La mouche

il y a
3 min
27
lectures
1
La mouche
Une fichue nuit pour arpenter la grande avenue qui traverse les terrains vagues : de maison Laffitte du vent, de la pluie, du grésil. Les gants les plus épais n’y résistaient pas. Une nuit si noire, que malgré les lampadaires placés à intervalles réguliers, Larry Gram était obligé de se servir de sa lampe de poche pour éviter de buter contre le trottoir aux croisements de chemin. Il était pourtant à l’abri sous son long imperméable, les pieds chaussés de bons caoutchoucs. Mais inutile d’ouvrir un parapluie : il essaya pourtant et le vent faillit le retourner. « On prétend que l’eau de pluie est excellente pour le teint », se consola-t-il avec un sourire. Il jeta un regard rapide sur le cadran lumineux de sa montre : la demie allait sonner.
-Plus longtemps à attendre, car l’As » était toujours exact. « Ah oui aussi exact que retors. Larry avait déjà eu af-faire à lui, et il s’était juré de ne plus recommencer. Pourtant, voilà qu’il s’adressait de nouveau à l’As ». C’est que ce diable d’homme, s’il marchandait durement, payait comptant, et on courait peut-être moins de risques avec lui qu’avec d’autres. Ce soir, en tout cas, pas de marchandages il faudra qu’il s’exécute sans aller chercher des « si » et des « mais ». Il n’y a pas d’incertitude sur la valeur des diamants de Mme Roissy : tout le monde la connaît. Ainsi devisait Larry, sous la pluie qui le cinglait, pour se donner plus de confiance qu’il n’en avait au fond.
-C’est justement à cause du retentissement de ce cambriolage qu’il s’était adressé encore une fois à l’As ». Il avait fait passer l’annonce habituelle, dans la petite correspondance d’un journal : « Perdu à maison Laffitte, jeudi soir, vers dix heures trente, un petit sac jaune contenant cinq lettres, n’ayant de valeur que pour leur propriétaire. » Dans le code, « sac jaune » signifiait pour l’« As » que c’étaient des bijoux qu’on lui offrait ; « sac marron » aurait voulu dire « fourrures », et « sac blanc » qu’on avait des titres à lui vendre. Quant aux cinq lettres, c’était que le prix demandé en livres, et par conséquent la somme à apporter, devait atteindre cinq chiffres. On était au jeudi soir, et la demie de dix heures sonnait à une horloge lointaine. Le voilà, marmotta Larry.
-Il ne s’est pas fait attendre. Dans le lointain de l’avenue, deux phares en veilleuse apparaissaient. Leur écart gran-dissait à mesure qu’ils se rapprochaient. Soudain, ils aveuglèrent d’un éclat brusque, presque aussitôt éteint, celui qui attendait sur le trottoir. L’auto ralentit, son capot ruisselant dépassa Larry, puis stoppa. Du fond de la voiture, une voix basse et enrouée se fit entendre sur un ton hargneux : eh bien ? Bonsoir l’As ». Larry qui s’était rapproché à hauteur du capot essaya de discerner la silhouette qui se dissimulait au fond ; il eut une sacrée envie de braquer sa lampe de poche, mais il se contint.
-Ce serait peu diplomatique et probablement inutile : l’As » ne laissait pas voir comme ça son visage. Pourtant, une main dégantée était posée sur le rebord de la portière : cette main avait un ongle déformé au médius, et une cicatrice sur une de ses articulations. Soudain, la main se retira vivement, comme consciente de l’examen qu’elle subissait. Larry commença : j’ai une affaire sérieuse. La mouche une fichue nuit pour arpenter la grande avenue
qui traverse les terrains vagues : du vent, de la pluie, du grésil. Les gants les plus épais n’y résistaient pas. Une nuit si noire, que malgré les lampadaires placés à intervalles réguliers, Larry Gram était obligé de se servir de sa lampe de poche pour éviter de buter contre le trottoir aux croisements de chemin. Il était pourtant à l’abri sous son long imperméable, les pieds chaussés de bons caoutchoucs. Mais inutile d’ouvrir un parapluie : il essaya pourtant et le vent faillit le retourner. « On prétend que l’eau de pluie est excellente pour le teint », se consola-t-il avec un sourire.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !