La fille qui court après les couleurs

il y a
15 min
1 026
lectures
23
Qualifié

J'écris pour oublier la tristesse, car les larmes sont plus jolies quand elles ont la couleur de l'encre...

Image de Grand Prix - Automne 2021
Image de Nouvelles

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

1) Les couleurs de la vie.

Il était une fois un royaume, non pas magique, mais aussi coloré qu'heureux. Les habitants de cette contrée merveilleuse étaient répartis en six régions, chacune portant le nom d'une des couleurs qui rythmaient le ciel de ce fabuleux endroit.
On y trouvait d'abord le pays Rouge, avec sa population passionnée et déterminée, qui mettait du cœur dans tout ce qu'elle entreprenait. Amateurs de bons vins et de bonne chère, les membres de cette communauté préféraient être dans le rouge, plutôt que de se voir reconnus comme étant la lanterne rouge de l'hospitalité. Mais attention, leur convivialité avait quand même ses limites et ils voyaient très vite rouge, si vous franchissez la ligne rouge de l'amabilité !
Dans la région Orange, les habitants étaient aussi gais et énergiques que survitaminés. Loin d'être mécaniques dans leurs façons de s'adresser à vous, ils ne vous pressaient jamais d'avoir une peau d'orange pour accepter de vous mettre au jus. Ils se plaisaient également à penser que la Terre était bleue comme une orange, mais détestaient entendre que l'orange était le nouveau noir.
Dans la contrée Jaune, même si l'on riait souvent jaune de ses mésaventures amoureuses, on savait tolérer quelques écarts de votre part, tant que vous ne franchissez pas la ligne jaune. Que vous soyez plutôt maillot ou gilet, vous ne pouviez en tout cas pas rester longtemps insensible aux cœurs en or des habitants de ce chaleureux coin ensoleillé.
Le pays Vert était quant à lui le lieu de villégiature idéal pour se mettre au vert, surtout si vous en aviez vu des vertes et des pas mûres. Que vous arriviez vert de peur ou de rage, les résidents de ce petit paradis donnaient toujours le feu vert à votre installation. Ils espéraient juste que vous ayez un minimum la main verte pour les aider à entretenir leur merveilleux jardin et ne devenaient jamais verts de jalousie, si vous les surpassiez dans leur passion de la nature.
Les citoyens du canton Bleu étaient quant à eux connus pour leur côté fleur bleue. Que vous ayez des bleus à l'âme ou au cœur, ils savaient les faire guérir grâce à la beauté de l'or bleu. Véritables cordons bleus, ils avaient tous une peur bleue de se manquer sur la cuisson d'une viande. Dans tous les cas, cols bleus et nés de sang bleu recevaient tous le même accueil débordant d'espoir.
Enfin, on trouvait les ressortissants de la province du Violet. Même s'ils étaient tous très choux, faire feu violet avec eux ne les impressionnait nullement. Ils haïssaient les contes violets et étaient prêts à vous assommer si vous tentiez de les mystifier. Ils n'en restaient pas moins doux et rêveurs, toujours prêts à s'extasier devant un majestueux volcan violet ou un plus humble bouquet de violettes.
Pour raconter ce royaume polychrome, on aurait pu écrire encore plus de pages d'une poésie toujours plus colorée, mais pour faire simple, on dira que c'était dans la diversité de ses teintes que ses habitants avaient su construire la palette de leur bonheur arc-en-ciel.

2) Une malédiction en noir et blanc.

