La part du chien

il y a
5 min
1 875
lectures
654
Finaliste
Public
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

À demi-mots, le brouillard s'éclaircit et l'horreur se dévoile. Un style d'écriture original pour un récit qui suit son propre rythme, lancinant

Lire la suite
Image de Printemps 2018

Elle court, elle ne se retourne pas.
Elle ne pense pas. Rien.
Elle court jusqu’à plus de souffle.
Jusqu’à la douleur. Ça la prend dans les côtes, ou peut-être juste en dessous, un point, là.
Une douleur qui lance, transperce.
Alors seulement elle s’arrête.
Elle ne sait même plus pourquoi elle a couru comme ça.
Elle n’a pas l’habitude et la tête lui tourne.
Ses bras sont humides. Ses mains sentent le savon de Marseille.
Elle respire ça, ses mains, cette odeur, comme on respire des sels.

Elle est sortie, sans le chien, elle a juste pris une veste.
La veste, elle n’a pas oublié.
Le reste. Elle ne sait plus.
Elle souffle. Une goutte de sueur descend le long de sa nuque.
Elle frissonne. Pourtant elle a chaud.
Le soleil se hisse, il chauffe les tomettes de la place.
Elle se laisse tomber sur un banc. Tout l’éclabousse, lui donne le vertige. Elle ferme les yeux. Tend le visage vers l’astre levant.
Elle aime le soleil. Elle aime cette caresse.
Il faudrait prendre le soleil plus souvent. L’air, le soleil, le vent. Tout.
Une vieille s’approche, demande si elle peut s’asseoir à côté.
Il y a d’autres bancs bien sûr, il y a toujours d’autres bancs sans doute.
La solitude pareille à la peau, qui cherche à se réchauffer.
Elle dit oui, je vous en prie. La vieille sourit, contente.
Ce n’est pas une bavarde non plus, tant mieux. Le silence partagé c’est meilleur. Les mots, la conversation, elle a oublié ça aussi.

La vieille fourrage dans son sac, trie ses choses, ordonne des papiers.
Elle se dit qu’elle doit avoir rendez-vous quelque part, chez un médecin peut-être.

Puis elle se détache de la vieille, elle regarde les arbres un peu plus devant, qui encadrent la place. Ils portent de gros fruits orange, des fruits lourds qui semblent peser. Des fruits qu’elle ne sait pas. Certains sont écrasés, colorés au pied des arbres.
Elle demande à la vieille, quels arbres, quels fruits.
Bien sûr la vieille sait.

Elle dit que ce sont des kakis, que c’est un fruit d’ici, un fruit de Provence à l’intérieur juteux et sucré, qu’on les coupe en deux et qu’on mange la pulpe à la cuillère, comme de la confiture. Aussi qu’on en trouve sur les marchés, mais parfois ce sont d’autres kakis qui viennent d’Israël ceux-là et croquants comme des pommes. Pas les mêmes, pas ceux qu’aime la vieille.

Elle pense au marché, qu’elle aimerait faire ça, juste ça, aller au marché, acheter des kakis, et les manger à la cuillère. Aussi qu’elle aurait aimé se promener avec le chien. Prendre le soleil. Croiser d’autres vieilles, d’autres jours, sur d’autres bancs. Des petites choses simples comme ça, qui ne paraissent rien.

Elle sait, elle se rappelle maintenant.
Pourquoi et où elle courait comme ça.

Elle sourit. Cinq minutes, cinq petites minutes de soleil encore. C’est si bon. Elle enlèverait bien sa veste, mais elle la garde.

La vieille va s'en aller, elles se disent bonne journée madame, bonne journée à vous aussi, se sourient. Puis soudain, elle pense qu’elle ne sait même pas où il faut se rendre, elle demande vite à la vieille. La vieille sait encore. Elle lui dit, au bout de la rue, de tourner à droite, de remonter l’avenue, puis à gauche de la mairie, un grand bâtiment qu’on ne peut pas rater.

Elle voit la curiosité dans l’œil de la vieille. Elle dit qu’elle a perdu son chien. Elles volent encore des minutes au temps comme ça, au travers de ce petit mensonge, des histoires de chiens perdus tout le monde en a.

La vieille est bien partie maintenant.
Elle se lève, elle suit le chemin indiqué. Lentement, à petits pas comptés, comptés pour ne pas penser. Elle fixe ses pieds, lève la tête juste ce qu’il faut.
Elle y est.
Elle entre dans le grand bâtiment qu’on ne peut pas rater.

