La Tour des ambitions

il y a
10 min
1
lecture
0
Ejin marcha jusqu'à une fenêtre, et observa l'extérieur de la Tour. La foudre s'abattait régulièrement, illuminant les alentours. Partout, le sol était couvert de ruines. Les restes de l'ancienne civilisation se dressaient de toutes parts, mais jamais très haut : la destruction qui y avait mis un terme avait été trop brutale pour épargner grand-chose. Il vit soudain ce qui semblait être une comète s'abattre devant lui. Il ne savait pas ce dont il s'agissait réellement, mais ce n'était pas la première fois qu'il en voyait. Cela ressemblait à une large boule de flammes qui tombait non loin de la Tour. Jusque-là, aucune n'avait jamais heurté l'édifice.
- Encore une de ces comètes, marmonna un homme près de lui.
Ejin sursauta. Il n'avait pas entendu l'homme approcher, bien qu'il ne fût qu'à un pas de lui. Il devait avoir une cinquantaine d'années, mais était déjà fortement voûté. Un balai à la main, il était visiblement chargé du nettoyage du premier niveau de la tour. Ejin retint un haussement de sourcils. Si âgé, et pourtant toujours d'un rang si bas...
- Et savez-vous ce que sont les comètes ? demanda le balayeur. Ce sont des corps brûlants qui tombent du ciel !
Le vieil homme, qui devait être à demi fou, eut un petit rire. Ejin ne répondit pas et s'éloigna. Aujourd'hui, il accédait à l'âge adulte. Il était temps qu'il décide de ce qu'il voulait faire de sa vie. Il savait que sa famille attendait beaucoup de lui. Ils souhaitaient qu'il atteigne au moins le troisième niveau de la Tour. Mais cela demanderait de gros efforts, et il devait être sûr de lui avant de se lancer dans cette entreprise. Il ne réussirait pas s'il agissait simplement pour faire plaisir à ses parents. Toutefois, un regard au balayeur suffit à le convaincre. Il ne voulait pas finir sa vie au premier niveau, sans jamais accéder à une vie plus décente que celle du pauvre homme. Il ne voulait pas passer son existence à balayer le sol. Non, il ferait bien plus que cela. Il monterait les niveaux de la Tour, un par un.
Lorsqu'il était plus jeune, il s'était promis qu'un jour il atteindrait le sommet de la Tour. S'il souhaitait le faire, il faudrait qu'il commence à travailler dès maintenant, pour avoir une chance d'y arriver. Le jeu en valait-il la chandelle ? Il regarda à nouveau le balayeur, qui s'était remis à son travail et rassemblait lentement la poussière du grand hall. Tant qu'à faire l'effort de monter les niveaux, pourquoi s'arrêter avant d'avoir atteint le sommet ? Et quel but plus noble pouvait-il y avoir ? Ejin, persuadé que sa décision était la bonne, repartit en direction de sa chambre. Il avait déjà commencé à préparer son passage vers le deuxième niveau. Il avait toutefois encore besoin de le travailler, et était bien décidé à s'y mettre aussitôt. La fête que ses parents avaient prévue pour son passage à l'âge adulte attendrait qu'il ait terminé.

Ejin travailla avec acharnement pendant près de deux semaines avant de s'estimer satisfait de son niveau et de se présenter au concours. Il se rendit dans la salle d'examen le jour de sa convocation, et s'assit face à l'examinateur. Il répondit à chacune des questions qui lui étaient posées, ne marquant que très peu de pauses pour réfléchir. Il connaissait bien son sujet. L'examinateur termina en lui posant comme dernière question : "Pourquoi souhaites-tu accéder au niveau supérieur ?" Ejin prit le temps de peser sa réponse, puis déclara :
- Afin de mener une vie meilleure. Pour vivre avec plus de confort, et pouvoir offrir ce confort à ma future famille. Pour pouvoir faire un travail qui m'intéresse plus que de balayer le sol du premier niveau. Et pour avoir une chance d'accomplir mon rêve d'enfant, et rallier le sommet de la Tour.
L'examinateur acquiesça lentement à sa réponse.
- Les rêves d'enfant n'ont pas besoin d'être tous accomplis, Ejin. Le principal est que vous trouviez votre bonheur. En attendant, je vous déclare apte à passer au second niveau.
Le jeune homme se sentit submergé par la fierté et la joie, et il suivit l'examinateur jusqu'au second niveau de la Tour. Là-bas, il ouvrit de grands yeux en contemplant les différences avec le premier niveau. Tout était un peu plus beau, et un peu plus riche. On lui avait bien sûr expliqué les différences entre les niveaux, l'augmentation des richesses et du confort, et la diminution de la section de la Tour au fur et à mesure que l'on montait, mais le contempler par lui-même était si étrange. Et, si beaucoup de gens parvenaient à accéder au second niveau, il y en avait encore plus qui restaient toujours au premier, soit parce que cela leur suffisait, soit parce qu'ils n'étaient pas capables de passer l'examen. Mais, comme le premier niveau était un peu plus large que le second, les choses étaient mieux ainsi.
Ejin rejoignit ses parents dans leur chambre au deuxième niveau. Auparavant, c'étaient toujours eux qui devaient venir le voir, mais maintenant qu'ils étaient au même niveau, il pouvait les rejoindre. Il ressentit une profonde fierté à cette pensée. Beaucoup de gens s'arrêtaient de monter les niveaux lorsqu'ils avaient rejoint leur famille, car ils ne voyaient pas de raison de poursuivre leur ascension. Mais lui avait de plus grandes ambitions. Il avait décidé qu'il irait jusqu’au sommet de la Tour, et sa réussite à accéder au second niveau ne faisait que renforcer sa volonté d’y parvenir.
Il se remit rapidement au travail après avoir reçu les félicitations de ses parents. Il leur avait dit qu'ils pourraient fêter sa réussite un peu plus tard, car il devait travailler, pour le moment. Comme ça, ils pourraient faire une seule grande fête, comme ils n'avaient encore rien organisé pour son passage à l'âge adulte.

