4
min

La catapulte

Image de Mary Benoist

Mary Benoist

82 lectures

14

Rémi était puni. Pour la deuxième fois cette semaine, dès dix-neuf heures, il avait dû regagner sa chambre, privé de dîner.
Ce n'est pas tant d'être absent de la table familiale qui l'attristait, son père ne faisant que le houspiller pendant les repas sous n'importe quel prétexte, mais le fait, qu'une fois de plus, la punition lui paraissait totalement injuste.
Cette fois c'était parce qu'il avait cassé ses lunettes. Plus exactement, le gros Fred, pendant la récréation, s'en était pris à lui, et n'avait rien trouvé de mieux que de lui arracher sa monture et de la piétiner provoquant l'hilarité de ses camarades. Rémi n'avait rien pu faire. Enfant précoce, puis détecté "surdoué" par un psychologue, il avait dix ans et était en 3è ! Et un malheur en entraînant un autre, il était chétif.
Tout cela n'aurait pas encore été trop grave si cette histoire n'avait rendu son père furieux. Il n'avait pas manqué de lui rappeler que, deux jours auparavant, il s'était fait voler un blouson tout neuf et lui avait alors tenu un discours d'où il ressortait qu'il n'était qu'un bon à rien (sans doute avait-il oublié son 20 en algèbre) qu'un lâche, qu'un poltron, la honte de sa vie et lui avait intimé l'ordre de disparaître de sa vue. Sa mère n'avait rien dit, comme d'habitude, consciente qu'elle était qu'un seul mot de sa part, en faveur de son fils, n'aurait fait qu'aggraver les choses..
Mais cette fois Rémi en avait assez. Depuis sa plus tendre enfance, son père lui cassait les pieds. Il ne comptait plus les brimades, les menaces, les punitions, les soirées au pain sec et même parfois sans pain du tout ! Il n'y avait plus qu'une solution, s'en débarrasser.
Un moment il avait caressé l'espoir que sa mère allait peut-être demander le divorce - beaucoup de mères de ses camarades de classe le faisaient - mais il avait dû déchanter, elle ne semblait pas y songer. Il ne lui restait donc plus qu'à agir lui-même.
Depuis toujours Rémi se passionnait pour toutes sortes de choses. Il avait eu sa période "dinosaures", puis sa période "insectes", interrompue quand son père avait découvert qu'il en faisait l'élevage dans sa chambre, puis avait suivi la période "astronomie" et "châteaux-forts"et, récemment, il s'était pris de passion pour Léonard de Vinci. Non pas pour sa Joconde, mais pour ses schémas qu'il avait découverts avec ravissement, rêvant de les améliorer, de trouver peut-être, un jour, le mouvement perpétuel, et d'obtenir le prix Nobel.
Parmi les travaux de ce grand peintre et savant, ses dessins relatifs aux machines pour lancer des pierres et surtout ses études de catapultes le fascinaient particulièrement.
C'est alors que l'idée germa dans son esprit d'en fabriquer une capable de pulvériser son père.
Ce dernier avait l'habitude de garer sa voiture sous les fenêtres de la chambre de Rémi et il lui serait facile, en dirigeant habilement la catapulte, d'écrabouiller l'engin et son passager de la rambarde de sa fenêtre. Il ne restait plus qu'à la fabriquer.
L'affaire était délicate car il n'était pas question de construire une machine énorme . Il fallait qu'elle soit à la fois miniature et efficace. Grâce à ses connaissances en astronomie, Rémi savait qu'un modeste météorite, frappant la terre, pouvait provoquer d'énormes dégâts. De même il avait appris qu'un simple caillou lancé du haut de la Tour Eiffel pouvait tuer un promeneur ayant le malheur de croiser sa trajectoire. Tout ceci n'était que de la bête physique et il était persuadé que fabriquer une catapulte miniature, certes, mais cependant capable, grâce à de savants calculs, de projeter une bille avec une telle force qu'elle réduirait à l'état de confettis la BMW et son conducteur, n'était qu'un jeu d'enfant.
Il se mit donc séance tenante à l'élaboration d'équations dont la complexité devenait telle qu'elles lui prenaient tout son temps et son énergie.
Son travail scolaire en souffrit et, tout brillant qu'il fut, il se ramassa une ou deux mauvaises notes qui eurent le don d'exaspérer son père encore davantage si bien qu'il fut consigné dans sa chambre de façon permanente. Heureusement, sa mère finit par s'en inquiéter et prit l'habitude de garnir ses placards de denrées diverses. Tout cela n'était finalement pas pour déplaire à Rémi ; il disposait ainsi de plus de temps pour ses travaux scientifiques.
Au bout d'une dizaine de jours, la théorie étant à peu près au point, du moins l'espérait-il, il fallut passer à la pratique, laquelle était on ne peut plus délicate. Rémi dut déployer beaucoup d'ingéniosité pour se procurer bois, ficelles, ressorts et surtout assembler le tout. L'entreprise était compliquée et il connut bien des moments de découragement quand la construction, enfin terminée, s'écroulait lamentablement ou qu'il n'obtenait de son projectile qu'un saut de puce ridicule. Il devait alors reprendre ses calculs et recommencer. A vrai dire il passait de phases d'exaltation à des périodes de profond désespoir.
Un après-midi, alors qu'il profitait d'un jour de congé pour procéder une fois de plus à un périlleux assemblage, il entendit qu'on sonnait à la porte. Il n'y aurait guère prêté attention si sa mère n'avait poussé un horrible cri qui le fit se précipiter dans les escaliers juste à temps pour voir un gendarme recueillir dans ses bras sa génitrice évanouie. Ce dernier, le voyant, lui dit alors, la voix brisée : "Mon pauvre enfant, ton père a eu un terrible accident de voiture et il est mort". Il ajouta quelques détails dont il ressortait que, par un de ces hasards irrationnels, la BMW et son conducteur s'étaient retrouvés complètement écrabouillés par le chargement d'un convoi exceptionnel qui avait versé dans un virage, lequel chargement était justement composé d'une catapulte grandeur nature destinée à être le clou d'un spectacle médiéval d'une ville voisine.
Rémi en resta muet et comme paralysé, ce que le gendarme mit sur le compte d'un chagrin bien compréhensible. Il reprit cependant ses esprits, suffisamment pour réconforter sa mère et téléphoner à sa grand-mère, qu'il adorait, pour l'appeler au secours.
À partir de ce jour, la vie prit une tournure différente. Grand-mère vint s'installer à la maison et les soirées au pain sec furent remplacées par des dîners succulents qui se terminaient par des tartes Tatin ou des clafoutis aux cerises, selon la saison. Sa mère redevint gaie et il n'était pas rare qu'elle et grand-mère fussent prises de fous rires aux descriptions que leur faisait Rémi du gros Fred, lequel lui fichait d'ailleurs la paix depuis qu'il avait appris la mort de son père, ce qui prouve qu'il était, somme toute, non dénué d'empathie.
C'est ainsi que Rémi comprit alors une chose très importante. Il était absolument inutile de perdre son temps à vouloir se venger de quelqu'un, la vie s'en chargeait très bien elle-même, tôt ou tard.
14

