L'orphelin aux cheveux bleus

il y a
12 min
580
lectures
87
Finaliste
Public
Image de Harry Potter 2016
Image de Fanfiction Harry Potter
« Mais c'est complétement con, j'étais à peine né ! »

Teddy se releva en hurlant.

De rage, il ne tenait plus en place et faisait les cents pas devant l'encadrement en pierre de la cheminée. Ce n'était pas la première fois que sa colère résonnait dans les murs de cette maison. Et cela semblait toujours autant justifiée. Tout en marchant, il croisa à nouveau le regard de Harry, bien callé au fond de son fauteuil.

« Je comptais si peu pour eux, pour qu'ils aillent se faire cramer par des fanatiques ? » reprit-il, la voix éraillée.

Harry fit signe au jeune homme de se calmer et essaya une fois encore d'apporter un début de réponse aux interrogations de son filleul :

« Ils tenaient énormément à toi, c'est pour ça qu'ils se sont battus. Ils sont morts en héros »

Mais cela n'eut pas l'effet désiré. La fureur du garçon explosa :

« Mais j'avais besoin de parents, pas de héros, tu devrais comprendre ça plus que quiconque ! »

Ginny arriva en trombe dans le salon un livre à la main, alertée par les cris. Son regard passa de Harry qui ne savait plus quoi dire à Teddy dont les cheveux étaient passés du bleu ciel à l'orange vif. On aurait presque pu le confondre avec un Weasley.

« Qu'est-ce qu'il se passe ici ? » dit-elle d'une voix encore plus forte que les hurlements de l'adolescent.

Elle n'avait vraiment pas de mal à se faire entendre dans cette maison. Le charme naturel de sa voix avait de quoi pétrifier n'importe qui plus efficacement qu'un Basilic.

Harry soupira en se levant et tenta d'expliquer la situation, tout en cassant un bout de chocolat pour calmer toute animosité.

« Teddy ne comprend pas pourquoi Remus et Tonks ont décidé de nous prêter main forte lors de la bataille de Poudlard, quitte à risquer leur vie. »

Ginny fit un pas vers le jeune homme et lui agita sous le nez son exemplaire de « Techniques de vol par tous les temps» pour souligner son propos.

« Ils sont venus pour nous, pour nous aider à résister et espérer un monde meilleur. Pour toi ! Parce que la société dans laquelle nous étions était sacrément mal barrée à cette époque. Ton grand-père n'est pas mort en faisant de la cueillette de champignons et ce n'est pas l'unique blague de Percy qui a tué mon frère. C'était la guerre, Ted Remus Lupin, et la guerre c'est moche. Et sans tes parents, il est très clair qu'elle aurait duré bien plus longtemps. »

S'en fut trop pour Teddy. L'intervention de Ginny l'avait rendu muet quelques instants - l'utilisation de son nom complet l'avait interpellé - mais il avait trop entendu le même refrain insensé depuis toutes ces années.

« S'ils n'y étaient pas allés, cela n'aurait rien changé à l'issue de la bataille ! cria-t-il, la voix partant dans les aigus. Et moi, je les aurais connus ! »

Sans attendre de réponse, il ouvrit la porte et s'élança dehors sous la forme d'un loup. Il courait droit devant lui, sans se soucier de la boue qui collait à ses coussinets. Traverser la campagne avec cette apparence était habituellement une source de plaisir pour Teddy, provoquant un sentiment de liberté inégalable. Mais à présent, il était juste content de courir suffisamment vite pour sécher ses larmes avant qu'elles ne viennent imbiber sa fourrure. Sa gorge était à la fois irritée d'avoir tant haussé la voix et nouée de cette nouvelle dispute. Personne ne voulait donc comprendre qu'il était plus important d'avoir des parents vivants plutôt que des parents près à se jeter au milieu d'une armée d'araignées, de géants et des mages assoiffés de sang ?

Il ne contestait pas la contribution qu'avaient apportée ses parents au service de l'Ordre du Phénix. Il en était même plutôt fier. Mais il aurait simplement voulu que quelqu'un admette avec lui qu'il était lâche, ou au mieux idiot, d'aller au-devant de la mort quand on avait la responsabilité d'un enfant.