À l’accueil, un agent qui lui demande ses papiers. Ses yeux s’arrondissent. Elle dit qu’elle n’en a pas. Qu’elle n’en a plus depuis longtemps. Les yeux de l’agent derrière le comptoir s’arrondissent aussi. Il doit la prendre pour une folle, sûrement. Aussi elle est décoiffée, sa course, ses cheveux un peu fous. Et puis il a peut-être bien raison de la regarder comme ça au fond. Il dit, il faut revenir avec vos papiers. Elle rit, c’est nerveux. Elle pense qu’il faut se reprendre maintenant, elle respire un grand coup, s’éclaircit la voix. Elle dit, j’ai commis un crime, je voudrais voir un inspecteur s’il vous plaît. Elle voit que l’agent ne la prend pas très au sérieux, il demande d’un air goguenard de quel crime il s’agit. Elle dit qu’elle ne parlera qu’à un inspecteur. Il marmonne qu’on n’est pas dans une série américaine là, qu’il a autre chose à faire, qu’elle s’explique ou qu’elle s’en aille. Elle croise les bras, ne bouge pas, ne parle plus. Elle tremble même un peu. Justement un inspecteur passe, une inspectrice plutôt, alors l’agent l’interpelle, il dit qu’il a juste là une très grande criminelle, qui ne veut se confesser qu’auprès d’un inspecteur. Les deux femmes se regardent. L’inspectrice dit, c’est bon je m’en occupe. L’agent lève les bras en signe d’impuissance, « comme tu veux » il rajoute.

Elles s’installent dans un petit bureau.

L’inspectrice lui demande ses papiers. Décidément c’est une vraie manie.

Elle dit qu’elle n’en a pas, qu’elle est venue comme ça, qu’elle ne sait même pas si elle en a encore, ni où ils sont. L’inspectrice dit d’accord, bon très bien, qu’elle donne son nom, son prénom, sa date de naissance, son adresse, qu’elle va juste noter comme ça, que pour prendre sa déposition il faudra quand même une carte d’identité, même une vieille.

Elle se dit qu’elle ne comprend pas, qu’elle ne comprend rien. Qu’il faut être clair, tout de suite, capter l’attention, c’est ça. Alors elle enlève sa veste, elle met ses bras bien sur la table, bien sous les yeux de l’inspectrice, avec les bleus, les brûlures, la pointe des doigts de la fourchette, pique, pique, pique, en points rouges ancrés à la peau.

— L’adresse je ne la connais pas, mais je vous conduirai après.

L’inspectrice lui dit d’attendre deux minutes et dans le même temps, elle appelle deux collègues. Voilà, elle a toute son attention. Elle lui fait répéter :

— Alors vous étiez en train de me dire madame, que vous ne connaissez pas votre adresse ?

Ils lui regardent les bras, les poignets. On voit l’horreur dans leurs yeux. Elle aussi ça lui fait pareil. Elle pensait qu'un jour, avec l'habitude, ça ne lui ferait plus rien. Mais comment s'habituer à ça ? Elle pense qu’ils ont bien compris. Qu’ils ont compris déjà. Elle dit :

— Je l’ai tué, vous savez.

Et puis encore :

— Je vais vous emmener, si vous voulez, je pense me rappeler le chemin. Elle sourit. Je n’avais pas le droit de sortir. Je crois même que je n’ai jamais vu la façade que côté jardin, mais le jardin, il donne sur une grande façade de brique, et cette façade j’en connais chaque pierre, sûr je la reconnaîtrai.

L’inspectrice prend ici, saisit la perche, la balle au rebond, on ne sait quoi, on ne sait pourquoi, comprendre ? Être certaine ?

— Il ne vous laissait sortir que dans le jardin, votre mari c’est ça ?

Elle répond que oui, elle baisse sa chaussette, elle montre où la laisse a mangé la peau petit à petit.

— Une grosse chaîne bien épaisse, la même que celle du chien, parfois je devais dormir avec, dans la niche aussi. Bien épaisse, elle répète, c’est avec ça que je l’ai étranglé. Avec ça que je l’ai tué.

Moment de silence.

— Vous êtes certaine de ne pas connaître l’adresse, madame ? C’est important, il faut qu’on envoie une ambulance, peut-être qu’il n’est pas trop tard.

Ils y vont chacun de leur acquiescement. Elle repense à ses mains, au lavabo, à l’eau qui coule rouge, au savon, à la part du chien.

— Oh ça, aucun risque. Il est tout à fait mort. Je lui ai arraché le cœur.

Ils la regardent comme l’on regarde les folles qui divaguent. Oui elle est folle, elle le pense aussi. Folle dans sa manière de dire je lui ai arraché le cœur, comme elle dirait : j’ai plumé le poulet, j’ai fait cuire le rôti, j’ai fait une tarte aux pommes. Folle, ou encore détachée, ailleurs, loin de ce corps, de cet esprit même, ailleurs, une autre, c’est lui qui a fait ça. Elle conclut :

— Vous verrez le chien, il a tellement reçu de coups qu’il se traîne, je veux dire il rampe. Carrément. Il aimait ça, voir le chien ramper, les os broyés, même plus sur ses pattes, il aimait que je voie ça, aussi, comme une promesse. Je vais vous emmener, je signerai tous les aveux, je donnerai tous les détails, je voudrai juste être là quand vous ferez piquer le chien, juste ça, ce serait bien de faire vite, il souffre tellement le pauvre. Quand vous le verrez, alors vous comprendrez qu’il méritait sa part. Sinon je ne me serais pas donné cette peine, c’est dur d’arracher un cœur, vous savez. Et le plus drôle... je n’étais même pas certaine qu’il en ait un.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

À demi-mots, le brouillard s'éclaircit et l'horreur se dévoile. Un style d'écriture original pour un récit qui suit son propre rythme, lancinant

Lire la suite
654

Un petit mot pour l'auteur ? 158 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Claire Doré
Claire Doré · il y a
Fascinée, bouleversée par ce texte si bien mené, tellement bien écrit!
Au cours de la lecture on devine, plus ou moins, ce qui s'est passé puis l'on pense se tromper , c'est bien l'art de celle qui écrit de nous faire nous fourvoyer et aussi d'engendrer une grande émotion chez le lecteur.

Image de Vero. La Comete
Image de Isabelle Isabella
Isabelle Isabella · il y a
Seigneur quel horreur , mais très bien écrit. Mes 4 voix
Image de Julia Chevalier
Julia Chevalier · il y a
Bouleversant et palpitant. J’ai adoré
Image de Laurent Martin
Laurent Martin · il y a
Bien ficelé !
Image de Maguy Cordier
Maguy Cordier · il y a
Tragédie toute en finesse, sans parler de sa propre vie, juste à travers les autres... Magnifique, bouleversant
Image de Alicia Bouffay
Alicia Bouffay · il y a
La discussion sur les kakis, l'odeur de savon de Marseille, parler de la souffrance du chien malin.. Plutôt que de celle de la femme, et l'arrachage de coeur qui fait du personnage plus qu'une victime, J'ai bien aimé !
Image de Anne-Marie Menras
Anne-Marie Menras · il y a
Ouf ! dur cette histoire ! arracher le cœur de quelqu'un qui n'en n'a pas... je crois que si cela m'était arrivé, je n'aurais même pas voulu le toucher même mort !!!
Image de Maryse
Maryse · il y a
Félicitations !
Image de Cerise29
Cerise29 · il y a
Bonne chance ! ai aimé l'intrigue.
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Bravo ! Une "Recommandation" fort à propos.
Image de Thara
Thara · il y a
Félicitations pour cette recommandation S.E...
Image de JAC B
JAC B · il y a
Belle architecture dans le déroulé de l'histoire et sa présentation. C'est vraiment un très bon texte Hel ! On n'en sort pas indemne comme votre personnage.Bravo.
Image de Isabelle Is'Angel
Isabelle Is'Angel · il y a
Mes votes .......... avec beaucoup d'admiration !
Image de Sabrina Ouznani
Sabrina Ouznani · il y a
Bonne chance pour cette finale, et belle découverte.
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Wouah belle découverte, un récit glaçant superbement raconté
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Je reviens pour cette finale !
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Mes cinq votes renouvelés pour votre excellente nouvelle, Hel !
Image de Marie
Marie · il y a
j'aime beaucoup votre récit. La forme du poème est originale pour cette nouvelle. Je vote
Si vous souhaitez découvrir l'un de mes textes https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/loin-des-yeux-loin-du-coeur

Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Quand l’horreur fait irruption...
une histoire maîtrisée, terrible ! Mes voix !

Image de Didier Lemoine
Didier Lemoine · il y a
J'ai beaucoup apprécié. Mes voix !
Image de Clemence
Clemence · il y a
rythme très soutenu , idée originale, conclusion bien amenée. j'ai eu plaisir à lire. merci à l'auteur.je donne mon vote
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Ambiance morbide mais joliment dépeinte. De la prose poétique qui tient le lecteur. Mon vote.
Image de Serge Di Credico
Serge Di Credico · il y a
Quand l'écriture se saisit de la pensée... Le personnage est profondément humain, si proche de chacun(e) de nous. On s'incline devant cette histoire ! Mes votes chaleureux !
Image de Elena Moretto
Elena Moretto · il y a
tous mes votes de soutien pour cette part de chien si remarquablement rédigée!
Image de Eurêka
Eurêka · il y a
Félicitations c'est superbement macabre !
Image de Christian Guillerme
Christian Guillerme · il y a
Toutes mes voix ! la dernière phrase est vraiment bien à propos. J'ai adoré le rythme de cette nouvelle. Bravo !
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
mes votes à nouveau pour ce très beau texte !
Image de Clochette
Clochette · il y a
Une nouvelle comme un poème....je ne pouvais qu'adorer !!!!
Image de Sibipa
Sibipa · il y a
Mes votes à nouveau pour ce texte très touchant. Bon vent pour la finale !
Image de Geoffroy
Geoffroy · il y a
Très joli texte, toutes mes voix
Image de Geoffroy
Geoffroy · il y a
Je vous invite à découvrir "apprendre à voler " en finale du prix printemps ttc, j'espère que vous aimerez
Image de Alain Chenoz
Alain Chenoz · il y a
Merci à James de m'avoir orienté vers ce texte si prenant. C'est superbe !
Image de James Wouaal
James Wouaal · il y a
Ah Hel toujours autant de talent. Sans doute le texte les plus poignant de cette finale.
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Coucou James, ça me fait plaisir de te croiser par là, merci pour ton soutien.
Image de Manita
Manita · il y a
Bonne chance et Bravo. Je suis aussi en lice pour la première fois. C'est très émouvant.
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Bravo et bonne chance Hel.
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Voici mon soutien contre la cruauté et pour votre écriture
Image de Didier Caille
Didier Caille · il y a
Mes 5 voix pour votre récit si prenant :) et je vous invite à découvrir mon univers http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/les-plumes-du-plaisir
Image de Mireille Béranger
Mireille Béranger · il y a
Impossible d'oublier ce récit... Pour lequel je réitère, bien sûr, mes cinq voix... Les voilà...
Bravo, Hel, pour cette place méritée en finale... Et bonne chance pour la suite de l'aventure...

