La mariée était en rouge

il y a
5 min
97
lectures
3

Auteur de 5 romans au déroulement surprenant dont 4 publiés aux éditions du Net . Les 3 premiers livres content l’extraordinaire saga d’une jeune femme qui résout d'étranges énigmes. Dans le ... [+]

Une coupe de champagne à la main, Sarah traversa l'allée pour rejoindre la jeune mariée. Appuyée à la balustrade de la terrasse décorée de fleurs et de petits voiles blancs,  Myriam observait Timothée, depuis peu, son époux.

— Dis donc, l'interpella Sarah, on ne capte rien dans le secteur. J'ai demandé aux autres invités, personne n'a de réseau.

— Eh bien pour une fois, les gens se passeront de leur téléphone. C'est un lieu mal couvert par les opérateurs téléphoniques.

— Ce n'est pas ce que m'a dit ta belle-mère.

— Ne l'écoute pas, elle n'y connait rien !

— Qui est cette fille qui discute avec Timothée ?

— Une de ses collaboratrices !

Sarah lança une accolade à Myriam :

— Elle a l'air canon. Tu devrais te méfier d'elle.

— Ne t'en fais pas pour ça, j'ai pris mes précautions.

— Que veux-tu dire ?

— Rien, je t'expliquerai. C'est ma charmante belle-mère qui l'a invitée.

— Tu dis ça d'une façon...

— De la façon dont je parle des gens que je n'apprécie pas. Ma belle-mère aurait certainement préféré voir cette collaboratrice au bras de Timothée ce matin devant le maire.

— Tu t'entends mieux avec ton beau-père ?

— Lui au moins, c'est un vrai gentleman.

 

Sarah but le reste de sa coupe :

— J'ai cru comprendre que ce n'était pas le père biologique de Timothée.

— En effet, sa garce de mère a vite trouvé un remplaçant après le décès de son premier mari.

— Ils ne sont pas mariés ?

— Non ! Cette vieille pingre refuse de partager la fortune héritée de son défunt mari.

Sarah se laissa choir sur une chaise.

— Dis donc, j'ai comme un gros coup de fatigue tout à coup. Et ce gâteau me reste un peu sur l'estomac.

— Tu n'aurais pas dû te resservir ma cocotte !

— Tu as raison, mais il était tellement bon. Ça ne me regarde pas, mais je suis surprise que tu n'aies invité aucun membre de ta famille.

— Nous verrons cela plus tard.

— Regarde ! J'ai l'impression que ton mari semble ne pas se sentir bien lui non plus. Il se masse le ventre et marche péniblement.

— Il a dû trop manger, lui aussi.

— Je rêve ou sa collaboratrice semble aussi être dérangée.

— Une véritable épidémie !

— Pourquoi ironises-tu ? Tu sais, ça me brûle vraiment dans l'estomac. Tu ne voudrais pas appeler un médecin, s'il te plait ?

La main en visière, Myriam observait la majorité des invités se tordre de douleur sur leurs chaises :

— Mon beau-père s'en charge apparemment. Il essaye de téléphoner, mais je crains qu'il ne puisse contacter personne.

De son côté, Sarah tentait de joindre, elle aussi, les secours en composant le 15. Elle commençait à paniquer :

— Pourquoi dis-tu cela ?

— C'est à cause des filtres que j'ai demandé à Bryan d'installer.

— Bryan ! Qui c'est celui-là ?

— Mon amant et mon complice !

Sarah éleva la voix :

— Je ne comprends rien à ce que tu dis. Il faut vraiment que tu appelles des secours, je ne me sens vraiment pas bien là !

— De toute façon, il est déjà trop tard ! Et tu devrais ranger ton smartphone. Les filtres que Bryan a installés empêchent quiconque d'appeler à l'extérieur. De plus, la propriété est suffisamment isolée pour que des secours arrivent forcément trop tard pour les plus atteints.

— Pourquoi trop tard ? Putain, ce que j'ai mal. Je t'en prie, fais quelque chose !

— Si tu savais à quel point j'ai eu mal au ventre moi aussi lorsque j'ai appris ta liaison avec Timothée. C'est la raison pour laquelle tu fais partie du lot des invités empoisonnés par le gâteau.

Sarah essaya avec peine de se lever de sa chaise sans y parvenir.

— C'est quoi ce délire ?