Les jours passèrent, puis les semaines. Au bout de trois mois, Ejin se sentit prêt pour passer au troisième niveau. Il programma une date d'examen, et en parla à ses parents. Ceux-ci semblèrent contents pour lui, mais il y avait un peu de tristesse dans leur expression. Lorsqu'il leur demanda pourquoi, ils lui répondirent qu'ils pensaient qu'il passerait un peu plus de temps avec eux au second niveau. Mais il s'était concentré uniquement sur ses études, pour pouvoir poursuivre son ascension aussi vite que possible. Il haussa les épaules. Il pourrait toujours revenir les voir, même lorsqu'il serait au troisième niveau. Ce serait d'ailleurs l'occasion de s'amuser un peu, et d'inviter quelques amis, depuis le temps qu'ils devaient le faire.
Ejin se présenta à l'heure le jour de l'examen, et sourit en voyant que la salle ne possédait pas que deux chaises et une table comme au premier niveau, mais en plus une bibliothèque avec quelques livres. Il répondit aux questions de l'examinateur, et les choses lui parurent assez faciles, car il était intelligent et s'était bien préparé. Finalement, l'examinateur lui sourit et lui posa la même dernière question : "Pourquoi souhaites-tu accéder au niveau supérieur ?"
- Afin de mener une vie meilleure. Pour vivre avec plus de confort. Pour pouvoir faire un travail qui m'intéresse plus que de laver les carreaux des vitres du second niveau. Et pour avoir une chance d'accomplir mon rêve d'enfant, et atteindre le sommet de la Tour.
L'examinateur fronça légèrement les sourcils, mais répondit d'un ton aimable :
- Tu n'auras sans doute pas besoin de franchir tous les niveaux pour trouver celui qui te correspondra le mieux, celui dans lequel tu te sentiras prêt à passer le reste de ta vie. Je vais maintenant te conduire au troisième niveau.
Ejin fut une fois de plus surpris par le changement entre les niveaux. Le troisième niveau était bien plus luxueux, avec son sol carrelé et ses tentures aux murs. C'est avec fierté qu'il retourna au second niveau pour prévenir ses parents. Ceux-ci le félicitèrent, puis lui proposèrent de passer une soirée avec eux pour fêter l'évènement. Il resta quelques heures avec eux, puis leur déclara qu'il avait encore du travail à faire, mais qu'il viendrait les voir dès qu'il aurait terminé.