Il s'en voulait d'avoir évoqué le souvenir des parents de Harry. Eux au moins avaient tenté de se cacher quand son parrain était né. Ils avaient essayé d'être une vraie famille. Pas une sorte de gruyère composé de grands-parents veufs et d'amis d'amis plus ou moins proches en guise de famille. Bien sûr qu'il n'était pas le seul orphelin à Poudlard. Beaucoup avaient perdu leurs parents à la même période. Mais les leurs avaient été tués par des Rafleurs, des Mangemorts jugeant la qualité de leur sang ou le Seigneur des Ténèbres lui-même qui avait besoin de se défouler. Aucun n'avait décidé de plein gré d'abandonner son enfant pour aller au-devant de la mort.

Teddy prit une grande inspiration et ralentit l'allure. De la vapeur s'échappait en volutes de sa gueule. Il ne faisait pas si chaud que ça pour cette période de l'année. Il regarda autour de lui et s'aperçut qu'il était arrivé non loin de Pré-au-Lard. Envahi d'une idée soudaine, il continua son chemin d'un pas plus calme, vers la cabane hurlante. Oreilles dressées, il restait aux aguets. Malgré son statut d'Animagus déclaré, peu appréciaient de se retrouver nez à nez avec un loup, même si son pelage était aussi rouge qu'une fraise mûre.

En approchant de la bâtisse délabrée, il se remémora tout ce qu'on lui avait dit à propos de cet endroit et du lien qu'il avait avec son père. C'est ici que Remus Lupin venait avec ses amis pour se transformer, pour patienter le temps que la lune se dissipe. Teddy avait du mal à comprendre cette angoisse qu'avait Remus à l'approche de la pleine lune. Lui, au contraire, attendait avec impatience ces nuits où la lune était ronde. Elles étaient synonymes de liberté. Ces métamorphoses en loup étaient toujours plus simples en ces périodes, sûrement un héritage du sang de loup-garou de son père. Il était devenu le premier Animagus/Métamorphomage descendant de lycanthrope de l'Histoire. Si bien que le Ministère de la Magie avait longtemps hésité avant de le rajouter dans la liste des Animagi déclarés, se demandant s'il ne fallait pas créer une nouvelle appellation rien que pour lui.

Teddy se glissa entre deux planches sommairement clouées sur l'entrée du bâtiment. La cabane était dans un état lamentable. Le moindre pas faisait craquer de plancher, et l'amas de poutres branlant menaçait de faire écrouler le toit éventré qu'il soutenait. Des odeurs familières réveillèrent l'odorat redoutablement efficace du loup. Les effluves lointaines de son parrain, de Ron et Hermione et celles plus difficilement reconnaissables de son père. Il avait déjà senti cette odeur sur les affaires de ses parents qu'il avait récupérées. Une odeur plus viciée aussi, plus récente, qu'il ne sut identifier, associée au fumet d'un serpent.

Teddy reprit sa forme normale et les larmes vinrent immédiatement rouler sur ses joues. Il avait décidé de retourner sur les lieux où ses parents avaient vécu, et où ils étaient morts. Il était déjà venu ici des dizaines de fois à la pleine lune, comme en pèlerinage. Il espérait que cette fois-ci, il parviendrait à saisir le sens du sacrifice qu'avaient consenti ses parents. À comprendre ce qui justifiait qu'on abandonnât un enfant tout juste né. Cette fameuse cause avec laquelle on lui avait souvent rabâché les oreilles.

Teddy sortit rapidement de la Cabane Hurlante sans prêter attention aux griffures de loup-garou qui meurtrissaient les portes en bois. Il sentait une boule se former à nouveau au fond de sa gorge. Voir des vestiges de la vie de son père était plus difficile que prévu après une nuit pareille.

Il décida néanmoins de poursuivre son idée et de se rendre vers le monument à la mémoire des tombés durant la bataille de Poudlard.