Enfin, cela était vrai il y a encore quelques décennies, car depuis un vrai drame avait frappé le royaume ! Lassées de voir autant de joie chamarrée s'étaler sous leurs yeux monochromes, les fées Blanche et Noire avaient en effet jeté une terrible malédiction sur l'ensemble de cette contrée ! Par un mauvais sort de leur cru, elles avaient banni les couleurs de tout le pays et n'y avaient laissé que le noir et le blanc.
Depuis, les habitants broyaient du noir et enchainaient les nuits blanches. Pour motiver les plus vaillants à trouver une solution, le roi avait alors écrit noir sur blanc qu'il céderait sa couronne à celui qui trouverait la solution pour contenir cette marée noire de tristesse, mais tous ceux qui avaient essayé d'apporter leur contribution avaient fait chou blanc. C'était donc blanc comme un linge, mais non sans humour noir, que le monarque avait fini par abdiquer, en déclarant qu'après avoir mangé son pain blanc pendant la durée de son règne, ses sujets devraient dorénavant se mettre à travailler au noir.
La situation dura ainsi encore et encore, jusqu'à ce qu'Ella, une jeune orpheline en vint à fêter ses dix ans. Invisible aux yeux de beaucoup, elle était souvent jugée bien terne par les autres. Pourtant, ses prises de parole ne manquaient jamais d'éclats. Dès qu'elle ouvrait la bouche, une farandole d'émotions étreignait le cœur de ceux qui l'écoutaient, sans que personne ne puisse dire comme l'enfant blafarde procédait pour toujours susciter un intérêt aussi vif autour d'elle.
Le jour de son anniversaire, Ella déclara que pour elle, cette situation manquait singulièrement de transparence ! Pourquoi personne n'avait-il jamais pensé à aller négocier le retour des couleurs avec les fées Blanche et Noire ? Elle avait beau y réfléchir, cela restait vraiment assurément opaque ! Pour remédier à la situation, elle se proposa pour aller rencontrer les deux magiciennes afin de marchander le retour d'une vie nuancée et chatoyante, pimentée d'une pincée de pigments et d'un soupçon de couleurs.
Le lendemain, elle avait mis son projet à exécution. Les semaines étaient passées et malgré l'espérance qu'elle avait su faire naître, Ella sembla ne jamais devoir revenir. Ce n'est finalement que dix ans plus tard qu'elle finit par réapparaître, porteuse de nouvelles teintes que l'on ne lui avait jamais connues.
Pressée de s'exprimer par tous les habitants, elle avait commencé à raconter le périple qui l'avait conduite à la rescousse des couleurs oubliées en expliquant qu'avec les années qui s'étaient envolées depuis leur coup d'éclat monochromique, les fées Blanche et Noire s'étaient montrées plutôt conciliantes, lorsqu'elle les avait enfin rencontrées. Toutes les trois, elles avaient alors conclu un accord : Blanche et Noire accepteraient de faire revenir toutes les couleurs, si de son côté Ella réussissait à rapporter six objets qui avaient su garder leur teinte, malgré la malédiction.

3) Une rose amoureuse.

D'abord perplexe, Ella s'était élancée à travers tout le pays, en posant des questions à tous ceux que le hasard avait mis sur sa route. Avaient-ils vu un objet encore coloré ? Restait-il un quelque chose d'une teinte autre que noir ou blanc ? Pendant très longtemps, elle n'obtint que des réponses négatives ou au mieux, quelques paroles l'incitant à aller consulter au plus vite, tant elle passait pour folle à chercher l'impossible.
Cependant, Ella finit par arriver dans un petit village, où plusieurs passants lui parlèrent du vieil homme amoureux. Il logeait près de l'église, dans une maison recouverte de roses, toutes devenues noires depuis le sort. À ce qui se disait, il avait néanmoins réussi à garder une rose fuchsia magnifique. Pour être honnête, personne n'avait jamais vu la fameuse fleur, mais cela valait sûrement le coup d'aller vérifier.
Ella rencontra l'homme âgé alors qu'il revenait d'une de ses visites quotidiennes au cimetière, où il allait pour se recueillir sur la tombe de sa défunte épouse. Il n'avait pas de mot assez fort pour décrire la beauté de celle qu'il avait adorée, pendant tant de temps. Par contre, il expliquait très bien à quel point il la chérissait toujours, bien qu'elle ne soit plus de ce monde.
C'était d'ailleurs pour cela qu'il avait reçu cette fameuse rose fuchsia. Un jour, alors qu'il revenait particulièrement attristé de sa visite à sa bien-aimée, une fée l'attendait devant sa porte avec la sublime fleur. Elle souhaitait le récompenser de sa fidélité en amour et lui assura que la rose qu'elle voulait lui offrir ne perdrait jamais de sa couleur, tant qu'il continuerait à aimer aussi tendrement. Le vieil homme avait alors juré de ne jamais céder à l'oubli et chaque matin, depuis cette rencontre féerique, il vérifiait que sa précieuse fleur avait également tenu sa promesse chromatique.
Subitement, alors qu'il ne l'avait jamais laissé voir à quiconque, il proposa à Ella non de la lui montrer, mais bien de la lui donner. D'abord surprise, la jeune fille accepta, mais ne put s'empêcher de lui demander la raison qui le poussait à lui abandonner aussi facilement ce qu'il avait de plus cher à son cœur.
Il sourit et expliqua qu'il agissait par peur de se faire disputer par sa femme. Quand il finirait par la retrouver au ciel, il n'aimerait pas qu'elle puisse lui reprocher de ne pas avoir aidé la jeune fille qui court après les couleurs, alors que son épouse adorait vraiment toute la variété des teintes qui faisaient l'univers. En acceptant de se séparer de sa magnifique fleur, il apportait juste sa modeste contribution à la mission de recolorer le monde, que s'était fixé Ella.

