21 lectures

4

Avant de retourner vers son astéroïde, le petit prince fit escale sur une minuscule planète, à peine plus petite que B612. Cette huitième planète était habitée par un drôle de monsieur. Il était grand, mince, vêtu d'un manteau bleu nuit où des petits points argentés étaient reliés les uns aux autres, formant de drôles de dessins. Un chapeau pointu protégeait ses cheveux gris et de petites lunettes en métal lui donnaient un air facétieux. L'homme avait de longs doigts fins, qui parcouraient des livres, des carnets remplis de mots et d'images, venant parfois se poser sur un drôle d'appareil aussi long que ses doigts, aussi fin que le manteau qu'il portait. Le curieux objet avait à son extrémité, un œil plus gros que l'autre. Le petit prince s'approcha du vieil homme, intrigué par ce drôle d'objet. Le vieil homme posa délicatement son crayon et son carnet ; il vînt à la rencontre du petit prince.

« Bonjour jeune aventurier, qu'est-ce qui t'intrigue donc tant ?
- C'est ce drôle d'objet. J'ai cru voir un monstre.
- Ah lui ! C'est un de mes précieux outils. C'est un télescope. Il me permet de voir les choses situées très loin de moi. Il m'aide aussi à... ». Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase que déjà le petit prince orienta le télescope vers B 612. Il y vit sa rose, sa petite maison, ses trois volcans. Souriant, il s'exclama « Voilà ma maison ! Oh, ma rose comme tu m'as manquée ! Mais pourquoi elle ne me répond pas ? Elle est morte ?
- Elle dort, ne t'en fait pas. » Il posa sa main chaude et réconfortante sur l'épaule du petit prince, le guidant avec le télescope, vers une autre direction. « Vois-tu, je ne suis pas un simple astrologue, je suis le gardien des rêves.
- Le gardien des rêves ?
- Oui. Je veille sur le sommeil des êtres vivants : les fleurs, les arbres, les animaux, les hommes.
- Les hommes ?
- Oui. Même si les adultes ont plus de difficultés que les enfants, tout le monde rêve. Certains en sont conscients, d'autres ont juste oublié qu'ils ne faisaient pas que dormir... Tiens, prends ce petit carnet et souffle dessus... ».

Le petit prince prit le carnet et s'exécuta. Il vit aussitôt des enfants jouer au ballon, des fillettes ramasser des fleurs et courir vers leur papa, un avion voler devant lui... Il eût un pincement au cœur et demeura muet.

« Que ce passe t-il mon enfant ? Tu sembles bien triste tout à coup.
- J'ai mal là, dit-il en désignant sa poitrine. Est-ce normal ?
- Mais oui, ne t'en fait pas. Cela arrive quand on pense à une personne chère à notre cœur, qui nous manque...

«Je ne savais pas que ce serait aussi douloureux d'avoir des amis» Pensa tout bas le petit prince.

- Tu sais, la vie est un cadeau, les amis en sont le plus précieux des trésors. Quand quelqu'un te manque, tu penses à lui. Et dans tes rêves, il arrive que tu te remémores des souvenirs, comme ceux que tu as soufflés.
- Qu'est ce que ça veut dire "remémorer "? demanda le petit prince.
- Cela veut dire "vivre à nouveau". Comme ton ami le renard qui se remémore tes visites devant sa tanière, ton ami l'aviateur se souvient de votre rencontre chaque soir avant de s'endormir. Il cherche par tous les moyens à avoir de tes nouvelles, mais il sait qu'un jour vous vous reverrez.
- Comment peux-tu être sûr de ce que tu dis ? Il vit sur Terre et moi sur un astéroïde !
- C'est une très bonne question » Acquiesça le vieil homme.

Il marqua une pause et reprit. « Je ne prétends pas tout savoir, mais je connais la plupart des rêves que font les hommes. Certains veulent le pouvoir ou l'argent, mais ton ami l'aviateur lui, ne rêve que d'une seule chose : pouvoir un jour voir ton astéroïde, ta rose et tes volcans. Il a le cœur si léger quand il pense à son ami le petit prince, qu'il pourrait s'envoler. En attendant ce jour, mon jeune ami retient ceci : ce sont les rêves qui donnent de l'espoir. Si tu crois suffisamment en ton rêve, si tu y crois si fort, alors tu pourras le réaliser. Certains rêves sont plus difficiles que d'autres à concrétiser, mais ta joie n'en sera plus belle que si tu te donnes tous les moyens pour y arriver ».


*nb : ce texte fait partit d'un panel envoyé du 02/01 au 28/02 à l'astronaute Thomas Pesquet pour le concours d'écriture autour de la huitième rencontre du petit prince sur une huitième planète. Le tout ne devait pas excéder 20 550 caractères (espace compris). Les résultats du concours ont été publié le 12/04 sur le site de la mission proxima où l'astronaute français a dévoilé ses deux coups de coeurs à l'international et à l'échelle de la France { Il m'a parru normal de vous indiquez ce contexte vis à vis de l'oeuvre que je vous présente qui ici est l'oeuvre originale et donc dépasse les critères de selection }
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Odile Duchamp Labbé
Odile Duchamp Labbé · il y a
sympa en effet
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Un texte sympathique...
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

7:53. L'heure de pointe. L'heure où tout le monde se dirige vers le travail, où tout le monde est entassé dans le métro, où tout le mode se presse et se bouscule pour sortir à la bonne station. ...

Du même thème