Il s'extirpa de la cabane au milieu des racines gigantesques du Saule Cogneur, à nouveau sous la forme d'un loup. Il ne savait pas si avec l'obscurité ambiante qui était en train de se répandre sur le parc, il parviendrait à trouver le nœud de l'arbre qu'il n'avait jamais localisé. Seuls les récits de Ron et Harry avaient évoqué le passage secret et il n'était jamais parvenu jusque-là à trouver le nœud de bois. Il avait toujours profité de sa célérité pour se glisser sous les racines de l'arbre. Il s'élança à toute vitesse pour distancer raisonnablement les branches hérissées de lianes coupantes qui tentèrent de l'attraper au passage. Après ce sprint, Teddy s'arrêta au niveau de la stèle à la mémoire de Severus Rogue. Une épitaphe d'une écriture élégante était gravée en lettres blanches sur la pierre noire.

« Directeur de Poudlard.

Membre de l'Ordre du Phénix.

Assassiné par Voldemort en ce lieu.»

Teddy avait un immense respect pour le grand homme qu'avait été Severus Rogue. Voilà un sorcier qui s'était sacrifié pleinement, sans laisser de famille éplorée derrière lui. Il avait même pris soin de se faire haïr d'un sacré nombre de gens durant sa mission, si bien qu'aujourd'hui, alors que beaucoup reconnaissaient son courage, peu le regrettaient réellement. Teddy était au courant de la rivalité qui avait opposé son père au maître des potions. Et cela le conduisait à désapprouver davantage la conduite de son loup-garou de père, qui n'avait pas hésité pas à mettre ses amis en danger. Severus avait eu raison de mettre en garde les élèves des dangers qu'un loup-garou représentait. Il avait eu le sens des responsabilités, lui.

Cette pensée raviva sa colère. Il serra les crocs et réprima une furieuse envie de crier. Ou plutôt de hurler. Entendre le cri du loup à proximité du château ne manquerait certainement pas d'attirer l'attention. A pas de loup, il se dirigea vers le tombeau de Dumbledore. Il avait décidé depuis quelques instants d'aller dans cette direction. Il ne s'y était rendu qu'une seule fois, pour l'inauguration de la statue commémorative de la bataille de Poudlard. Elle était située juste à côté de la tombe immaculée de l'ancien directeur. Il se souvenait facilement de la grande farandole en pierre d'êtres tous plus divers les uns que les autres, se donnant la main dans une ronde immense. Les elfes de maison, sur un pied d'égalité avec les sorciers, centaures, géants et autres créatures peuplant le monde à l'abri du regard des Moldus. Teddy n'y était plus retourné depuis. Et il n'avait pas l'impression que ce lieu déprimant était beaucoup fréquenté par les élèves en général.

Avant de rejoindre l'emplacement de la statue, il jeta un coup d'œil au château. Une grande partie avait été réparée après les événements de la seconde guerre des sorciers. Mais de nombreux endroits avaient été laissés en l'état. Par devoir de mémoire ou par faute de temps et de moyens, Teddy ne l'avait jamais su. Les restes d'une tour gisaient sur l'aile ouest du château et lui rappelèrent la violence des affrontements. Il essaya de s'imaginer la bataille d'après ses cours d'Histoire et les descriptions très précises qu'en avaient faites Hermione. Il réalisa pour la première fois que se jeter dans un tel enfer en étant conscient de la chose était un acte réellement courageux.

« Ou un suicide » pensa-t-il dire à voix haute, retournant à son attitude maussade. Mais seul un grognement sortit de sa gueule.

Enfin il arriva à l'imposante statue qui faisait face au lac. Retrouvant pour la seconde fois forme humaine, il s'avança face à la figure sculptée. Un loup-garou dressé sur ses pattes arrières donnait la patte à un être de l'eau et à une sorcière. Teddy savait que cette sculpture avait été réalisée d'après les souvenirs de ceux qui avaient connu son père en transformation. Il s'agissait de l'unique personnage de l'œuvre fait sur modèle. Il reconnaissait dans la gueule du sorcier transformé certains de ses propres traits lorsqu'il était sous la forme d'un loup. Le nez retroussé, les oreilles légèrement recourbées, le poil ras au niveau de la nuque, autant de détails qu'il retrouvait lorsque c'est en loup qu'il observait son reflet dans le lac.

Au pied la statue, Teddy remarqua d'innombrables morceaux de parchemin posés sous des cailloux. La plupart étaient imbibés d'humidité et la mousse avait commencé à les coloniser. Mais quelques-uns semblaient avoir été épargnés par le temps, comme s'ils avaient été posés là hier, ou plus probablement protégés par un sortilège de conservation.

