La chambre 23

il y a
1 min
202
lectures
4
Finaliste
Jury
Elle pénétra religieusement dans la chambre 23 et reconnut aussitôt le parfum du client. Cette brume boisée et terreuse, corsée et élégante la transporta aussitôt, comme chaque jeudi. Alors elle refit les mêmes gestes, sans cesse répétés : elle ôta brusquement les draps du lit et les porta à son visage pour mieux s’en imprégner.
Il entrait par surprise, se collait tout contre son dos et l’enlaçait de ses bras forts. Il léchait et embrassait son cou et son souffle chaud la faisait frissonner. Ses mains délicates devenaient fiévreuses sur ses seins qu’il soulevait, écrasait, caressait, effleurait.
Alors elle s’allongeait sur le ventre, elle fermait les yeux de délice tandis qu’il retirait un à un chacun de ses vêtements. Nue, il en profitait pour admirer ses courbes généreuses qu’il soulignait d’un revers de la main. Elle devinait le regard flatteur de l’homme qui savourait à l’avance le mets luxueux qu’il s’apprêtait à déguster.
Ses doigts habiles farfouillaient ce qu’elle avait de plus intime. Il y mettait toute la tendresse et toute la fougue qui le caractérisaient. Il soulevait ses fesses pour mieux y plonger son regard et sa langue, et elle frémissait en silence. Elle empoignait l’oreiller et son corps tout entier était soumis au crescendo du plaisir.
Soudain le pénis gorgé d’attente la prit d’assaut. Il la transperça, la bouscula, l’électrisa. La tension montait, l’air se raréfiait, la vision se fit imprécise, une chaleur caniculaire s’imposa et il l’emmena sur des terres inconnues.
Notion d’infini et de plénitude. La terre entière avait fait l’amour avec eux.
Il la laissait dans sa béatitude et s’éclipsait rapidement. Elle n’avait jamais vu son visage, jamais admiré son corps, ne connaissait pas son nom, ni ne savait pour quel motif il louait chaque semaine la même chambre d’hôtel. Il devait rester le mystérieux client de la chambre 23.
— Quand t’auras fini de rêvasser, tu passeras l’aspirateur ! Et arrange-moi ce couvre-lit, t’as fait des faux plis au niveau de l’oreiller !
Dur labeur de femme de chambre...

4
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Terrasse

Hermann Sboniek

C’est une terrasse en bois au-dessus de la jungle Birmane. Elle ceinture une maison construite à flanc de colline. Sa partie la plus large semble posée sur des frangipaniers en fleurs. Puis le... [+]


Nouvelles

La Bretagne

Wynn

15 août 1606, Combrit, Bretagne, dans un champ de blé
La terre est lourde, le soleil cogne contre sa nuque. Encore et toujours, inlassablement, dans cet immense champ. C’est... [+]