L’ODYSSÉE D’UNE FILLE (d'après Maupassant)

il y a
2 min
10
lectures
5

Charles Dubruel grand-père, passionné de littérature et particulièrement de Maupassant  [+]

On donnait cette nuit-là
Un coup de filet à la prostitution.
Soudain, je sentis un bras
Sous le mien. J’eus un frisson
Quand me souffla une petite voix :
-Monsieur, s’il vous plait, sauvez-moi,
Et ne me quittez pas.

Bien que fanée déjà,
La fille n’avait sûrement
Pas vingt ans. Je lui dis calmement :
-Reste avec moi. Elle me répondit :
-Oh, monsieur, mille mercis !

Nous approchions du cordon de police.
Pour nous laisser passer, il s’ouvrit
Nous nous engageâmes rue de Chanzy.
-Vous savez, j’oublierai pas vot’ service.
Venez donc chez moi.
Me proposa la fille. « Hein ?...Non. »
-Pourquoi ?
-Parce que je suis marié, voyons !
-Qu’est-ce que ça peut faire ?
-Je t’ai tirée d’affaire.
Maintenant laisse-moi tranquille.
-Vous savez, c’te vie de fille,
C’est pas une vie.
-Pourquoi l’as-tu choisie ?
-Vous croyez que c’est ma faute, n’est-ce pas ?
-Je ne le crois pas.
Mais raconte-moi ton histoire.
-Voilà. J’avais seize ans
Quand mes parents sont décédés ;
J’ me suis mis en service près d’Issoire
Chez un grainetier, M. Lenfant.
Il m’a tout de suite regardée
D’un air curieux.
Puis il m’a caressé les cheveux.
Moi, j’ savais les choses de la vie.
À la campagne, on est dégourdi.
Et v’là qu’un jour, il veut m’ prendre.
À tout le monde, ça peut arriver !
Mais moi, j’ fréquentais l’ beau Léandre.
Les soirs, il venait me trouver
Dans ma chambre. Mais v’là qu’une nuit,
Mon patron, ayant entendu du bruit,
Est monté. Il a vu Léandre avec moi.
Ce fut une bataille effrayante.
J’ai fait le signe de croix
Et j’me suis sauvée, pantelante.

Au matin, quand j’ai croisé des gendarmes,
j’ pleurais encore à chaudes larmes.
Y en a un, l’ plus jeune, qui m’interpella :
-Où s’que vous allez comme ça ?
-À Issoire, au bureau de placement.
-Pédestrement ?
Faites donc route avec nous, ma douce.
Comme on passait dans un bois, il me dit :
-Si nous allions nous reposer sur la mousse ?
-À votre désir, m’sieur.
Et nous v’là partis.
Il prend c’ qui veut,
Bon sang !
Je me suis mise à sangloter
Mais j’ai point osé résister.
Ensuite, comme il a fichu le camp,
J’ai dû aller à pied jusqu’à Issoire.
J’y arrivais à sept heures du soir.

Dans une rue, des femmes sans âge
Arrêtaient des hommes d’ passage.
Quand on n’a pas d’argent, M’sieur,
On fait c’qu’on peut.
Alors, j’ai abordé un passant
On d’vient vite futé
Quand on est dans la nécessité :
-On va chez toi ?
-Je ne peux pas. J’habite avec ma maman.
Alors, il est venu chez moi.
Il fit son affaire et fila presto
Sans rien m’ donner, l’asticot !

Ensuite, n’ayant point d’ sous,
Les policiers m’ont mise au trou.
Ils m’ont demandé ce que je faisais
Et d’où j’ venais.
J’ai rien dit par peur des conséquences.
Après un jugement d’innocence,
Ils m’ont relâchée. Alors, j’ai relancé
Le vieux juge Nanteuil
Qui, au procès, m’avait fait d’ l’œil.
Il m’ donna cent sous et quand j’ l’ai quitté
Et il a ajouté :
-Chaque fois que tu viendras,
Je t’en donnerai encore cent
Mais ne viens pas trop souvent.
Vu son âge, j’avais compris :
‘‘Avec les jeunes, y a jamais d’ gras
Tandis qu’avec les vieux, si !’’

Alors, j’ai accroché un ancien président.
Mais comme il savait pas se modérer,
Il est mort peu après.
Alors, j’ suis venue à Paris
Et... j’ suis restée ici.

Je déambulais avec cette prostituée
Et soudain, elle m’a tutoyé :
-Tu montes chez moi, chéri ?
-Non, je te l’ai déjà dit.
-Eh bien, au revoir, alors !
Mais, j’ t’assure, t’as tort !
5
5

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Duje
Duje · il y a
Sauvetage gratuit !
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Toujours excellent, en prose comme en vers
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
merci, Paul, je suis flatté...mais c'est quand même mieux en prose !
Image de Flore
Flore · il y a
Ah! ce Maupassant pas démodé pour un sou....Merci pour cette prose mise en vers...Un bon moment de lecture, bonne soirée.
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
merci beaucoup, Flore

Vous aimerez aussi !