4) Du chocolat.

Elle le remercia et reprit rapidement la route, car il lui fallait encore cinq autres teintes pour relever le défi des fées. Elle continua ses recherches à travers les différentes contrées et finit par arriver dans une ville assez grande, mais quasiment déserte. Au bout d'une fastidieuse enquête dans les rues de cette cité, elle retrouva enfin tous les habitants, alignés en file indienne, devant une minuscule échoppe.
Que faisaient-ils tous là ? Qu'espéraient-ils donc acheter dans ce magasin à la devanture assez vieillotte, qui ne payait à priori pas de mine aux premiers abords ? Elle interrogea cent personnes et toutes lui donnèrent la même réponse : ils étaient là pour acquérir quelques carrés de chocolat. C'était vraiment étrange ! Se pouvait-il que par simple gourmandise, tous les résidents d'une ville cessent leur activité pour se précipiter à la chocolaterie ? Et bien oui, cela était finalement tout à fait envisageable quand ce fameux chocolat avait gardé sa belle couleur marron, en plus de son goût excellent !
Ella se décida à frapper à la porte de la boutique et constata, surprise, que c'était un enfant de son âge qui produisait l'objet de toutes les convoitises. Le jeune chocolatier l'écouta avec grand intérêt, et se montra aussitôt volontaire pour l'aider. Lui aussi rêvait d'autre chose qu'un monde en noir et blanc, même s'il avait toujours eu la chance de pouvoir y ajouter des reflets chocolatés.
Il expliqua alors que le secret de ses gourmandises ne résidait pas dans son processus de fabrication, mais venait plutôt de l'arbre sur lequel il récoltait les fèves de cacao. C'était un cacaotier vraiment très particulier, que son grand-père avait ramené d'un voyage lointain, bien au-delà des frontières du royaume. Il lui avait raconté l'avoir trouvé dans un pays très surprenant, qui s'appelait « le monde réel ». Quoiqu'il en soit, Ella pouvait sans problème aller dans le jardin, pour cueillir de belles fèves marrons de l'arbre, qui n'avait pas cédé ses teintes au mauvais sort. Il faudrait juste qu'elle pense à vite se sauver une fois qu'elle aurait terminé, car les habitants du coin risquaient de s'énerver en voyant une inconnue partir avec ce qu'ils considéraient maintenant comme le trésor de la ville. Ella s'exécuta et effectivement, la réaction des gens fut pour le moins épidermique. C'est donc en quatrième vitesse qu'Ella quitta ce drôle d'endroit, tout heureuse qu'elle était d'avoir déjà trouvé deux des six couleurs, qu'on avait exigées d'elle.

5) Les sœurs précieuses.

