La photo de mariage

il y a
1 min
49
lectures
1
La photo poussiéreuse trônait sur la commode logée sous l'escalier. On y voyait Albert debout très raide, les mains sur le fauteuil, une moustache épaisse et tombante barrait sa figure sévère. Son noeud papillon paraissait l'étrangler tant son visage semblait congestionné malgré que la photo soit en noir et blanc.
Suzanne assise sur le fauteuil les mains sur les genoux, était ravissante sous son bonnet de dentelle à la mode des années trente. Elle souriait aux anges.
Le chat dormait devant la photo, c'était là qu'on le trouvait toujours dans ce recoin où il profitait de la chaleur du poële à proximité.
Le tit tac de la pendule scandait le temps. Suzanne assise bien droite sur sa chaise, attendait.
Vingt-deux heures venaient de sonner et Albert n'était pas rentré. Depuis cinquante ans qu'ils étaient mariés ça ne lui était jamais arrivé. Elle triturait son mouchoir et elle avait tellement pleuré que ses yeux rougis se fermaient ; il faut dire qu'à cette heure-là d'ordinaire, elle était couchée.
Brusquement elle sursauta, alertée par un grand bruit à l'étage. Elle se levait péniblement et se dirigeait vers l'escalier, quand une vitre de la cuisine vola en éclat. Le chat sauta de la commode et se faufila entre les jambes de Suzanne qui faillit tomber.
La porte d'entrée s'ouvrit avec fracas et une silhouette immense s'y encadra. Suzanne terrifiée se laissa retomber sur la chaise qu'elle venait de quitter.
Le pompier se précipita vers Suzanne ; le feu à l'étage gagnait l'escalier, il fallait faire vite. C'est alors que le cadre de la photo de mariage explosa.
Suzanne gémissait en appelant Albert.
Le pompier interrogea le voisin arrivé sur les lieux :
- Y a-t-il encore quelqu'un dans la maison ?
- Mais non répondit-il, Albert c'est son mari, il est mort depuis trente ans.

1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,