Image de Marie Dauvers
Marie Dauvers · il y a
Impressionnant et bien mené !
Image de Pixis
Pixis · il y a
J'ai vraiment aimé !
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Bonne chance Hel !
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Mon soutien renouvelé. Bonne finale.
Image de Thara
Thara · il y a
Je vous souhaite une belle finale...
+ 5 voix !

Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Ben dis donc!! je vote pour une horreur!!!
Le pire, c'est que doit exister, en vrai...

Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Vote confirmé .
Image de Jean-Baptiste van Dyck
Jean-Baptiste van Dyck · il y a
Mes 5 voix renouvelées ! Bonne chance pour la finale Hel ! Je vous invite à soutenir mon texte "You Hanoï Me part 2 " en lice également pour le grand prix poésie ! Merci et bon week-end à vous ! JB
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Bis et bonne chance !
Image de Marie Lacroix-Pesce
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Mon vote renouvelé +5 voix. Bonne chance Hel pour la finale !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'ai adoré, j'aime beaucoup ce style d'écriture !
Image de Kiki
Kiki · il y a
admirative devant ce joli texte. BRAVO à vous et bonne chance pour la finale; Je vous découvre et ça me donne envie d'aller lire d'autres textes de votre jolie plume. MES 3 VOIX
Je vous invite à l'occasion à aller lire le poème sur les cuves de Sassenage et je vous en remercie d'avance

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Hel, vous êtes la Barbara de Short, la dame en noir de notre plaisir de lecture. Toutes les voix bien sur. Bonne chance.
Image de Marguerite
Marguerite · il y a
je relis, je revote, et je suis toujours en admiration devant ce texte.
Image de Fabienne BF
Fabienne BF · il y a
Vous la méritiez cette place en finale, Hel. Ce texte terrible est terriblement (justement) bien écrit, le rythme saccadé des phrases qui au début m'a un peu gênée, m'a finalement embarquée avec cette femme, pour me laisser haletante, pantelante, désarmée aussi. Tout comme pour Anna, j'ai voté sans me poser de questions. Bravo (et n'oubliez pas de lire Inès Cagnatti... )
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Je n'oublierai pas, comme de venir lire votre nouvelle en finale ! J'ai vu de loin ;)
merci fabienne

Image de Kyou
Kyou · il y a
mon vote à nouveau
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
"On y croit, on y croit !", comme disait Yésous en regardant par son judas ;)
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Ouaiii ! ^^ Merci d'être repassé :)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je suis propre ; j'aime bien repasser et inhaler, la vapeur des tamaris du linge :)
Question : par rapport à ton premier jet, l'as-tu modifiée (ton œuvre) ?

Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Tout est premier jet, hors coquilles.
J'ai eu des corrections en ce sens, et je crois corrigé une incohérence de formulation liée à la veste dans le début, qu'on ma signalé à la relecture. Mais c'est tout, pourquoi ? :)