Teddy prit le premier message et le lu. Il s'agissait d'un remerciement adressé au professeur que Remus avait incarné.

« Merci professeur, d'avoir combattu pour nous. »

Teddy reposa le message et en lut d'autres.

« Merci d'avoir donné un héros aux lycanthropes. »

« Sans vous je serais morte cette nuit-là, merci. »

Les petits mots étaient tous adressés à son père. Certains mentionnaient aussi le courage de sa mère. D'autres le remerciaient d'avoir changé la vision des sorciers concernant les loups-garous.

Teddy n'avait jamais vu les choses de cette manière. Greyback avait beaucoup œuvré pour monter les sorciers « normaux » contre les loups-garous. Mais si aujourd'hui les lycanthropes n'étaient plus vus comme des pestiférés, cela tenait principalement au fait qu'un des leurs avait combattu dans le camp opposé. Et ne s'était pas défilé au moment du combat final.

Il était déchiré entre des sentiments de douleur d'avoir été abandonné et de fierté d'avoir eu de tels parents. Les récits de tous les gens qui avaient pris soin de lui et avaient encensé ses parents, toutes les preuves qu'ils avaient été formidables, tout cela n'était rien face au vide qu'ils avaient laissé en partant mourir dans le château, ce même lieu où Teddy passait chaque jour de sa scolarité.

Teddy laissa les larmes couler le long de ses joues pour atterrir sur les parchemins dévorés par le temps, ajoutant à leur décrépitude de grosses taches d'humidité. Il aurait voulu les connaître en vrai. Voir de lui-même la maladresse de sa mère, connaître son rire et savoir à quel point il lui ressemblait. Il aurait voulu partager avec son père ses sentiments à l'égard de Victoire, entendre ses conseils et courir ensemble sous la lune, loup-garou et loup. Il aurait simplement voulu les voir vieillir, les sentir fiers de lui et les serrer dans ses bras. Il aurait aimé se souvenir d'eux.

Il repensa alors à ce que Harry lui avait raconté. Un jour, alors que Teddy avait reproché une fois de plus à ses parents de l'avoir abandonné, Harry lui avait avoué qu'il avait utilisé la Pierre de Résurrection. Après l'avoir fait jurer de ne le répéter à personne, il lui avait rapporté les mots qu'avait eus Remus. Harry lui avait expliqué que le compagnon de Tonks avait souhaité un monde meilleur pour son fils et qu'il s'était battu pour cela.

Mais surtout Harry lui avait révélé avoir volontairement perdu la pierre dans la Forêt Interdite.

Une idée folle lui traversa l'esprit et il reprit sa course vers l'inquiétante forêt, optant pour le corps d'un loup gris lorsqu'il traversa la frontière d'arbres.

Truffe au vent, il espérait capter le moindre effluve qui pourrait le mettre sur la piste. Il espérait reconnaitre l'odeur de Harry et en suivre la trace jusqu'à la pierre. Une piste vieille de plusieurs années et dispersée par le temps, la pluie et le passage des nombreux habitants de la forêt.

Il retourna feuilles et souches moisies, gratta la terre, flaira le fumet d'animaux inconnus et finit même par suivre la piste d'un troupeau de centaures mais au bout de plusieurs heures de recherche, il dû se rendre à l'évidence : il s'agissait là d'un travail titanesque et infaisable. Cette forêt était immense et semblait se renouveler sans cesse. Son odorat hors du commun ne lui suffirait pas. La pierre était perdue et Harry était le dernier à en avoir profité.

Découragé, il laissa à nouveau la colère et la tristesse l'envahir. Il s'assit sur un tronc couché en travers d'un chemin, abandonnant son aspect de loup. Il lui avait semblé n'avoir fait que pleurer et hurler toute la journée, si bien qu'aucune larme ne pouvait plus être versée. Il resta les yeux dans le vide à observer sans le voir un caillou enfoui sous une feuille. L'excitation qui l'avait envahi avec l'espoir de voir ses parents autrement qu'à travers une photo était à présent retombée. La nuit était profondément entamée et au-dessus de sa tête, à travers les branchages fous de la forêt interdite, la lune ronde tant redoutée de son père semblait se moquer de lui.