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Shinji11
Shinji11 · il y a
Alors personnellement , vu le contexte actuel du harcèlement scolaire et des violences intra familiales mises en lumières récemment par des procès d'assises, je n'adhère pas au texte, au 1er degré ( cf luc)
Après si on se place du point de vue de l'absurde de la catapulte géante vs minus et que l'on se place à x degrés... on pourrait faire cela à la sauce monty python...

·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Perso j'ai bien aimé ! Quant au refus, ben mystère et boule de gomme...
·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
L'idée est très très bonne... l'accident de voiture du père aussi... écrasé par une catapulte géante n'apporte rien, par contre... et le dernier paragraphe non plus car on comprend direct que, sans le paternel, la vie de Remi va s'arranger...la dernière phrase est importante et à conserver... J'espère que mes propos ne te contrarieront pas...
Pas davantage que toi, je ne comprends le refus de Short.

·
Image de Luc Michel
Luc Michel · il y a
J'ai bien aimé, avec une réserve qui m'a empêché de me plonger dans l'histoire : voilà un enfant précoce mais qui subit les brimades de son père, c'est incompréhensible, enfin il manque une explication je trouve.
Je pense que j'aurais gommé le côté "hyper-doué" du petit, qui n'apporte rien à l'histoire et ajouté des détails sur le père.
Avec ces changements (enfin à mon avis bien sûr), tout le reste se tient, c'est même très drôle!
Après le comité de lecture... je n'envoie plus rien depuis longtemps; vous méritez mieux que ces petites compétitions Plotine, ça n'a aucune importance!

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Grâce au forum, j'ai lu votre texte et il m'a plu, Il est vif, fort vraisemblable et je n'ai pas remarqué de "fautes"... De plus la fin est morale.
Le désir de Rémi, aurait-il dirigé, inconsciemment, l'accident conforme à son souhait ? Cela relève d'un autre domaine...

·
Image de Mary Benoist
Mary Benoist · il y a
Je sais bien que ce texte n'est pas parfait. Ne serait-ce parce qu'au début il y a beaucoup de "avait" et "était". Mais, curieusement, ce n'est pas ce que le comité de lecture m'a reproché. Mais merci à tous de vos observations.
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Oui, le Comité a montré une fois de plus sa motivation et sa compétence !! Le texte est bien écrit et raconte une histoire somme toute banale et je ne vois pas motif à l'empêcher de concourir. Peut-être lui manque-t-il les fautes d'orthographe et de style auxquelles nous sommes parfois confrontés habituellement ? Avez-vous demandé les raisons de leur refus ? Faites-le.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'adore votre humour... !
·
Image de Wall-E
Wall-E · il y a
Cette histoire a su me tenir en haleine de bout en bout. Merci à vous !
Wall-E

·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Un texte à la Marcel Aymé dont le style et la fantaisie font du bien. Passions d'enfance très bien observées. Je catapulte mon vote.
·
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
Étant également en difficulté avec la ponctuation et même la syntaxe , j'ai pris le texte comme il était, et j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire.
·