Ejin travailla pendant un an et quatre mois avant de s'estimer prêt pour le test de passage au quatrième niveau. En sortant de chez lui pour se rendre à l'examen, il remarqua une carte dans sa boite aux lettres. Elle provenait de ses parents, et il y lut simplement : "Nous pensons bien à toi. Donne-nous de tes nouvelles quand tu auras le temps." Il se sentit un instant coupable à l'idée qu'il ne leur avait pas parlé depuis qu'il avait accédé au troisième niveau, se contentant de leur envoyer quelques lettres à intervalles irréguliers, mais il sourit en songeant que, si tout se passait bien à l'examen, il aurait bientôt quelque chose à leur annoncer.
Il parvint à répondre avec succès à toutes les questions de l'examinatrice, installé confortablement dans le fauteuil de cuir qui lui avait été attribué. La femme acquiesça à la fin de l'entretien, et lui posa la même question que les examinateurs précédents. "Pourquoi souhaites-tu accéder au niveau supérieur ?"
- Afin de mener une vie meilleure, avec plus de confort. Et pour accomplir mon rêve d'enfant, et atteindre le sommet de la Tour, répondit-il.
L'examinatrice eut un moment d'hésitation avant de répondre :
- Le confort que tu trouves au troisième niveau ne te suffit-il pas ?
- Oh, je ne m'en plains pas, déclara Ejin. Mais si d'autres en ont plus dans les étages supérieurs, pourquoi pas moi ? Et puis, je souhaite vraiment parvenir au sommet de la Tour.
L'examinatrice n'insista pas et le conduisit au quatrième niveau, mais elle semblait d'une certaine façon déçue par sa réponse. Mais Ejin était trop satisfait de sa réussite pour y prêter attention. Qui aurait pu penser qu'il parviendrait aussi loin aussi vite ? Peu de gens avaient eu une carrière aussi prometteuse, de ceux dont il avait entendu parler en tout cas. Arrivé dans ses nouveaux appartements, bien plus grands et luxueux que les précédents, il s'installa à son large bureau d'acajou. Il rédigea rapidement une lettre pour prévenir ses parents de sa progression, puis se mit au travail avec détermination.

Cinq ans plus tard, Ejin se présenta à l'examen pour accéder au cinquième niveau. Les questions de l'examinateur étaient toutes complexes, et il réfléchissait longuement avant de donner chaque réponse, développant de longs raisonnements et menant des calculs complexes sur les feuilles de brouillon qui lui étaient données. Mais il obtenait à chaque fois un hochement de tête approbateur de la part de son examinateur. Lorsque l'homme lui posa finalement la question rituelle, il répondit simplement :
- Afin d'accéder au sommet de la Tour.
- Je pense que vous faites une erreur dans le but que vous recherchez, répondit l'examinateur. Vous devriez prendre le temps d'y penser plus sérieusement.
Il le conduisit toutefois jusqu'au cinquième niveau. Ejin s'installa dans sa suite, s'assit derrière son bureau massif avec à peine un regard pour les tableaux et bibliothèques qui masquaient les murs, ou pour le tapis qui couvrait une partie du sol de marbre. Il rédigea rapidement un mot pour ses parents, se promettant de l'envoyer le lendemain, puis il se mit au travail.
Jour après jour, il travailla durement et longuement. La note destinée à ses parents resta sur un coin de son bureau, puis il la jeta. De toute façon, il n'avait plus qu'un examen à passer avant d'atteindre le sommet de la Tour. Une fois ceci fait, il aurait tout le temps qu'il voudrait pour discuter avec eux et renouer contact. C’était la dernière étape, après cela il aurait le temps d’être heureux.

