La folie du polo

il y a
1 min
245
lectures
28
Finaliste
Jury

Salut !! Moi je suis Céline The Angel. Je ne suis guère plus qu'une lycéenne, mais j'aime écrire et faire profiter mon entourage. Alors venez me lire, votez pour moi si vous le voulez et laissez  [+]

Nager... Encore nager... Toujours nager... Je suis dans une piscine, et autour de moi, des sirènes. Oui, des sirènes avec des bonnets. Elles dansent à mes côtés, elles m’observent et m’encouragent du regard. Leurs souffles s’accentuent sous l’effort de la nage, mais les mouvements continuent avec grâce. Le son de l’eau m’emplit les oreilles. Il paralyse mes pensées, et les rend indolores. Ce monde utopique où j’évolue, c’est le mien. C’est le leur.

Je sors de l’eau, les sirènes me suivent, me regardent. On parle technique et position.
L’arbitre sur le côté du bassin nous fixe d’un œil inquisiteur, un sifflet entre les lèvres. Au coup de ce dernier, les regards du public se tournent vers le ballon que l’arbitre tient dans ses mains et vers les buts à chaque extrémité du terrain. Une tension emplit l’atmosphère. Ce pour quoi nous sommes là, va commencer. Un sport merveilleux : le water-polo.

Toutes les filles se mettent à l’eau. Quel bonheur de retrouver ces visages familiers à mes côtés. Des filles qui ont su comprendre ma passion pour le water-polo et m’ont accompagnées jusqu’au championnat du monde. Ensemble nous avons traversé bien des périls, et plus encore ! A chaque compétition nous avions la prétention de croire à notre victoire. Grâce à cette prétention, nous sommes arrivées jusque-là.

Un sifflement me tire soudain de ma rêverie. Le match commence. Autour de moi, je vois de nouveau des sirènes se mouvant dans l’eau avec agilité. Des lueurs farouches se sont allumées dans leurs yeux. Je le sais, coûte que coûte, nous arracherons la victoire. Une coéquipière attrape la balle et me l’envoie d’une passe parfaite. Me fiant à la force de mon corps, j’avance vers le but adverse tandis qu’un requin fond sur moi.

La balle pénètre dans le but entre les bras écartés du gardien. Un à zéro !! C’est nous qui menons ! Les filles continuent leurs danses harmonieuses entre les défenseurs.

Je suis devant le but adverse une amie face à moi. Nos passes sont rapides, aucun joueur ne nous suit. Soudain, mon bras s’abat telle une malédiction. La balle est dans le but. Personne n’a rien vu passer. Les spectateurs hurlent leur allégresse. Le match est fini, nous avons ce que nous voulions : la victoire. Bientôt, les médailles sont autour de notre cou, et nous posons, pour une séance photos. Après tout, nous sommes championnes du monde !

28
28

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Hélène
Hélène · il y a
Sympa ton texte, très bien ecrit. :-)
Image de Gaetan Dupuich
Gaetan Dupuich · il y a
J'adore ton texte ma poulette;)
Image de Lamiouche
Lamiouche · il y a
Exelent <3