais par chance, je m’aperçus que cette personne était Gai. Le monstre était tombé ! Lee s’écroula aussitôt et Tenten ne perdit pas de temps pour l’emmener rejoindre la base des ninjas médecins.
Je finirais par dire que la seule personne qui manqua à cette confrontation n’était autre que moi-même : Neji Hyûga, mort durant la Troisième Grande Guerre Ninja, la veille de ce merveilleux combat.

10

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,