Ce n'est qu'après sept ans qu'Ejin s'avança le long des vastes couloirs illuminés par de larges chandeliers d'où cascadaient des pierres scintillantes pour se rendre dans la salle d'examen. Celle-ci était aussi grande et luxueuse qu'il s'y était attendu. L'examinateur se tenait face à lui, un air froid sur le visage. La seule question qu'il lui posa fut : "Pourquoi souhaitez-vous accéder au niveau supérieur ?"
Un peu décontenancé de n'avoir pas de problèmes à résoudre, Ejin répondit comme la fois précédente :
- Afin d'accéder au sommet de la Tour.
- Mais que souhaitez-vous accomplir en atteignant le sommet ? Y a-t-il un travail que vous souhaitez faire, ou voulez-vous des appartements plus riches ? Un poste que vous souhaitez et pensez ne pas pouvoir obtenir ici ?
- Non, je veux juste accéder au sommet.
- Mais pourtant, n'avez-vous pas tout ce dont vous avez besoin, ici ?
Ejin haussa les épaules. L'examinateur soupira. Il le regarda longuement, puis lui demanda :
- Êtes-vous sûr de votre décision ? Vous semblez n'avoir aucune raison valable de passer au niveau supérieur, mais ce choix est le vôtre. Je vous déconseille de poursuivre, mais je ne vous en empêcherai pas. Voulez-vous quelques minutes pour bien peser votre décision ?
Ejin était de plus en plus surpris de ne pas avoir à répondre à des questions comme lors des examens précédents, mais il hocha néanmoins la tête.
- Je suis sûr de moi. Cela fait sept ans que je me prépare pour ce moment, et je n’ai pas de doute. Je veux atteindre le sommet de la Tour.
L'examinateur soupira à nouveau, puis lui fit signe de passer dans la salle suivante. Ejin s'exécuta. Là-bas, il vit un homme dans des vêtements rapiécés qui tenait une clef. Ils se trouvaient dans une petite salle très simple, tellement sommaire qu'elle choqua Ejin après le luxe dont il avait pris l'habitude. L'homme avec la clef ne cessait de lui jeter des regards en coin, et Ejin se rendit compte qu’il lui rappelait quelqu’un, mais il lui fallut un long moment pour le replacer : il s'agissait du balayeur qu'il avait croisé il y a si longtemps, le jour où il était passé à l'âge adulte. Il se demanda un moment ce qu'il faisait là, puis se dit qu'il fallait bien quelqu'un pour laver le sol, même au cinquième niveau. Le vieux balayeur le regarda fixement, puis déverrouilla une trappe au plafond, et fit signe à Ejin d'y accéder.
Ejin monta les quelques marches qui menaient à la trappe, le cœur battant un peu plus vite. Il l'ouvrit, et sortit.
Il n'y avait pas de sixième niveau. Il se tenait sur le toit de la Tour. Les émotions déferlèrent en lui, trop confuses pour qu'il les interprète. Il avait accompli son rêve. Il était au sommet. Son sentiment de fierté et d'accomplissement se flétrit rapidement, et il se sentit soudainement vide. Qu'allait-il faire, maintenant qu'il était arrivé au bout ? Il contempla un moment ce qu'il avait fait de sa vie, et un sentiment de malaise l'envahit.
Avec un bruit sourd, la trappe se referma derrière lui, et la clef tourna dans la serrure. Il fronça les sourcils, sentant une angoisse profonde le gagner. Il était bloqué. Si le balayeur ou quelqu'un d'autre ne rouvrait pas la trappe, il ne pourrait pas redescendre.
De sombres nuages s'étaient rassemblés au-dessus de sa tête, et le tonnerre gronda au loin. La peur le gagnant peu à peu comme il réalisait le danger de sa situation, Ejin regarda par-dessus le parapet jusqu'au sol, loin en contrebas. De là, il pouvait voir les différents niveaux de la Tour, gagnant en largeur comme ils étaient approchaient de la base de la Tour. Il ne pouvait pas escalader les parois, ne pouvait pas repartir par la trappe. Toutes les connaissances qu’il avait acquises pour monter les niveaux ne servaient en cet instant qu’à rendre plus évidente la criticité de sa situation.
Ejin chercha un long moment un moyen de regagner l’intérieur de la Tour. Le grondement du tonnerre au-dessus de sa tête lui fit lever les yeux de la trappe qu’il essayait de forcer. Un nouvel éclair illumina le sommet de la Tour - sans drapeau ni paratonnerre, complètement nu. Ejin sentit son sang se glacer à l'instant où il comprit ce qui l'attendait. Brusquement, la foudre frappa le faîte de la Tour à l’endroit exact où il se tenait, le tuant sur le coup. Ses vêtements s'embrasèrent sous l’effet des millions de volts, et son corps tomba par-dessus le parapet, entamant une longue chute vers le sol loin en contrebas.

Delya vit la comète tomber devant ses yeux, s'écrasant sur le sol en une gerbe de flammes. Elle ne savait pas si c'était réellement un météore, mais ne voyait pas ce dont il pouvait s'agir d'autre. Elle finit par hausser les épaules pour elle-même. Elle n'avait pas le temps de trop s'interroger dessus. Il lui fallait décider de ce qu'elle comptait faire de sa vie, maintenant qu'elle venait de passer à l'âge adulte. Allait-elle la consacrer à travailler afin de monter aussi haut que possible dans la Tour ? Rejoindre ses parents au second étage ? Rester ici, au premier étage ? Ou encore, suivre son chemin, s'arrêter où elle se sentirait le mieux ? Perdue dans ses pensées, elle ne s'aperçut pas qu'un homme s'approchait d'elle pour regarder par la fenêtre, et elle sursauta en le voyant. Âgé et voûté, il tenait un balai à la main, et avait un air sombre en observant les ruines qui jonchaient le sol. Il marmonna quelque chose concernant les corps enflammés qui traversaient le ciel. Delya lui offrit un léger sourire avant de s'écarter pour lui laisser la place. Perdue dans ses pensées, elle se mit à arpenter le premier niveau tandis que la foudre s'abattait régulièrement à l'extérieur, emplissant le hall d'une clarté soudaine avant de laisser retomber les ténèbres.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Conte à rebours

Marie Vincent

Elle est née un beau matin dans un berceau La Roche-Bobois. Ses parents, étonnés, n’en revenaient pas. Ce petit être malingre n’était pas du tout conforme à l’image qu’ils s’étaient... [+]