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je ne sais pas pourquoi moi-même (!), un ressenti que j'ai eu en le lisant un mois après ses premières lectures. Mon cervelet (surtout l'hémisphère droit) a émis une sonnerie type alarme de détecteur de fumée tout en clignotant rouge..! Genre : "TUT TUT, rouge, TUT TUT, rouge, TUT TUT, rouge...... Tu vois ?
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Fidèle à mon premier vote, bonne chance!
Image de Claire Le Coz
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Mes votes à nouveau !
Image de Lyne Fontana
Lyne Fontana · il y a
Magnifiquement mené
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Une place en finale bien méritée, bonne chance Hel!
Image de Trente Mai
Trente Mai · il y a
C'est facile mais... Ça soulève le coeur. Rythme haletant avec les phrases courtes, suspense, jusqu'à la chute qui tombe bien net. Non vraiment bravo, j'ai bcp aimé
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci, contente de ces impressions ! :)
Image de Romane González
Romane González · il y a
Bravo pour la finale Hel! Je vote à nouveau, bien sûr!
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci Carmilla, bravo à toi aussi, je ne suis pas venue encore lire je me rends compte mais j'ai vu, je vais me rattraper !
Image de Héliotrope
Héliotrope · il y a
Je ne suis pas folle de cette forme en phrases courtes du début, mais là, finalement, ça fonctionne bien ; c'est cohérent avec le fond. Encore une fois un excellent texte que j'aime beaucoup, Hel !
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci ma copinette, ça me fait plaisir que tu sois passée me dire, je comprends tes impressions sur le début, et contente qu'au final tu y trouves un sens :)
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
J'ai aimé votre texte , donc je vote . Bon vent.
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bravo, Hel, pour cette finale du jury ! Mes votes et une invitation à soutenir “Ses lèvres rougissent” qui est aussi en Finale. Merci d’avance !
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Du public, du public, pour une fois ^^ ah ah merci
Image de Gérard Tardy
Gérard Tardy · il y a
Bonne surprise ! HEL, un auteure de polar se réveille et c'est tant mieux ! S'il reste un cœur a prendre, je vous donne le mien.
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Oh ! Merci Gérard :)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je vous confie mon nouveau chœur (5 voix) , ne le déchirez pas, celui- là !
Image de Claire Le Coz
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Allez, on court jusqu'à plus de souffle. C'est la dernière ligne droite !
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Un texte qui me fait peur, mais j'ai lu jusqu'au bout et j'ai aussi voté.... cela existe , mais peut être avec plus de violence.+5 Hel
Image de Zou zou
Image de Valoute Claro
Valoute Claro · il y a
On est pris par l'histoire et très bonne chute!
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Aïe, ça fait mal mais c'est prenant !
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
L'histoire débute une peu déroutante. On pense voir affaire à une folle, ou une victime d'Alzheimer ! Puis, on s'achemine peu à peu, éléments par éléments jusqu'à l'horrible ! Bravo, Hel, pour cette nouvelle qui s'inscrit dans la lutte contre les violences conjugales faites aux femmes. Vous avez mes cinq votes.
Je vous invite à lire mon sonnet Mumba sur le destin tragique d'un migrant : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba

Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Une bonne psychologie des personnages.
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
L'horreur démentielle, l'incompréhension du quotidien face au coté obscur du soleil. +5 (Loin de mon "Hors-sol).
Image de Sibipa
Sibipa · il y a
J'ai senti le drame avec l'envie de soleil de cette femme, elle venait certainement de sortir de la pénombre. Le besoin de chaleur, de douceur, le sucré du fruit après avoir connu la noirceur et l'abomination. Votre récit monte en crescendo dans la révélation de l'horreur avec des pauses nécessaires ancrées dans le quotidien des gens ordinaires. C'est comme un mascaret suivi de vagues plus sages. Il y a une belle musicalité des mots qui donnent à la chute tout son sens. C'est selon moi un texte qui mérite d'aller très loin, voire au bout. Une très belle découverte. Merci pour ce moment de lecture!
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci ça fait plaisir de lire des vrais retours au pays des réclames, et je vous en remercie infiniment, pour avoir pris la peine et me partager les sensations de lecture, au plaisir.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bonsoir Madame. Tous les votes d'un fan. Tiens, en cat: Horreur, hors concours, un récit sur les sels de bain, drogue en vogue aux states et...à Panam. Sels de bain et angel dust Int - 18.
Image de Afa Marty
Afa Marty · il y a
Tout est parfait, et jusqu'au mode opératoire en récit direct-indirect. Tous mes votes.
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Mon vote maxi pour ce thriller haletant, plein d'humanité de surcroît ! Et quelle écriture, quel rythme, bravo !!
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
C'est le rythme qui fait je crois aussi :)
Image de Joelle Teillet
Joelle Teillet · il y a
Bravo !
Le récit progresse du clair obscur au noir de noir ^^
Tout en restant poétique

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Eh bien ce n'est pas gai !!! Mais bien écrit et bien rythmé. Mes votes.
Pour vous détendre un peu et comprendre comment l'homme a pu en arriver là, je vous invite à lire "une (très) brève histoire de la création" : http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/une-tres-breve-histoire-de-la-creation-1

Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Ah bon ? moi qui voulais écrire une histoire gaie...
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Terrible. Glacé. Bravo
Image de Eliza
Eliza · il y a
Très belle chute après une histoire qui nous mène mot après mot vers la compréhension des évènements qui l'ont conduite là.
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Une histoire qui nous fait un peu froid dans le dos et qui nous tient en haleine jusqu'à la chute.
Je vous invite à aller découvrir mon sonnet dans le Prix de la St Valentin. Merci.

Image de Volsi Maredda
Volsi Maredda · il y a
J'aime toujours autant ton style Hel entre l'épure et le scalpel.
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci Volsi :)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bien écrit et une histoire qui nous emmène, du début à la fin. Tous mes votes avec plaisir.
Si vous avez le temps de passer lire mon TTC en lice pour le Prix Saint-Valentin 2018, ce serait avec plaisir

Image de Morganne L
Morganne L · il y a
c'est beau bien écrit, et le drame n'en est pas un puisque c'était un monstre... belle rédaction du texte, mais elle n'est pas coupable de tuer un assassin à petit feu... moi je trouve qu'elle a bien fait de tuer son tortionnaire... c'est génial pour ce qui pourrait être un polar... lui n'étais qu'une bête et le chien méritait plus de vivre que ce pauvre chien...
si vous voulez passer sur ma pagehttp://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/a-laube-de-nos-amours
je me suis abonnée à vore page et les 5 points je vous ai donné

Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Je crois que c'est plus complexe que ça. Disons que dans l'idée que vous exposez ne pas être coupable de tuer un assassin, par définition si l'on tue on assassine à notre tour, se pose pour moi la question : si on adopte le comportement des monstres devient on monstre ? Pour cela que je dis que c'est complexe à appréhender, d'autant si nos sensibilité, notre empathie parlent en premier, Est-ce un acte de courage ? Est-ce de la survie ? Est-ce autre chose ? Peut-être notre sens de "la justice" si on l'interroge parle autrement, et peut-être que le chien est là pour ça, elle donne sa part au chien, mais il devient aussi le centre de son attention, la trace de l'empathie qu'elle a conservé, ce qui lui reste d'humain. Je comprends bien évidemment votre ressenti, mais quelque part je me devais de clarifier, je n'ai pas de réponse arrêtée à toutes ces questions, mais il m'était important au travers du texte d'aussi conserver l'idée de cette part là.
Image de Bruno Perera
Bruno Perera · il y a
Bon, Hel, c'est toujours excellent, tu ne peux pas rester comme ça avec ce talent qui explose l'écran, va falloir faire quelque chose, à traîner et attendre, c'est du gaspillage, pense à tes futurs lecteurs et lectrices, impossible de tromper leur attente qui n'existe pas encore mais qui va se solidifier à ton premier ouvrage, c'est quand que tu t'y mets, un recueil de nouvelles ou plutôt un vrai récit au long cours de ceux qui intéresse les éditeurs ?
Et tu lis ça sans respirer STP.

Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Mince j'ai respiré ! :)
Je travaille au long oui, je m'y essaie, d'abord par nécessité d'ailleurs, la nécessité du geste, de l'écrit, et j'essaie, me suis promis, de concentrer mes efforts pour en terminer un cette année, pour le reste je reste prudente, la nouvelle est un autre format, une autre façon de traiter, de dire, de construire, d'imprimer, ce qui demande du temps doit se construire patiemment, l'écrit d'abord et nous verrons bien. Mais je sais ce que tu mets dans ces mots, et pour tes encouragements et ton soutien merci, cela nourri mon envie, comme je l'ai dit les mots que je reçois ici, ils aident aussi à dépasser les moments de doute, à s'accrocher à cet effort.

Image de Philou
Philou · il y a
un véritable polar bien noir, superbement écrit. 5 votes
Image de Pat
Pat · il y a
On peut difficilement faire pire dans l'horreur et cette femme m'est sympathique. Mes 5 voix. Si vous allez sur ma page, je vous invite à lire," La vieille dame respectable" , nous sommes dans le même registre.
Image de Zurglub
Zurglub · il y a
Tout pareil que RB : mon soutien indéfectible ! Vote écriture me fait penser à celle d’Emmanuelle Urien, nouvelliste qui a trusté tous les prix de concours de nouvelles dans les années 2000. Et en particulier à la nouvelle « Sévices compris ». Je me permets d’insister : rassemblez tout ce que vous avez écrit et faites vous publier !!!! Vraiment ! +5 (je ne peux pas +)
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Ah je ne 'lai jamais lue. Pas encore.
Merci Zurglub, encore pour votre soutien, et l'énergie de votre soutien, je travaille à écrire quelque chose qui vaille le coup, l'épaisseur, les nouvelles c'est plus facile, les nouvelles tout le monde peut faire un coup de poing, mais je vous promets que tout ce que je reçois ici alimente mon envie de faire quelque chose de chouette, et m'aide sur mes projets long format, je me suis promise d'en terminer au moins un cette année, et après nous verrons, si je prospecte un éditeur, si il me renvoie ça à la tête ^^ J'en connais des gens qui écrivent de chouettes choses et qui reviennent broyés des tentatives à se faire éditer, pour moi en premier lieu c'est l'écrit qui compte, l'acte, mais on verra quand j'aurai été au bout de quelque chose de conséquent. Et merci encore.

Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Un récit qui fait froid dans le dos... Je n'arrive pourtant pas à plaindre le tortionnaire !
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Moi non plus...
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Je le plains d'ailleurs si peu que je reviens vous soutenir ! ;-)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
HELlo HEL !

Sur la forme tu as excellemment maitrisé le rythme/musicalité que ton texte demandait. Les souffles et les expirations sont parfaitement posés ! Ils lui donnent une lecture fluide, un souffle rapide et confus qui "capte l'attention", celui de la protagoniste.
Malgré la situation tragique du propos, tu sais insuffler dans tes textes un temps de repos, poétique et/ou humoristique, afin de ne pas sombrer dans le patos. Tu m'as fait sourire ! Avec une pointe de surréalisme à la "Charles Trenet" :
"... peut-être qu'il n'est pas trop tard.
_ Oh ça aucun risque. Je lui ai arraché le cœur."

