La confession du Petit Chaperon rouge

il y a
4 min
195
lectures
24

Ma chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCR_GVP-wP713Ql-ndD2MSDQ?view_as=public Les 7 histoires de Schnouilleurs  [+]

Voilà plus de six semaines que je n’ai pas rouvert ce cahier. Il me semble, en en relisant quelques pages, que je suis encor la petite fille que j’étais. Je me sens pourtant fatiguée comme si j’étais très vieille. C’est comme si ce journal, que je n’ai commencé que pour m’aider à réobtenir en moi le bonheur, me ramenait toujours à l’unique lieu de mes pensées : au désespoir.

Le mois dernier, avant cette longue interruption, j’ai déchiré les pages dans lesquelles j’avais mis toute ma force à écrire mon histoire. Je dois simplement recommencer. Mais pendant que j’écris ces lignes, mon cœur bat très fort, et j’ai peur... Il est là, je le revois et je l’entends. J’entends sa voix encor me dire : « Déshabille-toi ». Mon Dieu, c’est vers toi que je tourne mes regards. Donne-moi la force de vaincre. C’est que parfois je n’espère plus rien de la vie, et souvent je ne puis ni prier, ni dormir, ni manger.

Ce matin, j’ai cru le voir près de la fontaine blanche. J’ai maîtrisé ma frayeur devant cette vision insensée et j’ai fermé les yeux pour cacher à ma mère la rage furieuse qui les remplissait de rouge. J’ai fait de mon mieux mais elle s’est inquiétée car j’étais pâle et avais l’air tourmenté. Oh ! conversation atroce où j’ai su feindre l’indifférence... Pourquoi n’ai-je jamais osé le lui dire ? Je ne savais pas, moi, qu’il est dangereux de s’arrêter à écouter un loup.

C’était Jeudi Saint : ma mère, ayant cuit et fait des galettes, m’avait envoyée en porter une à mère-grand parce qu’elle était malade et que ça lui aurait fait du bien. Je l’avais mise dans mon panier qui contenait aussi un petit pot de beurre et une bouteille de vin. Sitôt après le déjeuner, j’ai pris le chemin des épingles, le plus long, celui qui mène au moulin, et j’ai passé le pont. Ensuite, j’ai croisé le Père Lucas sous les trois grands chênes de la place de l’église. Il m’a souhaité bonjour et complimenté sur le chaperon que m’a donné parrain à mon baptême. Nous avons marché un moment ensemble et je lui ai dit où j’allais. On fait mal d’écouter toute sorte de gens : j’aurais voulu emprunter la grand-route, mais monsieur le curé parlait si bien qu’il parvint à me convaincre de traverser le bois pour gagner du temps.

Dans cette forêt où Père Lucas m’avait laissée seule avec ma galette et mon petit pot de beurre, j’ai pensé à maman qui voulait que je sois bien sage en chemin. Je suivais une piste étroite, à l’abri des regards, mais le loup ne fut pas longtemps à me trouver et m’aurait dévorée s’il n’était pas venu un homme qui allait à la chasse avec son chien. L’homme accepta un morceau de galette et but le vin que je lui offris en remerciement, et comme on ne voyait plus bien clair à cette heure ici, il m’accompagna jusque chez mère-grand qui habitait la première maison du village par delà le bois.

Ma pauvre mère-grand, ce n’était point ta voix qui me répondait derrière la porte entrebâillée. Je me demande pourquoi je suis entrée. La bête allongée sur le lit ne te ressemblait pas, malgré la chemise qu’elle avait arrachée à ton corps déchiré. Elle avait dû nous entendre causer, le chasseur et moi, et courir chez toi tirer la chevillette. Elle t’aura terrifiée avant de te tuer et de m’attendre, couchée dans ce lit, machinant sa ruse grotesque. Toujours est-il que sa force eut raison de ma faiblesse : elle me saisit le bras et me secoua violemment afin que je comprenne qui était Maître Loup. C’est alors que l’animal fit sa terrible proposition : « J’en ai assez de manger par terre, comme un chien, et pour une fois je voudrais manger cuit. Cuisine pour moi et tu pourras t’en aller. »

Je crains de n’oublier jamais ce moment où j’ai choisi de vivre. Comment faire pour oublier que je lui ai taillé le ventre ? Comment oublier qu’au deuxième ou au troisième coup de ciseaux sa peau pendait sur mes mains tremblantes ? Comment ai-je pu l’incorporer à de la pâte non levée, la délayer avec beurre, sel, œufs et eau, la pétrir, la rouler pour la feuilleter, lui donner la forme d’une galette, la décorer, la dorer et la faire cuire pour le régal du loup ?