Les deux couleurs suivantes se présentèrent d'elles-mêmes à notre jeune aventurière, sous les traits de deux sœurs jumelles qui subissaient quotidiennement le sortilège qu'une sorcière leur avait jeté pour se venger, car elles avaient essayé de l'escroquer. Depuis lors, l'une et l'autre ne pouvaient plus rien effleurer, sans que cela se transformât aussitôt en argent pour la première et en or, pour la deuxième.
Les deux filles avouèrent qu'au tout début, elles avaient trouvé que c'était plutôt une bonne chose, car elles avaient littéralement une vraie fortune au bout des doigts. Ce n'est qu'au bout d'un certain temps qu'elles avaient fini par comprendre ce qu'il en était véritablement. Quand après être tombées chacune amoureuses, elles avaient réalisé qu'il leur était impossible de toucher leur moitié sans risquer de le changer immédiatement en statue de métal. Elles avaient quitté leur village et vivaient désormais recluses pour éviter de blesser qui que ce soit.
Ella eut de la peine pour elles. Leur histoire était triste et la punition assurément disproportionnée. De toute évidence, elles avaient admis leur erreur et en avaient tiré la leçon : il n'y avait donc plus aucun intérêt de poursuivre leur châtiment ! Alors qu'elle continuait à pester contre la magicienne, elle fut interrompue par ces deux sœurs, qui la recadrèrent sur l'essentiel. Si elles étaient venues, ce n'était pas pour se faire plaindre, mais pour aider la fille qui court après les couleurs. Elles avaient accepté leur sort depuis longtemps et étaient juste contentes de pouvoir contribuer à rendre le monde de nouveau chamarré.
Aussitôt, la première des deux ramassa un caillou. Celui-ci s'agrémenta immédiatement d'une teinte argentée scintillante. La deuxième lui emboîta le pas et transforma une autre pierre en un morceau doré. Ella collecta les deux roches et les remercia chaleureusement. Au moment où elle allait se remettre en marche, une voix rauque sortie de nulle part l'interpella en affirmant pouvoir la seconder pour sa cinquième couleur.
Ella vit alors une femme apparaître au bord de la route, qui lui demanda de patienter quelques instants, afin qu'elle puisse libérer les deux sœurs de leur sort. La nouvelle venue s'adressa ensuite à ces dernières en les félicitant : en aidant Ella sans exiger de contrepartie, elles s'étaient montrées désintéressées et soucieuses des autres. Il était temps que la malédiction soit levée et qu'elles puissent renouer des liens ceux qu'elles aimaient.
D'abord perplexes, les deux sœurs finirent par exploser de joie. Quand la femme retira son immense capuche, elles reconnurent en effet immédiatement la sorcière à l'origine de leur misère : c'était donc vrai, elles étaient libérées !

6) Les dragons indigo.

La magicienne les salua et se concentra sur Ella, à qui elle expliqua tout juste revenir d'une récolte assez particulière. En effet, durant les dernières heures, elle avait ramassé des morceaux de coquilles des bébés de la dragonne, qui vivait dans une grotte au confluent des rivières voisines. Elle était prête à en céder un à Ella, si elle promettait de légaliser l'utilisation de la sorcellerie, une fois qu'elle serait au pouvoir.
Ella esquissa un sourire gêné : elle n'avait rien compris ! La magicienne détailla davantage. Elle débuta en parlant du morceau de coquille. Tous les représentants de cette espèce ayant la peau couleur indigo, il en allait de même pour l'enveloppe qui les avait vus naître. La sorcière expliqua ensuite à Ella que les dragons étaient bien plus puissants que les fées, sur l'échelle des pouvoirs magiques. Il n'était donc absolument pas surprenant que le sortilège de Blanche et de Noire se soit révélé totalement inopérant sur eux et donc qu'ils continuent à arborer leur pigmentation si rare.
Les yeux d'Ella s'illuminèrent : elle touchait du doigt sa cinquième couleur ! Restant néanmoins prudente, Ella demanda ce qu'elle devrait faire en échange d'un cadeau aussi fantastique. L'enchanteresse se répéta : elle devait simplement promettre de légaliser le statut de sorcière, quand elle serait couronnée reine.
Une discussion animée commença alors, durant laquelle Ella expliqua ne pas pouvoir s'engager sur une telle chose, car elle n'était et ne serait jamais la souveraine. La sorcière éclata de rire et l'assura du contraire. En rapportant les couleurs dans le royaume, c'était évident que le peuple ne voudrait qu'elle pour souveraine ! Néanmoins soucieuse de parvenir à un accord, elle proposa à l'adolescente de lui céder la coquille, si elle promettait de plaider pour la dépénalisation des pratiques magiques auprès du futur dirigeant, au cas où cela ne serait finalement pas elle. Ella accepta. L'accord fut conclu et elle put reprendre le chemin avec la couleur indigo, dans son sac.
Le rose fuchsia, le marron chocolat, l'or, l'argent et l'indigo : il ne manquait plus qu'une teinte à la jeune intrépide pour relever le défi des fées. Confiante, elle continua à parcourir le royaume en long et en large pour dénicher l'ultime trésor. Malgré toute sa bonne volonté, il arriva un jour où son voyage s'acheva : elle était parvenue aux extrémités de la contrée et était toujours en possession d'une collection qui ne comptait que cinq coloris.

