La danse pourpre de l'automne

il y a
2 min
1 362
lectures
43
Qualifié

• Être au monde pour saisir le beau, pour saisir l'instant. • Objectif(s) du prochain texte : viser plus de simplicité !

Image de Grand Prix - Automne 2021
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Hier, nous étions au premier jour de l'automne. Les soirs d'été chantants ont déserté. Seuls sont restés le silence de l'aube, les couleurs flamboyantes du soleil couchant accrochées aux feuilles et la lumière d'or qui illumine toute chose dès lors qu'elle s'y pose.

Hilda, une tasse de chocolat chaud à la main, songe à sa vallée. Sous ses paupières se dessinent sans peine son petit chalet, la rivière qui serpente entre les bosquets et les courbes des montagnes qui s'échouent en douceur au fond du vallon. C'est là-bas qu'elle devrait être ! C'est à ce monde oublié qu'elle appartient.

C'est pourtant la rumeur de la ville qui lui parvient. Au lieu de pinède, c'est une forêt de béton qui l'entoure. Et le béton ne se laisse pas séduire par la danse pourpre de l'automne.

Émergeant de sa rêverie, Hilda se lève, dépose sa tasse vide dans l'évier et enfile son manteau. Quelques secondes plus tard, la voici happée par le brouhaha et l'anonymat inhérents aux grandes villes. Elle ne remarque ni les jardinières en fleurs ni le soleil qui s'adosse au mur des buildings. Rien ne fait sourire son cœur. Aujourd'hui, Hilda est bougonne, triste et renfrognée. Elle n'a pas envie de faire semblant d'aller bien, ni même l'énergie pour.

Il ne lui faut que quelques minutes pour rejoindre l'hôpital Nord. Un bâtiment froid et austère que même la gentillesse des soignants ne parvient pas à réchauffer.

Toujours maussade, ses pas la mènent machinalement au pôle de Néphrologie où se trouve le service de dialyse aiguë. À partir de là, c'est le train-train habituel : échanges banals, mais courtois avec les infirmières, pesée matinale, prise des constantes, désinfection du cathéter, branchement de l'appareil et lancement du dialysât. Hilda, comme à l'accoutumée, suit des yeux la course effrénée de son sang qui, remontant la tubulure, s'infiltre dans la machine afin d'y être purifié – fonction vitale que ses reins ne sont plus en mesure d'assumer. Presque aussitôt, le voici surgissant dans un second tuyau, prêt à reprendre le chemin de son cœur palpitant.

À la vue de ce spectacle mille fois contemplé, la jeune femme sent une vague de reconnaissance inonder son corps. Une vague si puissante, si vivace, si intense qu'elle s'en trouve déstabilisée.
Pourtant, sa situation n'a guère changé : loin de la douceur que représente à ses yeux la vallée tant choyée, la maladie rythme toujours ses journées dans une ville qui lui est hostile.
C'est également toujours avec mélancolie qu'elle se souvient des bois giboyeux, des nuits étoilées et de la rosée matinale qui l'attendent à des lieux de là.

Seulement, elle est en vie et elle en a conscience. Une vie imparfaite, mais vraie, vibrante dans les épreuves comme dans la félicité. Une promesse d'avenir qui donne toute sa valeur et toute sa lumière à des expériences sombres, douloureuses, mais nécessaires.

Hilda est venue ici pour guérir. Elle retournera là-bas pour vivre.

« Quant à ma grande maladie, ne lui dois-je pas infiniment plus qu'à la santé ? » Karen Blixen, 1885-1962
43

Un petit mot pour l'auteur ? 54 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
"La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie."
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Quel parcours du combattant que ces séances de dialyse ! De quelle maladie était donc atteinte Karen Blixen ?
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Le difficile parcours des malades.
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Une jolie danse pourpre, chargée d'émotion. Quand nos vies tiennent à un fil, à un cathéter...parce que la vie est ailleurs.
Et aussi un joli choix de titre.

Image de Norsk Fra Norge
Norsk Fra Norge · il y a
Très touchant et très bien écrit ! Le texte gagne en ampleur au fil des paragraphes.
Image de Cyrille Conte
Cyrille Conte · il y a
Il émane beaucoup de poésie de ce récit. On sent bien les contrastes entre la ville, l'hôpital la maladie et la nature, le vivant, les souvenirs. Un texte gorgé d'espoir et très bien écrit.
Si vous le souhaitez je vous convie à une lecture: Le tableau (Cyrille Conte)

Image de Frédéric Faurite
Frédéric Faurite · il y a
Une forme d'épopée moderne que connaissent beaucoup de personnes âgées pour retrouver la santé : quitter son chez soi préservé pour l'agitation urbaine et l'univers froid et aseptisé d'un hôpital tout en cherchant à revenir. Très beau texte, particulièrement les descriptions de cette vallée naturelle et isolée !
Image de Florence Guillanne
Florence Guillanne · il y a
C'est très court, mais il y a beaucoup d'espoir qui se dégage de ces quelques mots. J'ai bien aimé lire ces descriptions d'un automne en campagne, si chaleureux et magnifique. Et le contraste désolant avec le paysage de la ville. L'histoire de cette Hilda est très touchante, bravo.
Image de Émilie Bressler
Émilie Bressler · il y a
Merci beaucoup Florence ☺️ En effet, j'ai voulu quelque chose de plus court car j'ai tendance à m'emporter facilement 😂
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Texte touchant porté par une belle plume...
Image de Émilie Bressler
Émilie Bressler · il y a
Merci Alice 👐🏼
Image de Flor Ever
Flor Ever · il y a
C'est agréable à lire, mais j'aimerai y avoir plus de profondeur, connaître mieux Hilda, où, c'est comment avec qui...
Image de Émilie Bressler
Émilie Bressler · il y a
Merci beaucoup 😄 Je n'ai pas ressenti le besoin de mettre tant d'informations si concrètes car j'aime l'idée que l'on puisse s'identifier, et aussi parce que c'est en grande partie tiré de mon propre vécu ! D'ailleurs petite anecdote fabuleuse, entre l'évaluation du comité, l'acceptation pour le concours et l'attente de publication, le texte a été mis sur Short-Édition le jour-même de ma greffe rénale ! C'est juste incroyable 🤗
Quoi qu'il en soit, je ferai peut-être un autre texte sur sa vie dans la vallée ? Vous m'avez donné une bonne idée 🙏🏼

Vous aimerez aussi !