Quand il a eu terminé son repas, le loup m’a regardée avec des yeux brillants, et il a dit : « Mmm, la bonne odeur... Tu vas manger ce qui reste dans mon assiette, et quand tu auras fini tu pourras t’en aller. Mais avant cela, verse donc un peu plus de sang dans ma coupe. » Je ne peux dépeindre l’agitation dans laquelle cette sauvagerie me plongeait. Que j’aie apprécié le goût de ma grand-mère ajoute à mon malheur. J’aimerais dire que chaque bouchée fut un supplice, mais ce ne serait pas la vérité : j’avalais avec plaisir les bouts de galette que Maître Loup me donnait.

Lorsque nous eûmes achevé cet odieux festin, j’eus bien envie de rentrer à la maison, et comme je me levais de ma chaise le loup demanda où j’allais : « Chez ma mère, qui doit se faire du mauvais sang, lui dis-je. – Demeure-t-elle bien loin ? – Oh ! oui, dans un autre village tout là-bas, là-bas, après le chemin des épingles. – Hé bien, reste tranquille, je veux l’aller voir aussi. Nous irons ensemble demain matin. Maintenant, sois gentille, enlève ton tablier et viens te coucher avec moi. – Où faut-il mette mon tablier ? demandai-je. – Jette-le au feu, mon enfant, tu n’en as plus besoin. – Maître Loup, que vous avez de grandes jambes ! – Enlève aussi ton corset. – Maître Loup, que vous avez de grands bras ! – Retire ton cotillon. – Oh ! Maître Loup, quelles grandes dents vous avez... – Déshabille-toi. »

A cet instant, on vint heurter à la porte : c’était l’homme de la forêt. Mais comme personne ne répondait, il cria : « C’est moi, petite fille, est-ce-que tout va bien ? » D’une voix étrange, et seulement après plusieurs secondes, le loup répondit : « Qui est là ? » ; d’une voix si étrange en vérité, ressemblant si peu à celle d’une vieille femme, que le chasseur dit avec colère : « Je vais entrer ! – Non ! fit le loup, n’entrez pas, je suis enrhumé ! » Il entra donc et, voyant le loup, il épaula son fusil : « C’est ici que je te trouve, assassin ! Il y a un moment que je te cherche... »

La bête fut tuée sur le coup. Aujourd’hui, je le regrette, car il est malaisé de pardonner à un mort. Je sais que jamais plus rien ne sera comme avant ; pour moi, la cloche de l’église restera indéfiniment silencieuse. Pardonner à ce loup, qui m’a condamnée à vivre avec le souvenir de cette nuit, m’est extrêmement difficile. Pour autant, je m’efforce de poursuivre ce chemin, avec l’aide de Dieu.
24

Un petit mot pour l'auteur ? 38 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
un texte pas loupé, pas de loup, tout est limpide comme dans le "vrai" conte; j'ai vraiment savouré la galette façon grand-mère, l'âme et les tripes d'une cuisinière en mots roboratifs, un bon rhum de chez Rome Vatican en digestif et pappap ça repart!
sinon, pour info sur ma petite chapelle, des textes que vous aviez aimés sont dans deux finales (internaute et jury) en ttc.

Image de Maour
Maour · il y a
Je suis allé soutenir votre texte, je n’ai vraiment pas le temps de faire plus en ce moment, concours oblige !
Merci beaucoup pour le commentaire !
Amitiés

Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci, fort sympathique malgré tout votre boulot pour faire connaître votre texte d'une apparition, cordialement!
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Une parodie très bien menée avec tout de même excusez du peu un loup qui pousse au cannibalisme et qui devient prédateur sexuel...très bien raconté et très bien écrit malgré l horreur que cela inspire..
Si vous le souhaitez venez lire le péril vert en catégorie nouvelle et à la condition expresse qu il vous plaise, le soutenir.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-peril-vert
Très amicalement.

Image de Maour
Maour · il y a
Je suis arrivé trop tard et je suis débordé en ce moment, mais merci beaucoup pour ce commentaire Hervé !
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Je passe aussi par là par hasard... et j'apprécie cette histoire du petit chaperon rouge relookée et modernisée et, ici, le "loup" est clairement désigné comme un pédophile. Frisson horrifié pour cette histoire et en pensant à la petite fille traumatisée. Mais les contes pour enfants ont tous des significations lourdes de sens... Bien raconté, bien écrit.
Image de Maour
Maour · il y a
Exact, cependant, mes parodies ne sont pas destinées aux enfants... Elles visent à faire frissonner les adultes !
Merci encore pour vos commentaires.