7) Une rencontre sous-terraine.

C'est à ce moment précis, quasiment dix ans après le début de sa quête, qu'Ella fut prise d'un doute terrible. Et si après tout cette sixième couleur n'existait pas ? Elle était partie enfant et, depuis, était devenue adulte : n'avait-elle pas gâché de belles années à pourchasser une chimère ? Comme un écho à son vague à l'âme, il commença brusquement à pleuvoir très fortement. Le déluge se montra extrême et si soudain qu'elle n'eut d'autre solution que de courir le long du chemin escarpé qui l'avait mené jusqu'à là, pour aller se mettre à l'abri.
Par fatigue ou par désespoir, Ella ne vit pas l'énorme trou qui s'était formé au bord de la chaussée. Elle glissa à l'intérieur, à cause du sol humide. Lasse, elle n'essaya même pas d'en ressortir et s'endormit. À son réveil, le temps était de nouveau clément. Elle pouvait désormais tenter de remonter à la surface. Ella commença à s'agripper aux plus gros des cailloux, qui recouvraient les parois de la cavité. Elle arriva à escalader un mètre, puis deux, mais finit par retomber. Elle ressaya à plusieurs reprises, sans rencontrer plus de succès.
C'est là qu'une voix aussi aiguë que peu audible lui demanda ce qu'elle espérait prouver en s'entêtant à vouloir regagner la surface de la sorte, alors qu'il serait beaucoup plus facile de passer par les tunnels. Ella mit un long moment à analyser la situation et à comprendre que c'était une souris, répondant au prénom de Ratine qui lui parlait. Il lui fallut encore quelques minutes pour se convaincre qu'elle ne rêvait pas, mais finalement, sa nouvelle camarade de voyage sut la persuader qu'elle était bien en train de discuter avec une souris qui parle
Celle-ci lui expliqua que suite au déluge qui était tombé la veille, la route s'était enfoncée et qu'en y glissant, elle était arrivée dans le monde du dessous, peuplé de toutes les espèces que l'ancien roi avait chassées de la surface en les traitant de nuisibles. Très vite, Ella remarqua que tout y était très coloré. Assurément, la malédiction n'avait pas trouvé son chemin jusqu'au sous-sol. Ratine, un brin désabusée, déclara qu'il n'y avait rien de surprenant à cela, car en plus de les bannir, l'ancien souverain s'était donné beaucoup de mal pour que les habitants de ce niveau soient oubliés par ceux d'en haut. Les deux fées n'avaient donc pas épargné cet endroit volontairement, mais plus simplement, car elles en ignoraient l'existence.
Ella suivit Ratine sur les sentiers de ce monde dont elle ne savait rien, hier encore. Émerveillée, elle découvrit un endroit qui, bien qu'il fût souterrain, n'en regorgeait pas moins de teintes aussi chatoyantes qu'enivrantes. Quand elle eut visité l'essentiel, c'est Ratine qui aborda le sujet de la sixième couleur, en lui demandant si elle comptait toujours lever le mauvais sort qui rendait la surface monochrome. Ella confirma d'un signe de tête. La souris lui tendit alors une petite boîte qui contenait un morceau de parchemin beige clair, puis expliqua que ce minuscule bout de papier était le décret officiel, signé de la main de l'ancien roi, qui interdisait à toutes les souris de remonter. Ella la remercia et promit de revenir, une fois que la situation serait redevenue colorée dans son monde, puis elle remonta en suivant les conseils de sa nouvelle amie à quatre pattes.

8) La couleur des sentiments.