J'espère que le chien, dans sa souffrance, a bien profité de sa part avant d'être... euthanasié..!
(Pas de crèmerie en vue ;) , mais mon soutien indéfectible)

Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci R.B, toujours curieuse de lire tes impressions, ton ressenti, je suis contente que tu trouves que le rythme fonctionne, j'aime beaucoup jouer avec, donc si ça marche et si ça sert le récit, eh bien c'est chouette. Oui c'est ça je voulais glisser des pointes de surréalisme, des sourires un peu, presque gênant qui viennent sur le noir, un peu comme la chute.
Tu me fais sourire aussi, merci !

Image de Kenavo
Kenavo · il y a
Bravo, mon vote ! Vous pouvez aussi aller voir mon texte '''Aphrodite 2018'' pour le prix ''Saint Valentin''
Image de Ghislaine Barthélémy
Ghislaine Barthélémy · il y a
C'est terrible, horrible jusqu'à la chute à laquelle je ne m'attendais même pas et j'ai apprécié ma lecture... vous avez un véritable talent pour ce genre d'histoires et je ne suis pas la seule à le dire... mes 5 voix !
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci Ghislaine, contente que vous ayez apprécié votre lecture.
Image de Reunan
Image de Chantane P.
Chantane P. · il y a
Agréable moment de lecture, belle plume, j'aime beaucoup
Image de Sapho des landes
Sapho des landes · il y a
Excellent, le rythme, les mots, le scénario, parfaitement dosés pour un récit glaçant. J'ai vraiment adoré, votre écriture si particulière m'a happée. Et sans vouloir vous flatter inutilement je pense que vous avez un vrai talent qui mérite mes 5 votes
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci Sapho, je suis contente que cela vous ait plu de cette façon, et un autre merci pour votre soutien, ça fait de la lumière tout ça, ça encourage.
Image de Marguerite
Marguerite · il y a
J'aime beaucoup la construction, le fond, la chute du texte où la barbarie exercé sur un chien vient exacerber l'intensité de la maltraitance, et ce quelque chose qui fait que je ne laisse jamais passer tous les textes de Hel qui me sont signalés. Bravo, j'admire votre écriture.
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci Marguerite, je dis merci à la chaine, mais je le pense sincèrement.
Image de Pixis
Pixis · il y a
Eh bien ! Que dire à part bravo et félicitations ?
Image de Claudine Vautrelle
Claudine Vautrelle · il y a
Un GRAND BRAVO : tellement bien mené avec sensibilité et émotion . Merci.
Image de Paul Brandor
Paul Brandor · il y a
Un sujet délicat maitrisé avec une écriture talentueuse. Bravo Hel.
Image de DerRL
DerRL · il y a
Chapeau, Hel. Tu es un Maître.
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Exactement dans le ton de la victime qui a perdu ses repères, qui découvre la liberté et qui peine à reprendre contact avec la réalité des autres. Un rythme enlevé qui vous pousse à lire vite, de plus en plus vite jusqu'au dénouement inévitable. L'abominable crime n'est qu'une oeuvre de salubrité publique. Bravo et à vous relire.
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Ce texte maîtrisé n’est pas sans me rappeler l’enfant du placard, authentique fait divers celui-là.
Image de Noellia Lawren
Noellia Lawren · il y a
waouh, à perte d'haleine, quel suspens !!! superbe thriller, mon vote +5
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/un-dernier-baiser-1

Image de Michael H
Michael H · il y a
J ai pris un réel plaisir à lire ce texte maîtrisé...grand bravo Hel et merci.
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Waouh quelle belle histoire et quelle belle écriture. Tout y est, les codes du thriller sont tous maitrisés, le suspens se cache jusque dans les détails, quelle belle lecture. Mérite d'être plus long et d'en faire une "grande" nouvelle. Mes votes. Peut-être aimerez vous "L'héroïne", "Tata Marcelle" ou "Le Grandpé". Mais j'ose à peine vous les proposer après cette lecture.
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
L'horreur à l'état pur et qui pourrait très bien se passer près de nous !
Image de Mireille Béranger
Mireille Béranger · il y a
Votre récit est magnifiquement écrit, Hel... Votre style, par moment, me fait penser à celui de Marguerite Duras... Mais pourquoi comparer ?
Tout est remarquablement décrit... La vieille dame, les kakis, l'envie de soleil... Mais aussi les bras, les poignets marqués de bleus, brûlures, pointes de fourchette... Pique... Pique... Pique... Et ce malheureux chien... Oh, ce malheureux chien...
En dépit de l'atrocité de l'histoire, une douceur se dégage... Par la grâce des mots... Reste, malgré tout, la douleur...
+ 5 voix, bien sûr.

Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci beaucoup Automnale, de me lire toujours et pour vos retours.
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
récit qui dispose d'un ton et d'un rythme prenants, on suit avec une certaine anxiété le trajet du personnage dont on comprend assez vite l'horreur de la situation qui nous est délivrée comme distillée pour mieux en appréhender l'ampleur du drame. C'est plutôt bien mené et pour cette palpitante lecture, voici mes voix.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Très efficace, ce thriller ! La course folle, le désarroi, le retour à la vie sur le banc au soleil, tous les petits détails jetés çà et là qui révèlent petit à petit l'horreur dévoilée juste à la fin, avec une naïveté, une franchise désarmante... J'adore le cynisme de la dernière phrase !
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci Gil, d'être venu me lire encore et me dire encore, ah oui la dernière phrase, je l'aime bien aussi, je pense pour la nuance, pour dédramatiser en quelque sorte l'horreur, du cynisme, de l'humour un peu noir, une dernière note à la fois moins pesante et horriblement gênante, quelque chose comme ça que vous avez cerné et que j'ai sans doute mieux écrit dans le texte que je ne l'exprime là ^^
Image de Alixone
Alixone · il y a
J'ai donné le maximum (+5). Histoire qui prend aux tripes, on en redemande. Bravo !!
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un bon début de thriller très bien construit, avec beaucoup de suspense et une chute pleine d'ironique ! Mes votes ! Une invitation à lire “Mon Amour” qui est en lice pour le Prix Saint-Valentin 2018. Merci d’avance et bonne soirée!
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mon-amour-36

Image de Oli
Oli · il y a
Très belle histoire et quel style d'écriture !
Image de Romane González
Romane González · il y a
Je ne suis pas une fan de ce genre d'histoires (je veux dire au niveau du scénario) mais la nouvelle est vraiment très bien écrite, bravo à vous!
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
C'est peut-être un risque oui dans le "scénario " que cela puisse déplaire, qu'on attende autre chose, après je vais reprendre des mots plus bas, ceux de Coco, ça m'intéresse, m'interroge plus en tant que tragédie "ordinaire", même si je dois reconnaitre une mise en scène dans le final, qu'un scénario à proprement parlé, comment les choses peuvent basculer, et toucher n'importe qui, c'est ce que j'ai essayé de faire passer au-travers du portrait, de cette femme, qui n'aspirait finalement qu'à un peu de soleil pour caricaturer en gros. Enfin je comprends et accepte votre point de vue, et mieux j'apprécie votre avis nuancé, honnête, du coup ça me permet aussi d'expliquer un peu la démarche et merci pour votre lecture sur ce genre d'histoire-là ;)
Image de Romane González
Romane González · il y a
Merci pour votre commentaire à mon commentaire ;-) c'est très intéressant. J'ai également lu de vous d'autres textes et pour illustrer ce que je disais précédemment, j'ai vraiment adoré "Chambre avec vue" (qui a d'ailleurs gagné un précédent concours), parce que là pour le coup, je retrouve des choses que j'aime (après bien évidemment et heureusement, chacun a des goûts différents), toujours votre écriture avec beaucoup de style, mais sur des petits riens de la vie, que moi j'appellerais vraiment "tragédie ordinaire" pour le coup. Avec le sens de "quelque chose qui nous arrive à tous, tous les jours". Les ratés de la vie, les petites espérances, les grandes illusions, la geste des gens ordinaires. Pour moi, cette nouvelle est "parfaite", j'aurais aimé l'écrire :-) . Sinon pour en revenir à "La part du chien", je ne sais pas si vous connaissez mais ça m'a fait penser à un (bon mais violent) film que j'ai vu récemment: "Love hunters".
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Je comprends mieux Carmilla, oui j'aime ces tragédies( qui ne sont pas toujours des tragédies au sens strict du terme, heureusement pour nous ) là aussi, les peindre, les planter, pour comprendre ce qui nous anime, aussi, pour plein de choses. Non, je ne connais pas ce film, et vous allez me trouver gonflée, mais la violence ça m'attire pas des masses, même s'il y a des film qui la dépasse, et nous apporte une compréhension, des symboles forts, ect, j'y vais pas de moi même :)
J'ai vu que vous aviez une nouvelle en lice, et moi les gens qui sont dans l'échange(le plus intéressant) sans rien demander, dans cette spontanéité précieuse, ça me rend curieuse, je passe bientôt lire ça.

Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Un récit brillant, saisissant. Le lecteur s'identifie à cette femme tant ses réactions, ses mots, sa folie(?) sont traduits avec justesse.
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
J'aime bien le point d'interrogation que tu mets après folie et entre parenthèse, s'agit-il de folie, de séquelles, les deux peut-être, la folie qui en a alimenté une autre...Merci pour ta lecture Eva.
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Impressionnante votre histoire ! En tout cas bravo pour votre nouvelle, elle ne laisse pas indifférent….elle nous suit. Bonne chance.
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci, merci encore même, de toujours me lire.
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Une tragédie "ordinaire " remarquablement construite : bravo !
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Ordinaire oui, je sais même pas si faut le mettre entre guillemets, même si je le pousse dans le sanglant, et que le tournant lui ne l'est pas, je ne pense pas, mais c'est bien cela que j'ai voulu mettre en scène, une tragédie ordinaire au dénouement moins ordinaire.
Image de Marie Lacroix-Pesce
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci pascaline
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Une histoire effroyable, la fin d'un calvaire qui donne à cette femme un détachement troublant face à son crime...j'ai adoré. Félicitations Hel!
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci Abi, je suis d'accord avec tes mots, entre calvaire, détachement, trouble et crime...

Vous aimerez aussi !