Image de Liam Azerio
Liam Azerio · il y a
Précision avant mon commentaire, je n'ai jamais lu "Le chaperon rouge" que ce soit la version des frères Grimm ou celle de Perrault : mon référentiel est uniquement celui des souvenirs de ce que l'on me contait quand j'étais enfant (peut-être le meilleur qui soit en somme ^^)
Déjà ton écriture est parfaitement adaptée au sujet, claire, efficace, et avec une beauté simple et élégante. Au contraire d'autres commentateurs, je trouve que ne pas désigner la grand-mère comme victime de la découpe par le chaperon rouge est une brillante idée : c'est à la fois une marque de pudeur terrifiée de la jeune fille, et en plus cela apporte une incertitude astucieuse sur l'action de la malheureuse captive, puisque dans l'un des contes originels elle ouvre la panse du loup pour y glisser des pierres !
L'aspect psychologique est également très bien travaillé, avec ce chaperon rouge a priori très pieuse mais cédant aux avances du loup, qui conserve quant à lui ses attributs de ... sale bête disons ^^
J'ai bien aimé la manière dont tu as réarrangé la chronologie du conte : ça apporte un sacré coup de jeune cette vision rétrospective par un chaperon traumatisé ! Et au final tu as choisi de faire un entre-deux entre Perrault et Grimm : le chaperon rouge sauve, la grand-mère dévorée !

Image de Maour
Maour · il y a
Tu en sais des choses pour quelqu’un qui n’a jamais lu ces contes : le signe d’une bonne mémoire ;)
Effectivement, je croise les sources pour créer une histoire nouvelle...
Merci vraiment pour ces compliments qui sont une récompense pour moi !

Image de Liam Azerio
Liam Azerio · il y a
De nada !
J'ai souvenance des cours de français au collège, avec un chapitre dédié aux contes... c'est resté visiblement ^^

Image de Sophie Debieu
Sophie Debieu · il y a
Dévorée de l'intérieur pour toujours...un conte très bien remanié qui commence en douceur et qui part dans le gore dans lequel nous sommes happés tel le piège qui se referme sur cette petite fille... Un jeudi saint; bravo
Image de Maour
Maour · il y a
Bonjour Sophie, je me permets de vous demander aussi votre avis par rapport à un autre conte ; c’est que la parodie de la belle au bois dormant m’a posé beaucoup de difficultés ! Si vous avez trois minutes... Merci :)
Image de Maour
Maour · il y a
Merci beaucoup Sophie !
Image de Jon Ho
Jon Ho · il y a
Le petit chaperon rouge est une métaphore de la pédophilie. Une façon plus soft d'apprendre aux enfants à se méfier des inconnus...
Image de Maour
Maour · il y a
Hello John Ho ! J’aimerais vous faire lire ma belle au bois dormant, votre point de vue m’intéresse ! Si vous avez le temps bien sûr...
À bientôt sur votre page de toute façon ;)

Image de Maour
Maour · il y a
Oui c’est un conte d’avertissement ! Après, je ne sais pas si c’est une version pour les enfants...
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
À l’origine, les contes se signalaient par leur aspect noir, voire horrifiant. Ces textes ont été édulcorés par la suite. Vous renouez avec le point de vue « primitif » de ces histoires avec un certain talent.
Image de Maour
Maour · il y a
Bonjour Eddy, j’aurais aimé avoir quelques remarques de votre part sur mon dernier texte (un en parodie de la belle au bois dormant). Il est bon d’être lu par un lecteur avisé, et n’ayez pas peur de me dire toute la vérité :)
Je ne tarderai pas à venir sur votre page :)

Image de Maour
Maour · il y a
C’était le but effectivement ! Merci Eddy !
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Le conte revu et... corrigé...
Dans un autre contexte, je vous invite "A l'horizon rouge" en finale du Prix lunaire.

Image de Emsie
Emsie · il y a
Bravo, Maour, votre loup fait mouche ! Freud aurait sûrement fait son miel de ce conte-là. Pour une première lecture du matin, c'était corsé en tout cas !!! Au plaisir de vous relire :-)
Image de Maour
Maour · il y a
Me revoilà :) si vous avez trois minutes Emsie, je ne suis pas contre quelques remarques sur ma belle au bois dormant... Bonne journée, à bientôt !
Image de Emsie
Emsie · il y a
Je suis passée et j'ai laissé mes petits cailloux. Vous êtes aussi le bienvenu sur ma page, n'hésitez pas !
Image de Maour
Maour · il y a
Je ne saurais tarder ;)
Image de Maour
Maour · il y a
Merci beaucoup! Tous ces messages me font plaisir :)
Image de Aubry Françon
Aubry Françon · il y a
Démoniaque et morbidement fascinant.

Vous aimerez aussi !