À peine remontée, elle s'était dépêchée pour rentrer chez elle et était donc désormais la porteuse d'une rose fuchsia, de belles fèves de cacao marron, de deux pierres métallisées, d'un morceau de coquille indigo et d'un parchemin beige clair. Acclamée par la foule qui venait d'écouter le récit de ses mémorables aventures, elle ne remarqua l'apparition des fées Blanche et Noire que lorsqu'un silence de plomb s'abattit autour d'elle.
Les deux magiciennes prirent le temps d'admirer les six coloris très rares qu'elle avait rapportés de son voyage, puis déclarèrent qu'un accord étant un accord, le rouge, l'orange, le jaune, le vert, le bleu et le violet seraient de retour dans tout le royaume à la seconde où Ella le déciderait : il lui suffirait de claquer des doigts. Alors que la foule était en liesse, convaincue qu'Ella allait promptement s'exécuter, il ne se passa rien ! Elle resta figée.
L'incompréhension et la frustration remplacèrent l'excitation que la jeune fille qui court après les couleurs avait su susciter ! Pourquoi faire languir tout le monde de la sorte ? Pourquoi refuser de terminer ce qui l'avait poussé à partir dix ans plus tôt ? Ella finit par expliquer qu'elle avait peur de l'après. Qu'allait-il arriver quand elle aurait claqué des doigts et rendu au royaume sa polychromie ? Les souris seraient-elles encore obligées de vivre sous terre ? Les sorcières seraient-elles toujours interdites de séjour ? Alors que toute la population était unie aujourd'hui, qu'en serait-il demain quand chacun aurait retrouvé sa couleur ?
Un silence gêné s'installa, jusqu'à ce que Rémy, un jeune homme de l'âge d'Ella, prenne la parole pour crier qu'au royaume des couleurs, les aveugles sont rois ! Devant l'incompréhension qu'il avait provoquée, il détailla son idée en expliquant qu'étant lui-même aveugle de naissance, il lui était impossible de juger quelqu'un sur son apparence, mais que surtout, rien n'allait changer pour lui que les couleurs reviennent ou pas. Trouver un roi non-voyant lui paraissait donc la solution la plus maline pour répondre aux questions soulevées par Ella, car étant incapable de voir l'aspect de ses sujets, il ne pourrait se baser que sur la couleur de leurs sentiments pour s'en faire une idée.
Une ovation termina son exposé, suivie d'une seconde quand Ella, rassurée par ce qu'elle venait d'entendre, claqua des doigts.
La vie reprit peu à peu ses droits au royaume, qui accueillait désormais tous ceux qui souhaitaient y vivre, sans aucune forme de jugement. Pour veiller à cette belle harmonie de couleurs et de vies, un roi et une reine furent plébiscités : lui était aveugle, elle était intrépide et ensemble, ils étaient très amis et bienveillants avec tout le monde.
23

Un petit mot pour l'auteur ? 19 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Oriel
Oriel · il y a
Un conte coloré qui nous emmène dans son sillage
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un voyage haut en couleurs.
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Des mots très colorés, une très beau récit ! Mon vote.
Image de Aëlle GUTBUB
Aëlle GUTBUB · il y a
Une histoire absolument géniale ! J'aime beaucoup les jeux de mots colorés du début, il y a beaucoup de belles trouvailles. La suite de l'histoire montre des idées originales, et la conclusion est également belle : un appel à voir le monde au-delà des apparences, et à accepter ceux qui sont différents.
Image de Armelle Fakirian
Armelle Fakirian · il y a
Une superbe histoire dont les couleurs pénètrent nos cœurs. Merci
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
C'est beau .. vraiment !
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Très belle histoire. Si seulement notre monde pouvait s en inspirer
Image de Anne K.G
Anne K.G · il y a
Merci🤗
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
magnifique conte magique dans un maelstrom de couleurs et une intrigue philosopho-poétique de haute volée!!
tu devrais l'envoyer en conte pour ado 11 14 ans, l'éditeur en cherche -je vais le faire- avec contrat à l'appui, bonne chance!

Image de Anne K.G
Anne K.G · il y a
C'est vraiment gentil 😇
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
C'est une jolie mission que de recolorer le monde...
Image de Anne K.G
Anne K.G · il y a
Vaste tâche 😋
Image de Gali Nette
Gali Nette · il y a
Les couleurs hissées, haut !
Image de Anne K.G
Anne K.G · il y a
Il me manque le fameux trois mâts.
Image de Gali Nette
Gali Nette · il y a
Bon vent quand même pour le GP :)

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Le Roi Loup

Eléa Noria

Le Royaume dépérit. Cela fait maintenant de nombreuses années que l'air s'est raréfié, que les fleurs se sont fanées, et que l'eau s'est tarie. Depuis que le roi Loup est parti, la nature, le ... [+]