— Tous ceux qui ont mangé trop de gâteau vont mourir. Évidemment, il y aura aussi quelques dommages collatéraux. Je ne pouvais pas me contenter de n'empoisonner que mes ennemis sous peine d'être suspectée. Timothée, sa collaboratrice, ma belle-mère et toi mon amie, vous étiez les personnes à abattre. Tu comprends désormais pourquoi je ne désirais pas inviter ma propre famille. Bryan s'est occupé du gâteau bien avant qu'il ne soit servi dans vos assiettes. Lui aussi, en a mangé, mais sa part ne contenait que peu de poison. Tu saisis ? Une enquête aura certainement lieu, mais personne ne pourra prouver qui a fait le coup car c'est Timothée qui s'est occupé de toute la préparation de cette noce. Je n'ai plus qu'à jouer la veuve éplorée. Ah, je continue de parler, mais je devrais économiser ma salive car il me semble que tu es déjà morte.

 

Myriam retira le smartphone de la main de sa victime pour le remettre dans le sac à main en vérifiant si Sarah n'avait pas filmé leur dernière conversation. Non, la dernière vidéo datait du repas. Il n'y avait donc rien de compromettant. La jeune mariée se précipita ensuite vers les survivants en simulant son désespoir. De son côté, son amant Bryan désinstalla et dissimula les filtres réseau.

 

Deux heures plus tard, prévenus par Myriam, les secours et la police étaient sur les lieux. Tandis que le légiste faisait évacuer toutes les victimes décédées vers un laboratoire pour les examiner, les policiers questionnaient les survivants. Il fut vite établi que le gâteau était la cause unique de cette intoxication générale. L'inspecteur principal chargé de l'enquête soupçonnait tout le monde : le beau-père, le traiteur, la mariée et les invités. L'enquête semblait d'emblée difficile car tous avaient étés plus ou moins intoxiqués sauf la mariée et le beau-père. Aussi, c'est par ceux-ci que l'inspecteur choisit de débuter l'interrogatoire.

 

 S'enfermant dans une pièce avec Myriam, Il lui demanda pourquoi elle ne présentait aucun signe d'intoxication alimentaire.

— Je ne peux hélas manger aucune pâtisserie car je ne peux pas consommer de gluten. Vous pourrez vérifier auprès de mon médecin, je suis totalement allergique, se défendit-elle. Quant à mon beau-père, son diabète le limite fortement dans sa consommation de sucre, protesta encore la jeune veuve jouant son rôle de victime à la perfection.

— Je ne vous ai pas demandé de défendre votre beau-père. Je pense qu'il pourra lui-même m'expliquer pourquoi il a échappé à cet acte meurtrier.

— Meurtrier ? Mais rien ne prouve que ce soit le cas. Nous n'avons pas d'ennemi.

— Qu'en savez-vous ?

— Je n'en sais rien...je ne sais plus... Puis-je me retirer ? Je vous en prie, je suis au bord de la crise de nerfs. Vous comprenez...mon mari, ma belle-mère, ma meilleure amie...tous décédés. C'en est trop, je me sens perdue comme une petite fille au fond d'un trou.

— Je vous comprends. Excusez ma brutalité, mais les meilleures enquêtes se résolvent à chaud. Je vais vous laisser tranquille, du moins, pour le moment.

 

L'inspecteur interrogea le beau-père, les autres invités, puis, après une heure trente d'interrogatoire, il convoqua à nouveau la mariée seule tandis que Bryan était interrogé dans une autre pièce par un autre enquêteur. L'inspecteur avait le regard accusateur parce qu'il savait qu'il détenait la preuve irréfutable de la culpabilité de la mariée.

 

Il présenta à Myriam le sac à main de son amie :

— Vous reconnaissez ceci ?

— Oui, ce sac à main appartenait à Sarah, avoua-t-elle en feignant de pleurer.

L'inspecteur vida le contenu du sac sur la table et fit l'inventaire de ce qu'il contenait :

— Regardez ! lui dit-il en lui présentant le smartphone. Quel outil merveilleux que le téléphone mobile. On peut en outre téléphoner, communiquer à travers le monde, prendre des photos et filmer.

— Et alors ? s'étonna Myriam en écarquillant les yeux avec effroi.

— Vous avez oublié un détail, ma chère. Ce smartphone contient aussi un excellent outil, le dictaphone ! Malheureusement pour vous, votre amie a eu la présence d'esprit d'enregistrer votre dernière conversation avant de mourir...

3

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de VERONIK DAN
VERONIK DAN · il y a
Un vrai thriller. Super 👍
Ah la technologie....

Image de Michel Baudry Guitariste Écrivain
Michel Baudry Guitariste Écrivain · il y a
Merci pour votre commentaire, Véronik

Vous aimerez aussi !