La cruauté alimentaire !

il y a
1 min
54
lectures
8
En ce moment, j'apprends à me faire détester. Vous pensez que c'est difficile ? Non, non, non, et je me donne même pas la peine d'être méchant. Si au moins j'avais besoin de me cacher.... même pas !
Vous allez voir, promis, dans deux minutes certaines vont me détester ! C'est simple, je pratique la « cruauté alimentaire ». La quoi ? La « cruauté alimentaire » : rien de plus simple, en toute innocence, comme ça, l'air de rien j'arrive avec un énorme paquet d'oursons en chocolat. Oui madame, ceux avec de la guimauve à l'intérieur. Et oui, c'est odieux, je sais. Ça glisse sous la langue et les filles, elles craquent. C'est comme du velours, un pur bonheur !

Oublié les carottes râpées et les régimes secs. Le déclencheur de salive s'active et le nounours agonise entre vos lèvres gourmandes. J'adooooore ! Le petit plaisir qui vous attrape la bouche et là je pratique la « cruauté alimentaire » avec délectation.

Pas de répit pour les calories parce que les femmes sont d'incorrigibles gourmandes. C'est trop bon quand elles tombent dans le paquet. Tous les régimes de la terre me détestent et j'aime ça. Je suis un terroriste alimentaire qui dégoupille son petit ourson. Avec ça, je débauche le corps féminin et ses complexes. Le gros, le fat, l'obèse ne sont plus une obsession le temps de faire succomber l'animal. Oui mesdames, j'aime le cri du nounours qui rigole dans la bouche.

Libérez la gourmandise, libérez la gourmandise ! Yessss !

Et oui, en direct du ring, la cloche vient de sonner. Régime de Papier glacé battu au premier round par Mini-ourson, mais Papier glacé dégaine Mini-carotte sous-vide.... Petit ourson résiste, appelle ses potes acidulés à la rescousse et la date limite de fraîcheur sort de la mêlée. Et oui, Mini-carottes a dépassé la date limite de conso. Dommage s'exclame Taillefine, un si joli combat pour Crème Fouettée. C'est la victoire pour Mini-ourson, vainqueur par abandon.

Ne soyez pas triste mesdames, on l'aime votre petit pêcher de gourmandise. Une fois admis, vous n'aurez plus rien à craindre de moi. Adieu « cruauté alimentaire », adieu « tentation acidulée » et souvenirs d'enfance, le nez collé à la vitrine des boulangeries. Ah, c'est tellement bon de saliver !
J'aime bien quand nos petites femmes elles mangent et qu'après, elles enfilent leurs baskets. Ça m'éclate ! Elles ne sont pas en sucre nos petites femmes. C'est pas du mou, c'est du souple avec label d'égalité en mode tendresse. Et puis jamais on les mangerait avec autant de plaisir vos mini-carottes si vous n'étiez pas là.

C'est dit ! J'aime bien la « cruauté alimentaire », mais pas tous les jours !
8
8

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sylvie Bédéo
Sylvie Bédéo · il y a
Moi aussi j'en ai été victime.... avec grand plaisir!! :-). Alors j'ai voté!
Image de James
James · il y a
merci beaucoup, en vrai j'adore la cruauté alimentaire....expérience vécue et très appréciée
Image de Laurence Chesnel
Laurence Chesnel · il y a
En tant que victime consentante… je vote ouiiiiiiiiii
Image de Sivida
Sivida · il y a
Il n'y a rien de cruel aux "nounours moins dix" ;-)
C'est un vrai plaisir de profiter de ce moment de douceur.
A condition, bien sûr, de ne pas décimer l'espèce en tombant le nez dans l'énorme paquet d'oursons de ce tentateur !

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Poulicroc

Nec

Tout ce qu’on peut entendre. Tout ce qu’on peut croire.
On m’a dit de lui qu’il était fou. Qu’il fallait l’éviter. Pire, qu’il fallait l’oublier. Je ne le connaissais pas mais je... [+]