Soudain, un raclement de gorge se fit entendre derrière lui.

Teddy sursauta et se retourna promptement pour apercevoir Harry qui rangeait une cape dans sa besace.

« Comment m'as-tu suivi ? Pourquoi je ne t'ai pas senti venir ? » lui demanda-t-il, sur la défensive.

« Je ne t'ai pas suivi, répondit Harry, je me doutais que tu irais au monument alors j'ai transplané sous la cape d'invisibilité et t'ai suivi après. En tant que directeur des Aurors, j'ai quelques droits spéciaux qui me permettent de m'introduire à Poudlard selon mon bon vouloir. Et il me semble que la cape cache également mon odeur. Ou alors tu étais trop distrait pour me repérer, je ne saurais te dire.

- Pourquoi tu es venu ?

- Ton père t'a confié à moi, je te rappelle. Je n'allais pas te laisser disparaître dans la nature avec une telle responsabilité. »

Teddy fut saisi par ce qu'il venait de dire. Il comprit à ce moment-là que ses parents n'avaient pas choisi à la légère les gens qui allaient veiller sur lui. « Teddy, tu as raison, ton père t'a bien abandonné mais pas de la manière dont tu l'imagines. Je ne te l'avais jamais raconté mais je pense que tu as besoin d'entendre cette histoire aujourd'hui. »

Teddy n'osa rien dire et attendit patiemment la suite de cette révélation.

« Quand ta mère était enceinte de toi, Remus a pris peur et est venu me rejoindre. Il était persuadé que tu allais devenir un loup-garou à ton tour et, envahi d'un sentiment de culpabilité que je ne saisirai jamais, s'est enfui, laissant ta mère seule. Mais lorsqu'il m'a annoncé ça, je l'ai renvoyé auprès de vous deux. Mais ensuite est revenu, il ne vous a plus quitté jusqu'à ta naissance, refusant les missions de l'Ordre et restant présent dans tous les instants. Lorsque tu es né, tu ne peux imaginer à quel point tu l'as rendu heureux. Tu nous as tous illuminés de ta venue, dans l'obscurité des évènements qui se déroulaient quotidiennement. Tu étais la relève, ce pourquoi nous nous battions. Le futur. Je ne crois pas l'avoir vu plus heureux que lorsqu'il m'a annoncé ton arrivée. Et peu de choses m'ont apporté plus de joie que lorsqu'il m'a demandé d'être ton parrain. Il savait ce qu'il faisait. A partir du moment où il a décidé d'être là pour toi, et je te prie de me croire, ce n'était pas une décision en l'air, il a tout fait dans ton intérêt.

« Ce n'est pas facile d'entendre que ton père avait fui ses responsabilités, mais il était revenu, il a réellement choisi d'être ton père et il l'a fait merveilleusement bien tout le temps où il était auprès de toi. Et après encore.

« Tes deux parents ont choisi des personnes dignes de confiance pour veiller sur toi en leur absence et tout ce qu'ils ont fait était pour te protéger. Nous avions réellement besoin de leur soutien lors de la bataille. Et eux savaient pertinemment que si l'issue du combat serait en notre défaveur, tu ne serais jamais été à l'abri. Dans ces années obscures, un fils de loup-garou était loin d'être considéré comme sang-pur et tes parents étaient tous deux recherchés pour avoir fait partie de l'Ordre. Cette bataille, c'était le dernier rempart, notre dernière chance. Et nous avions besoin de tout le monde. Tes parents le savaient pertinemment. J'ai moi aussi pleuré leur perte, et j'ai été désolé que tu ais eu à me rejoindre au club des orphelins, mais je t'assure que tes parents ont été présents à chaque étape de ta vie. A travers toutes les personnes qui ont pris soin de toi et t'ont raconté leur vivant. Ils ont toujours été là. Toujours. »

Teddy se leva et enlaça son parrain. Là, il se laissa à pleurer sans honte, sans plus se retenir. Les larmes qui revenaient encore et encore lui faisaient du bien. Harry lui tapota le dos, un peu mal à l'aise face à l'adolescent qui laissait ses sentiments s'exprimer, mais enfin content que ses paroles touchent le jeune garçon.

