« La Bocca di Léone », ou la délation normalisée.

il y a
1 min
10
lectures
0
Sous le couvert de la justice, les vénitiens d’antan, étaient invités à déposer des lettres de dénonciation, dans La Bocca di Léone (La gueule de Lion).

Il est désormais avéré que près de huit siècles plus tard, le Fisc et Bercy s’inspire de la méthode de la « sérénissime » et, de surcroît, propose de distribuer quelques sequins de récompense, aux citoyens indics qui, sans vergogne, dénonceraient les fraudeurs.
Le grand argentier de l’Etat, envisage d’étudier sérieusement la réintroduction de cet honorable dispositif.
Dénonciation, délation, calomnie, récompense, sont des mots qui font dresser les cheveux sur la tête ! En effet, comment émettre de telles idées, sans sentir aussitôt le remugle nauséabond des heures sombres d’un passé que l’on croyait révolu.
Mais la fraude fiscale direz-vous ! Tous les moyens sont bons pour combattre les contrevenants, (...car, il s’agit bien de contrevenants et non pas de criminels de sang !).

Oui, il s’agit bien de tromperies, contre lesquelles, il faut lutter ! Mais, pourquoi user de dégradants subterfuges là, où la simple menace de confiscation de la totalité des sommes dissimulées, réglerait définitivement le problème.
Quoi qu’il en soit, la délation et qui plus est, la délation à des fins mercantiles, n’est sûrement pas le moyen le plus digne, le plus honorable pour inverser la courbe des fraudes.
D’autre part, qui peut jurer aujourd’hui (les yeux dans les yeux) qu’il n’a jamais fraudé et ceci, quel que soit le moyen utilisé et le montant détourné ?

Dès lors, comment montrer du doigt un coupable, (sans se dénoncer soi-même) et une fois l’acte citoyen accompli, faire fi de ses propres turpitudes ?
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !