La tendresse

il y a
2 min
39
lectures
0
Tout le monde connaît la chanson de Laurent Pagny qui nous affirme : Savoir aimer
Sans rien attendre en retour. Pourtant quand on aime, on espère la réciprocité. Aimer sans rien attendre, c’est donner de la tendresse.
Or la tendresse c’est quoi ? Difficile à définir. C’est une caresse, pas seulement une caresse tactile...Non, mais un regard qui pétille, un sourire qui réchauffe le cœur, une écoute attentive, la douceur des mots, une émotion partagée...
Bourvil chantait :
Dans le feu de la jeunesse
Naissent les plaisirs
Et l'amour fait des prouesses
Pour nous éblouir
Oui mais sans la tendresse
L'amour ne serait rien
Non, non, non, non
L'amour ne serait rien

En effet, la tendresse est le carburant de l’amour. Sans ce carburant, l’amour s’étiole. On avance plus ensemble, une lassitude s’installe, on végète, parfois les chemins se séparent.
Je vais plus loin, la tendresse est le carburant de la relation humaine. Parce qu’il est impossible de définir en une phrase la tendresse. Elle peut emprunter diverses formes pour se révéler, sans nécessairement se dire. Elle est un ensemble de sensations, d’émotions.
Ici, au sein de notre association, il existe un énorme potentiel de tendresse qui se manifeste par l’écoute attentive mais sans jugement, par les moments de partage ; le petit café, le petit biscuit, par des éclats de rire lors d’une après midi récréative...Chacun fait preuve de tendresse envers l’autre pour que les moments passés ensembles soient les plus agréables possibles malgré la maladie, malgré la souffrance. Ce don de tendresse est de nature à rompre l’isolement et fait en sorte que l’on aime à se retrouver et à partager.
Il existe des obstacles à l’expression de la tendresse. Dans notre éducation occidentale, la tendresse est assimilée au sentimentalisme. Les hommes surtout ont beaucoup de difficulté car ils ne veulent pas passer pour des êtres faibles, des sentimentaux.
Le pire ennemi de la tendresse vient de notre éducation qui implique qu’il ne faut faire confiance en personne.
C’est vrai qu’on est toujours sur ses gardes et pourtant si on donne, ne serait-ce qu’un peu de son temps à l’autre, sans rien attendre en retour, on peut s’apercevoir du premier bienfait de la tendresse qui est de procurer le bonheur...Oh de tout petits bonheurs, à notre toute petite échelle. C’est autant de bougies allumés dans l’obscurité de la vie.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Le diner

Marie Beautemps

Appuyée sur le canapé blanc, face au tableau de la Vierge à l'Enfant, qui ne lui sont pour l'heure, d'aucune aide, Adèle fixe les plinthes le long du mur, et plus exactement ce petit éclat de ... [+]