Teddy s'écarta de son parrain en reniflant, les yeux rouges. Reculant de quelques pas, il s'essuya le visage d'un revers de sa manche et remercia Harry. Ce qu'il venait de dire avait enfin guéri les cicatrices de l'abandon. Il devenait évident qu'ils avaient toujours été là.

« Rentrons, lui signifia Harry en lui tendant la main. Ginny doit s'inquiéter et les autres doivent s'impatienter. »

Alors que Teddy fit un pas pour saisir la main de son parrain, il marcha sur une forme pointue. Aussitôt, deux silhouettes apparurent à ses côtés.

Nymphadora Tonks se tenait à sa gauche, les cheveux d'un rose éclatant et un sourire étalé sur son visage. A sa droite, Remus avait posé une main sur l'épaule de son fils. Il avait les cheveux en bataille, une barbe mal taillée et d'éternels cernes sous les yeux.

« Nous sommes fiers de ce que tu es devenu, Ted Remus, dit Tonks.

- Pardonne-nous de ne pas avoir été là plus longtemps. » renchérit Remus.

Puis les deux apparitions s'évaporèrent aussi vite qu'elles étaient venues.

Teddy resta un instant figé. Puis il reprit ses esprits et saisit la main de Harry qui l'observait avec intérêt.

Ils transplanèrent immédiatement et arrivèrent instantanément dans la maison si familière des Potter. Teddy avait le sourire aux lèvres.

Sa famille d'adoption était réunie dans le salon. Sa grand-mère, Ron et Hermione et leurs enfants, Albus qui embêtait sa sœur, Victoire qui discutait avec Kingsley. Ils étaient tous attablés autour d'un gâteau d'anniversaire où l'âge de Teddy s'étalait en lettres vertes et sucrées.

Autour d'eux planait le souvenir de ses parents. Qui avaient toujours été là. Toujours.

87

Un petit mot pour l'auteur ? 44 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bonjour, Marie! Vous avez voté une première fois pour mon haïku, “En Plein Vol”, qui est en
Finale pour le Grand Prix Automne 2016 et je viens vous inviter à renouveler votre appreciation
pour lui. Merci d’avance et bonne journée! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/en-plein-vol

Image de A_Motus
A_Motus · il y a
+1. J'adore et je pense que ton texte mérite plus de votes. Tu fais bien passer cette impression de vide et de rancœur que Teddy ressent. Mais aussi le soulagement et le réconfort. Malgré les souffrances et la perte, les absents contribuent à une part de bonheur à travers les souvenirs.
Quelques petites fautes par-ci par-là mais c'est minime. ^^

Image de Léa Gerst
Léa Gerst · il y a
J'ai beaucoup aimé ton texte, très bien écrit, très crédible et fluide, les personnages sont, je trouve, très bien respectés ! Tu mérites une bien meilleure place dan le classement !
Image de Sarah Saysouk
Sarah Saysouk · il y a
J'ai adoré ton texte, c'est beau, émouvant et j'ai beaucoup aimé les tourments de Teddy. C'est un personnage très crédible, un adolescent en colère contre des parents absents comme il en existe sûrement beaucoup. Les dialogues sont vraiment bien, ils respectent les caractères de chaque personnage. La dernière tirade de Harry est particulièrement poignante. Tu as mon vote et tout mon soutien !
Si ça te dit, j'ai aussi un texte en finale, "La revanche de l'araignée". Je t'invite à venir le lire si tu en as le temps et l'envie. :)

Image de Marie Dietrich
Marie Dietrich · il y a
Merci beaucoup! J'irais faire un tour vers ta nouvelle
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations pour cette finale, Marie ! Je revote, et bonne chance!
Image de Mikki Aurélie
Mikki Aurélie · il y a
belle histoire, touchante.
Image de Martin Effenberger
Martin Effenberger · il y a
J'ai grave kiffé sa mère :D
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Vote confirmé. Bonne chance.
Image de T. Brekké
T. Brekké · il y a
Contente de te voir en finale ! Je vote de nouveau et te souhaite bonne chance pour la fin de l'aventure !
Image de Adèle Dorival
Adèle Dorival · il y a
Superbe ^^ Très touchant :')
Image de Marie Dietrich
Marie Dietrich · il y a
Merci beaucoup